παιδεία | μανθάνω | ἀπομανθάνω

    Le nihilisme de Stirner.

    Partagez

    Valarenti

    Messages : 2
    Date d'inscription : 09/01/2014

    Le nihilisme de Stirner.

    Message  Valarenti le Mer 16 Juil 2014 - 4:47

    Bonjour,

    Grand lecteur de ce forum, j'ose enfin m'aventurer ici avec mon clavier.

    Après la lecture de certaines œuvres de [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien], cf.[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien], [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien], [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] et [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien], ma pensée lorgnait indiciblement vers le Wille zur Macht si cher à cet auteur. Outre la difficulté à comprendre toute l'implication de cette notion, j'ai entrepris d'appliquer ce que j'ai "digéré" à ma propre vie, à mon fonctionnement et à ma façon de réagir vis-à-vis du réel.

    Cependant, à la suite de la lecture de certaines biographies du socialisme britannique, celles d'[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] et [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] surtout, j'ai dévié sur les prémices de l'[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien], et en l'occurrence [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] et son œuvre [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien].

    Sa lecture m'a paru simple, d'une puissance (voire agressivité) proche de ce que Nietzsche a pu déclencher dans ma pensée. Et c'est ici que mon questionnement est apparu.

    Stirner développe un anarchisme individualiste où le Soi est au centre de chaque action, plaisir, et presque pensée. Bien sûr que l'égoïsme peut paraître approprié ici, mais ce n'est pas ce que j'ai retenu de son œuvre. Stirner n'applique pas cet individualisme symptomatiquement, il s'approprie les actions qui "par-delà bien et mal" lui seraient profitables et place le Soi comme propriétaire de tout ce qui est, mais la notion du néfaste pour le Soi n'est pas tant développée, à part sous couvert de "mysticisme". Pourrions-nous voir cela comme, non pas une alternative, mais une "branche" de la [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] que Nietzsche développera quelques années plus tard ?

    En effet, je pense que Nietzsche postule, si je puis utiliser le terme, que la morale reste à être déterminée par notre propre pensée dans le réel qui est nôtre, et je pense également qu'il met sa cause en son fonctionnement, à sa volonté de voir s'accomplir un groupuscule, ou un groupe de personnes pouvant discuter et penser à partir des graines de cette Volonté de puissance (cf. son envie de créer "son" jardin d'Épicure).

    Mais Stirner, lui, comme son livre l'annonce au tout début et à la toute fin, n'a "basé sa cause sur rien" :"Ich hab' Mein Sach' auf Nichts gestellt" (Si quelqu'un comprend une traduction plus correcte, un plaisir serait de la lire.) N'est-il donc pas en ce sens, un extrémiste de la Volonté de puissance avant l'heure ? Mais sa volonté de s'accomplir, d'agir, de penser pour soi-même n'est-elle pas une cause en tant que telle ? Le titre comportant le mot Unique ne comprendrait-il pas non plus le mot "rien" de la phrase clé de son livre ? Car après avoir fini son œuvre, j'ai compris que Stirner était un grand joueur de mots, qu'il prenait plaisir à dévier le sujet pour perdre le lecteur, volontairement ou non, et j'ai cru comprendre que Stirner pouvait très bien placer sa cause dans l'ironie de cette phrase - tirée de [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien], il me semble - et donc, en lui-même.

    Cordialement.
    avatar
    Invité
    Invité

    Re: Le nihilisme de Stirner.

    Message  Invité le Lun 28 Juil 2014 - 16:37

    "Je n'ai basé ma cause sur rien" nous dit Stirner, il me semble que c'est une preuve manifeste de son nihilisme. Par définition, le nihilisme c'est justement ne croire en rien, et je pense que dans cette volonté de s'amputer de sa capacité à croire, Stirner se rapproche de Nietzsche. Néanmoins il me semble que la différence entre les deux c'est que Stirner a littéralement une philosophie égocentrique, égocentrée au sens où il s'agit moins d'une volonté de penser par soi-même que d'une volonté de penser par moi-même, dans le sens où le soi a quelque chose d'universel, chaque individu a un soi, tandis que mon moi particulier ne peut se retrouver chez personne d'autre. (Mon interprétation me vient de L'homme révolté d'Albert Camus, je vous le conseille.) Il me semble que la cause profonde peut justement se trouver dans ce titre et je serais d'accord pour dire avec vous que l'Unique renvoie à son nihilisme. Ce que j'ai compris c'est que puisqu'il ne croit en rien, tout ce qui du fond des âges a tenté de le faire croire en quoi que ce soit (la philosophie, la religion, les sciences...) n'est qu'une aliénation de son moi qui serait justement d'autant plus Unique, qu'il s'opposerait à tous ces facteurs aliénants. Il me semble qu'il y a chez stirner une tentative de déification de l'ego. Quant à Nietzsche il me semble qu'il a réellement la volonté de fonder une morale nouvelle mais ne considère le nihilisme que comme un passage obligé.

      La date/heure actuelle est Sam 18 Nov 2017 - 22:34