Bibliothèque numérique & espace numérique de travail


    Pindare : "N'aspire pas à l'existence éternelle mais épuise le champ du possible".

    Partagez

    roussecl

    Messages : 2
    Date d'inscription : 16/09/2014

    Pindare : "N'aspire pas à l'existence éternelle mais épuise le champ du possible".

    Message  roussecl le Mar 16 Sep 2014 - 19:36

    Bonjour à tous,

    Je viens de lire la citation suivante : "N'aspire pas à l'existence éternelle mais épuise le champ du possible", de [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]. J'ai lu cette citation au début du livre La mort suspendue, qui relate une histoire d'alpinisme ou l'auteur a frôlé la mort. Ma question est simple : que connaissez-vous de Pindare (qui est un poète et non un philosophe), par quels courants pensez-vous qu'il a été influencé, ou tout simplement à quoi vous fait penser cette citation : que vous inspire-t-elle ? 

    Clément
    avatar
    Euterpe

    Messages : 4025
    Date d'inscription : 29/01/2011
    Age : 46

    Re: Pindare : "N'aspire pas à l'existence éternelle mais épuise le champ du possible".

    Message  Euterpe le Mar 16 Sep 2014 - 19:49

    Michel Briand, « « Ô mon âme, n'aspire pas à la vie immortelle… Sur les avatars de Pindare, Pythique III, 61-62, des scholiastes anciens à Saint-John Perse, Paul Valéry, Albert Camus, et à l'entour » », Rursus [En ligne], 6 | 2011.



    Dernière édition par Euterpe le Lun 8 Aoû 2016 - 23:33, édité 1 fois
    avatar
    Erysimumcheiri

    Messages : 20
    Date d'inscription : 07/01/2013

    Re: Pindare : "N'aspire pas à l'existence éternelle mais épuise le champ du possible".

    Message  Erysimumcheiri le Mer 1 Oct 2014 - 12:05

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:...ou tout simplement à quoi vous fait penser cette citation : que vous inspire-t-elle ?

    Une sorte de regard à porter sur ce qui nous entoure et non pas sur l'avenir ou le passé. Inciter à vivre l'instant présent, seule réalité aux quelques certitudes. Le passé est déformé par les souvenirs qui s'évadent ou s'estompent avec la poursuite du présent. Le futur n'est qu'imagination de tout un chacun. On s'y projette volontiers, on aime à se croire capable de le modeler à notre guise, sentir que l'on crée ce que l'on veut être mais en vérité, seul le présent compte. Le futur nous échappe dans sa fuite en avant, tandis que le passé se trouble lorsque nous essayons de l'effleurer.


    "N'aspire pas à l'existence éternelle..."

    L'existence éternelle est un rêve pour ceux qui craignent la mort et une torture pour ceux qui aiment la vie.
    Les dieux grecs raffolaient des punitions éternelles : le mythe de Sisyphe, le mythe de Prométhée, le supplice de Tantale et tant d'autres. Ainsi, la punition réside-t-elle en la souffrance ou en l'éternité ?
    L'éternité est un voyage d'une trop grande ampleur pour que l'homme puisse y survivre. Nous ne désirons sans doute l'éternité que parce que nous sommes mortels. Étant immortels, nous n'aspirerions peut-être qu'à la mort. Je connais plus de mortels heureux de l'être que d'immortels heureux de l'éternité, ainsi ces précédentes suppositions restent (pour l'instant) infondées.


    "...mais épuise le champ du possible"

    Le champ du possible n'existe qu'au présent : ne pouvant revenir sur une décision prise, ni connaître le champ du possible de l'avenir, il ne nous reste qu'à regarder autour de nous, et voir qu'elles sont les possibilités que l'instant présent nous offre. Regarder le présent. Cela semble bien difficile. Mais plus que le regarder, peut-être faut-il encore le vivre. Dans cet épuisement du champ du possible, j'entends l'idée de prendre en compte tout ce qui nous entoure et non l'évidence. A chaque question posée, seules quelques réponses nous viennent à l'esprit et non l'infinité qui existe. Alors dans ce mot employé "épuise", il est possible d'y trouver une invitation à considérer beaucoup plus que ce que nous considérons spontanément.


    Néanmoins, si la citation réelle commence par "Ô mon âme, n'aspire pas à la vie immortelle...", c'est un discours du poète avec lui-même. Et je n'aurais la prétention d'essayer d'interpréter les profondeurs de son âme. Je ne peux alors que m'évertuer à épuiser le champ d'interprétations possibles, sans malheureusement ne jamais connaître le fond réel de cette pensée.


    Selon les réflexions extraites de l'article partagé par Euterpe :
    Michel Briand a écrit:il n'est guère possible de reconstituer les circonstances de son énonciation, par exemple son cadre spatio-temporel, ni même les modalités de cette profération poétique, qui peut être aussi bien monodique que chorale. La voix ici, même à la première personne du singulier, peut être la trace d'un dispositif choral, fondé sur un système traditionnel de délégation, mais le genre, pré- ou para-rhétorique, de la consolation autorise les interprétations personnelles, fondées sur la notion de contrat public entre le tyran et le poète officiel. Il est peu probable aussi que cette épître, peut-être envoyée en accompagnement d'une autre épinicie, comme la première Pythique, réponde à une commande directe : il s'agirait plutôt d'un complément, fondé sur une initiative du poète.

    Navrée de ne guère pouvoir plus me rapprocher de la réalité de Pindare dont tant de siècles nous séparent pour vous offrir les réponses à vos questions. Mais si cette phrase était adressée à son âme, peut-être alors vaut-il la peine d'interroger la vôtre ?

    roussecl

    Messages : 2
    Date d'inscription : 16/09/2014

    Re: Pindare : "N'aspire pas à l'existence éternelle mais épuise le champ du possible".

    Message  roussecl le Dim 5 Oct 2014 - 15:53

    Réponse intéressante...! Vous parlez de vivre dans le présent mais n'avez pas prononcé le mot désir. Personnellement c'est au désir (au champ des désirs possibles) que cette phrase me faisait penser. Je la comprenais comme une suggestion (sage ou non, je ne prétends pas que Pindare l'était) à la recherche de la satiété d'un point de vue du désir (par exemple d'un point de vue de la malbouffe "agréable au palais" j'ai l'impression d'avoir fait le tour et honnêtement je me sens assez repu à ce niveau là, d'où une absence quasi totale de désir résiduel). Donc pour moi cette phrase soulevait la question de la satisfaction des désirs et de leur évolution
    avatar
    Janus

    Messages : 266
    Date d'inscription : 04/03/2012

    Re: Pindare : "N'aspire pas à l'existence éternelle mais épuise le champ du possible".

    Message  Janus le Lun 6 Oct 2014 - 14:04

    En philosophie, comme dans toute discipline, il y a des règles qui ici sont celles du sens qu'il convient d'accorder aux "mots" qui prennent généralement un tout autre sens que celui accordé par le langage ordinaire et l'opinion commune. Au sens philosophique, je dirais que le désir est quelque chose sans relation directe avec la sensation, les sens, comme le goût, l'agréable au "palais".. pas plus qu'avec tout plaisir physique d'ailleurs. Le désir est aussi à distinguer du simple besoin (vital, biologique) que ressent l'organisme. Au sens philosophique ce serait donc plutôt un concept relevant du domaine du pur intelligible, comme la pensée, l'esprit et la conscience (ou l'inconscient d'un point de vue de la psychanalyse), si bien que l'on pensera par exemple à l'expression "le désir est le désir de l'autre", dans une opération réciproque et "secrète" qui inter-agit au niveau des consciences. Rien à voir donc avec un sentiment de "mal bouffe" qui mettrait fin à une sorte d'"envie", de plaisir, ou autre chose de cet ordre là.
     
    Quant au "champ du possible" je le situerais aussi dans l'ordre de la pensée, de l'idée et de la seule intelligibilité, et découlant d'une première logique où tout ce qui est possible est d'abord à distinguer de tout ce qui est nécessaire, obligatoire, car obéissant à une loi, etc. (cf. notion de déterminisme)... mais cependant susceptible d'ouvrir à une nécessité cette fois compatible avec une sorte de liberté "éternelle", car bien que se situant dans la Nature et compatible avec ses lois, se tient au sein du champ ouvert par l'idée et la pensée elles-mêmes.

    Contenu sponsorisé

    Re: Pindare : "N'aspire pas à l'existence éternelle mais épuise le champ du possible".

    Message  Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Jeu 29 Juin 2017 - 3:56