παιδεία | μανθάνω | ἀπομανθάνω

    Les analogies de l'expérience (Kant, CRPure).

    Partagez

    Machaon

    Messages : 19
    Date d'inscription : 02/12/2015

    Les analogies de l'expérience (Kant, CRPure).

    Message  Machaon le Mer 10 Aoû 2016 - 7:26

    (Critique de la raison pure, Analytique des principes p. 215 de l'éd. Flammarion)

    Mon problème porte sur les Analogies de l'expérience.

    Pourquoi Kant parle-t-il d'analogies ?
    Kant explique d'abord la différence entre les analogies mathématiques (quantitatives et ainsi constitutives) et les analogies philosophiques (analogies qualitatives, non constitutives mais néanmoins régulatrices), il expose ensuite les « analogies de l'expérience ». Quelqu'un peut-il m'aider à comprendre ce que sont ces analogies, et en quoi elles sont régulatrices ?

    Dois-je comprendre que la substance est à la permanence ce que le rapport cause-effet est à la succession, ce que l'action réciproque universelle est à la simultanéité et ce que l'unité d'une conscience est à l'unité du temps, et qu'enfin cela permet de dégager trois « règles », en fait trois principes, d'où la qualification de « régulatrices »?

    Est-ce bien ce que contient le terme « analogie » dans ce contexte ? Et est-ce tout ?


    Dernière édition par Euterpe le Mer 10 Aoû 2016 - 20:01, édité 4 fois (Raison : Reformulation de la question)

    Machaon

    Messages : 19
    Date d'inscription : 02/12/2015

    Re: Les analogies de l'expérience (Kant, CRPure).

    Message  Machaon le Sam 4 Mar 2017 - 11:17

    J'ai écrit:"Est-ce bien ce que contient le terme « analogies » dans ce contexte ? Et est-ce tout ?"
    Si l'interprétation donnée ci-dessus n'est semble-il pas fausse elle est en tout cas très insuffisante.
    Il reste bien des questions sans réponse, par exemple: pourquoi ces analogies sont-elles dites dynamiques? Que signifie cette opposition très marquée entre principes mathématiques et principes dynamiques? S'il ne s'agissait que de l'introduction du temps ces analogies ne seraient pas dynamiques (au mieux cinématiques). "Dynamiques" laisse penser au rôle de forces sur une substance. Dynamique évoque l'efficience. Et cette opposition mathématique / dynamique apparaît comme l'opposition conséquence (qui relève de la logique et des math) /effet (qui va avec la causalité) mais aussi comme l'opposition réversibilité /irréversibilité.
    Autre exemple: pourquoi Kant attache-t-il une telle importance au concept d'analogie qualitative en dehors même des analogies de l'expérience? Il en fournit, contrairement à son habitude de nombreux exemples dans les Prolégomènes (Vrin pp 171-172) où il montre (semble-t-il) que ces analogies lui permettent de saisir les limites de l'expérience possible.
    Autre question: en quoi les analogies de l'expérience rendent-elles l'expérience possible? comment en quelque sorte créent-elles ce champ? Et aussi pourquoi ces principes concernent-t-ils non pas le contenu des intuitions ou des concepts mais leur existence et leurs rapports d'existence?

      La date/heure actuelle est Lun 11 Déc 2017 - 23:57