παιδεία | μανθάνω | ἀπομανθάνω

    Penser avec le septième art

    Partagez
    avatar
    Gisli

    Messages : 16
    Date d'inscription : 13/02/2011
    Age : 32

    Penser avec le septième art

    Message  Gisli le Lun 28 Mar 2011 - 21:21

    Je vous propose ce sujet pour partager des extraits de films qui donnent à penser.

    Je commencerai avec un extrait du mythique « Le Septième Sceau » (Det sjunde inseglet), de Ingmar Bergman, sorti en 1957.

    avatar
    Euterpe

    Messages : 4212
    Date d'inscription : 29/01/2011
    Age : 46

    Re: Penser avec le septième art

    Message  Euterpe le Jeu 31 Mar 2011 - 21:20

    Bernardo Bertolucci, La Luna, 1979, scène d'ouverture :


    Silentio

    Messages : 2475
    Date d'inscription : 30/01/2011
    Age : 29
    Localisation : Paris

    Re: Penser avec le septième art

    Message  Silentio le Ven 1 Avr 2011 - 13:21

    Eric Rohmer, Ma nuit chez Maud, 1969.

    avatar
    Gisli

    Messages : 16
    Date d'inscription : 13/02/2011
    Age : 32

    Re: Penser avec le septième art

    Message  Gisli le Lun 4 Avr 2011 - 23:00

    Superbe ce passage de Bertolucci, très "méditerranéen".

    Un passage mythique de Blade Runner (pour la version française cherchez "Blade Runner larmes dans la pluie" sur youtube) :
    avatar
    Euterpe

    Messages : 4212
    Date d'inscription : 29/01/2011
    Age : 46

    Re: Penser avec le septième art

    Message  Euterpe le Ven 22 Avr 2011 - 20:16

    Gisli a écrit:Superbe ce passage de Bertolucci, très "méditerranéen".
    Oui. Toute la scène résume parfaitement le film. C'est toujours comme ça que ça se passe avec les œuvres : le début est le résumé de tout le reste. Ici, on voit le rapport incestueux qu'entretient la mère avec son enfant, l'absence du père, etc., tout, jusque dans le moindre mouvement de caméra, y porte ce que montre le film (un des meilleurs, sinon le meilleur de Bertolucci à mon sens, mais je suis très subjectif ici : ça se passe à Rome, on y voit des aspects de la Ville d'un enchantement qui confine parfois à la commotion, etc.).

    Blade Runner fait partie des dix- vingt meilleurs films jamais réalisés, et cette scène, comme d'autres dans le film (pensons à Rachel), est un moment de poésie, de vraie poésie.
    avatar
    Vangelis
    Princeps
    Princeps

    Messages : 1433
    Date d'inscription : 11/03/2011

    Re: Penser avec le septième art

    Message  Vangelis le Mar 3 Mai 2011 - 19:24

    Les ailes du désir. Wim Wenders - 1987 -



    avatar
    -Noun
    Invité

    The Hours

    Message  -Noun le Mer 8 Juin 2011 - 16:35

    Un extrait du film The Hours réalisé par Stephen Daldry sorti en 2002, adapté du roman éponyme de Michael Cunningham.


    Silentio

    Messages : 2475
    Date d'inscription : 30/01/2011
    Age : 29
    Localisation : Paris

    Re: Penser avec le septième art

    Message  Silentio le Mer 17 Aoû 2011 - 20:07

    Et pour les amateurs de rock choucroute : http://www.youtube.com/watch?v=K11WW0rwmAs

    Silentio

    Messages : 2475
    Date d'inscription : 30/01/2011
    Age : 29
    Localisation : Paris

    Re: Penser avec le septième art

    Message  Silentio le Lun 5 Sep 2011 - 13:13

    Pour ceux qui ont vu Starship Troopers, pensez-vous que ce soit une critique du fascisme ou plutôt de notre société et de ses idéaux ?
    avatar
    kurdtkobane

    Messages : 12
    Date d'inscription : 31/05/2013

    Re: Penser avec le septième art

    Message  kurdtkobane le Ven 31 Mai 2013 - 22:04

    Silentio a écrit:Pour ceux qui ont vu Starship Troopers, pensez-vous que ce soit une critique du fascisme ou plutôt de notre société et de ses idéaux ?

    Ça fait bien longtemps que je n'ai pas vu Starship troopers, mais pour moi s'il y a une critique à faire ce serait celle de l'impérialisme et du tout intervention des USA de l'époque (période entre la fin de la première guerre du Golf et guerre des Balkans). Mais étant donné que c'est un Blockbuster je ne cherche pas de sens ou de critique dans ce genre de film, je les regarde en déconnectant mon cerveau !!!

    Pour moi le film le plus scotchant des 5-10 dernières années c'est Mr Nobody (même s'il y en a beaucoup d'autres), il m'a laissé sur le *** et je cherche encore un sens à la chose... Le genre de film difficile à accrocher mais quand on l'est on prend des claques de 15 tonnes, petit extrait !

    avatar
    Déduction Transcendantale

    Messages : 9
    Date d'inscription : 30/05/2013

    Re: Penser avec le septième art

    Message  Déduction Transcendantale le Sam 1 Juin 2013 - 0:45

    kurdtkobane a écrit:
    Silentio a écrit:Pour ceux qui ont vu Starship Troopers, pensez-vous que ce soit une critique du fascisme ou plutôt de notre société et de ses idéaux ?

    Ca fait bien longtemps que je n'ai pas vu Starship troopers, mais pour moi s'il y a une critique à faire ce serait celle de l'impérialisme et du tout intervention des USA de l'époque (periode entre la fin de la première guerre du golf et guerre des balkans). Mais étant donné que c'est un Blockbuster je ne cherche pas de sens ou de critique dans ce genre de film, je les regarde en déconnectant mon cerveau!!!

    Je trouve votre propos assez contradictoire ou malheureux pour vous. D'abord vous venez nous expliquer que Starship Troopers n'est qu'une critique de l'impérialisme américain, et ensuite vous nous dites que c'est qu'un blockbuster qui ne se regarde qu'en déconnectant son cerveau. Ainsi, si on considère que votre analyse est faite cerveau déconnecté et que vous ne cherchez pas de sens cela veut dire non seulement que votre analyse est invalide mais aussi qu'elle est incroyablement juste car l'impérialisme américain a bien réussi à vous faire déconnecter votre cerveau, et donc le fait de ne pas chercher de sens ou de critique est aussi une erreur.

    Pour ma part, j'ai du mal avec le concept d'un art qui "donne à penser". Je trouve ça un pauvre ou hors-sujet.

    Mais Deleuze dit cela mieux que moi :
    avatar
    kurdtkobane

    Messages : 12
    Date d'inscription : 31/05/2013

    Re: Penser avec le septième art

    Message  kurdtkobane le Sam 1 Juin 2013 - 2:04

    Déduction Transcendantale a écrit:
    kurdtkobane a écrit:
    Silentio a écrit:Pour ceux qui ont vu Starship Troopers, pensez-vous que ce soit une critique du fascisme ou plutôt de notre société et de ses idéaux ?

    Ça fait bien longtemps que je n'ai pas vu Starship troopers, mais pour moi s'il y a une critique à faire ce serait celle de l'impérialisme et du tout intervention des USA de l'époque (période entre la fin de la première guerre du golf et guerre des balkans). Mais étant donné que c'est un Blockbuster je ne cherche pas de sens ou de critique dans ce genre de film, je les regarde en déconnectant mon cerveau !!!

    Je trouve votre propos assez contradictoire ou malheureuse pour vous. D'abord vous venez nous expliquer que Starship Troopers c'est qu'une critique de l'impérialisme américain, et ensuite vous nous dites que c'est qu'un blockbuster qui ne se regarde qu'en déconnectant son cerveau. Ainsi, si on considère que votre analyse est faite cerveau déconnecté et que vous ne cherchez pas de sens cela veut dire non seulement que votre analyse est invalide mais aussi qu'elle est incroyablement juste car l'impérialisme américain a bien réussi à vous faire déconnecter votre cerveau, et donc le fait de ne pas chercher de sens ou de critique est aussi une erreur.

    Pour ma part, j'ai du mal avec le concept d'un art qui "donne à penser". Je trouve ça pauvre ou hors-sujet.
    Vous vous méprenez un petit peu sur mes propos. J'ai mis une condition à l'analyse que j'ai faite. Je dis que SI une analyse doit être faite pour moi elle serait celle-ci. Ensuite, mes modestes études m'ont démontré deux choses, la première est qu'il n'y a pas toujours de sens à tout, malheureusement le capitalisme a tué une partie du sens de l'art. Secundo, j'ai vu tellement de films (comme beaucoup de gens d'ailleurs) que lorsque je vais au cinéma ou que je regarde un film chez moi je n'ai pas le même comportement à chaque fois et pour chaque film. Ce comportement me permet de continuer à aimer le cinéma et à ne pas me griller la tête ou ma vie sociale !!!!
    Quant à Deleuze, pour ma part c'est mon avis que vous ne partagez pas, mais depuis le milieu des années 90 (et l'apparition du film de super héros par an) le cinéma a accentué le gouffre qui sépare le cinéma dit Entertainment et le cinéma dit d'auteur. Quand on est fan de cinéma et qu'on regarde quasiment tous les films qui nous passe sous la main, on CONSOMME autant de films sans sens véritable et des films dits "pour faire réfléchir" et on arrive à faire la différence entre les deux. Le plus grand exemple se situe aux États-Unis : il y a une grande différence entre The Avengers et Promised Land vous ne pouvez pas le nier. L'un est fait pour passer du bon temps en famille l'autre pour agiter les consciences. Il y a une différence entre Juno et Transformers.....Ça ne veut pas dire que j'ai raison ou tort, mais tout simplement que depuis que Deleuze a écrit ses livres et tenu ces propos le monde a changé et change encore. Par contre je vous concède que certains Blockbusters ont un vrai sens et posent des critiques alors que certains films "d'auteurs" n'ont aucun sens.

    Cordialement !
    avatar
    Invité
    Invité

    Re: Penser avec le septième art

    Message  Invité le Sam 1 Juin 2013 - 2:30

    kurdtkobane a écrit: Ensuite, mes modestes études m'ont démontré deux choses, la première est qu'il n'y a pas toujours de sens à tout, malheureusement le capitalisme a tué une partie du sens de l'art.
    Il est vrai qu'il convient d'aligner les mécènes de tout poil devant le peloton d'exécution de la même manière qu'ils sont responsables, comme tout un chacun le sait (en parlant sous le contrôle de vos études), du dépérissement du sens de l'art.
    avatar
    Déduction Transcendantale

    Messages : 9
    Date d'inscription : 30/05/2013

    Re: Penser avec le septième art

    Message  Déduction Transcendantale le Sam 1 Juin 2013 - 4:43

    kurdtkobane a écrit: Ensuite, mes modestes études m'ont démontré deux choses, la première est qu'il n'y a pas toujours de sens à tout, malheureusement le capitalisme a tué une partie du sens de l'art.

    C'est précisément là où vous avez totalement faux à mon avis. Le capitalisme a tué l'art en lui donnant un sens. D'un côté le cinéma pop corn, et de l'autre les films "pour faire réfléchir" mais qui justement en fait ne font pas réfléchir et sont tout aussi "pop corn". Je vous ai vu citer des trucs comme Requiem for a Dream. Où est la réflexion ? C'est fait pour laisser croire qu'on "réfléchit", mais au final ce n'est qu'un message basique (ici, les drogues c'est mal, et finalement on est tous drogués à quelque chose, et la pire drogue c'est la télé et la religion).

    Votre réponse par rapport à Deleuze est donc également à côté de ce qu'elle veut dire et de pourquoi je le fais intervenir, car ici on voit bien une chose : si vous voulez pensez, vous n'avez pas besoin du cinéma, et ce n'est pas au cinéma de vous faire "penser". S'il vous fait croire que vous penser, c'est bien, au sens étymologique du terme, que ce n'est qu'un divertissement, et non plus de l'art.
    avatar
    kurdtkobane

    Messages : 12
    Date d'inscription : 31/05/2013

    Re: Penser avec le septième art

    Message  kurdtkobane le Sam 1 Juin 2013 - 10:16

    Vous avez sans doute raison et vous me faites douter, mais malgré cela j'ai des tonnes de films qui me viennent à l'esprit et surtout cette question : n'y a-t-il donc aucune différence (en dehors de la qualité intrinsèque du film) entre Mr Nobody et The Avengers ?
    Je pense sincèrement que "Le capitalisme a tué l'art en lui donnant un sens" est sans doute la phrase la plus juste, mais je rajouterai qu'il ne l'a pas fait sciemment. C'est en nous déversant une tonne de choses ingérables pour se faire du fric qu'il nous a créé un contre-poids pour tenter de réveiller nos consciences. Marx disait : "La religion est l'opium du peuple", aujourd'hui je pense, et vous le dites, que la télé est l'opium du peuple.
    Maintenant concernant Deleuze, le cinéma est art et restera art, même les "divertissements" sont des objets d'art. Seulement aujourd'hui il faut faire la différence entre l'art Entertainment qui n'a d'autre but que de vider les cerveaux et faire vendre des produits et l'art engagé qui a pour but de réveiller les cerveaux et les consciences. On a exactement la même dichotomie en musique, aujourd'hui on a la musique pour vendre (Rihanna, Lady Gaga, Justin Bieber...) et celle qui veut en faire un art au sens propre du terme (Damien Saez, Hubert Felix Thiefaine, etc.).
    Je finirai en disant que faire la dichotomie entre les deux ne veut pas dire que l'un est plus art que l'autre, mais que tout simplement l'un a un but différent de l'autre !!!!  :)
    avatar
    Déduction Transcendantale

    Messages : 9
    Date d'inscription : 30/05/2013

    Re: Penser avec le septième art

    Message  Déduction Transcendantale le Sam 1 Juin 2013 - 15:51

    kurdtkobane a écrit:On a exactement la même dichotomie en musique, aujourd'hui on a la musique pour vendre (Rihanna, Lady Gaga, Justin Bieber....)et celle qui veut en faire un art au sens propre du terme (Damien Saez, Hubert Felix Thiefaine, etc...).

    Mais justement, je ne voulais pas intervenir pour ne pas faire un ad hominen, mais maintenant que vous le dites, je me sens obligé de vous répondre que Damien Saez est un produit comme les autres. Dénoncer l'entertainment est également devenu un entertainment, mais encore pire à mon sens que RIhanna ou Lady Gaga car c'est un entertainment bien plus pervers. Regardez bien son titre "J'accuse", vous ne voyez pas que ça ressemble plus à une parodie, une caricature, qu'à un hommage ? D'abord ce que Saez "accuse" dans ce texte est totalement convenu et n'a rien de dérangeant ou gênant (ce qui est mal : la télé, le pétrole, les voitures, les actionnaires, l'argent, le sexe partout, le téléphone, les OGM, les grandes surfaces, etc.) et ensuite en tant qu'il n'est rien d'autre que "fait pour dénoncer", il perd toute sa vocation à être de l'art.
    Faire un "sample" de Zola est au final la même chose que de faire un "sample" de Dirty Dancing.

    Ce que je veux dire, c'est qu'Aucun Express de Bashung (j'aurais pu prendre Samuel Hall, pour "je vous déteste tous" mais le propos eût été moins pertinent) est à mon sens plus dérangeant et gênant que toute chanson pseudo polémique comme celles de Saez :



    De même, pour revenir au cinéma, la sortie de 2001 : Odyssée de l'espace en avril 1968 est à mon sens bien plus politique, dérangeante, anti-consumériste, que tous les événements de mai de la même année (mais en même temps ce n'est pas bien difficile, car pour moi mai 68 est l'événement consumériste et capitaliste par excellence).

    Lulu

    Messages : 21
    Date d'inscription : 04/07/2014

    Re: Penser avec le septième art

    Message  Lulu le Sam 5 Juil 2014 - 15:00

    Déduction transcendantale a écrit:De même, pour revenir au cinéma, la sortie de 2001 : Odyssée de l'espace en avril 1968 est à mon sens bien plus politique, dérangeante, anti-consumériste, que tous les événements de mai de la même année (mais en même temps ce n'est pas bien difficile, car pour moi mai 68 est l'événement consumériste et capitaliste par excellence).

    Tout-à-fait d'accord. (cf. M. Clouscard, Le capitalisme de la séduction)

    Pour en revenir au sujet initial, il ne me semble pas avoir vu d'extraits de films de Terrence Malick, pourtant il m'apparaît que la plupart de ses films (même si je n'ai pas tout vu) semblent se développer autour de thèmes philosophiques ; je pense notamment à "Le nouveau monde" dans lequel j'avais ressenti une espèce d'influence de Lucrèce et de son clinamen.

      La date/heure actuelle est Jeu 19 Oct 2017 - 11:13