παιδεία | μανθάνω | ἀπομανθάνω

    Anacyclose & ochlocratie.

    Partagez
    avatar
    Kthun
    Invité

    Anacyclose & ochlocratie.

    Message  Kthun le Mer 13 Fév 2013 - 18:32

    Euterpe a écrit:
    Silentio a écrit:les mouvements révolutionnaires sont récupérés par des élites qui les détournent de leur visée et les mettent au service de leur domination.
    Tous les historiens sérieux ont abandonné ce schéma explicatif et idéologique. Des tentatives de récupération, il y en a certes. La manipulation et la duplicité sont le lot de toutes les révolutions. Mais on ne confond plus, aujourd'hui, entre la cause et l'effet.
    Je profite de l'occasion pour citer ce passage issu du premier tome des Systèmes socialistes, de Vilfredo Pareto, nous fournissant un modèle explicatif que tout le monde pourra utiliser avec profit :

    Vilfredo Pareto a écrit:
    Pour éviter que l'influence du sentiment, à laquelle il est bien difficile de se soustraire quand il s'agit d'un cas concret, ne vienne obscurcir notre raisonnement, exprimons-nous d'une manière abstraite. Soit A l'élite au pouvoir, B celle qui cherche à l'en chasser, pour y arriver elle-même, C le reste de la population [...]. A et B sont des chefs, c'est sur C qu'ils comptent pour se procurer des partisans, des instruments. Les C seuls seraient impuissants, c'est une armée sans chefs, ils n'acquièrent d'importance que quand ils sont guidés par A ou par B. Fort souvent, presque toujours, ce sont les B qui se mettent à leur tête, les A s'endormant dans une fausse sécurité ou méprisant les C. D'ailleurs ce sont les B qui peuvent mieux leurrer les C, précisément parce que, n'ayant pas le pouvoir, leurs promesses sont à plus longue échéance. Parfois les A tentent d'enchérir sur les B, espérant de pouvoir contenter les C par des concessions apparentes sans en faire de réelles. Si les B prennent peu à peu la place des A, par une lente infiltration, si le mouvement de circulation sociale n'est pas interrompu, les C sont privés des chefs qui pourraient les pousser à la révolte et l'on observe une période de prospérité. Les A tâchent généralement de s'opposer à cette infiltration, mais leur opposition peut être inefficace et n'aboutir qu'à une bouderie sans conséquence. Si l'opposition est efficace, les B ne peuvent emporter la position qu'en livrant bataille, avec l'aide des C. Quand ils auront réussi et qu'ils occuperont le pouvoir, une nouvelle élite D se formera et jouera, à leur égard, le même rôle qu'ils ont joué par rapport aux A ; et ainsi de suite. La plupart des historiens ne voient pas ce mouvement. Ils décrivent le phénomène comme si c'était la lutte d'une aristocratie ou d'une oligarchie, toujours la même, contre un peuple, aussi toujours le même. Or, en fait : 1° Il s'agit d'une lutte entre une aristocratie et une autre. 2° L'aristocratie au pouvoir change constamment ; celle d'aujourd'hui étant remplacée, après un certain laps de temps, par ses adversaires. Lorsque les B arrivent au pouvoir, et qu'ils remplacent une élite A en pleine décadence, on observe généralement une période de grande prospérité. Certains historiens en donnent tout le mérite au "peuple", c'est-à-dire aux C. Ce qu'il y a de vrai dans cette observation est seulement que les classes inférieures produisent de nouvelles élites ; quant à ces classes inférieures elles-mêmes, elles sont incapables de gouverner, et l'ochlocratie n'a jamais abouti qu'à des désastres.
    Évidemment, cela ne concerne pas uniquement les "historiens" dont il est question dans ce texte.
    avatar
    Euterpe

    Messages : 4212
    Date d'inscription : 29/01/2011
    Age : 46

    Re: Anacyclose & ochlocratie.

    Message  Euterpe le Mer 13 Fév 2013 - 20:54

    Votre texte, Kthun, n'est pas sans rappeler [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] de [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]. Quant à l'[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien], immanquablement désastreuse en effet (la France en est le modèle par excellence), on peut dire, d'une certaine manière, qu'un platonisme de mauvaise humeur (et on peut voir ça comme un pléonasme, certes), peut en faire la promotion à ses propres dépens. Quant on refuse toute compétence politique aux hommes de la cité, et qu'on n'est pas capable d'inventer une élite apte à l'exercice du pouvoir ou de lui en donner les moyens, ou de la convaincre qu'elle ne doit pas l'abandonner, on livre le peuple à lui-même ; créant ainsi les conditions mêmes qui fournissent aux élites les raisons de la critique de l'ochlocratie.

    Un peuple livré à lui-même, c'est un peuple qui attend l'homme providentiel. Or qu'est-ce qu'un homme providentiel, sinon celui dont on attend tout ? Un peuple habitué à être commandé, c'est encore un peuple qui participe au pouvoir. Je parle d'un pouvoir légal, bien entendu, et que la majorité tient pour légitime (quelle que soit la légitimité en question, démocratique ou pas). Car le pouvoir est toujours un obligé, autant qu'il est "porté à en abuser". L'homme providentiel, au contraire, est tout à la fois sauveur et victime sacrificielle ; totem et tabou. Il suffit de voir les leçons débiles que les philosophes allemands ont tirées, béats, de l'épisode Napoléonien. Quel contraste avec le génie politique romain, dont la finesse psychologique est une leçon de réalisme que l'actualité n'a jamais démentie.


    Dernière édition par Euterpe le Mer 17 Aoû 2016 - 2:19, édité 1 fois

      La date/heure actuelle est Lun 23 Oct 2017 - 0:54