παιδεία | μανθάνω | ἀπομανθάνω

    Des individus et des téléphones portables

    Partagez
    avatar
    Invité
    Invité

    Des individus et des téléphones portables

    Message  Invité le Lun 21 Mar 2011 - 17:46

    Force est de constater, de nos jours, qu'on retrouve tous les individus avec un portable en main ou avec des écouteurs qui pianotent en permanence sur leurs machins (que ce soit au travail, dans la vie quotidienne, etc.). On le voit partout en permanence autour de nous : les gens parlent à tout le monde, sauf à ceux qui sont physiquement aux alentours, ou alors très peu. Si bien que les gens sont censés communiquer tout le temps, en permanence ; pourtant on ne peut pas ne pas avoir l'impression que tout ceci est assez futile : on parle pour ne rien dire.
    Je trouve que c'est du temps perdu que tel ou tel aurait pu tirer à profit pour autre chose de plus intéressant (lire un livre, dialoguer, et non communiquer avec son interlocuteur).
    Ça illustre bien l'emprise de la technique sur l'Homme. Je me demande : que faisaient-ils avant l'invention des téléphones portables et des baladeurs ? Je ne m'en souviens plus. Est-ce qu'ils étaient sous l'emprise d'autre chose ?
    avatar
    Invité
    Invité

    Re: Des individus et des téléphones portables

    Message  Invité le Lun 21 Mar 2011 - 18:09

    Au boulot, j'ai beaucoup de collègues qui trouvent le moyen d'être appelés et d'appeler. De sorte que les dirigeants ont été obligés de prendre des mesures restrictives circonstanciées.
    Moi, depuis que j'ai un portable, j'ai eu un appel personnel en service. C'était pour un décès. Le portable, ce n'est pas pour raconter sa vie, c'est pour les impondérables : "ce soir je fais du rab", "je suis coincé dans un bouchon suite à un accident", etc.

    En fait, les maniaques du portable persistent, grâce à cet instrument, à rester en contact avec la sphère intime, dans des situations où ils ne le sont plus. C'est tout le contraire de la communication. On ne communique pas plus, on se recroqueville un peu plus. Comment ils faisaient avant ? Avant, ils ne pouvaient pas, maintenant ils peuvent, ces instruments ne sont pas des causes, mais des révélateurs.

    Je n'évoquais pas l'usage professionnel, fantastique pour les entreprises, qui peut être fait de cet instrument. Réactifs, toujours plus réactifs, et donc productifs...

    Silentio

    Messages : 2475
    Date d'inscription : 30/01/2011
    Age : 29
    Localisation : Paris

    Re: Des individus et des téléphones portables

    Message  Silentio le Lun 21 Mar 2011 - 23:18

    C'est un bon moyen de passer le temps quand on est comme moi un peu agoraphobe et qu'on n'a pas toujours une place assise pour lire durant 30 ou 45 minutes d'affilée. Bon bien sûr je me réfère à la situation typique du métro, où l'on s'entasse et l'on se fait grise mine. C'est parfois physiquement intenable, ça me rend nerveux toute cette hostilité, cette proximité silencieuse des corps, l'intrusion dans l'intimité. Sans parler de la politesse quasi-inexistante, sauf chez les non-Parisiens... Enfin pour en revenir au portable, c'est bien pour écrire des messages ou appeler, être joignable, mais pas pour raconter sa vie à haute voix comme si l'interlocuteur était bien dans la même pièce. Et puis c'est très bruyant un utilisateur de portable, ça braille sans cesse. Je n'aime pas tellement parler au téléphone, je préfère les textos. Si je dois parler dans un lieu public, type transport, je fais le plus rapidement et le moins fort possible. Je suis gêné, je ne suis pas seul, je respecte les autres usagers. Cela dit, il est vrai qu'avec tous nos écrans sur lesquels nous avons les yeux rivés nous nous oublions, nous oublions que nous sommes bien là avec les autres, des inconnus. A la fois nous nous enfermons sur nous-mêmes, dans notre bulle, pour nous sentir mieux, et nous oublions le réel, parce qu'il dérange. Je ne sais plus où j'avais lu cela, mais ce serait être un idéaliste de regarder par la vitre. Je ne peux pas croiser le regard de quelqu'un bien longtemps, le fixer. Ça ne gène pas ceux qui savent s'imposer, s'approprier l'espace, mais pour les autres il faut des échappatoires. Alors je suppose que ça aide certains autres à décompenser leur malaise de s'étaler en faisant du bruit, en se rendant visibles, en dérangeant à leur tour, histoire de s'approprier un territoire. Enfin, pour revenir à nouveau sur le portable, c'est très bien tant que ça ne supplante pas le rapport direct dans le face à face. Après on dit peut-être plus de bêtises, mais aussi plus de choses bonnes, puisque cela nous offre plus de possibilités d'expression. Et comme souvent tout dépend de l'usage que l'on en fait. D'où, d'après moi, le rôle révélateur du portable, par les comportements qui y sont associés, d'un type d'éducation.
    avatar
    Euterpe

    Messages : 4212
    Date d'inscription : 29/01/2011
    Age : 46

    Re: Des individus et des téléphones portables

    Message  Euterpe le Jeu 24 Mar 2011 - 22:26

    Kthun a écrit:que faisaient-ils avant l'invention des téléphones portables et des baladeurs ? Je ne m'en souviens plus. Est-ce qu'ils étaient sous l'emprise d'autre chose ?
    Depuis l'avènement de l'ère technique, les hommes sont toujours sous l'emprise de quelque chose. Avant les baladeurs par exemple, les walkman des années 80 eurent un grand succès ; mais l'arrivée dans les foyers du poste radio puis du poste de télévision causèrent déjà quelques torts aux rapports de personne à personne. Les objets techniques, et surtout les moyens techniques de communication ont remplacé la communication, sauf à considérer que la dématérialisation de la communication n'a pas fait disparaître purement et simplement la communication. La question reste ouverte, bien que les désaccords soient tranchés, profonds, et souvent irréconciliables.

    Liber

    Messages : 1399
    Date d'inscription : 30/01/2011

    Re: Des individus et des téléphones portables

    Message  Liber le Ven 25 Mar 2011 - 10:55

    Euterpe a écrit:mais l'arrivée dans les foyers du poste radio puis du poste de télévision causèrent déjà quelques torts aux rapports de personne à personne.
    Ces appareils ne sont que des solutions nouvelles, modernes, pour pallier à l'ennui, qui a toujours existé. Il est évident que déjà par le passé, trouver une conversation intéressante relevait de la chance. Aujourd'hui, avec le monologue télévisuel (et de plus en plus trouve-t-on ces talks-shows qui simulent une conversation animée chez soi, dans une pièce déserte), plus aucun effort n'est fait pour stimuler les facultés assoupies de l'esprit humain. Je note aussi que deux heures de dessin me laissent en bien meilleure forme et l'esprit bien plus net que deux heures d'internet ou de télévision. Le problème principal de ces écrans est donc à mon avis qu'ils facilitent la propension naturelle à la paresse.
    avatar
    Euterpe

    Messages : 4212
    Date d'inscription : 29/01/2011
    Age : 46

    Re: Des individus et des téléphones portables

    Message  Euterpe le Sam 26 Mar 2011 - 20:34

    Liber a écrit:Ces appareils ne sont que des solutions nouvelles, modernes, pour pallier à l'ennui, qui a toujours existé
    Le dire ainsi implique d'admettre une intention à l'œuvre, un projet, dans la conception et la confection des objets techniques, tant au plan de l'offre que de la demande. Or les objets techniques ne répondent à aucune intention claire, si ce n'est aux idées que suscite la recherche. La technique est d'abord aveugle (sauf peut-être dans le domaine militaire et la politique industrielle), et sa prodigalité est proportionnelle à son évolution, fortuite par définition. La question de l'ennui surgit à sa marge mais toujours avec urgence parce que l'usage permanent des objets techniques donne l'illusion qu'ils nous sont coextensifs et, en cas de panne, on constate aisément combien les usagers, qui s'y sont habitués au point de ne plus pouvoir s'en passer sans un effort qui semble à beaucoup insurmontable, se sentent démunis, seuls, amputés de quelque chose qui leur est devenu consubstantiel.

    L'exemple des téléphones portables est l'un des plus significatifs. De sorte que l'ennui dans lequel ils se retrouvent plongés, qui les ramène à leur réalité d'êtres et les rive implacablement au réel, révèle un vide abyssal, celui de l'absence, absence au monde et à eux-mêmes. Observez comme de plus en plus de jeunes semblent à la fois surémotifs et d'un psychisme primaire, quand ils ne sont plus en possession du téléphone portable qui leur tient lieu de substance personnelle et de synthèse compacte, dématérialisée, d'un monde qui ne peut plus exister à l'extérieur de cette miniature dans lequel il se trouve annihilé.

    Or l'ennui n'apparaît dans la littérature qu'au XIXe siècle, au moment où la bourgeoisie, qui a du temps pour elle parce qu'elle est industrieuse, invente la société des loisirs. Jusqu'au XVIIIe siècle, ce qu'on appelle l'ennui, c'est une forme de dépression ou de mélancolie (phase de dévitalisation), qui ne disqualifie ni l'être des personnes, ni l'être du monde, précisément parce qu'il atteste encore que les personnes sont occupées d'elles-mêmes et du monde : du réel ; tandis qu'aujourd'hui elles ne sont plus occupées que de virtualités, de fantasmes, de pures factualités qu'elles hypostasient sans cesse comme pour mieux se convaincre de leur propre existence (cf. la tyrannie des émotions et des sensations, qui ne servent qu'à se prouver à soi-même qu'on existe, autrement dit qu'on vaut quelque chose, pendant que le monde n'en est plus que le prétexte et le support, sans même qu'on s'en aperçoive, et pour cause : il n'existe plus, i. e. on l'a oublié).

    Liber

    Messages : 1399
    Date d'inscription : 30/01/2011

    Re: Des individus et des téléphones portables

    Message  Liber le Dim 27 Mar 2011 - 16:55

    Euterpe a écrit:
    Liber a écrit:Ces appareils ne sont que des solutions nouvelles, modernes, pour pallier à l'ennui, qui a toujours existé
    Le dire ainsi implique d'admettre une intention à l'œuvre, un projet, dans la conception et la confection des objets techniques, tant au plan de l'offre que de la demande. Or les objets techniques ne répondent à aucune intention claire, si ce n'est aux idées que suscite la recherche. La technique est d'abord aveugle (sauf peut-être dans le domaine militaire et la politique industrielle), et sa prodigalité est proportionnelle à son évolution, fortuite par définition. La question de l'ennui surgit à sa marge mais toujours avec urgence
    Pouvez-vous affirmer qu'il n'y avait pas "d'intention claire" dans l'invention de la radio ou du téléphone ? Il me semble que ces objets ont été créés dans le but d'être fonctionnels et de permettre la fortune de leurs ingénieurs, le cas d'Edison étant très significatif. D'ailleurs, autant dans la recherche, les savants sont désintéressés du marché, autant dans l’ingénierie, le but habituel est de faire fortune. Quant au détournement des objets techniques à des fins de divertissement, il apparaît dès leur invention, quand il n'est pas purement et simplement le but, comme le phonographe. Je me souviens avoir lu les sarcasmes de Degas, que ses hôtes avaient voulu impressionner par le téléphone.


    Or l'ennui n'apparaît dans la littérature qu'au XIXe siècle, au moment où la bourgeoisie, qui a du temps pour elle parce qu'elle est industrieuse, invente la société des loisirs. Jusqu'au XVIIIe siècle, ce qu'on appelle l'ennui, c'est une forme de dépression ou de mélancolie
    L'ennui tel que vous le décrivez au XIXe siècle est déjà perceptible au XVIIIe dans les ouvrages du pré-romantisme, ceux de Bernardin de St Pierre par exemple. C'est une mélancolie sans objet, un vague à l'âme, mais notez qu'à ce moment-là, il n'y a pas encore de bourgeoisie industrieuse et de société de loisirs. On est même en plein remous révolutionnaires, les esprits sont accaparés par la politique, et pourtant, c'est précisément à ce moment-là que naît l'ennui tel que l'a défini le romantisme, qui ne cessera toutefois de se dématérialiser, pour donner l'ennui baudelairien, l'angoisse du néant, alors qu'à l'époque, on peut encore parler d'esprits qui n'arrivent pas à se fixer sur une tâche précise, à l'abus du dilettantisme, du cosmopolitisme. Stendhal, né au XVIIIe dont il était très imprégné, en est encore le témoin.
    avatar
    Euterpe

    Messages : 4212
    Date d'inscription : 29/01/2011
    Age : 46

    Re: Des individus et des téléphones portables

    Message  Euterpe le Mar 29 Mar 2011 - 10:25

    Liber a écrit:Pouvez-vous affirmer qu'il n'y avait pas "d'intention claire" dans l'invention de la radio ou du téléphone ?
    En effet. On découvre d'abord les ondes électromagnétiques. Cette découverte, en soi, pousse en avant les recherches ; mais pour aboutir à quoi ? Nul ne le sait pendant plus d'un demi-siècle. Entre l'invention du télégraphe et l'utilisation navale de la télégraphie, je ne vois rien d'autre qu'une logique interne à la science appliquée. Industrie, ingénierie, technique intéressent d'abord les États en tant qu'ils sont les protagonistes de relations diplomatico-militaires. Sans la paranoïa des révolutionnaires français et l'urgence des questions de sécurité liées au conflit franco-européen, quid des travaux de Claude Chappe ? La recherche pousse la recherche et, sur le tard comme toujours, on trouve des domaines d'application. Si Guillaume Amontons n'avait pas été sourd, il n'eût probablement pas montré une telle insistance pour la communication. Ses recherches relèvent bel et bien d'une logique individuelle au départ. Mais, d'une manière générale, et on peut le dire aussi bien du moyen âge, sans la navigation et les affaires maritimes comme source et destination de la recherche, la recherche reste gratuite et fortuite, liée à des individus. Ce qui est vrai de la radio l'est tout autant de l'énergie à vapeur : quel rapport entre Blasco de Garay (XVIe siècle !), James Watt et le train à vapeur ? Sans la paranoïa enfin de l'espionnage et du contre-espionnage militaires de la seconde guerre mondiale, pas de transistor dans le civil, et pourtant : aucun rapport entre les deux.

    Liber a écrit:dans l’ingénierie, le but habituel est de faire fortune.
    C'est pourquoi la logique expérimentale comme telle est étrangère à ses applications, car les intentions des uns et des autres divergent. Les ingénieurs allemands des années 1900-1920 sont les premiers à comprendre que le design est vital pour le commerce. Walter Gropius était très actif de ce point de vue, et le Bauhaus s'explique surtout par ce côté.

    Liber a écrit:c'est précisément à ce moment-là que naît l'ennui tel que l'a défini le romantisme, qui ne cessera toutefois de se dématérialiser, pour donner l'ennui baudelairien, l'angoisse du néant, alors qu'à l'époque, on peut encore parler d'esprits qui n'arrivent pas à se fixer sur une tâche précise, à l'abus du dilettantisme, du cosmopolitisme. Stendhal, né au XVIIIe dont il était très imprégné, en est encore le témoin.
    D'où la contre-offensive du spiritualisme à partir de la fin du régime napoléonien : Condillac était la cible à abattre, car il a plongé les hommes et les femmes du XVIIIe dans une sorte de nervosisme épuisant, l'agitation interdisant, en effet, de se fixer sur un objet.
    avatar
    Euterpe

    Messages : 4212
    Date d'inscription : 29/01/2011
    Age : 46

    Re: Des individus et des téléphones portables

    Message  Euterpe le Mar 7 Aoû 2012 - 23:46

    Pour le cas où cet article vous intéresserait, Kthun :

      La date/heure actuelle est Ven 20 Oct 2017 - 5:03