παιδεία | μανθάνω | ἀπομανθάνω

    L'utilité d'une chose et sa perception

    Partagez
    avatar
    sakuratsu

    Messages : 17
    Date d'inscription : 11/08/2015

    L'utilité d'une chose et sa perception

    Message  sakuratsu le Lun 24 Aoû 2015 - 16:38

    Bonjour,

    Voici une citation de mon cours à ce propos :
    Ce que nous appelons l'utilité ne peut d'ailleurs être pensé que de manière relative : une chose ne peut être utile qu'à autre chose, pas en soi.
    Je ne suis pas tout à fait d'accord. Je pense que l'utilité d'une chose peut être perçue de manière subjective, lors des erreurs.
    Par exemple, en mathématiques, lors de la résolution d'un problème on peut penser qu'il est utile de passer par un certain théorème, alors qu'en réalité, ça peut ne pas être le cas. Ou, d'une autre façon, si l'on veut calculer l’hypoténuse d'un triangle rectangle, on peut juger utile d'utiliser le théorème de Pythagore, ou bien la relation de Chasles.

    Ce que l'on utilise est utile à autre chose, il y a une relation, une concordance, donc un critère de vérité. Néanmoins, le moyen d'accéder à la vérité est nécessairement subjectif puisque l'on doit en être convaincu. Sinon, on ne pense pas, on ne fait qu'exécuter bêtement.
    Attention, je ne dis pas que la vérité est subjective. La vérité est la vérité, elle est telle quelle. Néanmoins, elle est perçue par chacun de nous de différentes façons, plus ou moins erronées. Le but est de la percevoir dans notre jugement avec la plus proche exactitude.
    Donc la perception d'utilité n'est finalement pensée que de manière subjective, en incluant la relativité, puisque l'utilité inclut une relation.

    Voilà ce qu'on aurait dû ajouter, selon moi.
    Qu'en pensez-vous ?

    Sakura.
    avatar
    Vangelis
    Princeps
    Princeps

    Messages : 1433
    Date d'inscription : 11/03/2011

    Re: L'utilité d'une chose et sa perception

    Message  Vangelis le Lun 24 Aoû 2015 - 19:21

    La citation ne porte que sur la relation de l'utilité, pas de sa vérité ou autre. Un outil qui ne sert à rien n'est pas un outil. C'est un outil pour faire quelque chose. De même l'utilité est utile à quelque chose, sinon elle n'est pas utile, et n'est donc pas une utilité.
    Peut-être que l'on veut vous introduire à la conscience d'Husserl pour qui la conscience est toujours conscience de quelque chose. S'il n'y a pas cette relation, il n'y a pas de conscience.
    sakuratsu a écrit:Par exemple, en mathématiques, lors de la résolution d'un problème on peut penser qu'il est utile de passer par un certain théorème, alors qu'en réalité, ça peut ne pas être le cas.
    Pas de problème en ce cas, car le théorème n'est pas inutile, mais inapproprié. Il reste utile pour autre chose.
    avatar
    Zingaro
    Consul moderabilis
    Consul moderabilis

    Messages : 563
    Date d'inscription : 24/01/2012

    Re: L'utilité d'une chose et sa perception

    Message  Zingaro le Mer 26 Aoû 2015 - 7:08

    Bonjour,
    sakuratsu a écrit:Voici une citation de mon cours à ce propos :
    Ce que nous appelons l'utilité ne peut d'ailleurs être pensé que de manière relative : une chose ne peut être utile qu'à autre chose, pas en soi.
    [...] Ce que l'on utilise est utile à autre chose, il y a une relation, une concordance, donc un critère de vérité. Néanmoins, le moyen d'accéder à la vérité est nécessairement subjectif puisque l'on doit en être convaincu.
    Donc la perception d'utilité n'est finalement pensée que de manière subjective, en incluant la relativité, puisque l'utilité inclut une relation.
    Qu'avez-vous apporté en précisant que la relation d'utilité peut être perçue (puis : "n'est pensée que") de manière subjective ? Qu'est-ce que cela change fondamentalement à ce qui était dit ?
    Votre sujet m'évoque les raisonnements de Simmel dans sa Philosophie de l'argent (3ème chapitre, section 1) :
    Alors que, dans sa forme ordinaire et élémentaire, le moyen s'épuise complètement dans la réalisation du but, et que sa force et son intérêt instrumental dépérissent une fois son service accompli, l'essence de l'outil est de se perpétuer au-delà de son usage particulier, ou encore : d'être appelé à un nombre de services imprévisible à l'avance. [...] On le voit bien à présent, un outil a d'autant plus de sens et de valeur - ceteris paribus (toutes choses égales d'ailleurs) - s'il peut servir un grand nombre de buts et si sa réalité investit un plus grand cercle de possibilités ; et dans cette même mesure justement, s'il devient d'autant plus indifférent en soi, incolore et objectif par rapport à toute particularité, et prend une plus grande distance par rapport à toute fin spécifique
    Moins l'outil est déterminé dans sa relation à une fin spécifique, plus il est abouti en tant que tel. En outre, l'argent, moyen par excellence, possède du fait de cette indétermination un "surplus de valeur" qui dépasse sa valeur d'échange : celui possédant X sous forme d'argent, et bien que cet argent ne puisse en soi satisfaire aucun besoin, aucun désir - et du fait même qu'il en soit ainsi - est dans une meilleure situation que cet autre possédant X sous forme de marchandises. Plus loin :
    L'argent n'ayant de rapport avec aucun but particulier, il est investi d'une relation universelle avec tous les buts. Parmi les outils, l'argent est donc celui dont on anticipe au maximum le potentiel d'utilisation, si bien qu'on lui accorde la valeur maximale qui puisse jamais être atteinte de la sorte. La simple possibilité de son emploi illimité, que l'argent a - autant qu'il est - du fait de son manque absolu de contenu propre, a pour corollaire positif qu'il ne sait pas être en repos et pousse continuellement à son usage, spontanément.
    Ce que nous entrevoyons là, c'est que l'outil appelle aussi le but, du moins l'usage : la relation est réciproque.
    avatar
    sakuratsu

    Messages : 17
    Date d'inscription : 11/08/2015

    Re: L'utilité d'une chose et sa perception

    Message  sakuratsu le Mer 26 Aoû 2015 - 15:03

    Erreur de manipulation (Zingaro).
    avatar
    Zingaro
    Consul moderabilis
    Consul moderabilis

    Messages : 563
    Date d'inscription : 24/01/2012

    Re: L'utilité d'une chose et sa perception

    Message  Zingaro le Ven 28 Aoû 2015 - 8:05

    [quote]Relisez la citation et ce que j'ai mis en gras dans mon premier message. Vous constaterez que les points de vue divergent./quote]Je ne vois pas. La citation de votre cours ne suggère pas qu'il ne puisse y avoir erreur ou choix et préférences. Ce que votre précision peut éventuellement apporter, c'est la possibilité de critiquer le caractère utile faussement attribué à certaines choses (quand en réalité la chose apparaît avant le besoin de l'utiliser, et le provoque). Mais la réciprocité des relations entre outils, usages et fins me semble plus directe. Si j'ai mal compris n'hésitez pas à développer.
    avatar
    sakuratsu

    Messages : 17
    Date d'inscription : 11/08/2015

    Re: L'utilité d'une chose et sa perception

    Message  sakuratsu le Ven 28 Aoû 2015 - 15:42

    Mon cours dit que l'utilité d'une chose ne peut être pensée que de manière relative. En effet, d'après le professeur, l'utilité de la chose dépend uniquement de la relation de réciprocité entre deux objets ou entre la chose et une action, un but, et plus globalement autre chose (du moins, c'est ce qu'il sous-entend, n'apportant pas de précisons à ce sujet).

    Ainsi l'utilité paraît comme absolue, car elle dépend uniquement de la réalité des circonstances. Les freins sont-ils utiles pour freiner ? La réponse est évidemment oui. Cela ne dépend pas de notre propre pensée, mais de la Vérité. De cette manière, l'utilité existe indépendamment du jugement subjectif. Les gants anti-chaleur sont-ils utiles pour ne pas se brûler les mains ? Quelle que soit notre pensée sur la question, la réponse est évidemment oui.
    En effet, la vérité est immuable, et demeure dans un horizon accessible. L'utilité d'une chose, ne dépendant que de la réalité, fait partie de la vérité. Elle est donc immuable elle aussi.

    Voilà à mon avis, ce qu'a voulu dire le professeur. Moi, je vais dire autrement.

    Il est vrai que l'utilité d'une chose est relative aux réelles circonstances. Il est vrai par ailleurs que nous n'avons aucun pouvoir de la modifier par notre pensée. Elle est telle quelle, comme une propriété. Or, il s'avère que l'esprit humain n'épouse pas toujours la réalité des faits. Il les ignore ou les déforme, volontairement ou non. En outre, penser relativement quant à l'utilité est aussi penser justement. Car, si l'on pense que quelque chose est utile alors que ça n'est pas le cas (fausse proposition) la relation de réciprocité s'effondre.
    La perception de l'utilité par l'Homme doit donc passer par un jugement subjectif, car elle doit passer à travers l'esprit humain. Soit la relation de réciprocité existe, donc l'homme a pensé justement, soit elle existe uniquement dans l'esprit, donc l'homme a pensé faussement.

    Cela rejoint : l'utilité ne peut d'ailleurs être pensée que de manière relative. Ce que j'ajoute à cette information, c'est que la pensée relative de l'utilité est une nécessité, commune à chaque individu. Néanmoins, elle peut être faussée, simplifiée par chaque individu. La relativité est donc soumise à la subjectivité, lors de la perception de chaque individu.

    Après tout, il est normal que le professeur n'ait pas développé ce point-là. Comme je l'ai écrit précédemment, l'utilité n'était pas le sujet de la dissertation. Néanmoins, il aurait été utile en citant Bergson :
    Bergson, Le Rire a écrit:Il est peu probable que l'œil du loup fasse une différence entre le chevreau et l'agneau ; ce sont là, pour le loup, deux proies identiques, étant également faciles à saisir, également bonnes à dévorer. Nous faisons, nous, une différence entre la chèvre et le mouton ; mais distinguons-nous une chèvre d'une chèvre, un mouton d'un mouton ? L'individualité des choses et des êtres nous échappe toutes les fois qu'il ne nous est pas matériellement utile de l'apercevoir.
    Ici, on peut voir que l'utilité conditionne la perception. Elle n'est plus une relation entre deux choses. Elle devient un critère dans le besoin pratique d'agir. L'utilité dépend donc de la vie de chacun, elle est subdivisée, et est soumise à de nouveaux critères. Si l'on veut globaliser cela, on retombe sur la citation du cours.

    Voilà, je pense juste avoir un petit peu approfondi le sujet.

      La date/heure actuelle est Ven 20 Oct 2017 - 14:23