Partagez
Aller en bas
avatar
friedrich crap
Invité

L'ennui.

le Jeu 21 Juil 2011 - 22:21
L'ennui est essentiel car il suppose le désir. Pas de désir, pas d'ennui. On peut parfaitement ne rien faire, s'en apercevoir et ne pas éprouver l'ennui. L'ennui c'est le désir de désirer, cela n'est pas directement lié à la finitude. Tout est indirectement relié à la mort mais pas forcément en prise directe.
avatar
Euterpe
Messages : 2909
Date d'inscription : 29/01/2011
Age : 47
https://www.forumdephilosophie.com/

Re: L'ennui.

le Jeu 21 Juil 2011 - 22:27
friedrich crap a écrit:L'ennui c'est le désir de désirer
Absolument. C'est le désir sans objet, le désir qui ne parvient pas à se fixer à un objet. Ceux qui s'ennuient ont affaire au réel, en direct. C'est cela qui les gêne : le réel nu, qui n'est l'objet d'aucun désir, renvoie à soi-même et à cela seul, or peu apprécient d'être renvoyés à eux-mêmes, leur vacuité en l'occurrence.


Dernière édition par Euterpe le Dim 24 Juil 2011 - 18:10, édité 1 fois
avatar
jem
Messages : 94
Date d'inscription : 18/06/2011
Age : 24

Re: L'ennui.

le Jeu 21 Juil 2011 - 22:34
Pourtant nos sociétés tendent à combler notre ennui non ? Peut-être en nous faisant toujours désirer quelque chose.
avatar
Euterpe
Messages : 2909
Date d'inscription : 29/01/2011
Age : 47
https://www.forumdephilosophie.com/

Re: L'ennui.

le Jeu 21 Juil 2011 - 22:58
Il n'y a d'ennui que dans les sociétés du loisir. Le thème de l'ennui n'apparaît qu'au XIXe siècle dans la littérature.


Dernière édition par Euterpe le Dim 19 Nov 2017 - 1:46, édité 2 fois
avatar
Desassocega
Messages : 1156
Date d'inscription : 02/04/2011

Re: L'ennui.

le Jeu 21 Juil 2011 - 23:58
Il n'y a d'ennui que dans les sociétés du loisir.
C'est vrai... Et ce qui est paradoxal, c'est qu'on n'a jamais été autant écrasé par le loisir qu'aujourd'hui...

Le thème de l'ennui n'apparaît qu'au XIXe siècle dans la littérature.
Peut-être se développe-t-il au 19e siècle, mais il en est déjà question auparavant, chez Pascal par exemple, et Descartes aussi.
avatar
Euterpe
Messages : 2909
Date d'inscription : 29/01/2011
Age : 47
https://www.forumdephilosophie.com/

Re: L'ennui.

le Ven 22 Juil 2011 - 1:18
Pas au sens affaibli qu'il a aujourd'hui. On s'ennuie non seulement parce que n'ayant pas une occupation, on se tourne les pouces, mais aussi et surtout, n'ayant aucune occupation, parce qu'on ne sait pas quoi faire. Précisément, l'ennui est le propre de quelqu'un qui, ne sachant pas quoi faire, découvre régulièrement qu'aucune de ses occupations habituelles ne le divertit plus : il a beau faire, il s'ennuie. Or c'est le symptôme de qui, en réalité, ne s'intéresse à rien. Ses divertissements se révèlent alors pour ce qu'ils sont : des divertissements qui, en le détournant du réel, lui cachent qu'en fait, il se désintéresse du réel. C'est banal, et ça disparaît sitôt qu'on a trouvé un nouveau divertissement.

Pascal emploie le terme dans son sens ancien, beaucoup plus fort, qui désigne une "douleur odieuse", un "tourment insupportable", un "violent désespoir". On le voit bien dans ce passage des Pensées à propos du divertissement :
Quand je m’y suis mis quelquefois, à considérer les diverses agitations des hommes et les périls et les peines où ils s’exposent, dans la cour, dans la guerre, d’où naissent tant de querelles, de passions, d’entreprises hardies et souvent mauvaises, etc., j’ai découvert que tout le malheur des hommes vient d’une seule chose, qui est de ne savoir pas demeurer en repos dans une chambre. Un homme qui a assez de bien pour vivre, s’il savait demeurer chez soi avec plaisir, n’en sortirait pas pour aller sur la mer ou au siège d’une place. On n’achètera une charge à l’armée si cher, que parce qu’on trouverait insupportable de ne bouger de la ville ; et on ne recherche les conversations et les divertissements des jeux que parce qu’on ne peut demeurer chez soi avec plaisir.
  Mais quand j’ai pensé de plus près, et qu’après avoir trouvé la cause de tous nos malheurs, j’ai voulu en découvrir la raison, j’ai trouvé qu’il y en a une bien effective, qui consiste dans le malheur naturel de notre condition faible et mortelle, et si misérable, que rien ne peut nous consoler, lorsque nous y pensons de près.
  Quelque condition qu’on se figure, si l’on assemble tous les biens qui peuvent nous appartenir, la royauté est le plus beau poste du monde, et cependant qu’on s’en imagine, accompagné de toutes les satisfactions qui peuvent le toucher. S’il est sans divertissement, et qu’on le laisse considérer et faire réflexion sur ce qu’il est, cette félicité languissante ne le soutiendra point, il tombera par nécessité dans les vues qui le menacent, des révoltes qui peuvent arriver, et enfin de la mort et des maladies qui sont inévitables ; de sorte que, s’il est sans ce qu’on appelle divertissement, le voilà malheureux et plus malheureux que le moindre de ses sujets, qui joue et se divertit.


Dernière édition par Euterpe le Dim 19 Nov 2017 - 1:49, édité 1 fois
avatar
Invité
Invité

L'ennui.

le Ven 22 Juil 2011 - 10:23
Je précisais hier soir que l'ennui était le désir de désirer. Euterpe confirme de son côté que l'ennui recherche un objet au désir et souvent même un nouvel objet. Je voudrais livrer un indice supplémentaire : celui qui s'ennuie sait qu'il y a mieux à faire (car d'autres ne s'ennuient pas ou parce que lui-même a le souvenir de s'être davantage impliqué dans l'existence — cf. le latin interesse —). Ce qui fait que dans l'ennui, il y a souvent la jalousie prête à sévir et qui déclenchera parfois une action idiote.
Jusqu'où l'homme (et la femme !) peuvent-ils aller, poussés par l'ennui ? Et les puissants de ce monde ? Dans le couple, dans la famille, etc., l'ennui, père et mère de tous les vices ?

D'où la question passionnante : Quelle est la part "culturelle" de l'ennui ? L'ennui existe-t-il dans les sociétés primitives ? Y a-t-il des langues où ce mot est difficile à traduire ?
Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum