Bibliothèque numérique & espace numérique de travail


    Perdre sa création.

    Partagez

    flavbleach

    Messages : 1
    Date d'inscription : 09/08/2015

    Perdre sa création.

    Message  flavbleach le Mer 16 Nov 2016 - 22:31

    Bonjour,

    J'aurais aimé avoir votre avis sur le sujet suivant (simple interrogation personnelle) :

    En quoi perdre une création personnelle, dans laquelle nous avons mis tout notre cœur, et à laquelle on a consacré beaucoup (énormément) de temps, peut nous aider à être heureux. Autrement dit: qu'est-ce qui peut bien ne pas nous rendre triste dans un moment pareil ?

    Si ça peut vous aider à voir le sujet plus clair :
    Imaginons que l'on réalise un gâteau auquel on met tout son cœur, pour un concours par exemple, et qu'il s'effondre à la fin. Comment, pourquoi se dire "Ce n'est pas grave!" ?

    Merci, très bonne journée ! =)

    anormal

    Messages : 77
    Date d'inscription : 06/10/2015

    Re: Perdre sa création.

    Message  anormal le Jeu 17 Nov 2016 - 20:32

    Pour répondre à votre questionnement, vous devez comprendre en quoi la gratification que l'on tire des objets ( d'art ou de consommation utilitaire) est un moyen de compenser nos frustrations. Cela révèle implicitement un état psychologique de manque. De fait, si l'on s'attache à un objet, fut-il de notre fabrication, c'est que l'on a ressenti le plaisir ou le besoin de le produire ou de le créer. Or, il semble bien que l'avoir s'oppose à l'être ( avoir, posséder, semble bien compenser un manque d'être).

    Ce qui peut vous rendre triste dans la perte d'un objet affectif, c'est l'impossibilité de vous en gratifier , d'en tirer plaisir et éventuellement reconnaissance. Au reste, il y a quelque chose de paradoxal dans le fait de penser que l'on pourrait avoir suffisamment de détachement vis-à-vis de cet objet, pour ne pas souffrir de sa perte, mais dans le même temps de l'avoir produit. En effet, si l'on ressent l'envie ou le besoin de "créer" cet objet, c'est que l'on n'est pas heureux, ou du moins que l'on ressent l'incommodité qui nous pousse à agir. Ce qui revient à se demander si l'homme peut s'émanciper de son ego par la simple volonté d'être. Ou encore: peut-on devenir sage par nécessité ?

      La date/heure actuelle est Lun 26 Juin 2017 - 14:05