παιδεία | μανθάνω | ἀπομανθάνω

    Deleuze critique des "Wittgensteiniens".

    Partagez
    avatar
    Wintman

    Messages : 12
    Date d'inscription : 13/05/2014

    Deleuze critique des "Wittgensteiniens".

    Message  Wintman le Mar 26 Juil 2016 - 18:36

    Bonjour,

    Dans [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] on peut voir [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] être atterré par l'école Wittgensteinienne et ses partisans.
    Est-ce que quelqu'un peut me dire à quoi et à qui il fait référence ? Je ne comprends pas bien son allusion, et ses mots sont très durs. Le contexte de l'époque m'échappe quelque peu, donc merci d'éclaircir ma lanterne.

    Silentio

    Messages : 2475
    Date d'inscription : 30/01/2011
    Age : 29
    Localisation : Paris

    Re: Deleuze critique des "Wittgensteiniens".

    Message  Silentio le Mar 26 Juil 2016 - 19:40

    Pour [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien], la philosophie est la création de concepts. Il cherche à créer les conditions de la production de nouveauté. Ce qu'il ne supporte pas, c'est la stérilité de [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien], de tradition anglo-saxonne, qui s'est développée aux États-Unis et a fait de l'analyse du langage une arme contre la philosophie continentale (considérée dans l'ensemble comme métaphysique, et continuée à ce titre par Deleuze, qui souhaite cependant y insuffler un mouvement réel et non abstrait). Elle prône l'usage de la raison, une conception de la vérité comme adéquation, la discussion, etc., toutes choses que Deleuze rejette avec le scientisme supposé de [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien], le moralisme comme motif caché de la volonté de savoir et de vérité.

    Dans le contexte français, le grand spécialiste de Wittgenstein est [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien], qui a écrit dans les années quatre-vingt des ouvrages très critiques à l'encontre de la French theory, cf. notamment [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]. Pour lui, c'est la philosophie analytique (dont il n'est pas tout à fait partisan, car il fait la part belle à la philosophie et à la littérature autrichiennes) qui est minoritaire en Europe et le rejet du concept de vérité ou encore de la discussion rationnelle, par les tenants du nietzschéisme français des années soixante, produit des effets politiques ambigus, voire néfastes.
    avatar
    Wintman

    Messages : 12
    Date d'inscription : 13/05/2014

    Re: Deleuze critique des "Wittgensteiniens".

    Message  Wintman le Sam 20 Aoû 2016 - 3:19

    Merci
    J'ai pu en apprendre plus sur cette opposition de courants, et je me demande pourquoi personne ne l'a jamais mentionnée dans les médias ou les documentaires en général.
    Elle est peut-être floue et pas omniprésente dans l'esprit de la plupart des philosophes ?
    Mais malgré ça, je ne comprends toujours pas pourquoi Deleuze va jusqu'à parler de mort de la philosophie. Il croit détenir l'exclusivité de la raison pour être si sévère ?

    Silentio

    Messages : 2475
    Date d'inscription : 30/01/2011
    Age : 29
    Localisation : Paris

    Re: Deleuze critique des "Wittgensteiniens".

    Message  Silentio le Sam 20 Aoû 2016 - 10:34

    Wintman a écrit:J'ai pu en apprendre plus sur cette opposition de courants, et je me demande pourquoi personne ne l'a jamais mentionnée dans les médias ou les documentaires en général.
    On en est encore à l'heure des célébrations. Et puis la French theory a un certain succès d'estime auprès des journalistes. De sorte que les critiques, notamment émises par une philosophie plus austère, ont moins de visibilité.
    Wintman a écrit:Elle est peut-être floue et pas omniprésente dans l'esprit de la plupart des philosophes ?
    La querelle entre philosophie continentale et philosophie analytique (anglo-saxonne) est très vive entre les universitaires, chacun défendant sa chapelle. Mais c'est aussi une querelle artificielle, parce qu'il me semble que les deux courants prennent position par rapport au linguistic turn emprunté par la philosophie en général. En revanche, ils y apportent des réponses divergentes, par exemple sur la méthode, le style et la norme du discours (cf. la question de la vérité). On peut se demander si la philosophie peut conserver son indépendance au regard des paradigmes scientifique et littéraire, s'il faut choisir entre eux. (On pourra se reporter à la querelle entre Bergson et Russell.)
    Wintman a écrit:je ne comprends toujours pas pourquoi Deleuze va jusqu'à parler de mort de la philosophie.
    Je ne sais plus exactement ce que Deleuze entend par là. Mais on peut avancer quelques explications. Comme je l'ai dit, Deleuze considère que la philosophie est une activité consistant dans la création de concepts. Les concepts ne sont pas découverts, il n'y a pas de vérité éternelle en sommeil, attendant que nous la retrouvions. Par contre, penser se fait toujours en affrontant le non-philosophique, l'en-dehors de la raison. La vie est changeante, sans sens, et nous y faisons des rencontres qui nous forcent à penser. Penser, c'est faire quelque chose à partir du nouveau. C'est créer, positionner de nouveaux problèmes. Or pour Wittgenstein, la philosophie n'est pas création (même s'il a créé un certain nombre de concepts). La philosophie est une activité thérapeutique, elle consiste à critiquer l'usage que nous faisons du langage pour ensuite dégonfler toute une série de faux problèmes. L'ennemie intérieure, la plupart du temps, c'est donc la philosophie elle-même. En tout cas, la philosophie héritée et qui équivaut à la métaphysique. D'un côté, on a donc Deleuze qui encense la philosophie (un vitalisme et une métaphysique du mouvement réel, pourrait-on dire), de l'autre une attitude antiphilosophique (pour reprendre le terme d'Alain Badiou) qui s'accorde aussi bien avec le pragmatisme qu'avec le positivisme logique. Ce dernier postule des invariants langagiers mais aussi la pertinence du concept de vérité, c'est-à-dire que sont réintroduits ce qui fait horreur à Deleuze : la transcendance, la représentation, etc. Tout ce qui nous empêche de penser en nous détournant de ce que la réalité a de chaque fois nouveau. Ainsi, la philosophie serait figée, voire menacée de destruction.

      La date/heure actuelle est Lun 23 Oct 2017 - 15:29