παιδεία | μανθάνω | ἀπομανθάνω

    De l'hairesis à l'hérésie moderne. Bourdieu, champ religieux

    Partagez
    avatar
    CMW

    Messages : 1
    Date d'inscription : 25/01/2017

    De l'hairesis à l'hérésie moderne. Bourdieu, champ religieux

    Message  CMW le Mer 25 Jan 2017 - 2:05

    Bonjour !
    Français étudiant en Italie l'histoire des religions, j'étudie particulièrement le moment transitoire lors duquel le mot grec hairesis, école/groupe de pensée, de philosophie, prend le sens moderne du mot hérésie, c'est-à-dire le moment où la coexistence des différentes écoles/courants de pensée est devenue intolérable, et lorsque la référence à un ordre supposément établi devient inévitable. Ce changement est a priori bien expliqué par Bourdieu dans Genèse et structure du champ religieux

    Voici l'extrait de référence en français. Je dois dire que je bloque complètement devant ces mots et n'arrive pas du tout à en comprendre le sens. Cet extrait est le seul (en italien cependant) à avoir été donné par le professeur, devant, donc, a priori, "résumer" toute la situation ..

    Toute aide apportée pour la compréhension de ce passage est la bienvenue !
    CMW








    aliochaverkiev

    Messages : 381
    Date d'inscription : 06/02/2016

    Re: De l'hairesis à l'hérésie moderne. Bourdieu, champ religieux

    Message  aliochaverkiev le Jeu 26 Jan 2017 - 11:29

    @CMW a écrit:





    Je ne vois pas ce qui vous déroute dans ce texte. A vrai dire Bourdieu utilise là une structure de pensée classique, une structure qui prétend expliquer les rapports entre le pouvoir et la révolution.
    Un groupe détient le pouvoir, ici c'est un pouvoir religieux tenu par un clergé. Ce pouvoir s'exerce sur une population, ici une population de fidèles, les laïcs (attention dans le vocabulaire chrétien, disons catholique, laïc ne veut pas dire athée, laïc veut dire : qui fait partie de l'Église certes mais pas du clergé. L'Église c'est l'ensemble des croyants de même confession, clergé  + laïcs : l'Église catholique. [Quand on parle d'Église dans la pratique on parle des chrétiens]).
    Donc il existe un groupe dominant, le clergé, lequel assoit sa dominance grâce à la détention de la Parole (en politique : une idéologie). Cette Parole (la Parole de Dieu) régit les rapports entre les hommes. Donc la détention de cette Parole donne un pouvoir très pratique sur les gens. Notamment cette parole détermine les conditions du salut (le salut c'est se dégager de sa condition d'homme soumis à l'angoisse, la peur, l'exclusion, la mort etc.).
    Ce clergé dominant assoit sa légitimité sur Dieu. Il parle au nom de Dieu. Mais cette légitimité peut lui être contesté par un groupe concurrent, issu du clergé lui aussi, occupé à prendre  le pouvoir (concurrence dans la conquête du pouvoir). D'où un travail incessant sur la théologie (il s'agit de démontrer que cette légitimité revendiquée : je suis légitime à détenir la parole de Dieu est fondée sur une exégèse valide).
    Le prophète est un personnage qui apparait dans les périodes de crise [crise = conflit d'intérêts intense entre le pouvoir et les laïcs], il tend à saper les fondements de la légitimité du groupe dominant à se prévaloir de Dieu (hérésie possible).
    Lorsque cette lutte pour le pouvoir, animée par l'apparition du prophète, rencontre l'adhésion d'une partie des laïcs (conflit d’intérêts) alors l'hérésie peut l'emporter, chasser le clergé dominant, et le remplacer par une nouvelle dominance.
    Ce schéma de la pensée Bourdieu est aussi utilisée pour expliquer les révolutions politiques (la révolution bolchévique notamment).

      La date/heure actuelle est Mer 23 Aoû 2017 - 11:57