παιδεία | μανθάνω | ἀπομανθάνω

    Idéologie et violence.

    Partagez
    avatar
    fantoben

    Messages : 8
    Date d'inscription : 07/05/2012
    Age : 74
    Localisation : Québec ~ Canada

    Idéologie et violence.

    Message  fantoben le Dim 10 Fév 2013 - 3:09

    Les idéologies : source de violence

    L'Histoire nous a révélé que la principale source de violence dans le monde, c'est le fanatisme idéologique : qu'il soit religieux, politique ou social. Cette violence latente, imputable à toutes ces idéologies se manifeste tôt ou tard par de nombreuses querelles intestines entre les individus ou encore par des guerres entre nations. Et pour essayer de contrer ce fléau, on a dû inventer une autre idéologie qui se traduit par un idéal de paix, d'où la naissance de multiples manifestations pour la paix que nous avons connues depuis les dernières décennies.

    Mais Guerre et Paix sont deux termes tellement antithétiques qu'ils finissent par se rejoindre (les contraires s'attirent). Ainsi, pour certains auteurs il y aurait des guerres inutiles, évitables bien souvent ; alors qu'en d'autres moments, une guerre pourrait être jugée utile pour le maintien de la paix et de la liberté. Il est vrai que d'un point de vue purement rationnel, on peut faire un bilan positif des guerres passées et savourer pleinement les privilèges d'accès à certaines libertés, et même sur les plans économique et géographique, à une stabilisation géopolitique. Je suis en partie d'accord sur ce dernier point, mais à partir de quelle autorité proviendra la justification d'une telle guerre utile, si ce n'est encore une fois d'une autre forme d'idéologie dite de préservation de tel ou tel groupe culturel au détriment d'un ou plusieurs autres.

    En général ce sont ces mêmes gens qui, s'affichant constamment en faveur de la paix, provoquent subtilement les mésententes et les conflits. Pourquoi ? Simplement parce que toute personne porteuse de fanatisme idéologique est susceptible de déclencher un jour ou l'autre de graves confrontations avec d'autres individus véhiculant des doctrines opposées. On n'a qu'à observer les sanglantes guerres de religion qui ont cours présentement dans le monde pour s'en rendre compte. Les mouvements pour la paix portent en eux ce même type d'idéologie, au même titre que ceux qui prônent une idéologie écologiste par exemple. Les adeptes de ces deux idéologies se retrouvent très souvent  face à des rapports de force qui les poussent à imposer leur doctrine par la violence. Des fleuves de sang ont déjà coulé et coulent encore au nom d'un Dieu : idéologie de la Terre promise ; au nom de la Patrie : nationalisme ; au nom de la Paix ou de la Liberté : idéalisme ; et bientôt peut-être au nom de l'Écologie.

    Tout comme les mouvements pour la paix, les groupes écologistes se doivent bien souvent de violer les lois civiles et de troubler la paix sociale afin de mieux faire connaître leur Cause. À preuve, combien de gens du groupe Greenpeace ont été « traînés » en justice et même emprisonnés pour leurs méfaits ? On pourrait aller jusqu'à dire que toute manifestation a quelque chose de violent en soi. Par exemple les individus qui font la grève de la faim pour obtenir une faveur, ou encore pour gagner une cause, font eux aussi preuve de violence. Ils prennent en otage la population et font du chantage auprès des autorités d'un pays ou d'un groupe social pour faire triompher leur Cause. Et tous savent très bien que la prise d'otages et le chantage relèvent d'une forme de violence.

    Au départ la tentative de suicide à partir d'un geste tel la grève de la faim est une violence déguisée. Et si par surcroît elle sert au chantage ou à obliger par la force de cette menace des gens en autorité à prendre des décisions inadéquates ou contraires au bien commun, alors il y a double violence. Quelle différence y a-t-il entre le soldat volontaire mort au combat et le gréviste de la faim mort pour sa cause ? Aucune ! Les deux croyaient fermement en leur propre idéologie et usèrent de violence pour atteindre leur but. Une manifestation pour la paix par des milliers de personnes dans les rues d'une ville, c'est de la violence collective. Toute manif. publique, quelle qu'elle soit, est violence. Qu'elle soit faite par des pro-vie ou par des pro-choix pour ce qui concerne l'avortement par exemple, c'est la même chose. Toute Cause ou toute Idéologie est porteuse de violence, implicitement ou explicitement.

    La sagesse de l'humanité serait-elle alors d'essayer de se débarrasser de tout fanatisme idéologique à travers le monde, sans pour autant recourir à d'autres formes de violence ? La question reste posée. Mais sans entretenir une attitude idéaliste, peut-être qu'une bonne éducation de base ainsi qu'une prise de conscience collective suffirait. Ce faisant, il serait sans doute beaucoup plus facile de centrer nos énergies sur le respect des différences et la reconnaissance des besoins de chacun. À partir donc d'une approche purement rationnelle, d'un travail intellectuel à la fois personnel et collectif axé sur le respect de soi et des autres, il ne serait peut-être pas utopique de penser qu'un jour le monde puisse enfin casser ses chaînes idéologiques qui l'empêchent d'évoluer depuis des millénaires.
    avatar
    Intemporelle

    Messages : 282
    Date d'inscription : 02/08/2012
    Age : 25
    Localisation : Paris

    Re: Idéologie et violence.

    Message  Intemporelle le Dim 10 Fév 2013 - 8:13

    Au nom de quoi la violence serait-elle à éliminer, si ce n'est au nom d'une idéologie elle-même ? Une idéologie n'est rien d'autre qu'un système d'idées, la violence ne lui est pas consubstantielle. Une attitude radicalement pacifiste, qui proscrit toute forme de violence, est encore une idéologie.

    Non seulement votre affirmation est utopique (casser la chaîne des idéologies), mais repose sur des présupposés que vous n'avez pas interrogés. A savoir que les idéologies freinent le développement humain, ce qu'il vous faut prouver, parce qu'il est tout à fait possible d'affirmer le contraire. Tous ceux qui souscrivent à une conception dialectique du mouvement de l'histoire par exemple, vous diront que les guerres et les violences ont souvent permis à l'humanité de faire des avancées qui n'auraient pas été permises sans. J'ai une certaine méfiance vis-à-vis des postures philosophiques qui voient du bien dans toute violence, mais il n'empêche qu'il ne faut pas tomber dans le travers inverse, une analyse trop orientée idéologiquement de la violence, qui fait passer à côté de la positivité propre à certaines violences.

    Par ailleurs, pourquoi votre affirmation est-elle utopique ? Précisément parce qu'elle méconnaît ce qui fait le moteur de l'action chez l'homme. Dépourvu d'instinct, l'homme oriente son activité par les idées, et plus généralement, pour leur donner une cohérence d'ensemble, par un système d'idées. L'idéologie est partie intégrante d'une certaine manière que l'homme à de se rapporter au monde. On pourrait penser qu'un monde sans idéologie correspondrait d'une certaine manière à un univers proche de celui représenté dans le théâtre de l'absurde, mais là encore, cet univers est unifié sous la cohérence d'une idéologie, à savoir que le monde est dépourvu de sens. Et c'est précisément dans le cadre d'une telle idéologie - le monde est dépourvu de sens - que toutes les actions des personnages prennent sens.

    Silentio

    Messages : 2475
    Date d'inscription : 30/01/2011
    Age : 29
    Localisation : Paris

    Re: Idéologie et violence.

    Message  Silentio le Dim 10 Fév 2013 - 14:27

    Intemporelle a écrit:Par ailleurs, pourquoi votre affirmation est-elle utopique ? Précisément parce qu'elle méconnaît ce qui fait le moteur de l'action chez l'homme. Dépourvu d'instinct, l'homme oriente son activité par les idées, et plus généralement, pour leur donner une cohérence d'ensemble, par un système d'idées. L'idéologie est partie intégrante d'une certaine manière que l'homme à de se rapporter au monde. On pourrait penser qu'un monde sans idéologie correspondrait d'une certaine manière à un univers proche de celui représenté dans le théâtre de l'absurde, mais là encore, cet univers est unifié sous la cohérence d'une idéologie, à savoir que le monde est dépourvu de sens. Et c'est précisément dans le cadre d'une telle idéologie - le monde est dépourvu de sens - que toutes les actions des personnages prennent sens.
    C'est d'ailleurs dans l'univers post-Guerre froide où l'on nous dit qu'il n'y a plus d'idéologies ni de grands récits, que le libéralisme a gagné, qu'il assure la paix et le progrès, qu'on a atteint la fin de l'histoire et que toute lutte est infondée, que l'on est le plus dans l'idéologie - non dite, donc d'autant plus prégnante dans notre vie quotidienne. La fin des idéologies contribue à l'idéologie mondialisée du capitalisme. C'est un nouveau mythe.

    Nabuchodonosor

    Messages : 12
    Date d'inscription : 12/03/2012

    Re: Idéologie et violence.

    Message  Nabuchodonosor le Mar 12 Fév 2013 - 11:55

    Définissons l'idéologie comme "système d'idées qui porte à la violence", puisque c'est ce que fantoben semble avancer. A l'égard de cette relation de consubstantialité entre violence et idéologie une première remarque s'impose.  

    Est-ce l'idéologie qui cause la violence ou n'en est-elle que la justification ? Il se pourrait bien après tout que la violence résulte de conditions qui n'ont rien à voir avec la pensée, c'est-à-dire avec des conditions matérielles toutes prosaïques.
    Beaucoup d'auteurs ont considéré que la question de la violence légitime ─ qu'ils assimilent à la question politique ─ s'appuyait sur des raisons comme l'accès à la terre, aux femmes, à la sécurité, etc. (Balandier, Godelier). La situation matérielle difficile dans laquelle je me trouve me conduit à tels actes (violents) que je me dois de légitimer dans l'idéologie. Aussi, serait-on en droit de considérer que la fin de toute violence ─ usage de moyens coercitifs ─ réside non pas dans la fin de l'idéologie mais dans la fin des conditions (difficiles) qui imposent une réaction violente à légitimer.

    J'ai pour ma part l'impression que la ferveur en une idéologie quelconque est inversement proportionnelle à la qualité du niveau de vie (plus la qualité de vie s'améliore, moins l'idéologie suscite de ferveur).

    Parousia

    Messages : 55
    Date d'inscription : 14/02/2013

    Re: Idéologie et violence.

    Message  Parousia le Jeu 14 Fév 2013 - 21:35

    Il est peut être heuristique de constater que l'idéologie et la violence (ainsi que la philosophie et le langage) entretiennent des rapports étroits avec la notion de limite. L'idéologie délimite, limite, de façon péremptoire, le champ de ce qu'elle accepte et idolâtre, et le champ de ce qu'elle rejette, condamne, exclut...

    La violence, comme la guerre, est la poursuite des fins (par d'autres moyens) que je ne peux pas atteindre dans les limites de mon environnement actuel. La violence est une tentative de modification rapide et brutale d'une configuration qui ne me donne pas satisfaction ; à travers l'acte violent il s'agit de repousser, déplacer, transgresser des limites. Il est donc évident en première analyse, que ce qui fige les limites fera d'autant plus le terreau de la violence, que la limitation sera "artificielle", imposée, privatrice, etc. Mais en seconde analyse, on sait aussi que l'absence de limites est anxiogène, accidentogène et, tout simplement, inconcevable.

    Il faut aussi considérer que la violence "sourde" de l'idéologie, qui paraît d'abord moins agressive que la violence "spectaculaire", n'en est pas moins la scène où les violences se perpètrent. En d'autres termes, poser des limites de manière artificielle est tout aussi violent que de tenter de repousser brutalement celles qui nous contraignent.

    Quant à la violence de "survie", elle a au moins l'excuse de sa nécessité.

    Nabuchodonosor

    Messages : 12
    Date d'inscription : 12/03/2012

    Re: Idéologie et violence.

    Message  Nabuchodonosor le Ven 15 Fév 2013 - 11:52

    J'ai du mal à bien saisir ce que peut-être un champ. Est-ce quelque chose comme un domaine de validité ? Quelque chose qui définit ce à quoi elle s'applique (que sont mes objets ?) et établit des règles ou jugements de valeur auxquels ses objets sont soumis ? Délimite-t-elle dans un premier champ déjà-là ? L'idéologie peut-elle accepter l'existence d'autres champs qu'elle considère comme neutres (parce que j'ai l'impression que l'idéologie porte en soi quelque chose d'exclusif, d'hégémonique) ?

    Je ne pense pas avoir encore rencontré cette notion de limite, voilà pourquoi quelques précisions m'intéresseraient !

    Parousia

    Messages : 55
    Date d'inscription : 14/02/2013

    Re: Idéologie et violence.

    Message  Parousia le Ven 15 Fév 2013 - 21:20

    Naturellement, on pourrait montrer de manière précise, à propos de n'importe quelle idéologie, les "choses" exactes qu'elle exclut, qu'elle délimite, qu'elle fait sienne. Mais en employant ce terme de "champ", je veux surtout montrer que l'idéologie se propage à travers des "idées fixes", qui empruntent le flux mouvant du langage. Le discours mortifère et véritablement "exclusif" de l'idéologie se camoufle et s'insinue au sein de la langue, bien vivante elle, pour s'emparer des esprits auxquels elle va s'efforcer de donner le tournis. La notion de champ correspond bien à l'idée d'une propagation au sein d'un "milieu", à travers les "vecteurs" de sa diffusion. Le champ renvoie aussi à la continuité, à l’homogénéité de son action. La diffusion idéologique se comporte pratiquement comme un champ de force en sciences physiques. Le champ de force exerce son action sur l'ensemble de l'espace où il se déploie, les particules y sont sous son influence. L'idéologie déploie un champ au sein du langage où elle fait véritablement sa propagande, à travers les leitmotivs du discours qu'elle produit. Le champ idéologique vise aussi à rendre imperméable le domaine de son discours à toute ingérence neutralisatrice, à tout autre discours, à tout relativisme. L'idéologie est un discours fermé qui pose les limites de son champ. Ce qui ne rentre pas dans le champ est exclu, faux, dangereux pour l'exercice de la puissance du champ de propagande. L'idéologie ne quitte pas le discours du même et ne considère même pas le discours de l'autre, car il est hors limite.
    avatar
    JimmyB

    Messages : 853
    Date d'inscription : 25/04/2012
    Age : 29

    Re: Idéologie et violence.

    Message  JimmyB le Sam 16 Fév 2013 - 1:48

    Votre image du champ de force me paraît infondée. Un champ de force défend et protège. Un corpus idéologique ne se contente pas de cela. Il défend ses fondements tout en attaquant les fondements des idéologies auxquels il se confronte.

    Une idéologie n'est pas qu'expression. C'est un système organisé autour de fondements, d'idéaux pensés comme utopiques par ses défenseurs. Ils (les fondements) sont donc instigateurs d'une morale à respecter et d'une conduite à tenir, une idéologie est donc source de violence parce qu'il faut tout faire pour défendre cette morale par une conduite attaquant les autres morales existantes.

    Nous pouvons penser aux religions mais surtout à la période soviétique qui en est une belle illustration.
    D'ailleurs, qu'est-ce qu'une révolution si ce n'est un changement d'idéologie, un basculement de fondements moraux ?
    avatar
    Vangelis
    Princeps
    Princeps

    Messages : 1434
    Date d'inscription : 11/03/2011

    Re: Idéologie et violence.

    Message  Vangelis le Sam 16 Fév 2013 - 13:50

    Comme souvent dans de tels débats nous pêchons par manque de définition, surtout que l'idéologie a pris des sens très différents. Mais la notion d'idée fixe qu'avance, notamment dans les régimes totalitaires, n'est pas dénuée de pertinence si l'on considère comme Arendt que l'idéologie lui est indissociable. Il suffit de s'intéresser à la forme que prend la culture dans ces régimes pour s'apercevoir de son immobilisme, de son ancrage dans le passé et le rejet de toute innovation dans ce domaine. Ainsi dans ce cas il s'agit bien de fixer une fois pour toutes l'idée que l'on se fait du monde et de développer un discours avec une logique propre qui semble la mettre hors de portée de toute attaque. Il y a donc bien, à mon sens, un champ logique du discours idéologique qui repousse tout ce qui lui est étranger. L'analogie avec un champ de force me paraît à propos dans ce cas.
    Bien évidemment l'idéologie n'est pas que cela.

    JimmyB a écrit:Une idéologie n'est pas qu'expression. C'est un système organisé autour de fondements, d'idéaux pensés comme utopiques par ses défenseurs.
    Je ne comprends pas cette phrase. Voulez-vous dire que ceux qui défendent leur idéologie la considèrent comme utopique, ou vouliez-vous mettre détracteurs à la place de défenseurs ? Ou bien prenez-vous l'utopie dans le sens d'un idéal à atteindre ?


    Dernière édition par Euterpe le Sam 29 Juil 2017 - 13:36, édité 6 fois

    Parousia

    Messages : 55
    Date d'inscription : 14/02/2013

    Re: Idéologie et violence.

    Message  Parousia le Sam 16 Fév 2013 - 13:54

    Oui, tout ce que vous dites là est juste, et était subsumé dans mon propos sous les termes d'action exclusive, et délimitatrice de l'idéologie. Lorsque l'idéologie délimite, exclut, interdit... évidemment elle combat en même temps d'autres systèmes. Délimiter au sein du langage, dès lors que cela concerne des populations entières, cela implique souvent des combats, du sang, des morts, etc.
    Mais l'idéologie n'a pas toujours besoin d'en arriver là ! Exemples : l'idéologie de la consommation, celle des médias, celle de la pensée unique, etc., etc. Pas toujours besoin de combattre et d'assassiner, il suffit de propager, de niveler, de détenir les canaux de diffusion, bref : de s'emparer du langage et des oreilles de ses congénères.
    avatar
    JimmyB

    Messages : 853
    Date d'inscription : 25/04/2012
    Age : 29

    Re: Idéologie et violence.

    Message  JimmyB le Sam 16 Fév 2013 - 20:54

    Vangelis : système articulé autour de fondements que les défenseurs du dit système prônent comme idéaux à atteindre.

    Sinon, je n'ai jamais déclaré que l'idéologie était guerrière mais qu'elle combattait, peu importe les armes, les autres idéologies pour s'imposer. Seulement, le langage ne suffit pas.

    Parousia

    Messages : 55
    Date d'inscription : 14/02/2013

    Re: Idéologie et violence.

    Message  Parousia le Dim 17 Fév 2013 - 11:54

    Oui, pas de problème. J'insiste de mon côté sur le fait que la première machine de guerre est le langage. Y compris lorsqu'il faut convaincre les décideurs de fabriquer tel type de bateaux, tel type de catapultes, tel type de chars, tel type d'avions de combat, tel type de bombes, etc. (guerre en Irak ! mais toute l'histoire de l'armement est éclairante, y compris l'histoire de la balistique).

    Même chose pour les infrastructures (murailles, ponts, routes, places fortes, géopolitique...), pour les "médias", pour les axes de communication (empire romain). C'est d'abord avec une idéologie politique et dans un positionnement idéologique que tout cela se fait. Même si en effet, le langage et l'idéologie ne sont pas les seuls à l'œuvre dans l'existence de frontières, de fractures, de différences, d'oppositions.

    saussouze

    Messages : 3
    Date d'inscription : 19/03/2013

    Idéologie et violence.

    Message  saussouze le Mar 19 Mar 2013 - 23:48

    Toute idéologie a eu son lot de violence, y compris les écologistes ou ceux qui défendent la cause animale. Mais ces violences résident-elles dans les idéologies ? Pour moi elles résident dans les hommes. Combien de gens se disent chrétiens ou musulmans ? communistes ou capitalistes ? De tout ce monde là seule une poignée d'individus commet des actes violents. La violence ne surgit que si la personne a déjà une propension à la violence. Quelqu'un qui n'est pas violent au plus profond de lui-même ne violentera pas. Quelqu'un qui a beaucoup de violence finira par l'exprimer, la cause ou l'idéologie qu'il défend ne sera que l'outil déclencheur permettant d'exprimer sa violence.
    avatar
    Euterpe

    Messages : 4212
    Date d'inscription : 29/01/2011
    Age : 46

    Re: Idéologie et violence.

    Message  Euterpe le Sam 29 Juil 2017 - 13:43

    Rétablissement du topic après édition complète et modification du titre.

      La date/heure actuelle est Lun 23 Oct 2017 - 13:44