παιδεία | μανθάνω | ἀπομανθάνω

    La définition de la vertu.

    Partagez
    avatar
    June

    Messages : 14
    Date d'inscription : 08/11/2011

    L'essence de la vertu

    Message  June le Ven 13 Juil 2012 - 22:25

    Je suis en train de lire le Ménon de Platon, et je me pose, tout autant que Ménon, cette question : Quelle est l'essence de la vertu ? D'ailleurs, Ménon se demande surtout si celle-ci peut être enseignée, ce qui pousse Socrate à lui poser cette fameuse question : Qu'est ce que X, ici en l'occurrence X est la vertu.

    Alors, comment définissez vous la vertu ? Quel est l'être de la vertu, son essence donc ? Il me semble que Socrate conclut son discours par un "compromis" en ayant démontré que la vertu ne pouvait être connaissance (d'après l'hypothèse X = connaissance --> donc X peut être enseigné, or constat qu'il n'y a personne à Athènes qui semble enseigner la vertu). Après cette démonstration, Socrate développe alors la thèse selon laquelle la vertu est une opinion vraie décernée par les dieux, c'est bien cela ?
    Certains commentateurs ont critiqué ce compromis entre Socrate et Ménon sur l'essence de la vertu comme opinion vraie.
    Si on s'attache à répondre à Socrate et à rester dans les exigences d'une définition produisant l'unicité de la vertu, comment faire ? En effet, la vertu est une qualité vague à définir, semble être de l'ordre du qualitatif et de l'acquis social plus qu'une connaissance a priori comme on connaîtrait déjà les propriétés du carré (cf. théorie de la Réminiscence).
    La vertu n'est pas connaissance, elle est donc opinion vraie ? Mais cette opinion vraie, comment se fait-il que seuls quelques-uns peuvent l'avoir ? Et qu'ils soient si peu ? A ceci, il semble qu'il n'y ait qu'un seul recours : les dieux (ou l'irrationnel).

    Serait-ce parce qu'il n'y a pas d'explication rationnelle à la vertu que l'on fait appel au sacré, à la vertu comme "don des dieux ?"
    avatar
    broceliand

    Messages : 62
    Date d'inscription : 12/07/2012
    Age : 26
    Localisation : France

    Re: La définition de la vertu.

    Message  broceliand le Mer 1 Aoû 2012 - 12:50

    Bonjour à vous,
    pourriez-vous préciser l'argument selon lequel la vertu serait une opinion vraie s'il vous plaît ?

    Pour moi l'opinion c'est la "Doxa", c'est-à-dire en quelque sorte une affirmation n'ayant pas été soumise à un examen critique et à une réflexion "poussée".

    Ainsi je considère cette expres​sion(la vertu est une opinion vraie) comme un oxymore. En effet, quoique je suppose que tout homme ici-bas se fait une idée approximative de la vertu, quelque chose comme une opinion, je trouve surprenante votre hypothèse. Si la Vertu est le comportement vrai, comment peut-elle être saisie par l'opinion, par définition éloignée de la vérité ?

    En outre, comment une opinion pourrait-elle être vraie ? Elle peut effectivement tendre vers une forme de vérité, mais elle n'est jamais totalement dépourvue d'erreurs.

    Silentio

    Messages : 1876
    Date d'inscription : 30/01/2011
    Age : 29
    Localisation : Paris

    La définition de la vertu.

    Message  Silentio le Mer 1 Aoû 2012 - 14:18

    L'expression d'opinion vraie laisse à désirer si l'on se focalise sur le terme d'opinion puisque celle-ci est une connaissance sensible, partielle et/ou erronée, de la réalité en tant qu'elle porte sur le monde sensible, elle relève d'un ordre différent et inférieur à la connaissance vraie qui relève de l'intelligible. Mais l'opinion vraie peut être un jugement porté sur une chose et informé, corrigé par la connaissance vraie de ce qui est. En ce sens, dire que le ciseau coupe, que c'est sa vertu, c'est dire vrai, émettre un discours vrai. Qu'est-ce que la vertu ? C'est l'excellence d'une chose, ce par quoi elle se réalise comme telle par sa fonction propre (la perfection de ce qui fait qu'elle est ce qu'elle est, qu'elle devient, se réalise comme ce qu'elle est et doit être). C'est aussi l'exercice parfait de cette fonction et la connaissance de la nature de l'objet et de sa fonction propre. C'est à la fois un savoir et la conséquence pratique de ce savoir. Elle peut servir de norme pour juger d'un discours ou d'une action.

      La date/heure actuelle est Sam 18 Nov 2017 - 22:38