Partagez
Aller en bas
avatar
whale
Messages : 1
Date d'inscription : 11/11/2018

L'amour nous rend heureux?

le Dim 11 Nov 2018 - 20:17

On m’a dit, que je vivais pour mourrir à la fin, c’est pas le mort qui vient mais la vie qui me tue. La vie me tue comme si la mort m’attendais. On vit tous de nos caprices et réjouissances, on est fait d’envies et de doutes. De regrets dans nos chairs car le moment présent lui est vrai. Mais le moment présent fait mal car on se découvre. Nous et le monstre qui ère au fond de ce corps et de cet acharnement de mensonges. Et la tristesse, on l’aime, car c’est nous. Le bonheur c’est eux, mais eux font mal aussi. Autant se faire mal par soi-même. Le bonheur c’est faire mal aux autres. Et l’amour c’est donner la vérité à l’autre. La vérité qu’on cache à eux, en blessant et crachant sur la dignité. Alors on a peur de l’amour car il nous montre comment l’homme est fait, car il nous montre le désespoir de ne pas pouvoir être qui l’on veut, mais qui l’on peut. Car l’environnement est toxique et seul la solitude nous le rappelle. Alors la solitude nous emmène à la tristesse et telles sont les choses. Mais si tout est lié, comment on s’en sort? Par l’autre? L’autre qui nous sauve et qui nous offre son âme et son cœur, malheureux. Alors on l’accepte mais, c’est lui qui sombre dans un monde sans principes. Dans un monde noir ou les couleurs n’existent pas, dans un monde ou les mots sont des bruits, dans un monde ou l’existence est un mythe, et ou la mort nous cueille comme une fleur fanée. Mais si l’on donne notre âme et tout ce qu’on a en retour, c’est cette liaison qui prend le dessus et qui nous sort de ce vice interminable, de ce monstre qui nous ronge depuis que la lumière du soleil nous a frappés. Alors on vit, on vit vraiment, pour nous et eux sont des statues qui pleurent en permanence. Et on aime, on aime lui et nous. Parfois l’autre en a peur, car il se découvre, et il faut l’accepter, cette vérité que celui qui aime connaît peut-être mieux que l’autre. Ça fait peur et on sombre, on lâche tout alors le malheur prend le dessus et c’est fini, c’est fini on s’enterre dans nos propres corps. On s’enterre la ou le sol n’est que poussière, mais on persiste a se tuer, persistons à vivre vraiment non? Peut on surpasser cette idée qui nous pousse a nous casser, à tout détruire et à ne laisser que des traces interminables. Des traces que l’on efface pas des traces qui sont la et puis c’est tout. On n’y fait rien maintenant, mais on pouvait, on pouvait réveiller le nous qui dort. On aurait du et on le pouvait, peut-être que l’on peut toujours, ou jamais. Jamais à l’infini, oublier le temps et la forme des phrases, les sons sont des roses qui sèchent sans jamais s’arrêter, la voix n’est qu’un couteau qui perce nos veines. Mais moi je veux encore, car je souffre mais je Veux le retrouver cette état qui n’est pas le bonheur mais la conscience de soi, en entier, de ses vices et de ce monstre, de moi, de toi. Indescriptible mais doux, c’est l’amour réciproque. Il fait peur mais s’offre a nous, ou non, il nous offre à nous. Subtile, je sais, mais s’offrir à nous c’est une chose si belle qu’on en oublie le reste. Les doutes les regrets la tristesse qu’on éprouve parfois, restent, mais la conscience d’être soi même et de s’offrir a nous, a elle, est une chose magnifique qu’on a tendance à oublier, à cause d’une peur stupide. On ne mérite rien, mais on doit les choses à la vie. Le meilleur moyen de remercier la vie c’est de s’offrir à quelqu’un. Point

Qu'en pensez vous?
Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum