παιδεία | μανθάνω | ἀπομανθάνω

    Le langage des formes artistiques.

    Partagez

    Blaquière

    Messages : 19
    Date d'inscription : 07/08/2015
    Localisation : Provence, Var

    Le langage des formes artistiques.

    Message  Blaquière le Sam 15 Aoû 2015 - 12:12

    Voici plus d'une quinzaine d'années, pour une exposition de peinture et sculptures, j'avais essayé d'établir une correspondance possible entre certaines figures géométriques simples et certains de nos concepts ou comportements. Je vais essayer de retrouver le tableau complet avec les exemples.
    Il ne s'agit ici que de l'essentiel :

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
    Je n'ai pratiquement jamais rien trouvé qui contredise ces correspondances.


    Un exemple avec Rothko :

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
    avatar
    alphaméthyste

    Messages : 115
    Date d'inscription : 21/07/2015
    Age : 51
    Localisation : secteur est

    Re: Le langage des formes artistiques.

    Message  alphaméthyste le Sam 15 Aoû 2015 - 22:23

    Bonjour Blaquière,

    Est-ce valable dans la sculpture aussi ? Je demande cela parce que si le rectangle vertical est associé à la puissance, alors je comprends la pierre tombale (qui est une espèce de sculpture) de David Hilbert associée à l'épitaphe. Une face rectangulaire et verticale :

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

    Blaquière

    Messages : 19
    Date d'inscription : 07/08/2015
    Localisation : Provence, Var

    "Psychogéométrie de la vie quotidienne"

    Message  Blaquière le Dim 16 Aoû 2015 - 10:34

    Surtout dans la sculpture ! Le rectangle vertical, et en général les formes verticales oblongues sont des symboles phalliques. (Je ne pense pas dire par là quelque chose de bien original !)
    La première forme géométrique que j'ai reconnue comme tout à fait symbolique était le rectangle horizontal. Le rectangle blanc du sens interdit, qui manifestement symbolise l'interdiction et pourtant ne représente rien.
    Je m'étais imaginé au départ pouvoir définir une sorte d'alphabet universel !...

    [Message modifié pour le rendre conforme à la charte - Euterpe.]

    Blaquière

    Messages : 19
    Date d'inscription : 07/08/2015
    Localisation : Provence, Var

    Re: Le langage des formes artistiques.

    Message  Blaquière le Dim 16 Aoû 2015 - 11:12

    J'ai retrouvé le tableau général de la "psychogéométrie de la vie quotidienne "!

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


    Seul les signes + et x, qui sont des croix, donc a priori des symboles négatifs (de castration) ont des sens positifs d'accroissement (ajouter et multiplier), et échappent à cette symbolique assez générale.
    avatar
    Crosswind

    Messages : 341
    Date d'inscription : 20/06/2014

    Re: Le langage des formes artistiques.

    Message  Crosswind le Dim 16 Aoû 2015 - 11:38

    Je ne vois pas de lien formellement établi entre une série de formes géométriques qui, si elles sont à classer parmi les formes les plus banales n'en restent pas moins arbitrairement choisies, et une quelconque symbolique artistico-émotionnelle.

    Je ne peux certes pas dénier à l'auteur que ces formes lui inspirent tel ou tel sentiment, après tout pourquoi pas ? Si le tableau présenté, qui a une dominante rouge traversée d'une bande blanche, insuffle chez quelqu'un une émotion phallique, soit. Mais on ne peut en déduire que le rectangle, dont la longueur forme la base, produira la même chose chez tout le monde...

    [Suppression de la suite du message - Euterpe]
    avatar
    Vangelis
    Princeps
    Princeps

    Messages : 1433
    Date d'inscription : 11/03/2011

    Re: Le langage des formes artistiques.

    Message  Vangelis le Dim 16 Aoû 2015 - 18:01

    Crosswind a écrit:Je ne vois pas de lien formellement établi entre une série de formes géométriques qui, si elles sont à classer parmi les formes les plus banales n'en restent pas moins arbitrairement choisies, et une quelconque symbolique artistico-émotionnelle.
    Oui, et c'est du grand n'importe quoi.

    [Suppression de tous les messages postérieurs à celui de Vangelis - Euterpe]
    avatar
    Euterpe

    Messages : 4212
    Date d'inscription : 29/01/2011
    Age : 46

    Re: Le langage des formes artistiques.

    Message  Euterpe le Jeu 4 Aoû 2016 - 17:31

    Blaquière a écrit:j'avais essayé d'établir une correspondance possible entre certaines figures géométriques simples et certains de nos concepts ou comportements.
    Sur quoi reposait votre tentative ?

    Blaquière a écrit:Je n'ai pratiquement jamais rien trouvé qui contredise ces correspondances.
    Il suffirait pourtant de vous référer, non seulement aux codifications qui ont cours dans les arts graphiques, mais aussi au corpus de la sémiotique.

    Blaquière a écrit:Je m'étais imaginé au départ pouvoir définir une sorte d'alphabet universel !...
    Beaucoup d'artistes s'y sont employés. Mais, à chaque fois, la démarche est motivée - elle s'inscrit dans un contexte, qui sert de point d'ancrage, et de "décodeur", sans quoi personne ne peut espérer y comprendre quoi que ce soit.

    La rigueur exige que vous donniez quelques définitions à propos des signes et des symboles.
    Or, si le symbole appartient à la catégorie des signes, il s'en distingue toutefois en ceci qu'il n'est ni arbitraire (je ne m'attarde pas sur la question de savoir si les signes linguistiques sont arbitraires ou motivés - vous pouvez lire cette mise au point, [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien], pour ne pas interférer avec ce topic), ni conventionnel. Un symbole n'est pas référé à une chose (représentable), mais à du sens (irreprésentable). Ainsi, le symbole est dénué de signifié. Sa signification n'est pas hors de lui (référent), mais lui est inhérente. Jung disait que c'est l'incarnation d'une idée rendue sensible. Je vous renvoie aux travaux de Gilbert Durand, notamment à propos de la dimension épiphanique du symbole et de son inadéquation constitutive... De ce point de vue, vous conviendrez que vos exemples ne sont pas l'épiphanie de ce que vous avancez. Vous disposez pourtant de références sérieuses avec les travaux de Georges Poulet (Les Métamorphoses du cercle), ou encore ceux de Jung, d'Umberto Eco, etc.

    Pour vous donner un exemple précis et intéressant, par le sérieux des recherches artistiques qu'il révèle, on peut se référer au néo-impressionniste Seurat, certes connu pour le côté scientifique de ses recherches, mais dont l'œuvre s'inscrit aussi dans une réflexion ésotérique. Sa correspondance avec Beaubourg, en 1890, le rapproche d'un peintre aussi éloigné de lui que pouvait l'être un Gauguin, pourtant féru de symbolisme, de mysticisme, de religion. En effet, Seurat évoque à cette date des dominantes (heureuses, sereines ou mélancoliques) déterminées par le ton, la teinte, la ligne (cf. la fameuse phrase de Signac, qu'on nous ressert à chaque fois qu'il est question de l'avènement de l'art non figuratif : "C'est par les harmonies des lignes et des couleurs qu'il peut manier au gré de ses besoins et de sa volonté, et non par le sujet [i. e. le thème], que le peintre doit émouvoir".)

    Seurat se place dans un mouvement esthétique et artistique pour qui il n'y a de peinture que savante, avec des ouvrages qui comptèrent beaucoup à ses yeux, comme la [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien], de Charles Blanc (1867), lui-même inspiré de [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] (1827), de Humbert de Superville, où l'on trouve toute une symbolique des lignes, dont vous avez un double aperçu ci-dessous :

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

      La date/heure actuelle est Lun 23 Oct 2017 - 1:02