Bibliothèque numérique & espace numérique de travail


    L'autorité

    Partagez
    avatar
    jean ghislain

    Messages : 331
    Date d'inscription : 13/03/2011
    Age : 43

    L'autorité

    Message  jean ghislain le Mer 18 Mai 2011 - 17:11

    La question de l'autorité est une question grave. En politique, les dérives peuvent mener à la peine de mort, à une mauvaise gestion de la délinquance. Alors, au lieu de juger, nous pourrions retourner à la source des difficultés. L'école par exemple, sert-elle à épanouir chacun dans son mode de vie, en le poussant vers l'autonomie, plutôt que de l'habituer à obéir ?
    En philosophie, Hume parle du rapport que l'individu peut avoir avec la vérité. Soit un rapport de soumission (la religion, les traditions), soit atteindre la vérité par la Raison, soit expérimenter la vie et ses travers pour trouver sa voie.
    Il me semble qu'il y a un lien originel entre le cheminement vers la vérité et l'autorité, auquel se rajoute la réaction de chacun (passivité ou activité). Pour moi, s'il faut toujours prévenir un enfant et même un individu de l'issue fatale de son erreur, cette aide reste exceptionnelle, car en dehors d'erreurs trop flagrantes et dangereuses à faire, l'erreur peut être utile. En science, par exemple, il est toujours bon de faire des erreurs, ne serait-ce que pour vérifier la théorie et ainsi la corriger. Et combien de révolutions scientifiques sont basées sur des "erreurs" ?
    La question est alors, pourquoi corriger et qui a le droit de corriger ? Est-ce à la société d'agir partout et toujours ?
    Je rajouterai la phrase de Machiavel à méditer : "parmi les hommes, il y a ceux qui apprennent d'eux-mêmes, ceux qui apprennent quand on leur démontre, et ceux qui ne savent jamais rien, même si on les force à savoir" (je cite approximativement, de mémoire) .


    Dernière édition par jean ghislain le Mer 18 Mai 2011 - 17:24, édité 1 fois
    avatar
    Desassocega

    Messages : 2815
    Date d'inscription : 02/04/2011

    Re: L'autorité

    Message  Desassocega le Mer 18 Mai 2011 - 17:21

    Eh bien, vous êtes "à fond" sur la création de sujets.
    Faut-il laisser l'individu seul se corriger, ou est-ce à la société d'agir partout et toujours
    Ni l'un ni l'autre je pense. Il y a certains domaines où la quête de la vérité est intrinsèque, et d'autres où il faut que la société agisse.
    avatar
    Euterpe

    Messages : 4025
    Date d'inscription : 29/01/2011
    Age : 46

    Re: L'autorité

    Message  Euterpe le Mer 18 Mai 2011 - 22:42

    Jean, il me semble que vous articulez plusieurs choses qui demanderaient d'abord à être considérées séparément.

    D'abord, la mission de l'école. Pouvez-vous vraiment affirmer que l'école forme des esclaves (parce que c'est cela que vous entendez, quand vous employez le verbe obéir) ? Ne serait-elle qu'une machine à produire des masses informes, incapables de jugement ? Mais si l'école va si mal, c'est peut-être aussi que ces mêmes masses d'élèves qu'elle forme, non seulement contestent, mais ne savent pas du tout ce qu'est l'autorité (et certes, la réaction crispée et parfois autoritaire de l'institution obscurcit ce qu'est l'autorité, et montre un visage qui ne peut susciter la moindre sympathie), n'en ayant aucune notion, habituées qu'elles sont à voir que tout baigne dans tout, que tout est égal à tout, comme si tout n'était qu'un chaos magmatique. Et pourquoi diable ces mêmes masses contestent-elles l'autorité ? Parce que l'école elle-même s'est réorientée dans les années 70, se donnant une nouvelle mission qui impliquait précisément de renoncer à l'autorité, et d'enseigner qu'il n'y en a pas, ou qu'il n'y en a plus. Sauf qu'il n'aura fallu qu'une ou deux générations pour comprendre que le renoncement à l'autorité amputait l'école d'un fondement qui n'est pas nécessairement un fondement illégitime, quoiqu'il pose de vraies difficultés.

    Depuis plus de trente ans, l'école voudrait n'enseigner que la gentillesse mièvre de l'innocence : tout le monde est beau et gentil, tout se vaut, juger ce n'est pas bien, etc. Surtout, ne jamais confronter les élèves au réel, c'est-à-dire à l'altérité. Jamais. Renoncer à l'autorité signifiait renoncer aux responsabilités, autrement dit cela signifiait juridiquement former des enfants et, en l'occurrence, maintenir des enfants dans l'enfance. Renoncement à l'autorité, renoncement à la responsabilité. Or on ne réinstitue pas l'autorité en la décrétant. Quand un enseignant dit à un élève insolent qu'il est le représentant d'une autorité (toute symbolique) qui exige le respect comme telle, il est à côté de la plaque, puisqu'il argue que sa fonction même fait son autorité. Or, outre qu'il ne reste au mieux qu'une autorité symbolique, à l'heure où l'intelligence symbolique a bel et bien disparu, une autorité auto-immolée ne peut sortir du sarcophage où elle a décidé de vivre pour signifier à qui que ce soit qu'elle est une autorité. Les pyramides étaient dépouillées dès leur scellement, l'autorité des Pharaons tombait avec eux. Mais en ces temps maintenant immémoriaux, les symboles étaient vivants.

    En somme, comment voulez-vous qu'une institution qui s'est elle-même dévêtue de son autorité puisse être accusée de former des ouailles obéissantes ? En outre, il y a bel et bien le projet de rendre autonomes les élèves ; beaucoup de réformes, depuis les années 80, vont en ce sens, quoique leur application laisse à désirer. Mais ce projet, si louable soit-il, doit faire face à une difficulté peut-être insurmontable, que Marcel Gauchet a très bien analysée : comment rendre autonomes des personnes qui ne le sont pas ?

    Quant à l'erreur, elle peut être instructive. C'est peut-être même le moyen de la meilleure instruction. Le problème, c'est que la société accepte de moins en moins l'erreur. L'erreur devient même quelque chose dont beaucoup se scandalisent, provoquant au passage un effet boule de neige, puisque ceux qui ont peur de commettre des erreurs, pour cette raison même, sont susceptibles d'en commettre plus. L'école n'y échappe pas. Or elle devrait être l'institution où l'erreur est non seulement permise, mais encouragée (à condition, cela va sans dire, de ne pas tomber dans le tout et le n'importe quoi). Ça donnerait des êtres plus débrouillards, plus autonomes, et cela rendrait moins nécessaire l'assistanat. Toutefois, des ouailles ont besoin de bergers, et de chiens de berger, pour trouver leur voie ; elles ont donc besoin de correcteurs. Or qu'est-ce qu'un correcteur sans autorité ?


    Dernière édition par Euterpe le Sam 15 Fév 2014 - 14:02, édité 4 fois
    avatar
    jean ghislain

    Messages : 331
    Date d'inscription : 13/03/2011
    Age : 43

    Re: L'autorité

    Message  jean ghislain le Mer 18 Mai 2011 - 22:52

    *


    Dernière édition par jean ghislain le Mar 2 Aoû 2011 - 16:09, édité 1 fois
    avatar
    Euterpe

    Messages : 4025
    Date d'inscription : 29/01/2011
    Age : 46

    Re: L'autorité

    Message  Euterpe le Ven 20 Mai 2011 - 1:02

    Mais où diable voyez-vous de l'autorité ? Qu'est-ce que c'est que cette histoire d'"autorité régnante" ? Je vous signale que la seule autorité régnante, c'est précisément la doxa elle-même. Ça fait quand même trois siècles que ça dure.

    Il ne suffit pas de lancer des idées toutes faites, encore moins de croire qu'elles sont vraies parce qu'on les a. Il faudrait aussi, et peut-être surtout, s'amarrer à des faits, à du réel. Or quand vous affirmez que l'école produit des moutons, vous ne rapportez pas un fait.

    S'il fallait compter le nombre de personnes qui accusent l'école, la société (au fait, c'est quoi la société ?), le système (pseudo concept aussi mystérieux que celui de société), on aurait plutôt l'impression que tout le monde dit ce que vous dites. Mais si tout le monde prétend ne voir que des moutons autour de lui, qui sont les moutons sinon ceux-là mêmes qui s'en plaignent ? Bref, je ne vois rien d'autre qu'un stéréotype mâché et remâché au point qu'il donne la nausée.

    Liber

    Messages : 1399
    Date d'inscription : 30/01/2011

    Re: L'autorité

    Message  Liber le Ven 20 Mai 2011 - 9:54

    @Euterpe a écrit:Quant à l'erreur, elle peut être instructive. C'est peut-être même le moyen de la meilleure instruction. Le problème, c'est que la société accepte de moins en moins l'erreur.
    L'erreur n'est un problème que quand on la transforme systématiquement en "faute". On fait régner la peur du procès, que ce soit le vrai procès, ou un pseudo procès, par exemple, le procès du maître de classe qui humilie devant tout le monde un élève qui s'est trompé. Combien de fois ai-je vu cela pour ne pas le dénoncer ? Évidemment que dans ce cas, l'élève qui travaille seul aura l'avantage de pouvoir se tromper sans être tétanisé. Il retrouvera le sens de l'erreur, qui permet de s'auto-corriger et de s'améliorer, et non de vivre sous le régime de la peur. Personnellement, à part lire et écrire, j'ai tout appris par moi-même. Heureusement que les livres existent !

    Contenu sponsorisé

    Re: L'autorité

    Message  Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Lun 26 Juin 2017 - 19:23