παιδεία | μανθάνω | ἀπομανθάνω

    L'utilisation de la biologie dans les sciences humaines.

    Partagez
    avatar
    friedrich crap
    Invité

    Re: L'utilisation de la biologie dans les sciences humaines.

    Message  friedrich crap le Mar 2 Aoû 2011 - 21:21

    Kthun a écrit:
    Ce qui serait intéressant de savoir est ce qui a trait à la vie quotidienne, des circonstances concrètes, non ?

    Je pense que les recherches menées par Edward T.Hall et son concept de "proxémie" sont susceptibles de vous intéresser. Hall a étudié méthodiquement (grâce à la vidéo, à la photographie,...) les distances physiques (et la gestuelle) qui s'établissent lors d'interactions entre les personnes dans différentes cultures et diverses situations humaines. Vous pourrez lire avec bonheur son livre La Dimension cachée paru au seuil en 1984. Je ne sais pas s'il faut parler chez lui de biologie appliquée aux sciences humaines mais il est certain que la méthode , et l'objet de ses recherches sont du domaine de l'observation scientifique de la vie humaine. S'agit-il de psychologie sociale, de sociobiologie, d'éthologie ou de biologie ? Vous en jugerez et peu m'importe le chapeau. En tous cas vous y trouverez un exemple de ce que vous cherchez : du très concret, de l'humain, de l'observation "biologique et culturelle".


    Dernière édition par friedrich crap le Mer 3 Aoû 2011 - 21:04, édité 1 fois
    avatar
    jem

    Messages : 94
    Date d'inscription : 18/06/2011
    Age : 24

    Re: L'utilisation de la biologie dans les sciences humaines.

    Message  jem le Mer 3 Aoû 2011 - 11:45

    Pourrions-nous dire que la biologie doit servir la sociologie et inversement, mais que ces études ne doivent pas prendre vie dans nos mœurs ? Car visiblement, c'est ce dernier point qui freine l'association de ces deux sciences.
    avatar
    Invité
    Invité

    Re: L'utilisation de la biologie dans les sciences humaines.

    Message  Invité le Mer 3 Aoû 2011 - 21:07

    jeje62 a écrit:Pourrions nous dire que la biologie doit servir la sociologie et inversement, mais que ces études ne doivent pas prendre vie dans nos mœurs ? Car visiblement, c'est ce dernier point qui freine l'association de ces deux sciences.
    Mais si l'homme n'est pas étudié dans ses mœurs, dans son "habitus", où voulez-vous qu'il soit étudié ?
    avatar
    jem

    Messages : 94
    Date d'inscription : 18/06/2011
    Age : 24

    Re: L'utilisation de la biologie dans les sciences humaines.

    Message  jem le Jeu 4 Aoû 2011 - 9:43

    Je n'ai pas dit qu'il ne devait pas être étudié dans ses mœurs. J'ai dit que les études menées, visant à la compréhension de l'homme dans ses mœurs, ne devaient pas être utilisées dans la vie courante, mais qu'elles doivent rester là où elles peuvent être aisément comprises. Je dis cela car nombre de personnes aujourd'hui s'aventurent à faire de la psychologie sur les gens autour d'eux, chose absurde d'ailleurs car on sait que l'on ne peut analyser son entourage ou soi-même car on manque bien souvent de clairvoyance et d'objectivité. La psychologie, comme l'écologie, s'appuie plus sur des observations que sur des certitudes. On entend dans ces domaines beaucoup parler de probabilités. On a donc des difficultés à manier ces sciences, et mal utilisées on arriverait vite à des a priori non fondés.
    avatar
    friedrich crap
    Invité

    Re: L'utilisation de la biologie dans les sciences humaines.

    Message  friedrich crap le Jeu 4 Aoû 2011 - 9:59

    jeje62 a écrit:Je n'ai pas dit qu'il ne devait pas être étudié dans ses mœurs. J'ai dit que les études menées, visant à la compréhension de l'homme dans ses mœurs, ne devaient pas être utilisées dans la vie courante, mais qu'elles doivent rester là où elles peuvent être aisément comprises. Je dis cela car nombre de personnes aujourd'hui s'aventurent à faire de la psychologie sur les gens autour d'eux, chose absurde d'ailleurs car on sait que l'on ne peut analyser son entourage ou soi-même car on manque bien souvent de clairvoyance et d'objectivité. La psychologie, comme l'écologie, s'appuie plus sur des observations que sur des certitudes. On entend dans ces domaines beaucoup parler de probabilités. On a donc des difficultés à manier ces sciences, et mal utilisées on arriverait vite à des a priori non fondés.
    Lisez un petit livre comme celui de Edward T. Hall, La dimension cachée (Seuil), je pense que cela vous plaira : c'est une étude scientifique, point besoin de probabilités dans ce qu'il fait.
    avatar
    jem

    Messages : 94
    Date d'inscription : 18/06/2011
    Age : 24

    Re: L'utilisation de la biologie dans les sciences humaines.

    Message  jem le Ven 5 Aoû 2011 - 17:52

    Bien je lirai cela .
    avatar
    Invité
    Invité

    Re: L'utilisation de la biologie dans les sciences humaines.

    Message  Invité le Sam 6 Aoû 2011 - 17:04

    Il n'y a qu'une différence de degré et non de "Nature" entre les sociétés, les cultures humaines, et les autres sociétés, cultures animales, quand bien même ce serait la plus importante. L'homme n'est pas un animal comme les autres, mais c'est tout de même un animal parmi les autres (pour leur plus grand malheur). Toute société animale développe ses propres codes constitutifs. Mais donc beaucoup s'obstinent toujours à refuser de parler d'institutions imaginaires. C'est un combat d'arrière garde manifeste. Le moineau domestique, Passer domesticus, est l'espèce la plus grégaire qui fréquente ma propriété. Les individus de cette espèce qui a "choisi" la grégarité y trouvent certainement leur compte. Mais cette proximité est aussi une promiscuité qui génère d'innombrables problèmes, conflits, rapports de force, hiérarchies. En fait, dès le moment où on admet qu'il y a des sociétés animales, ce qui est scientifiquement prouvé, nous vivons à une époque où il n'est plus possible de le nier, on admet l'existence de règles, de codes, et j'en passe. Ainsi une brèche qui ne peut plus être refermée est ouverte : la transgression, la non-transgression, la duplicité, par l'individu, le Sujet, le Bien et le Mal, la Culpabilité, le dilemme, donc le référent, l'institution, le dieu, la culture, peuvent advenir. L'apparition de règles présuppose celles de rapports de force entre individus de la même espèce, on peut ainsi régresser jusqu'à l'apparition de la vie, à laquelle se superposentde façon concomitante l'apparition et le développement du Sens, du Sujet, dialectiquement dit cette fois.

    J'aimerais également m'insurger contre une véritable ineptie, aberration, même s'il faut bien comprendre que même les sciences n'échappent pas à l'esprit de chapelle. Plus l'espèce est évoluée, le Sujet significativement tel, moins l'écologie comportementale, inaugurée par la sociobiologie, est pertinente. Par exemple, l'infanticide des lionceaux du rival fraîchement évincé par le nouveau mâle dominant n'a pas d'autre intérêt que d'entraîner le changement hormonal qui fera retomber les femelles en chaleur. Le nouveau chef, mâle, dominant, Sujet s'il en est, n'est pas disposé à partager quoi que ce soit, et non pas comme je l'ai lu, ne veut pas "courir le risque d'être bouté hors de la troupe par un rival avant même d'avoir pu assurer une quelconque descendance". L'opposition entre éthologie et écologie comportementale est contre-productive, elles sont complémentaires. Le lion ne tue pas ses petits, pratique l'homosexualité et donc la sodomie, une femelle chacal peut nourrir ses petits avec ceux de la voisine, les dauphins tuent pour jouer (par exemple des marsouins), pratiquent le viol, quinze pour cent des couples de cygnes sont homosexuels, et cette espèce, herbivore, pratique le meurtre aussi bien intra qu'interspécifique, une femelle crocodile peut dévorer ses petits après les avoir protégés au péril de sa vie lors de leurs premières semaines, quant aux chimpanzés, n'en parlons pas : on découvre que les Romains et les dynasties royales n'ont rien inventé, etc. Les pertinences respectives de ces deux approches dépendent du rameau de la vie, du niveau d'évolution observé, de l'ampleur du Sujet considéré. La sociobiologie s'est même risquée à appliquer des raisonnements darwiniens aux comportements humains, programme que la "psychologie évolutionniste" (!) s'est risquée à appliquer aux fonctions supérieures de la cognition ! Là, on frise le délire. Alors que Darwin lui-même, et très honnêtement il le dira explicitement, éprouvera les limites de sa théorie très précisément lorsqu'il se penchera sur la sélection sexuelle. Il y avait effectivement anguille sous roche : l'émergence phylogénétique progressive du Sujet en tant que tel, biologiquement, puis philosophiquement dit.

    avatar
    Euterpe

    Messages : 2974
    Date d'inscription : 29/01/2011
    Age : 46

    Re: L'utilisation de la biologie dans les sciences humaines.

    Message  Euterpe le Jeu 28 Juil 2016 - 11:05

    Édition complète du topic (orthographe, syntaxe et mise en page). Messages hors-sujets déplacés dans les Archives du forum.

      La date/heure actuelle est Dim 17 Déc 2017 - 1:29