Partagez
Aller en bas
Petrus
Messages : 2
Date d'inscription : 15/06/2015
Age : 44
Localisation : Epinal, Vosges, France

Au Sujet d'un mouvement : l'humanisme séculier

le Lun 15 Juin 2015 - 23:04
(Re) Bonjour à tous,

J'ai lu sur Wikipédia une brève description d'un courant de pensée nommé l'humanisme séculier. En résumé, il propose une façon éthique d'être qui ne se fonde pas sur une transcendance mais sur l'usage de la raison. Il s'appuie sur les disciplines des sciences positives (biologie, neurosciences, physique) et sur leurs démarches.
Mais je n'ai pu trouver que très peu de documentation là-dessus.

Est-ce un mouvement fiable, sérieux ? Y a-t-il des sources accessibles ?... Bref, qu'en pensez-vous ?

Petrus
avatar
Desassocega
Messages : 1156
Date d'inscription : 02/04/2011

Re: Au Sujet d'un mouvement : l'humanisme séculier

le Mar 16 Juin 2015 - 0:35
Bonsoir, 

Le philosophe américain Paul Kurtz a consacré un livre à ce courant : In Defense of Secular Humanism (je crois qu'il n'est pas traduit en français). Sinon, et par rapport à ce qui est marqué sur la page wikipédia de l'humanisme séculier, j'avoue être assez sceptique : ce courant semble se fonder sur la croyance que l'histoire de la morale a été parallèle à celle de la religion et de la foi. Comme si la philosophie n'avait jamais rien produit dans le domaine moral et politique quelque chose qui fût sans dogme religieux. Il suffit pourtant de lire Spinoza pour trouver une éthique sans transcendance, et de lire Kant pour trouver une morale sans dogme religieux. Tous les principes de "l'humanisme séculier" cités dans l'article wikipédia ont déjà été sérieusement pris en vue dans l'histoire de la philosophie.
Petrus
Messages : 2
Date d'inscription : 15/06/2015
Age : 44
Localisation : Epinal, Vosges, France

Re: Au Sujet d'un mouvement : l'humanisme séculier

le Mer 17 Juin 2015 - 21:46
Merci à tous pour ces précieux avis. Ils confirment mon impression sur le sujet :

D'une part, il est vrai que le trop grand crédit accordé aux sciences dites dures ou positives par les tenants de l'humanisme séculier a quelque chose de contradictoire avec la longue histoire de l'humanisme de Montaigne à Nietzsche en passant par Voltaire et Leibniz. Mais c'est un penchant très anglo-saxon que de ne s'appuyer que sur les dernières découvertes des sciences positives (École de Chicago) et nous ne devrions peut-être pas les sous estimer. 

D'autre part, pour répondre ou prendre ma part au débat raison vs croyance, ou raison vs nature, il me semble un peu rapide d'opposer frontalement ces deux "Weltanschauung": N'oublions pas le vieux Kant qui voulait faire une place égale à la raison et à la croyance. Car la croyance, hors religion, continue a dicter la plus grande part de nos actions. Nous ne pouvons pas être experts en tout, et il nus faut bien nous fier (croire) au discours de ceux qui se disent spécialistes ou experts de tel ou tel champ de connaissance. Aussi, peut-être n'est-ce pas à un niveau épistémologique que nous devrions porter le débat connaissance vs croyance mais plutôt à un niveau éthique (ou moral ou même politique). Quelle conduite est la plus apte à former un honnête homme ? La croyance qui nous met à la merci du premier beau parleur ou la raison qui nous incite à doute de tout ce que l'on reçoit ? Beau sujet pour le bac, n'est-il pas?
avatar
Invité
Invité

Re: Au Sujet d'un mouvement : l'humanisme séculier

le Jeu 18 Juin 2015 - 1:15
@Petrus a écrit: Mais c'est un penchant très anglo-saxon que de ne s'appuyer que sur les dernières découvertes des sciences positives (École de Chicago) et nous ne devrions peut-être pas les sous estimer.
Pourtant cette ambition est également présente dans La Conception scientifique du monde : Le Cercle de Vienne (1929).
Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum