παιδεία | μανθάνω | ἀπομανθάνω

    Après la finitude ?

    Partagez
    avatar
    Cocho

    Messages : 17
    Date d'inscription : 08/04/2014
    Age : 25

    Après la finitude ?

    Message  Cocho le Mar 8 Avr 2014 - 17:24

    J'espère ne pas me tromper de rubrique, il me semble que c'est la plus appropriée.

    Ma question est : existe-t-il des critiques efficaces des thèses exposées par Q. Meillassoux dans Après la finitude. Essai sur la nécessité de la contingence

    Ses thèses semblent aussi simples que pertinentes - mais aussi bouleversantes.

    Elles sont dirigées à la fois contre la métaphysique classique, et contre la phénoménologie (qui est réputée, à juste titre, avoir laissé le champ libre à un "retour de Dieu" en philosophie). Du coup, elles constituent une critique de la théologie, c'est-à-dire de l'idée même de théologie, de l'idée même qu'une théologie est possible. Je ne peux m'empêcher à ce titre  de les rapprocher de L. Chestov, qui s'en est pris si audacieusement à l'idée de nécessité - au cœur des systèmes métaphysiques depuis Aristote au moins, au cœur de toute théologie par conséquent et par définition.

    Ma question serait-donc plutôt, ou plus précisément : quelles sont les réactions des théologiens ou philosophes religieux ou mêmes métaphysiciens ou épistémologues en général aux thèses de Q. Meillassoux ? Quelles sont les réactions existantes ou possibles ?

    Ou encore : Une critique de Meillassoux est-elle possible, comme est possible une critique aristotélicienne de Hume (puisque ces oppositions me semblent se répondre) ?

    En remerciant d'avance ceux qui m'instruiront !
    avatar
    Desassocega

    Messages : 2815
    Date d'inscription : 02/04/2011

    Re: Après la finitude ?

    Message  Desassocega le Mar 8 Avr 2014 - 19:12

    J'ai déplacé votre sujet, car votre question porte moins sur un concept ou une notion que sur un auteur. 
    avatar
    Cocho

    Messages : 17
    Date d'inscription : 08/04/2014
    Age : 25

    Re: Après la finitude ?

    Message  Cocho le Mar 8 Avr 2014 - 19:38

    Ah merci, je n'étais pas sûr de moi :D

    Silentio

    Messages : 2475
    Date d'inscription : 30/01/2011
    Age : 29
    Localisation : Paris

    Re: Après la finitude ?

    Message  Silentio le Mar 8 Avr 2014 - 20:04

    Vous trouverez un certain nombre d'articles ici :
    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
    avatar
    Cocho

    Messages : 17
    Date d'inscription : 08/04/2014
    Age : 25

    Re: Après la finitude ?

    Message  Cocho le Mar 8 Avr 2014 - 21:48

    J'avais recherché des sujets avec mots-clefs mais apparemment pas comme il faut !

    Effectivement c'est très intéressant, merci beaucoup.

    Maintenant il ne reste plus qu'à lire :D

    Silentio

    Messages : 2475
    Date d'inscription : 30/01/2011
    Age : 29
    Localisation : Paris

    Re: Après la finitude ?

    Message  Silentio le Lun 23 Fév 2015 - 13:39

    Ce que l'on peut reprocher à Quentin Meillassoux, c'est justement de renforcer ce qu'il combat : à savoir le retour du religieux. Car selon lui, l'hyper-chaos peut engendrer tout et n'importe quoi, par exemple un dieu encore à venir. Et cela justifie pour lui une espérance messianique, car l'avenir est une ouverture à tous les possibles les plus inimaginables, tel ce dieu dont on attend la naissance et qui pourra, lorsqu'il verra le jour, créer les conditions pour réaliser les rêves du christianisme (Meillassoux fonde son éthique sur le rapport aux morts et à leur rédemption à venir). De sorte que l'auteur fonde une politique révolutionnaire, disons une sorte de messianisme marxiste, sur la possibilité que ce qui est puisse devenir tout autre, quand bien même la réalité actuelle ne permettrait pas encore la réalisation de ses aspirations. On pourrait dire que Meillassoux est parti de Hegel pour y revenir, dessinant un cercle d'airain entre sa critique radicale des philosophies critiques post-kantiennes et le dogmatisme le plus dur (que des préjugés ou des désirs emprunts de religion soutiennent, comme c'est le cas chez Kant). En dépit d'une apparente "métaphysique du chaos" (qui semblerait une création improbable et contradictoire), nulle tragédie mais un regain de moralisme. Mais après tout, n'est-ce pas le piège lorsque l'on sort de la finitude pour aller chercher l'absolu ?

      La date/heure actuelle est Lun 23 Oct 2017 - 7:55