Bibliothèque numérique & espace numérique de travail


    Stephen Hawking et la philosophie

    Partagez

    debutant

    Messages : 11
    Date d'inscription : 25/08/2013

    Stephen Hawking et la philosophie

    Message  debutant le Ven 3 Jan 2014 - 19:04

    We each exist for but a short time, and in that time explore but a small part of the whole universe. But humans are a curious species. We, wonder, we seek answers. Living in this vast world that is by turns kind and cruel, and gazing at the immense heavens above, people have always asked a multitude of questions : How can we understand the world in which we find ourselves ? How does the universe behave ? What is the nature of reality ? Where did all this come from ? Did the universe need a creator ? Most of us do not spend most of our time worrying about these questions, but almost all of us worry about them some of the time.
    Traditionally these are questions for philosophy, but philosophy is dead. Philosophy has not kept up with modern developments in science, particularly physics.

    STEPHEN HAWKING et LEONARD MLODINOW  The grand design, page 10.

    D'après HAWKING la philosophie est déjà morte et seule la science doit fournir des réponses aux questions existentielles à l'instar de l'origine de la vie,l'existence/non existence d'un dieu créateur, qu'en pensez-vous ?
    avatar
    Desassocega

    Messages : 2815
    Date d'inscription : 02/04/2011

    Re: Stephen Hawking et la philosophie

    Message  Desassocega le Ven 3 Jan 2014 - 23:07

    Veuillez traduire le texte posté s'il vous plait, car tous les membres ne parlent peut-être pas anglais.

    debutant

    Messages : 11
    Date d'inscription : 25/08/2013

    Re: Stephen Hawking et la philosophie

    Message  debutant le Sam 4 Jan 2014 - 22:10

    Une traduction de ma part :
    chacun de nous existe pour un temps assez limité dans lequel on arrive à peine à explorer une très infime partie de ce vaste univers. Mais l'homme est un être curieux... il s'est toujours posé des questions du genre : "comment est-ce qu'on peut comprendre cet univers dans lequel on se retrouve ?", "comment est-ce que cet univers se comporte ?", "cet univers a-t-il besoin d'un créateur ?". La majorité d'entre nous ne passent pas tout leur temps à se poser ce genre de questions mais chacun de nous se les pose ne serait-ce qu'une seule fois dans sa vie.
    Traditionnellement, ce sont des questions philosophiques mais la philosophie est morte. La philosophie n'a pas pu nous tenir avec les développements scientifiques modernes, notamment en physique.
    avatar
    Vangelis
    Princeps
    Princeps

    Messages : 1426
    Date d'inscription : 11/03/2011

    Re: Stephen Hawking et la philosophie

    Message  Vangelis le Dim 5 Jan 2014 - 13:13

    @debutant a écrit:D'après HAWKING la philosophie est déjà morte et seule la science doit fournir des réponses aux questions existentielles à l'instar de l'origine de la vie,l 'existence/non existence d'un dieu créateur, qu'en pensez-vous ?
    Dans ce propos Hawking restreint le champ d'intervention de la philosophie, car quand bien même serions-nous extrêmement savants, cela ne nous dirait rien sur notre façon d'agir.


    Dernière édition par Vangelis le Sam 11 Jan 2014 - 16:58, édité 1 fois

    Dienekes
    Consul moderabilis
    Consul moderabilis

    Messages : 443
    Date d'inscription : 23/08/2013
    Age : 46
    Localisation : Paris

    Re: Stephen Hawking et la philosophie

    Message  Dienekes le Dim 5 Jan 2014 - 15:08

    Cette phrase d’Hawking me fait penser à L’universalisme européen de Wallerstein. Il y présente les trois universalismes qui sont, d’après lui, à la base de notre système-monde moderne : le premier universalisme est celui des valeurs (droits de l’homme et démocratie), le deuxième s’appuie sur un particularisme au travers duquel on classifie et hiérarchise les civilisations (cf. Edward Saïd, L’Orientalisme) et le troisième correspond à l’universalisme scientifique (C'est à ce dernier que me fait penser la phrase d'Hawking).

    Immanuel Wallerstein, L’universalisme européen, p123 a écrit:A quel point notre universalisme a-t-il vraiment été universel ? Une fois que nous avons divisé le monde entre deux cultures, l’universalisme est tombé dans le domaine des scientifiques, qui partaient d’une certaine méthodologie, d’une certaine posture politique (la science délestée des valeurs) et d’un isolationnisme corporatiste face à toute évaluation sociale directe des retombées de leur travail. Il en résulta inévitablement une concentration géographique aussi bien du travail que des travailleurs qui partageaient ces critères, et par conséquent un certain degré d’inégalité sociale non reconnue mais très réelle. Mais par-dessus tout, cela a permis de protéger les puissants contre toute critique éthique, en dévaluant fondamentalement la crédibilité et l’objectivité de la critique éthique elle-même. On pouvait se permettre d’ignorer les humanistes, surtout s’il s’agissant d’humanistes critiques, en objectant que leurs analyses ne relevaient pas de la science. C’était là le verrouillage définitif du processus d’autojustification du système-monde moderne.

    Les "deux cultures" dont parle ici Wallerstein correspondent aux sciences naturelles d’un côté et aux humanités de l’autre. Ce qui traite du "vrai" est donc séparé de ce qui traite du "bien" et du "beau" avec un favoritisme social très net pour la première catégorie. Or, si la philosophie s’intéresse au "vrai", elle s’intéresse également au "bien" et au "beau". Son argumentation concernant les dangers à favoriser socialement une seule de ces trois questions me semble convaincante et la philosophie pourrait bien ramener sur le devant de la scène le lien nécessaire entre les sciences et les humanités.
    avatar
    Kthun
    Invité

    Re: Stephen Hawking et la philosophie

    Message  Kthun le Ven 17 Jan 2014 - 19:13

    @debutant a écrit:We each exist for but a short time, and in that time explore but a small part of the whole universe. But humans are a curious species. We, wonder, we seek answers. Living in this vast world that is by turns kind and cruel, and gazing at the immense heavens above, people have always asked a multitude of questions: How can we understand the world in which we find ourselves? How does the universe behave? What is the nature of reality? Where did all this come from? Did the universe need a creator? Most of us do not spend most of our time worrying about these questions, but almost all of us worry about them some of the time.
    Traditionally these are questions for philosophy, but philosophy is dead. Philosophy has not kept up with modern developments in science, particularly physics.
    Hawking ne défendrait-il pas, somme toute, un point de vue largement répandu, similaire au positivisme d'Auguste Comte ? Dans la mesure où cette philosophie, jugée archaïque, ne serait pas en phase avec l'état positif que l'on estime retrouver au sein des disciplines scientifiques ?

    Auguste Comte, Discours sur l'esprit positif, 1844 : a écrit:Considéré d'abord dans son acception la plus ancienne et la plus commune, le mot positif désigne le réel, par opposition au chimérique : sous ce rapport, il convient pleinement au nouvel esprit philosophique, ainsi caractérisé d'après sa constante consécration aux recherches vraiment accessibles à notre intelligence, à l'exclusion permanente des impénétrables mystères dont s'occupait surtout son enfance. En un second sens, très voisin du précédent, mais pourtant distinct, ce terme fondamental indique le contraste de l'utile à l'oiseux : alors il rappelle, en philosophie, la destination nécessaire de toutes nos saines spéculations pour l'amélioration continue de notre vraie condition, individuelle et collective, au lieu de la vaine satisfaction d'une stérile curiosité. Suivant une troisième signification usuelle, cette heureuse expression est fréquemment employée à qualifier l'opposition entre la certitude et l'indécision : elle indique aussi l'aptitude caractéristique d'une telle philosophie à constituer spontanément l'harmonie logique dans l'individu et la communion spirituelle dans l'espèce entière, au lieu de ces doutes indéfinis et de ces débats interminables que devait susciter l'antique régime mental. Une quatrième acception ordinaire, trop souvent confondue avec la précédente, consiste à opposer le précis au vague : ce sens rappelle la tendance constante du véritable esprit philosophique à obtenir partout le degré de précision compatible avec la nature des phénomènes et conforme à l'exigence de nos vrais besoins ; tandis que l'ancienne manière de philosopher conduisait nécessairement à des opinions vagues, ne comportant une indispensable discipline que d'après une compression permanente, appuyée sur une autorité surnaturelle.
    http://classiques.uqac.ca/classiques/Comte_auguste/discours_esprit_positif/discours_esprit_positif.html

    izm342

    Messages : 6
    Date d'inscription : 14/07/2014

    Re: Stephen Hawking et la philosophie

    Message  izm342 le Lun 14 Juil 2014 - 3:09

    Est-ce Stephen Hawking qui a dit que l’univers n’a pas besoin de dieu pour être créé ?


    Dernière édition par Euterpe le Ven 5 Aoû 2016 - 11:36, édité 2 fois (Raison : i)
    avatar
    Vangelis
    Princeps
    Princeps

    Messages : 1426
    Date d'inscription : 11/03/2011

    Re: Stephen Hawking et la philosophie

    Message  Vangelis le Lun 14 Juil 2014 - 18:29

    Oui, dans Y a-t-il un grand architecte dans l'Univers ?

    Silentio

    Messages : 2475
    Date d'inscription : 30/01/2011
    Age : 28
    Localisation : Paris

    Re: Stephen Hawking et la philosophie

    Message  Silentio le Lun 23 Fév 2015 - 16:09

    Ce que je trouve intéressant dans le propos de Hawking, c'est moins de déclarer la mort de la philosophie que de pointer des lacunes de la philosophie contemporaine. Car, semble-t-il, elle se heurte à deux écueils : d'une part, le philosophe s'intéresse rarement à la science (et la critique de loin), d'autre part le philosophe a tendance à s'emparer de l'éternité sans prendre en considération l'évolution du monde et de l'ensemble de nos connaissances, de sorte qu'il manque bien une philosophie dont l'ontologie, en tentant de décrire la réalité et d'en tirer des enseignements, s'appuierait sur l'apport des sciences nouvelles (par exemple la physique quantique qui bouleverse bien l'image de la pensée). Cela dit, on peut aussi nuancer cette critique, en voyant que si la philosophie est en retard sur son temps (de manière très hégélienne...), eh bien il existe des études qui prennent en compte l'évolution des mathématiques ou la neuroscience par exemple. De plus, on peut exempter la philosophie de ces reproches si l'on considère qu'elle est moins affaire de connaissance du monde (que la science décrit très bien) qu'une réflexion critique et éthique. Peut-être que l'intérêt de ce propos de Hawking est de réveiller les philosophes de leur sommeil dogmatique et d'appeler à une plus grande coopération entre philosophie et science.
    avatar
    Mysupername

    Messages : 1
    Date d'inscription : 09/01/2017

    Re: Stephen Hawking et la philosophie

    Message  Mysupername le Lun 9 Jan 2017 - 22:55

    A mon sens il faut en "revenir" aux définitions de "science" et de "philosophie" pour répondre.

    Je ne suis pas philosophe mais j'ai appris comme "définition" : philosopher = penser sa vie et vivre sa pensée.
    Je ne suis pas physicien mais pour moi la physique (je réduis le mot "science" de Hawking à la physique car je pense clairement que c'est de physique qu'il parle) se borne a décrire la réalité que nous percevons (de manière directe ou indirecte) en énonçant les lois et les constantes qui les décrivent le mieux possible.

    C'est donc complètement différent. Philosopher est subjectif et relatif à la pensée de chacun et faire de la physique c'est tenter de théoriser ce que toutes expériences nous montrent.

    Une justification philosophique de l'existence ou non d'un Dieu créateur est personelle, pareil pour l'origine de la vie.

    Une théorie physique (scientifique) qui explique ou décrit l'origine de la vie ou la non nécessité d'un créateur se bornera à donner des équations qui formalisent les événements (la mécanique) qui permettent le big bang (ou tout autre point de départ) ou qui permettent le vivant (le terme vivant ayant par ailleurs du mal à être clairement et formellement définit).

    Bref, pour moi, dit bêtement : ça n'a rien à voir et l'un n'empêche pas l'autre. Je peux accepter les équations de physique qui me décrivent le big bang et me dire que ce qui me convient "philosophiquement", c'est qu'un Dieu les a dictées.

    Comparer du subjectif et une théorie qui décrit au mieux l'expérience n'a pas vraiment de sens (ou plutôt d'intérêt) pour moi.

    aliochaverkiev

    Messages : 368
    Date d'inscription : 06/02/2016

    Re: Stephen Hawking et la philosophie

    Message  aliochaverkiev le Mar 10 Jan 2017 - 8:53

    Je ne vois pas non plus d'opposition entre philosophie et sciences. Mais peut-être s'agit il d'un problème purement américain cette opposition. J'ai souvent lu des ouvrages scientifiques de Feynman et de Hawking et, en effet, ils finissent toujours par écrire des textes contre les philosophes. A tel point que je me suis demandé s'il n'existait pas, aux USA, des écoles philosophiques hostiles aux sciences ! Car ces textes critiques me paraissent être des défenses contre des philosophes plutôt que des attaques contre la philosophie.

    Pour ma part je pense que les sciences nous apportent des possibilités de nouveaux choix. Mais quand il s'agit de faire ces choix nous nous référons bel et bien à une certaine philosophie de la vie (ou à une certaine religion). Les sciences proposent mais ne déterminent pas.

    Je vais prendre un exemple choc. Si les sciences nous offrent l'immortalité, est-ce pour autant qu'elles nous enjoindront de choisir l'immortalité ? Je pense que, dans un tel cas de figure, dans la possibilité d'un tel choix, il y aura toujours des personnes qui choisiront de mourir plutôt que de choisir l'immortalité. Et ce choix sera la conséquence d'une certaine vision du monde élaborée dans la philosophie (ou dans la religion).

    Contenu sponsorisé

    Re: Stephen Hawking et la philosophie

    Message  Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Jeu 29 Juin 2017 - 3:58