παιδεία | μανθάνω | ἀπομανθάνω

    Du bon usage de la citation en philosophie.

    Partagez
    avatar
    Desassocega

    Messages : 2815
    Date d'inscription : 02/04/2011

    Du bon usage de la citation en philosophie.

    Message  Desassocega le Mer 8 Juin 2011 - 10:07

    Bonjour à tous. J’ai décidé de créer ce sujet car je me confronte depuis plusieurs mois déjà à un problème.

    Je suis actif sur quelques forums de débats, débats philosophiques pour la plupart. Et à chaque fois, pour exprimer ma pensée, je cite des philosophes. Je dis par exemple : « comme disait [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] », vous voyez le style. Seulement, cela est un problème. Car alors on me dit : « tu te caches derrière des noms, mais tu n’exprimes pas ton point de vue, donc ce que tu dis ne sert à rien. Tu te prends pour un grand intellectuel sous prétexte que tu as lu certains livres, tu fais l’arrogant mais ça ne dit rien de ce que tu penses toi. Tu ne fais que prouver ton inintelligence en essayant de paraître intelligent. »… Ce genre de propos m’insupporte au plus haut point. Je rétorque ainsi à ces propos qu’à notre âge (les forums où je débats comportent des membres qui ont en moyenne 20 ans), notre pensée ne peut se forger que par l’étude de ceux qui ont fait un véritable effort philosophique, que la vraie arrogance ne réside pas dans mes propos, mais plutôt dans les leurs, car ils ont la prétention d’inventer un système, quand je ne fais que rendre à César ce qui est à César ; quand ils croient penser par eux-mêmes, ils ne font que spiritualiser des lieux communs, ils ne font qu’enfoncer des portes déjà ouvertes, ils ne font que « réarranger des préjugés » comme disait William James.

    D’où la question que je pose aujourd’hui ici : est-ce que le fait de forger sa pensée grâce aux lectures que l’on fait d’autres penseurs est une erreur ? Peut-on réellement « penser par soi-même » quand on a 20 ans ?  
    Ce genre de choses m’arrive tellement souvent que je me remets en question. Dans chaque débat, je ne jure que par Spinoza, [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien], Épicure, [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien], [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien], Alain et tant d’autres. J’ai fait miennes leurs pensées. Non pas que je croie aveuglément tout ce qu’ils pensent, mais disons que dès lors que je suis d’accord avec eux sur un point, j’adopte ce point de vue et les cite.

    Est-ce une erreur de ma part ? Devrais-je m’affranchir de ces auteurs que j’admire tant ? J’ai renoncé il y a de cela bien longtemps à créer un système philosophique. J’ai renoncé il y a peu à créer une œuvre philosophique. Mais jamais je ne renoncerai à la connaissance, à cette recherche de la vérité, recherche passant pour moi par la philosophie.

    D’où ma question finale : les auteurs qu'on lit pour se forger une pensée sont-ils un obstacle à la formation philosophique que l'on entreprend ? Et si oui, comment pourraient-ils l'être, car je ne vois pas...
    avatar
    jean ghislain

    Messages : 331
    Date d'inscription : 13/03/2011
    Age : 43

    Re: Du bon usage de la citation en philosophie.

    Message  jean ghislain le Mer 8 Juin 2011 - 16:33

    Il est difficile de se défaire des pensées des philosophes que l'on aime, surtout quand ils calent exactement à notre point de vue. Ceci dit, la vie apporte je pense des modifications par rapport aux théories que l'on se forge dès le plus jeune âge, car l'on voit que tout ne se réduit pas à des schémas purement théoriques de façon systématique. Est-ce à dire qu'on arrive à faire sa propre philosophie ? Peut-être, du moins avec l'âge et je crois sincèrement que la vie nous force à changer nos points de vue premiers. La vie n'est-elle pas une éternelle recherche de sa propre vérité, du moins en philosophie ?
    avatar
    Desassocega

    Messages : 2815
    Date d'inscription : 02/04/2011

    Re: Du bon usage de la citation en philosophie.

    Message  Desassocega le Mer 8 Juin 2011 - 17:27

    Peut-être, du moins avec l'âge et je crois sincèrement que la vie nous force à changer nos points de vue premiers.
    J'attendrai que la vie me change alors... Bien que la philosophie l'ait déjà fait et le fera encore et encore, car on n'a jamais fini de philosopher.

    Liber

    Messages : 1399
    Date d'inscription : 30/01/2011

    Re: Du bon usage de la citation en philosophie.

    Message  Liber le Jeu 9 Juin 2011 - 9:43

    On ne peut jamais réellement "penser par soi-même", puisqu'on vit dans une société qui nous imprègne continuellement et dont on tire une bonne partie de notre subsistance, spirituelle comme matérielle. Donc à ce compte, mieux vaut penser avec de grands auteurs qu'avec des imbéciles. Smile Mais on peut aussi essayer de se forger un caractère, d'où résultera une façon plus ou moins originale de voir le monde. Il y a des auteurs plus propices que d'autres à cette ambition. Un Nietzsche nous renvoie davantage à nous-mêmes que d'autres écrivains, nous forçant à nous confronter aux autres. Le caractère est chose stable, on peut capitaliser sur lui. Une théorie qu'on adopte jeune risque de s'effondrer un jour, quand les passions qui nous avaient jeté vers elle auront faibli. Mais tout ne sera pas perdu, car cette théorie nous aura durablement marqué.
    avatar
    Desassocega

    Messages : 2815
    Date d'inscription : 02/04/2011

    Re: Du bon usage de la citation en philosophie.

    Message  Desassocega le Jeu 9 Juin 2011 - 12:52

    On ne peut jamais réellement "penser par soi-même", puisqu'on vit dans une société qui nous imprègne continuellement et dont on tire une bonne partie
    C'est aussi mon avis.

    Un Nietzsche nous renvoie davantage à nous-mêmes que d'autres écrivains
    Je trouve aussi. J'ai trouvé chez Nietzsche une certaine affirmation de moi-même. D'ailleurs cet été, je m'attaque à Zarathoustra.
    avatar
    Invité
    Invité

    Re: Du bon usage de la citation en philosophie.

    Message  Invité le Sam 11 Juin 2011 - 13:24

    Pour répondre à votre question, à mon avis la lecture des philosophes (ou au moins la connaissance de leur doctrine) paraît indispensable à plusieurs points de vue.

    D'abord, pour reprendre le mot de Roger Caratini (Vent de philo), car si à Athènes au Vème siècle on était sûr que le philosophe était l'inventeur d'un système philosophique, aujourd'hui on est sûr qu'il en est un continuateur. J'entends par là (et lui aussi) que faire de la philosophie passe par des points de passage obligés de la pensée (on va tous se poser plus ou moins les mêmes questions) et que si on veut avancer en complétant ou en s'opposant, on ne peut faire l'économie de ce qui a été dit avant nous. Il ne s'agit pas de faire de l'argument d'autorité, mais ces philosophes sont des figures d'autorité, c'est-à-dire non pas qu'ils détiennent la vérité, mais qu'on peut supposer que leur lecture critique nous apprendra quelque chose. Peut-on imaginer faire des mathématiques sans connaître les théorèmes ?

    Il s'agit donc, dans une copie, ou dans une argumentation, de dire ou du moins de savoir où se situe la pensée philosophique sur telle ou telle question, pour ensuite savoir où on se positionne suite à un travail critique, et avancer à cet effet ses propres arguments.

    Ensuite l'intérêt de lire les philosophes est que les textes philosophiques sont des exemples de raisonnement, des modèles qui peuvent nous apprendre à raisonner nous-mêmes.

    Enfin pour réfléchir sur sa propre pensée. Ceux qui s'estiment philosophes parce qu'il ont des idées ont du souci à se faire, car on raisonne avec des outils (langage, culture, concepts...) et qu'un voyage dans les auteurs, les religions, l'histoire, leur famille, leur fera vite comprendre que leurs idées ne viennent pas de nulle part, et qu'en cela ils sont dans l'opinion.
    avatar
    Hervé BOURGOIS

    Messages : 110
    Date d'inscription : 07/02/2016
    Age : 55

    Re: Du bon usage de la citation en philosophie.

    Message  Hervé BOURGOIS le Mer 17 Fév 2016 - 20:24

    Cette question est très vaste et il faudrait revenir aux sources... Aussi, je vais tenter d'être rapide et synthétique. Nous sommes éduqués par la société et c'est elle qui nous fournit les connaissances nécessaires à la réflexion et au raisonnement. Il faut voir les connaissances humaines et nos connaissances propres comme des mondes clos que nous ne pouvons étendre que par raisonnement, mais quand nous le faisons nous ne pouvons plus être compris car nous sortons des connaissances humaines. Nous sommes donc contraints d'enrichir les connaissances sans jamais les remettre en cause. Cela conduit à un paradoxe. D'une part, plus nous avons de connaissances, plus nous pouvons les affiner et créer des choses complexes. Cela signifie également que de moins en moins de monde est capable d'acquérir les connaissances nécessaires pour les enrichir. Mais d'autre part, comme nous ne pouvons pas les remettre en cause, nous ne sommes plus capables d’originalité, de sortir du cadre pour inventer des choses réellement nouvelles.
     
    Donc, la réponse à cette question est qu'effectivement la formation philosophique conduit à deux obstacles, le premier est de restreindre son monde relationnel, le nombre de personnes avec lesquelles nous pouvons discuter de philosophie, le second est de ne plus être capable d'innover, de remettre en cause les "vérités toutes relatives et temporelles" de ses prédécesseurs, mais dans le même temps c'est la seule possibilité d'enrichir encore les connaissances... 
    Le moyen terme envisageable, c'est de se former et d'apprendre en même temps à se remettre en cause.

    [Suppression d'une erreur à propos de la théorie de la relativité et de la physique quantique (Euterpe)]
    avatar
    Héliogabale

    Messages : 14
    Date d'inscription : 23/03/2015
    Age : 25
    Localisation : là où il y a eu un temple de Raison

    Penser librement ?

    Message  Héliogabale le Sam 11 Juin 2016 - 22:06

    Bonjour/bonsoir

    Je m'interroge depuis plusieurs semaines et même plusieurs mois au point que ça me torture et m'empêche de dormir convenablement. Est-ce que nous sommes réellement libres dans notre pensée ? Plus je progressais dans mes lectures philosophiques, dans l'histoire de la philosophie, plus je constatais que ma pensée, que je jugeais "originale" car naïve, bien avant que j'entre en contact avec de nouveaux auteurs, ne l'était pas.
    Je pense que je cherche vraiment à me démarquer, peut être une ὕϐρις passagère, mais je me sens terriblement coincé et déçu de mon apprentissage philosophique.

    Pour vous montrer à quel point je me sens coincé, il me suffit qu'on me parle de quelque chose pour qu'une citation m'apparaisse en tête, je me sens incapable de penser sans citation. Je deviens une véritable machine à citer, et est-ce que ce sont mes paroles qui sortent ? ou celle d'un intellectuel mort ?

    Psychologiquement ça devient dur, je me perds et ne me cantonne qu'à ce qui est, incapable de critiquer, je suis face à un néant. Comme si la philosophie avait vraiment touché fin en 1807 et que je comprends ce besoin de sortir d'elle-même.

    Est-ce que cela vous est arrivé ? êtes-vous dans le même état que moi ? Est-ce que vous avez une solution contre cela ? 

    De mon côté j'ouvre un livre de Michel Tozzi "Penser par soi-même", j'espère m'en remettre rapidement.

    Pardon pour les quelques fautes qui pourraient traîner ici, c'est un mélange de fatigue et de pression personnelle que je me lance depuis quelque temps.
    avatar
    Desassocega

    Messages : 2815
    Date d'inscription : 02/04/2011

    Re: Du bon usage de la citation en philosophie.

    Message  Desassocega le Dim 12 Juin 2016 - 0:37

    Ce fil de discussion vous apportera pas mal de réponses je pense, puisqu'il développe beaucoup ce dont vous parlez ici : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

    J'ai fusionné les deux topics (Euterpe).
    avatar
    Euterpe

    Messages : 4080
    Date d'inscription : 29/01/2011
    Age : 46

    Re: Du bon usage de la citation en philosophie.

    Message  Euterpe le Jeu 18 Aoû 2016 - 13:51

    Pour information...

    Programme d’enseignement de la philosophie en classe terminale des séries générales
    Référence officielle


    NOR : MENE0301199A
    RLR : 521-7
    ARRÊTÉ DU 27-5-2003
    JO DU 6-6-2003
    MEN
    DESCO A4

    Sur le site du Ministère de l’Éducation nationale

    Présentation

    I. 1. L’enseignement de la philosophie en classes terminales a pour objectif de favoriser l’accès de chaque élève à l’exercice réfléchi du jugement, et de lui offrir une culture philosophique initiale. Ces deux finalités sont substantiellement unies. Une culture n’est proprement philosophique que dans la mesure où elle se trouve constamment investie dans la position des problèmes et dans l’essai méthodique de leurs formulations et de leurs solutions possibles ; l’exercice du jugement n’a de valeur que pour autant qu’il s’applique à des contenus déterminés et qu’il est éclairé par les acquis de la culture.
    La culture philosophique à acquérir durant l’année de terminale repose elle-même sur la formation scolaire antérieure, dont l’enseignement de la philosophie mobilise de nombreux éléments, notamment pour la maîtrise de l’expression et de l’argumentation, la culture littéraire et artistique, les savoirs scientifiques et la connaissance de l’histoire. Ouvert aux acquis des autres disciplines, cet enseignement vise dans l’ensemble de ses démarches à développer chez les élèves l’aptitude à l’analyse, le goût des notions exactes et le sens de la responsabilité intellectuelle. Il contribue ainsi à former des esprits autonomes, avertis de la complexité du réel et capables de mettre en œuvre une conscience critique du monde contemporain.
    Dispensé durant une seule année, à la fin du cycle secondaire, et sanctionné par les épreuves d’un examen national, l’enseignement de la philosophie en classes terminales présente un caractère élémentaire qui exclut par principe une visée encyclopédique. Il ne saurait être question d’examiner dans l’espace d’une année scolaire tous les problèmes philosophiques que l’on peut légitimement poser, ou qui se posent de quelque manière à chaque homme sur lui-même, sur le monde, sur la société, etc. Il ne peut pas non plus s’agir de parcourir toutes les étapes de l’histoire de la philosophie, ni de répertorier toutes les orientations doctrinales qui s’y sont élaborées. Il convient donc d’indiquer clairement à la fois les thèmes sur lesquels porte l’enseignement et les compétences que les élèves doivent acquérir pour maîtriser et exploiter ce qu’ils ont appris. Le programme délimite ainsi le champ d’étude commun aux élèves de chaque série.

    I. 2. Dans les classes terminales conduisant aux baccalauréats des séries générales, les programmes se composent d’une liste de notions et d’une liste d’auteurs. Les notions définissent les champs de problèmes abordés dans l’enseignement, et les auteurs fournissent les textes, en nombre limité, qui font l’objet d’une étude suivie.
    Ces deux éléments seront traités conjointement, de manière à respecter l’unité et la cohérence du programme. C’est dans leur étude que seront acquises et développées les compétences définies au Titre III ci-dessous. Les notions peuvent être interrogées à la faveur du commentaire d’une œuve ; le commentaire d’une œuve peut à son tour être développé à partir d’une interrogation sur une notion ou sur un ensemble de notions, qu’il permet aussi d’appréhender dans certains moments historiques et culturels de leur élaboration. Le professeur déterminera la démarche qui lui paraîtra le mieux correspondre aux exigences de son cours et aux besoins de ses élèves.
    La liste des notions et celle des auteurs ne proposent pas un champ indéterminé de sujets de débats ouverts et extensibles à volonté. Elles n’imposent pas non plus un inventaire supposé complet de thèmes d’étude que l’élève pourrait maîtriser du dehors par l’acquisition de connaissances spéciales, soit en histoire de la philosophie, soit en tout autre domaine du savoir. Elles déterminent un cadre pour l’apprentissage de la réflexion philosophique, fondé sur l’acquisition de connaissances rationnelles et l’appropriation du sens des textes.

    II.1. Notions et repères

    Le choix d’un nombre restreint de notions n’a d’autre principe que d’identifier les plus communes et les mieux partagées. Les notions retenues doivent constituer un ensemble suffisamment cohérent et homogène pour que leur traitement fasse toujours ressortir leurs liens organiques de dépendance et d’association. En outre, la spécification des listes de notions propres au programme de chaque série tient compte non seulement de l’horaire dévolu à l’enseignement de la philosophie, mais aussi des connaissances acquises par les élèves dans les autres disciplines. Enfin, l’intelligence et le traitement des problèmes que les notions permettent de poser doivent être guidés par un certain nombre de repères explicites.

    II.1.1. Notions

    Dans toutes les séries, la liste des notions s’articule à partir de cinq champs de problèmes, eux-mêmes désignés par des notions, isolées ou couplées, qui orientent les directions fondamentales de la recherche. Ces cinq notions ou couples de notions occupent la première colonne des tableaux ci-dessous.
    La deuxième colonne présente les principales notions, isolées ou couplées, dont le traitement permet de spécifier et de déterminer, par les relations qu’il établit entre elles, les problèmes correspondant à ces divers champs.
    La présentation de certaines notions en couple n’implique aucune orientation doctrinale définie. De même que la mise en correspondance des notions de la deuxième colonne à celles de la première, elle vise uniquement à définir une priorité dans l’ordre des problèmes que ces notions permettent de formuler.
    Les notions figurant dans l’une et l’autre colonnes ne constituent pas nécessairement, dans l’économie du cours élaboré par le professeur, des têtes de chapitre. L’ordre dans lequel les notions sont abordées et leur articulation avec l’étude des œuves relèvent de la liberté philosophique et de la responsabilité du professeur, pourvu que toutes soient examinées. Le professeur mettra en évidence la complémentarité des traitements dont une même notion aura pu être l’objet dans des moments distincts de son enseignement.

    II.1.2. Repères

    L’étude méthodique des notions est précisée et enrichie par des repères auxquels le professeur fait référence dans la conduite de son enseignement. Il y a lieu de les formuler explicitement, pour en faciliter l’appropriation par les élèves. Ceux dont l’usage est le plus constant et le plus formateur sont répertoriés, par ordre alphabétique, sous chaque tableau.
    Chacun de ces repères présente deux caractéristiques : il s’agit, d’une part, de distinctions lexicales opératoires en philosophie, dont la reconnaissance précise est supposée par la pratique et la mise en forme d’une pensée rigoureuse, et, d’autre part, de distinctions conceptuelles accréditées dans la tradition et, à ce titre, constitutives d’une culture philosophique élémentaire.
    Les distinctions ainsi spécifiées présentent un caractère opératoire et, à des degrés variables, transversal, qui permet de les mobiliser progressivement, en relation avec l’examen des notions et l’étude des œuves, ainsi que dans les divers exercices proposés aux élèves. Par exemple, la distinction cause-fin peut être impliquée dans l’examen des notions de vérité, d’histoire, de liberté, d’interprétation, de vivant, ou la distinction idéal-réel peut intervenir dans celui des notions d’art, de religion, de liberté, de bonheur, etc.
    C’est aussi pourquoi ces repères ne feront en aucun cas l’objet d’un enseignement séparé ni ne constitueront des parties de cours ; le professeur déterminera à quelles occasions et dans quels contextes il en fera le mieux acquérir par les élèves l’usage pertinent, qui ne saurait se réduire à un apprentissage mécanique de définitions.

    Les sujets donnés à l’épreuve écrite du baccalauréat porteront sur les notions (colonnes 1 et 2) et sur les problèmes qu’elles permettent de poser (l’un des sujets le faisant au travers d’une explication de texte). La structure du programme autorise que ces sujets puissent recouper divers champs, pourvu qu’ils présentent un caractère élémentaire et qu’au moins une des notions du programme soit clairement identifiable par l’élève dans leur formulation. Ils ne prendront pas directement pour objet les distinctions figurant dans la liste des repères (ce qui n’exclut pas, bien entendu, qu’elles soient utilisées dans leur formulation) ; la maîtrise de ces distinctions permettra au candidat de mieux comprendre le sens et la portée d’un problème et de construire sa réflexion pour le traiter.

    [...]

    III. Apprentissage de la réflexion philosophique

    Les formes de discours écrit les plus appropriées pour évaluer le travail des élèves en philosophie sont la dissertation et l’explication de texte.
    La dissertation est l’étude méthodique et progressive des diverses dimensions d’une question donnée. A partir d’une première définition de l’intérêt de cette question et de la formulation du ou des problèmes qui s’y trouvent impliqués, l’élève développe une analyse suivie et cohérente correspondant à ces problèmes, analyse nourrie d’exemples et mobilisant avec le discernement nécessaire les connaissances et les instruments conceptuels à sa disposition.
    L’explication s’attache à dégager les enjeux philosophiques et la démarche caractéristique d’un texte de longueur restreinte. En interrogeant de manière systématique la lettre de ce texte, elle précise le sens et la fonction conceptuelle des termes employés, met en évidence les éléments implicites du propos et décompose les moments de l’argumentation, sans jamais séparer l’analyse formelle d’un souci de compréhension de fond, portant sur le problème traité et sur l’intérêt philosophique de la position construite et assumée par l’auteur.
    Dissertation et explication de texte sont deux exercices complets, qui reposent d’abord sur l’acquisition d’un certain nombre de normes générales du travail intellectuel, telles que l’obligation d’exprimer ses idées sous la forme la plus simple et la plus nuancée possible, celle de n’introduire que des termes dont on est en mesure de justifier l’emploi, celle de préciser parmi les sens d’un mot celui qui est pertinent pour le raisonnement que l’on conduit, etc. Les deux exercices permettent de former et de vérifier l’aptitude de l’élève à utiliser les concepts élaborés et les réflexions développées, ainsi qu’à transposer dans un travail philosophique personnel et vivant les connaissances acquises par l’étude des notions et des œuvres. La maîtrise des distinctions contenues dans la liste des repères (II.1.2) aide l’élève à analyser et à comprendre les sujets et les textes proposés à la réflexion et à construire un propos conceptuellement organisé.

    Les exigences associées à ces exercices, tels qu’ils sont proposés et enseignés en classe terminale, ne portent donc ni sur des règles purement formelles, ni sur la démonstration d’une culture et d’une capacité intellectuelle hors de portée. Elles se ramènent aux conditions élémentaires de la réflexion, et à la demande faite à l’élève d’assumer de manière personnelle et entière la responsabilité de la construction et du détail de son propos. Les capacités à mobiliser reposent largement sur les acquis de la formation scolaire antérieure : elles consistent principalement à introduire à un problème, à mener ou analyser un raisonnement, à apprécier la valeur d’un argument, à exposer et discuter une thèse pertinente par rapport à un problème bien défini, à rechercher un exemple illustrant un concept ou une difficulté, à établir ou restituer une transition entre deux idées, à élaborer une conclusion. Elles sont régulièrement développées et vérifiées au cours de l’année scolaire, que ce soit sous forme écrite ou sous forme orale, dans le cadre de devoirs complets ou d’exercices préparatoires correspondant particulièrement à l’une ou l’autre d’entre elles.

    Il n’y a pas lieu de fournir une liste exhaustive des démarches propres au travail philosophique, ni par conséquent une définition limitative des conditions méthodologiques de leur assimilation. Le professeur doit lui-même donner dans l’agencement de son cours l’exemple de ces diverses démarches, exemple dont l’élève pourra s’inspirer dans les développements qu’il aura à construire et dans l’approche des textes qu’il aura à expliquer. Il lui revient en même temps d’en faire percevoir le bénéfice aux élèves, non seulement pour l’amélioration de leurs résultats scolaires, mais plus généralement, pour la maîtrise de leur propre pensée et pour son expression la plus claire et convaincante.

      La date/heure actuelle est Ven 18 Aoû 2017 - 16:20