παιδεία | μανθάνω | ἀπομανθάνω

    Se constituer une bibliothèque (philo).

    Partagez
    avatar
    Euterpe

    Messages : 2975
    Date d'inscription : 29/01/2011
    Age : 46

    Re: Se constituer une bibliothèque (philo).

    Message  Euterpe le Mer 6 Juil 2011 - 13:46

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:Arendt, malgré sa grande force et son intelligence, reste une femme. Elle semble plus affectée, sous l'apparente objectivité du propos et du style, et adopter une attitude plus ouverte au changement, à la nouveauté et je me demande si elle n'éprouve pas de la pitié ou de la sympathie pour les ouvriers et les révolutionnaires. Bien sûr ce que je dis est très réducteur et pourra me valoir une condamnation morale (mais je ne comprends pas en quoi dire qu'une femme est une femme ou qu'une femme a certains traits, qualités et défauts inhérents à sa féminité sont la même chose que détester les femmes ; et ce n'est pas essentialiser la femme puisque je peux très bien parler de la femme comme d'une attitude culturelle ou d'un habitus).
    Il n'empêche : vous employez une phrase concessive. :roll: C'est effectivement très réducteur, et vous flirtez avec ce que vous appelez l'essentialisme.

    Liber

    Messages : 799
    Date d'inscription : 30/01/2011

    Re: Se constituer une bibliothèque (philo).

    Message  Liber le Mer 6 Juil 2011 - 13:55

    Les femmes sont beaucoup plus faciles à comprendre dans leurs livres que dans la vie. Je vais faire mon misogyne : souvent, une femme défendra un homme ou un idéal unique, les idées ne seront qu'un moyen pour faire passer ses sentiments. La lecture d'un livre écrit par une femme est parfois très agréable, mais on voit trop souvent où elles veulent aller.

    Silentio

    Messages : 1317
    Date d'inscription : 30/01/2011
    Age : 29
    Localisation : Paris

    Re: Se constituer une bibliothèque (philo).

    Message  Silentio le Mer 6 Juil 2011 - 14:19

    Je n'aurais pas de mal à dire que j'ai tendance à être "efféminé" (parfois je me laisse trop porter par le sentiment, parfois je cherche à combattre cette tendance en me faisant plus objectif), ce qui semble-t-il est considéré comme un défaut chez un homme, mais je ne juge pas, j'ai décrit deux styles et ne tient pas l'affectivité comme une défaillance ou un signe de faiblesse, quoique ça puisse l'être - et peut-on reprocher à une femme sa féminité ? Arendt a toutefois beaucoup de force, en interview elle semble froide, plus "virile" (au sens qu'on donne en philosophie à l'expression "sujet viril") ou asexuée (elle ne correspond pas à l'image que l'on se fait de la femme) mais ses écrits et sa correspondance font état d'une sensibilité qu'on pourrait avoir l'impression de ne pas trouver chez elle (peut-être parce qu'elle est une intellectuelle de haut rang et exigeante). Leo Strauss est un libéral conservateur, un aristocrate de la pensée, son style et ses écrits sont "chargés" voire puissants. Strauss est un véritable lion (la bête blonde c'est lui !). Il a du mordant. Et même si son humour reste celui d'un intellectuel il est clairement typique d'un homme qui s'exprime avec force. Il me semble plus offensif tandis qu'Arendt est plus ouverte à l'altérité (et elle pense, par exemple, la natalité). Dans les écrits de cette dernière on voit l'auteur se mettre en retrait par rapport à son savoir, pourtant certains signes de sa "passion" personnelle ne trompent pas à la lecture. Spontanéité et réceptivité peuvent être posées comme synonymes de masculin et féminin. Je les trouve complémentaires. Ces deux caractères ne sont pas des identités. Et même si je parlais des "essences" (des formes qui font que l'on distingue homme et femme en société) construites de ce qui ont fait les hommes et les femmes (comme rôles acquis et assimilés) au cours des siècles jusqu'à aujourd'hui, il me semble qu'on ne pourrait pas parler de misogynie (puisque je n'attaque pas les femmes et n'ai aucun propos injurieux à leur égard).

    Silentio

    Messages : 1317
    Date d'inscription : 30/01/2011
    Age : 29
    Localisation : Paris

    Re: Se constituer une bibliothèque (philo).

    Message  Silentio le Jeu 7 Juil 2011 - 20:20

    By the way, pour ceux qui voudraient découvrir Arendt et Strauss : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
    avatar
    Euterpe

    Messages : 2975
    Date d'inscription : 29/01/2011
    Age : 46

    Re: Se constituer une bibliothèque (philo).

    Message  Euterpe le Ven 8 Juil 2011 - 0:59

    Akadem est un excellent site, je l'ajoute imméditament à liste du topic dédié : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien], pour ceux qui ne l'auraient pas encore consulté.

    Silentio

    Messages : 1317
    Date d'inscription : 30/01/2011
    Age : 29
    Localisation : Paris

    Re: Se constituer une bibliothèque (philo).

    Message  Silentio le Sam 9 Juil 2011 - 10:34

    Mais bien sûr, c'est Heidegger qui a fomenté le procès Eichmann et qui a créé la polémique qui a fait le succès du livre de son ancienne amante ! :scratch:

    Silentio

    Messages : 1317
    Date d'inscription : 30/01/2011
    Age : 29
    Localisation : Paris

    Re: Se constituer une bibliothèque (philo).

    Message  Silentio le Sam 9 Juil 2011 - 10:40

    Certes, mais elle n'est pas réductible à Heidegger. Et puis il y a aussi Jaspers.
    avatar
    Euterpe

    Messages : 2975
    Date d'inscription : 29/01/2011
    Age : 46

    Re: Se constituer une bibliothèque (philo).

    Message  Euterpe le Sam 9 Juil 2011 - 11:03

    Pouvez-vous affirmer connaître précisément la biographie de Hannah Arendt, Jean ? J'ai l'impression que non. Il faudrait vous demander pourquoi toutes les étudiantes avec lesquelles Heidegger couchait n'ont pas eu la renommée de H. A., la réponse mettra fin à votre allégation.
    avatar
    Euterpe

    Messages : 2975
    Date d'inscription : 29/01/2011
    Age : 46

    Re: Se constituer une bibliothèque (philo).

    Message  Euterpe le Sam 9 Juil 2011 - 11:24

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:Ce que je connais de Arendt c'est qu'elle défend la démocratie, ça va pas loin niveau philosophique, non ? De plus elle a repris beaucoup de thèmes heideggeriens (comme l'habitation).
    Vous n'en connaissez donc rien, ce qui ne va pas loin philosophiquement.
    avatar
    Desassocega

    Messages : 1157
    Date d'inscription : 02/04/2011

    Re: Se constituer une bibliothèque (philo).

    Message  Desassocega le Sam 9 Juil 2011 - 15:00

    Ce que je connais de Arendt c'est qu'elle défend la démocratie
    Je ne connais pas bien Arendt et Heidegger, mais ce que je sais, c'est qu'un philosophe n'est jamais réductible à une seule chose, il y a toujours dans sa philosophie un foisonnement d'idées qui fait qu'on ne peut pas dire : "ce philosophe dit cela" car il ne dit jamais que cela, vous voyez ?

    Sinon, je vous trouve un peu dur envers Arendt, j'ai vu de nombreuses émissions philosophiques où Arendt était citée, et je n'ai jamais eu l'impression qu'elle avait besoin d'Heidegger pour être citée, elle se suffit à elle-même.
    avatar
    Invité
    Invité

    Re: Se constituer une bibliothèque (philo).

    Message  Invité le Sam 9 Juil 2011 - 15:18

    @Euterpe a écrit:Pouvez-vous affirmer connaître précisément la biographie de Hannah Arendt, Jean ? J'ai l'impression que non. Il faudrait vous demander pourquoi toutes les étudiantes avec lesquelles Heidegger couchait n'ont pas eu la renommée de H. A., la réponse mettra fin à votre allégation.

    Heidegger n'est tout de même pas DSK, enfin ! "Toutes les étudiantes", comme si c'était une habitude :shock: Heidegger a confié, s'agissant d'Arendt, qu'il y avait là la Chose même, l'affaire de sa vie, bref tout autre chose qu'un prof qui "se tape" les étudiantes.
    Arendt est, en public, d'une discrétion (c'est un euphémisme) très particulière sur la "grosse bêtise" de Heidegger (je veux dire 1933) : dans le texte concernant Heidegger paru dans la compilation Vies politiques (TEL Gallimard), elle réussit la prouesse de tourner autour du pot de façon à ce que cette autre "Affaire" passe à la trappe. Dans sa correspondance, elle est évidemment plus claire et lucide. Elle semble toutefois plus croire à l'égarement dû à une déconnexion du réel (donc à la "grosse bêtise") plutôt que d'un nazisme profond et sincère. Par conséquent le syndrome bien connu du philosophe qui plane à quinze milles, etc. Son témoignage n'est pas sans poids : difficile d'être mieux placée sur la connaissance du bonhomme, tout en ayant les compétences pour connaître le philosophe. Echec total en revanche pour faire sortir de Heidegger un début de critique ou de réflexion critique sur ladite grosse bêtise : elle n'a reçu (toujours selon sa correspondance avec Blücher) que des excuses pitoyables du genre : "mais si j'étais vraiment antisémite, je ne t'aurais pas aimée", etc...
    (Anecdote amusante, dans cette correspondance : Arendt ne venait pas à Paris sans aller visiter son grand ami l'avocat Cohn-Bendit, père de qui on sait. Amusant de s'imaginer Dany sautant sur les genoux d'Arendt ; elle n'évoque que le frère aîné, Gabriel, dans ses lettres...)
    avatar
    Euterpe

    Messages : 2975
    Date d'inscription : 29/01/2011
    Age : 46

    Re: Se constituer une bibliothèque (philo).

    Message  Euterpe le Sam 9 Juil 2011 - 15:45

    Courtial a écrit:Heidegger n'est tout de même pas DSK, enfin ! "Toutes les étudiantes", comme si c'était une habitude :shock: Heidegger a confié, s'agissant d'Arendt, qu'il y avait là la Chose même, l'affaire de sa vie, bref tout autre chose qu'un prof qui "se tape" les étudiantes.
    Pour juger qu'on a rencontré la chose même, il faut avoir des termes de comparaison. Ça a dû frapper Heidegger de voir que, cette fois-ci, l'étudiante était plus intelligente que la moyenne de ses groupies habituelles ; son admiration était une marque de sa supériorité, contrairement aux hystériques ébaubies que le jeune maître les épinglât à son tableau de chasse.
    avatar
    Desassocega

    Messages : 1157
    Date d'inscription : 02/04/2011

    Re: Se constituer une bibliothèque (philo).

    Message  Desassocega le Lun 18 Juil 2011 - 2:56

    J'ai terminé le Fondement de la métaphysique des mœurs, je pars en vacance dans quelques heures, j’emmène avec moi le Contrat social, le Phédon, L'apologie de Socrate, les Mémoires de guerre de De Gaulle, Le Zarathoustra et les Considérations inactuelles I et II :study:

    Autant dire que je ne vais pas m'ennuyer ;)
    avatar
    Desassocega

    Messages : 1157
    Date d'inscription : 02/04/2011

    Re: Se constituer une bibliothèque (philo).

    Message  Desassocega le Ven 22 Juil 2011 - 17:40

    Pensez-vous qu'il puisse être intéressant pour moi de lire Malebranche ? Ou bien est-ce secondaire comme lecture ?
    avatar
    Euterpe

    Messages : 2975
    Date d'inscription : 29/01/2011
    Age : 46

    Re: Se constituer une bibliothèque (philo).

    Message  Euterpe le Ven 22 Juil 2011 - 18:44

    Disons que ce n'est pas urgent.
    avatar
    Desassocega

    Messages : 1157
    Date d'inscription : 02/04/2011

    Re: Se constituer une bibliothèque (philo).

    Message  Desassocega le Ven 22 Juil 2011 - 18:52

    Je vois... De toute façon il ne pouvait qu'attendre, vu la longueur de ma liste d'auteurs à lire...

    Après avoir terminé toutes les lectures que j'avais prévues de faire il y a quelques mois (je pense que je finirai vers janvier 2012), je m'attaquerai normalement à :

    • Kierkegaard
    • Dante
    • Shakespeare
    • Goethe
    • Homère
    • Virgile
    • Thomas Aquin
    • Berkeley
    • Heidegger
    • Arendt
    Avec de la chance je finirai ensuite ceux-là pour la rentrée de Septembre. Et si j'ai été au préalable accepté en Hypokhâgne, j'aurais je pense un bon bagage de lecture avec moi :study:
    avatar
    Euterpe

    Messages : 2975
    Date d'inscription : 29/01/2011
    Age : 46

    Re: Se constituer une bibliothèque (philo).

    Message  Euterpe le Ven 22 Juil 2011 - 19:35

    aristippe de cyrène a écrit:Et si j'ai été au préalable accepté en Hypokhâgne, j'aurais je pense un bon bagage de lecture avec moi
    En effet, toutefois vous devez anticiper ceci que, en principe, avant d'entrer en hypokhâgne, vous recevrez une bibliographie qui ne concerne pas seulement la philosophie et la littérature, mais aussi l'histoire et la géographie, qui y sont aussi importantes, la culture antique, etc. Ménagez-vous un temps conséquent pour la lecture de l'histoire, si vous voulez éviter de trop grandes lacunes. Pour la littérature, ne vous contentez-pas seulement des œuvres. Vous devez vous familiariser avec la versification, la stylistique, la dramaturgie, la rhétorique, etc. Les matières à dissertations y sont étudiées de façon à la fois beaucoup plus technique et conceptuelle. On n'étudie plus seulement les disciplines respectives, on apprend à les penser, si peu que ce soit. Enfin, je le répète, vous devez être irréprochable avec la grammaire et l'orthographe. Consultez n'importe quelle bibliographie d'entrée en hypokhâgne, vous y trouverez de plus en plus des références dont l'acquisition est obligatoire, impérativement, avant la rentrée. En l'état, vous ne pouvez espérer intégrer une hypokhâgne. La culture philosophique, vous avez le temps de l'acquérir, et il vous suffit d'avoir lu un peu vos classiques pour être familiarisé avec les notions de base et commencer correctement l'année. Mais la littérature et l'histoire importent tout autant, et pour toutes vos disciplines principales, la maîtrise de la langue est une priorité absolue. Procurez-vous plusieurs grammaires, et pratiquez principalement la langue ; le reste, sans être secondaire, n'est pas encore prioritaire.


    Dernière édition par Euterpe le Ven 22 Juil 2011 - 20:18, édité 1 fois

    Liber

    Messages : 799
    Date d'inscription : 30/01/2011

    Re: Se constituer une bibliothèque (philo).

    Message  Liber le Ven 22 Juil 2011 - 19:38

    N'y a-t-il pas aussi du latin à un bon niveau ? Je ne cherche pas à vous faire peur, Aristippe.
    avatar
    Desassocega

    Messages : 1157
    Date d'inscription : 02/04/2011

    Re: Se constituer une bibliothèque (philo).

    Message  Desassocega le Ven 22 Juil 2011 - 19:56

    mais aussi l'histoire et la géographie
    L'histoire est ma seconde passion, j'ai donc d'assez large connaissances. Bien sûr je ne prétends pas avoir un savoir historique exceptionnelle, mais j'ai toujours eu de l'avance par rapport à mes camarades de classe...

    Vous devez vous familiariser avec la versification, la stylistique, la dramaturgie, la rhétorique
    J'ai appris pas mal de choses cette année en première, mais effectivement, je pense que je vais devoir approfondir tout cela.
    Pour ce qui est de la rhétorique, j'ai en stock un livre sur la rhétorique grecque avec Isocrate, peut-être y apprendrai-je pas mal de choses

    Enfin, je le répète, vous devez être irréprochable avec la grammaire et l'orthographe
    Mon professeur de seconde m'a raconté qu'en prépa, à son époque, six fautes d'orthographe sur l'espace de 4 copies doubles lui avaient valu un 0... Je l'ai regardé ainsi : :shock:. Pour ce qui est de mes propres lacunes, j'y travaille ! Je demande souvent à ma mère de me faire de petites dictées... Et je me suis un peu amélioré visiblement... J'espère que mon année de Terminale finira le travail.

    Consultez n'importe quelle bibliographie d'entrée en hypokhâgne,
    Cela se trouve-t-il aisément sur internet ?

    N'y a t-il pas aussi du latin à un bon niveau ? Je ne cherche pas à vous faire peur, Aristippe.
    Trop tard... [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
    Mais c'est vrai que j'aurais dû faire latin... Le problème c'est que le choix se faisait en fin de 6e. Et à l'époque, ce n'était pas vraiment ce genre de matière qui m'inspirait. Donc impossible ensuite de faire latin, j'ai donc voulu faire grec ancien, mais j'ai été recalé car le lycée dont je dépendais ne faisait pas cette option. Bref donc je n'ai aucune base, et c'est vrai que c'est un point faible.
    Je commencerai le latin en Hypokhâgne si j'y suis reçu, il me semble que c'est possible.
    avatar
    Euterpe

    Messages : 2975
    Date d'inscription : 29/01/2011
    Age : 46

    Re: Se constituer une bibliothèque (philo).

    Message  Euterpe le Ven 22 Juil 2011 - 20:51

    aristippe de cyrène a écrit:L'histoire est ma seconde passion, j'ai donc d'assez large connaissances. Bien sûr je ne prétends pas avoir un savoir historique exceptionnelle, mais j'ai toujours eu de l'avance par rapport à mes camarades de classe...
    Ne vous fiez pas à vos camarades de classe pour vous étalonner. Fiez-vous uniquement aux exigences de l'hypokhâgne, sur laquelle vous devez vous renseigner le plus précisément possible. L'histoire qu'on y apprend est autrement plus approfondie. Les dissertations d'histoire, les lycéens ne connaissent pas. C'est quelque chose de complètement nouveau pour les hypokhâgneux, et cela peut leur poser bien plus de problèmes que la dissertation littéraire ou philosophique. Idem pour les dissertations en géographie. On vous demandera de penser les événements, les périodes, les hommes, pas en énonçant des opinions ou en récitant des chronologies. Il faudra être rompu aux logiques historiques, aux difficultés inhérentes à l'analyse multifactorielle, et ainsi de suite.

    aristippe de cyrène a écrit:
    Vous devez vous familiariser avec la versification, la stylistique, la dramaturgie, la rhétorique
    J'ai appris pas mal de choses cette année en première, mais effectivement, je pense que je vais devoir approfondir tout cela.
    Pour ce qui est de la rhétorique, j'ai en stock un livre sur la rhétorique grecque avec Isocrate
    Je pensais à la seule rhétorique littéraire. Mais Isocrate est évidemment instructif. Pensez quand même à Démosthène et à Cicéron, qui sont plus importants. On vous demandera de rédiger des commentaires de style, dans les conditions d'examen, pendant quatre heures... Chose qu'on ne fait pas au lycée, car la stylistique n'y est pas enseignée. Quant à la versification, ce sera autre chose que les seules notions acquises au lycée.

    Loin de moi l'idée de vous décourager. Mais l'hypokhâgne, sauf dans les lycées qui sont des prépas de prépas, c'est quelque chose de radicalement nouveau : un rythme de travail si soutenu et incessant que beaucoup le trouvent inhumain et renoncent dès les premières semaines. C'est bien simple, ça ne s'arrête jamais ; vous lâchez prise deux semaines, et tout s'emballe.

    aristippe de cyrène a écrit:Je demande souvent à ma mère de me faire de petites dictées
    Faites-en au moins trois par semaine.

    aristippe de cyrène a écrit:Cela se trouve-t-il aisément sur internet ?
    Oui, bien sûr. Privilégiez les bibliographies des grands lycées.

      La date/heure actuelle est Lun 11 Déc 2017 - 23:52