παιδεία | μανθάνω | ἀπομανθάνω

    Le roman peut-il être plus instructif que le texte philosophique ?

    Partagez

    cyr8

    Messages : 17
    Date d'inscription : 27/12/2015

    Le roman peut-il être plus instructif que le texte philosophique ?

    Message  cyr8 le Mer 3 Aoû 2016 - 16:15

    Je n'ai jamais été bien philosophe, mais je lisais quelques textes philosophiques. Le roman ne me paraissait pas m'apprendre quoi que ce soit qui aurait pu m'intéresser. Mais peu à peu la situation s'est presque complètement renversée.

    Je crois savoir que des philosophes écrivent, ou on écrit des romans. Cela ne dit évidemment pas les intentions de leurs romans, mais en savez-vous quelque chose ? Milan Kundera (auteur de L'Insoutenable légèreté de l'être), écrivait ceci d'un romancier en particulier : il "conçoit le roman comme la forme suprême de la connaissance du monde et le charge d'ambitions intellectuelles comme aucun romancier n'a osé le faire avant lui".

    kercoz

    Messages : 479
    Date d'inscription : 23/11/2013

    Re: Le roman peut-il être plus instructif que le texte philosophique ?

    Message  kercoz le Mer 3 Aoû 2016 - 16:28

    Umberto Eco disait que le roman avait l'avantage de n'être pas contestable.
    Notre seule alternative est soit de cesser la lecture, soit d'accepter le "cheminement de la pensée de l'auteur".
    On constate souvent, dans les discussions philosophiques (ou de sciences humaines) que les disputes portent plus sur le cheminement de pensée que sur l'objet où aboutit ce cheminement. Nous refusons de quitter notre propre chemin pour essayer celui de notre contradicteur. On perçoit ici l'avantage du roman qui nous prend par la main et nous force à suivre ce chemin. Pour cela, il lui faut user de leurres et d'appâts, et la qualité de l'auteur est de savoir manier ces appâts (par pudeur on évitera de les lister).
    avatar
    Euterpe

    Messages : 4111
    Date d'inscription : 29/01/2011
    Age : 46

    Re: Le roman peut-il être plus instructif que le texte philosophique ?

    Message  Euterpe le Jeu 4 Aoû 2016 - 1:03

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:Je crois savoir que des philosophes écrivent, ou on écrit des romans.
    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien], [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien], mais aussi [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] vous en donnent des exemples. Les contes de Voltaire sont des contes philosophiques, et les Lettres Persanes sont quelque chose comme un roman épistolaire (dont le succès fut tellement retentissant et jugé dangereux que Montesquieu fut "cordialement" invité à en modifier quelques passages pour être élu à l'Académie Française). Ces œuvres appartiennent au genre de l'apologue (genre argumentatif). Certains romans (et d'une manière plus générale le récit - dont le roman n'est qu'une forme parmi d'autres) en font partie.
    Vous reconnaissez ce qu'on appelle un "roman philosophique" à sa visée argumentative, le plus souvent clairement identifiable. Ainsi, lorsque vous dites :
    Je crois savoir que des philosophes écrivent, ou on écrit des romans. Cela ne dit évidemment pas les intentions de leurs romans
    vous faites erreur, puisque la visée argumentative traduit une intention à peine voilée.

    Partez du genre de l'apologue pour vous permettre de brosser une vision synthétique cohérente. L'essentiel est de ne pas faire de confusion entre le philosophe qui écrit des romans (cas rarissime) et le romancier engagé dans son époque, pour dénoncer certaines inégalités, certaines injustices (cf. Victor Hugo, Anatole France, etc.). Les romans "philosophiques" appartiennent à la littérature de combat (expression essentiellement utilisée pour le XVIIIe siècle).

    Votre question s'inscrit dans le programme de français en première ("La question de l'homme et les genres de l'argumentation"), aussi vous pourrez utilement consulter un manuel scolaire pour vous familiariser avec la littérature dite argumentative. Vous pouvez également parcourir, si vous le souhaitez, cet autre fil de discussion, dans lequel la question a été abordée : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien].


    Dernière édition par Euterpe le Jeu 18 Aoû 2016 - 9:14, édité 1 fois

    cyr8

    Messages : 17
    Date d'inscription : 27/12/2015

    Re: Le roman peut-il être plus instructif que le texte philosophique ?

    Message  cyr8 le Sam 6 Aoû 2016 - 9:51

    J'ai retrouvé des extraits de textes correspondants dans un manuel. Et effectivement, l'intention semble à peine voilée, à partir d'une histoire particulière, une conclusion philosophique est donnée.

    Je pensais à un ou deux textes en particulier, et je cherche encore si ce sont des romans philosophiques, car la visée n'est pas aussi évidente.
    avatar
    Euterpe

    Messages : 4111
    Date d'inscription : 29/01/2011
    Age : 46

    Re: Le roman peut-il être plus instructif que le texte philosophique ?

    Message  Euterpe le Sam 6 Aoû 2016 - 11:27

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:Je pensais à un ou deux textes en particulier, et je cherche encore si ce sont des romans philosophiques, car la visée n'est pas aussi évidente.
    Pouvez-vous préciser de quels textes il s'agit ? Y a-t-il des passages en particulier que vous pourriez citer pour les examiner ensemble ?

    cyr8

    Messages : 17
    Date d'inscription : 27/12/2015

    Re: Le roman peut-il être plus instructif que le texte philosophique ?

    Message  cyr8 le Dim 14 Aoû 2016 - 18:26

    Voici les romans de philosophes (ou apparentés) qui me sont venus vaguement à l'esprit : Les mots de Jean-Paul Sartre, L'étranger d'Albert Camus (non lu), Oscar et la dame rose d'Eric Emmanuel Schmitt, et plus particulièrement La mort de Virgile d'Hermann Broch.

    Sont-ils des romans philosophiques ou engagés, ou autre ? À partir du moment où le roman peut être lu tout en ignorant la ou les visées philosophiques c'est qu'il n'est pas philosophique, si je comprends bien.
    avatar
    Euterpe

    Messages : 4111
    Date d'inscription : 29/01/2011
    Age : 46

    Re: Le roman peut-il être plus instructif que le texte philosophique ?

    Message  Euterpe le Lun 15 Aoû 2016 - 18:38

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:Voici les romans de philosophes (ou apparentés) qui me sont venus vaguement à l'esprit : Les mots de Jean-Paul Sartre, L'étranger d'Albert Camus (non lu), Oscar et la dame rose d'Eric Emmanuel Schmitt, et plus particulièrement La mort de Virgile d'Hermann Broch.

    Sont-ils des romans philosophiques ou engagés, ou autre ? À partir du moment où le roman peut être lu tout en ignorant la ou les visées philosophiques c'est qu'il n'est pas philosophique, si je comprends bien.

    Bonjour,

    Les mots sont une œuvre autobiographique, pas un roman (et c'est probablement l'une des meilleures productions littéraires de [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]).
    L'étranger s'inscrit dans un ensemble d'œuvres diverses (un essai philosophique avec Le Mythe de Sisyphe, et deux pièces de théâtre : Caligula et Le Malentendu). Cet ensemble forme ce que Camus appelle "Le cycle de l'absurde". Il serait réducteur de ne voir dans ce roman qu'une illustration de l'existentialisme et de l'absurde (cf. le statut du personnage de Meursault, pas de prénom, etc.). Pour autant, c'est et ça reste un roman. Le mieux est encore de lire ce qu'en dit Sartre dans Situations I (1947).

    Vous pouvez télécharger ci-dessous Les Mots et l'article de Sartre sur L'étranger.

    Quant au roman de Schmitt, il s'inscrit dans un cycle de six romans (il y en aura encore 2), "Le Cycle de l'invisible". On peut certes parler de littérature argumentative, mais pas philosophique (on y trouve sans doute une influence du XVIIIe siècle, qui aimait mélanger les genres).

    Enfin, La Mort de Virgile tient de l'allégorie, et compte tenu de la nature de l'œuvre de Broch, on peut lui accorder une dimension "philosophique", s'il s'agit de dire qu'elle reprend une tradition littéraire antique et notamment latine dont la dimension morale est essentielle - les mots contre les armes (on peut le lire chez Cicéron, notamment dans une œuvre aussi canonique que son De Oratore ou Trois dialogues sur l'orateur, par exemple en I, 30 et sqq. ; ou en I, 50 et sqq. Cf. aussi [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien], [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien], etc.).

    La différence entre roman et philosophie est manifeste. Partez du principe que la philosophie n'est qu'un mode de la pensée parmi d'autres, et que penser ne signifie pas obligatoirement pratiquer la philosophie.

    Cdt.
    Fichiers joints
    Les Mots, Sartre.pdf
    Vous n'avez pas la permission de télécharger les fichiers joints.
    (1.3 Mo) Téléchargé 2 fois
    Situations I.pdf
    Vous n'avez pas la permission de télécharger les fichiers joints.
    (260 Ko) Téléchargé 2 fois

      La date/heure actuelle est Mar 22 Aoû 2017 - 13:20