Bibliothèque numérique & espace numérique de travail


    L'expression "Morale universelle".

    Partagez
    avatar
    Véronique7
    Invité

    L'expression "Morale universelle".

    Message  Véronique7 le Lun 21 Juil 2014 - 17:16

    Bonjour à tous,

    J'ai lu des définitions de la morale et de l'éthique. On y trouve le terme « universelle », je ne suis pas sûr de bien comprendre ce qu'il faut entendre par là et c'est là que j'aurais besoin de votre aide. Voici d'abord les définitions. Dans le dernier paragraphe, j'explique davantage mon incompréhension.

    D'après Ricœur : « c'est donc par convention que je réserverai le terme « éthique » pour la visée d'une vie accomplie et celui de « morale » pour l'articulation de cette visée dans des normes caractérisées à la fois par la prétention à l'universalité et par un effet de contrainte. (...). » (Ricoeur, 1990, Soi-même comme un autre, p. 200). Ricœur se réfère ici à l'éthique aristotélicienne et à la morale kantienne.

    Prairat, se référant notamment à l'extrait de Ricœur que je viens de citer, dit ceci : « c'est dire que la démarche éthique est originale et singulière, relevant de choix particuliers et personnels, car elle est moins recherche d'une excellence que visée d'une harmonie. La morale, au contraire, se manifeste comme une instance contraignante, comme une exigence universelle s'adressant à tous les hommes de bonne volonté respectueux de la figure d'autrui » (Prairat, 2009, De la déontologie enseignante, p. 12).

    Que veut dire ici « universelle » ? Est-ce que ces extraits témoignent d'une opinion de Ricœur et de Kant (puisque Ricœur se réfère à la morale kantienne) selon laquelle la morale est universelle (tout le monde partage les mêmes normes) ? Ou cela signifie-t-il, non que nous partageons tous les mêmes normes mais que nous appliquons les normes morales à tout le monde et dans toutes les situations ?

    Merci d'avance pour vos explications.

    Silentio

    Messages : 2475
    Date d'inscription : 30/01/2011
    Age : 28
    Localisation : Paris

    Re: L'expression "Morale universelle".

    Message  Silentio le Mar 22 Juil 2014 - 21:49

    Véronique7 a écrit:On y trouve le terme « universelle », je ne suis pas sûr de bien comprendre ce qu'il faut entendre par là
    Dictionnaire Larousse a écrit:Caractère de ce qui concerne, implique tous les hommes
    Chez Kant, par exemple, la morale vaut pour tous les hommes en tant qu'êtres rationnels. A ce titre-là, ils sont égaux. Les normes édictées par la raison s'appliquent en ce sens à chacun considéré en tant qu'être rationnel, peu importe les différences des uns et des autres à titre d'individus singuliers.

    Tandis que la morale kantienne est déontologique, c'est-à-dire qu'elle impose un devoir-être à l'homme, le devoir (qui est visée d'un idéal à réaliser et qui suppose donc une norme transcendante, impersonnelle, détachée de mes propres intérêts), l'éthique n'est elle ni prescriptive ni normative. L'ethos, c'est le mode de vie. Il est propre à chacun, le plus souvent en tant que membre de telle ou telle catégorie sociale, mais comprend aussi les singularités dans l'attitude d'un individu. L'éthique, c'est la science descriptive des modes de vie qui ont cours, de ces modes de vie selon lesquels les individus s'orientent dans le monde d'après des systèmes de valeurs différents. Il ne s'agit pas de dire qu'ils ne sont pas moraux, mais de constater la pluralité des valeurs. L'éthique n'empêche pas de penser les normes dans la relation à autrui, mais peut supposer, par exemple, que ce qui est bon pour moi ne l'est pas pour un autre. Elle est en ce sens immanente, et peut se développer dans la visée de ma propre excellence, réalisant ma propre nature (qui n'est pas forcément celle d'autrui). L'éthique n'est universelle, si l'on veut, qu'en tant que l'on peut simplement constater que chacun adopte des attitudes normées (et recherche le bien, quel qu'en soit le contenu ou la forme). La morale, elle, dit non seulement qu'il n'y a qu'une norme ou valeur qui est véritablement fondée, mais en plus que c'est la seule qu'il faut suivre.

    S'il y a une morale (ce qui est à démontrer), elle ne peut effectivement qu'être universelle (c'est ce qu'elle présuppose, sa condition de possibilité). Mais dans les faits, peut-on dire que nous sommes tous des êtres moraux ?

    avatar
    Véronique7
    Invité

    Re: L'expression "Morale universelle".

    Message  Véronique7 le Jeu 31 Juil 2014 - 18:32

    Merci de m'avoir répondu mais je ne comprends pas bien à quoi cela renvoie concrètement, auriez-vous un exemple pour illustrer ce que vous dites s'il vous-plait ? Ce serait quoi par exemple une norme ou une valeur morale ? et l'éthique serait quoi par rapport à cela ?


    Dernière édition par Euterpe le Ven 19 Fév 2016 - 17:02, édité 1 fois (Raison : Orthographe)
    avatar
    Vangelis
    Princeps
    Princeps

    Messages : 1426
    Date d'inscription : 11/03/2011

    Re: L'expression "Morale universelle".

    Message  Vangelis le Jeu 31 Juil 2014 - 19:24

    Pour la morale universelle, il est par exemple interdit de faire disparaître son conjoint. Ensuite d'un point de vue éthique, chacun est libre d'être fidèle ou pas selon la voie que l'on choisit afin de se réaliser.
    Ce dernier point rejoint E. Prairat lorsqu'il dit : "c'est dire que la démarche éthique est originale et singulière, relevant de choix particuliers et personnels, car elle est moins recherche d'une excellence que visée d'une harmonie." Il n'est pas de l'excellence d'un couple d'avoir à se tromper, mais s'il faut en passer par là pour retrouver une harmonie perdue…
    Mon exemple est parfaitement subjectif et ne prétend pas être une solution (loin s'en faut), mais c'est le premier qui m'est arrivé sous le sens.
    avatar
    JimmyB

    Messages : 853
    Date d'inscription : 25/04/2012
    Age : 29

    Re: L'expression "Morale universelle".

    Message  JimmyB le Ven 1 Aoû 2014 - 2:20

    Il ne faut pas confondre une morale universelle et une valeur morale, les deux s'opposent.
    Une morale universelle est une règle absolue, elle est édictée pour être déclarée juste en tout moment, tout lieu et pour tout le monde.
    Une valeur est une idée, ou un objet mis en comparaison avec d'autres idées ou objets de même fonction ou nature. On l'appelle valeur car elle est évaluée par rapport à ces autres objets ou idées. C'est la théorie de la valuation de John Dewey.
    Ainsi c'est ce processus qui permet de créer une hiérarchie et une échelle de valeurs.


    Silentio

    Messages : 2475
    Date d'inscription : 30/01/2011
    Age : 28
    Localisation : Paris

    Re: L'expression "Morale universelle".

    Message  Silentio le Mar 5 Aoû 2014 - 14:51

    Disons que chaque groupe a son propre système de valeurs (sa "morale"), relatives à ses conditions d'existence. De même pour chaque individu (dont on remarquera qu'il n'est pas détaché du social, contrairement à ce que l'on pense, la notion d'individu apparaissant tardivement avec la modernité, lorsque l'emprise de la tradition et les solidarités anciennes s'effritent, le laissant s'émanciper). L'éthique c'est reconnaître cela, sans imposer du dehors une morale (car il faut aussi reconnaître que chacun n'incarne pas une valeur qui existerait en soi, hors de la communauté qui s'en réclame), bien qu'il faille penser une manière de vivre ensemble avec autrui, par-delà ou avec nos différences (la crainte des moralisateurs, c'est que l'absence de norme suprême ne permette le chaos et la guerre). Mais l'éthique n'impose rien de ce qui se référerait à une vérité absolue dont la loi contraindrait tout le monde aveuglément. Le problème de la morale, alors même qu'elle prétend à l'universalité, et donc imposer à tous une norme dont on peut pourtant douter de l'objectivité, c'est qu'elle n'est finalement jamais que relative à un individu ou à un groupe particuliers. Bien entendu, il y a une aspiration à la morale qui doit être comprise. Par exemple, si les morales s'opposent, on peut se demander si, toutes étant fausses, on ne doit pas chercher autre chose pour tous. Mais pourquoi devrait-il exister un ordre, indépendant des hommes, qui réponde à leur besoin d'ordre ? Pourquoi vouloir absolument trouver un fondement légitime à nos comportements ? Ne peut-on pas plutôt partir des différents modes de vie qui existent et trouver quelques principes pour une entente qui ne nie pas les différences (au risque, sinon, que la morale écrase ce qui ne correspond pas à ses critères, devienne une forme d'impérialisme) ? L'éthique, chez Spinoza par exemple, mène à comprendre qu'il existe des individus aux besoins différents, visant tous le bien mais par des moyens différents (et peut-être même des biens différents). La morale, à prétention universaliste, dirait plutôt qu'il n'y a qu'un mode de vie qui vaille absolument et qu'il faut rectifier les autres qui sont dans l'erreur (ou le péché) : on va alors vouloir imposer le bien à tous (par exemple dans la morale chrétienne), même, au fond, contre ses propres intérêts. Or, si chacun possède des mœurs (sens du terme morale d'un point de vue éthique), la morale n'est pas partagée par tous. Les uns sont cannibales, considérant qu'il est bon de manger des humains, les autres ne le sont pas. Mais seuls les Européens ont la prétention de croire que leur propre morale non seulement peut, mais doit s'appliquer à tous, lesquels sont sinon dans l'erreur. On punira alors les cannibales parce qu'ils seraient des sauvages, des barbares, l'antithèse du civilisé qui sait, lui, ce qui est absolument bon (au-delà de ce que chacun peut croire bon pour lui-même). On pourra dire qu'une perspective éthique est alors relativiste, mais elle n'empêche pas d'élaborer quelques règles pour vivre en communauté. Concrètement, on peut aussi avoir un exemple de l'éthique par l'amitié : où il y a justement une dimension commune qui se dessine dans les rapports noués entre des individus pourtant différents et qui reconnaissent leurs différences et qu'ils sont liés par un même désir de liberté.
    avatar
    Minlinks1

    Messages : 4
    Date d'inscription : 23/01/2016
    Localisation : Suisse

    Re: L'expression "Morale universelle".

    Message  Minlinks1 le Dim 24 Jan 2016 - 12:36

    Depuis plusieurs décennies, la question des fondements éthiques du droit et de la politique a été comme mise entre parenthèses dans certains secteurs de la culture contemporaine. Sous le prétexte que toute prétention à une vérité objective et universelle serait source d’intolérance et de violence et que seul le relativisme pourrait sauvegarder le pluralisme des valeurs et la démocratie, on fait l’apologie du positivisme juridique qui refuse de se référer à un critère objectif, ontologique, de ce qui est juste. Dans cette perspective, le dernier horizon du droit et de la norme morale est la loi en vigueur, qui est censée être juste par définition puisqu’elle est l’expression de la volonté du législateur. Mais c’est ouvrir la voie à l’arbitraire du pouvoir, à la dictature de la majorité arithmétique et à la manipulation idéologique, au détriment du bien commun.

    Benoît XVI, Discours au Congrès International sur la loi morale naturelle, 2007 a écrit:Dans l’éthique et la philosophie actuelle du Droit, les postulats du positivisme juridique sont largement présents. La conséquence en est que la législation ne devient souvent qu’un compromis entre divers intérêts ; on tente de transformer en droits des intérêts ou des désirs privés qui s’opposent aux devoirs découlant de la responsabilité sociale.

    Mais le positivisme juridique est notoirement insuffisant, car le législateur ne peut agir légitimement qu’à l’intérieur de certaines limites qui découlent de la dignité de la personne humaine et au service du développement de ce qui est authentiquement humain. Or, le législateur ne peut abandonner la détermination de ce qui est humain à des critères extrinsèques et superficiels, comme il le ferait, par exemple, s’il légitimait de soi tout ce qui est réalisable dans le domaine des biotechniques. Bref, il doit agir d’une manière éthiquement responsable. La politique ne peut s’abstraire de l’éthique, ni les lois civiles et l’ordre juridique d’une loi morale supérieure.

    Dienekes
    Consul moderabilis
    Consul moderabilis

    Messages : 443
    Date d'inscription : 23/08/2013
    Age : 46
    Localisation : Paris

    Re: L'expression "Morale universelle".

    Message  Dienekes le Lun 25 Jan 2016 - 23:39

    Loin d’être mises entre parenthèses, ce sont des questions qui font en fait l’objet de très nombreuses études (peu connues du grand public, il est vrai). Au centre de votre question, on trouve la notion de justice qui est débattue par de nombreux philosophes depuis Aristote.

    Pour certains des plus récents développements, vous pouvez consulter deux auteurs emblématiques : Rawls, Théorie de la justice et Libéralisme politique pour une approche plutôt universaliste et Walzer, Sphères de justice pour une approche communautarienne (étiquette fortement caricaturale et il s’en défend lui-même). Sandel est également un auteur très connu dans le courant communautarien (là encore, étiquette caricaturale), par contre je n’ai pas lu ce dernier.

    Très schématiquement, Rawls s’inscrit en opposition aux théories de type conséquentialiste comme l’utilitarisme de Bentham et Mill. Walzer et Sandel sont eux-mêmes en opposition par rapport à la vision surplombante de la justice proposée par Rawls. Par exemple, Walzer s’inspire de la théorie pascalienne des ordres pour identifier une pluralité des biens premiers qui peuvent être distribués dans les différentes sphères de la société.

    J’ai conscience que ces quelques lignes ne font pas une explication de ces théories à même de vous apporter une réponse. Appelons plutôt cela un teasing qui peut vous inspirer leur lecture…


    Dernière édition par Euterpe le Ven 19 Fév 2016 - 16:53, édité 1 fois (Raison : Orthographe)
    avatar
    Minlinks1

    Messages : 4
    Date d'inscription : 23/01/2016
    Localisation : Suisse

    Re: L'expression "Morale universelle".

    Message  Minlinks1 le Jeu 4 Fév 2016 - 11:37

    Merci, je suis rassuré de voir que c'est "loin d'être mis en parenthèse".


    Dernière édition par Euterpe le Sam 30 Juil 2016 - 10:38, édité 2 fois
    avatar
    Euterpe

    Messages : 4025
    Date d'inscription : 29/01/2011
    Age : 46

    Re: L'expression "Morale universelle".

    Message  Euterpe le Sam 30 Juil 2016 - 10:40

    Édition et modification du titre du topic.

    Contenu sponsorisé

    Re: L'expression "Morale universelle".

    Message  Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Sam 24 Juin 2017 - 7:23