παιδεία | μανθάνω | ἀπομανθάνω

    Polygamie des chefs

    Partagez

    kercoz

    Messages : 479
    Date d'inscription : 23/11/2013

    Polygamie des chefs

    Message  kercoz le Mar 10 Déc 2013 - 8:40

    Une élégante hypothèse développée par Lévi-Strauss et reprise par B. de Jouvenel :
    La dérive économique et collatéralement sociétale proviendrait de la polygamie des chefs constatée chez quelques groupes pour récompenser une activité peu recherchée (plus souvent proche de l'ouvrier communal). Lévi-Strauss montre que ce "choix" comportemental est un "essai" adaptatif qui n'est pas une règle courante.
    Dans un groupe restreint, ce processus crée un déséquilibre des couples jeunes, ce qui induit à forcer une pratique jusque-là opportuniste : la capture des femmes en cueillette sur des frontières. Le déséquilibre des couples sera recherché par organisation de razzia. Cette pratique va induire des conséquences multiples et majeures.
    - émergence de l'économie (connaissance de l'autre, échanges, stocks, etc.).
    - surtout début d'une aristocratie guerrière patriarcale (l'enfant ne pouvant être confié à son oncle).
    - le patriarche de la lignée matriarcale est impliqué par les rétorsions des "spoliés", mais doit composer avec la nécessité des "guerriers" pour la défense du groupe.


    On voit apparaître la triangulation : Royauté, Aristocratie, peuple.

    Simpliste et par trop élégante, cette thèse a le mérite d'être plausible en tant qu'hypothèse d'amorce d'une bifurcation sociétale.

    Dienekes
    Consul moderabilis
    Consul moderabilis

    Messages : 443
    Date d'inscription : 23/08/2013
    Age : 46
    Localisation : Paris

    Re: Polygamie des chefs

    Message  Dienekes le Mar 10 Déc 2013 - 21:41

    Le déséquilibre peut également être la cause et non la conséquence de la polygamie comme chez les Indiens Achuar où la mortalité masculine entraîne un déséquilibre qui pousse les mariages polygames, notamment par la pratique du lévirat (Descola, Les lances du crépuscule).

     

    Concernant la polygamie des chefs, j’ai en tête Tristes tropiques : Lévi-Strauss y constate cette pratique chez les Nambikwara où le chef peut pratiquer la polygamie en échange de la lourde tâche de la conduite de son groupe. Cependant, cette pratique étant restreinte au chef uniquement, elle ne semble pas de nature à introduire un déséquilibre démographique (de mémoire, Lévi-Strauss n'en parle pas ici). Pouvez-vous indiquer les autres références de Lévi-Strauss sur ce sujet, notamment concernant l’analyse dont vous parlez qui me semble également intéressante à lire ?

    kercoz

    Messages : 479
    Date d'inscription : 23/11/2013

    Re: Polygamie des chefs

    Message  kercoz le Mar 10 Déc 2013 - 22:25

    @Dienekes :
    Je suis vraiment navré, mais je ne puis retrouver mes sources. Ma méthode de lecture étant du type butinage. Je me souviens avoir été étonné de retrouver cette thèse chez B. de Jouvenel. (Il m'étonnerait qu'ayant développé moi-même cette thèse, j'ai pu inconsciemment l'attribuer à Lévi-Strauss.)
    Je crois me souvenir que les Apaches se regroupaient entre jeunes (quelques individus par tribu) pour organiser une razzia.

    La thèse m'intéressait comme possibilité initiale au commerce, comme bifurcation, sortie d'un modèle "naturellement culturel", ou dénaturation structurelle.

    Dienekes
    Consul moderabilis
    Consul moderabilis

    Messages : 443
    Date d'inscription : 23/08/2013
    Age : 46
    Localisation : Paris

    Re: Polygamie des chefs

    Message  Dienekes le Mar 10 Déc 2013 - 22:55

    Lorsqu’on lit beaucoup, garder trace des sources est souvent problématique. J’ai tendance à annoter, marquer et copier, mais je me retrouve également confronté à ce problème de façon régulière  :D 

    Une brève recherche sur Google m’a amenée aux Structures élémentaires de la parenté. Je ne dispose pas de ce livre et l’aperçu de Google est trop restreint pour en tirer quelque chose de constructif, mais il semble y avoir des éléments.

    Peut-être un autre membre du forum aura-t-il des références plus précises ?

    kercoz

    Messages : 479
    Date d'inscription : 23/11/2013

    Re: Polygamie des chefs

    Message  kercoz le Mer 11 Déc 2013 - 9:04

    En fait, je cherchais des textes se référant aux pratiques agricoles anciennes (très bonne série de cours de P. Descola sur ces sujets au Collège de France accessible sur France Culture, Série "le paysage"). Lévi-Strauss comparait les groupes forestiers et ceux des steppes, de même ethnie, et démontrait que les groupes forestiers étaient meilleurs chasseurs, meilleurs pêcheurs, agriculteurs, connaissaient plus de plantes, etc., mais que ceux des steppes n'étaient pas archaïques mais rétrogrades du fait qu'ils conservaient des restes de cultures forestières.

    Sur un groupe de 50 individus, dont environ une dizaine de pré-adultes, un déséquilibre de 2 ou 3 femmes peut déstabiliser le groupe en réamorçant une agressivité inhibée (en équilibre) par les rites structurants (au sens élargi rituel inconscient de Goffman et Lorenz).




    En fait cet argument de "bifurcation" sociétale initiant l'économie était peut-être trop "nécessaire" à la thèse que je soutiens :

    Le "progrès", le processus de civilisation-État ne serait pas une évolution inéluctable et un processus vertueux d'évolution de notre espèce, mais une tentative défectueuse comme des millions d'autres de néguentropie. Cette (ces) tentative est très récente, n'a occupé qu'une part très faible de la population, et se solde toujours par un effondrement (la marche arrière n'étant pas fournie en option). Je crois avoir entendu des archéologues relativiser cette notion d'évolution étatique (comme les découvertes récentes sur l'abondance de traumatismes vertébraux chez adolescents et préadolescents égyptiens).

    Le très excellent ouvrage sur les "pré-dynastiques" égyptiens (l'auteur m'échappe), par exemple, magnifie cette civilisation par le fait qu'elle soit passée en moins de 2 millénaires du stade archaïque au stade étatique, voire d'empire alors que des groupes voisins pourtant au stade cultivateur depuis 2 millénaires avant le début du processus égyptien, le sont restés pendant d'autres millénaires et ce sans structure étatique. Au lieu de dénigrer ces groupes pour valoriser les lustres égyptiens, j'aurais aimé qu'ils consacrent plus qu'une ligne à ces peuples "sans histoire".
    avatar
    Invité
    Invité

    Re: Polygamie des chefs

    Message  Invité le Mer 11 Déc 2013 - 20:46

    Dienekes a écrit:Concernant la polygamie des chefs, j’ai en tête Tristes tropiques : Lévi-Strauss y constate cette pratique chez les Nambikwara ou le chef peut pratiquer la polygamie en échange de la lourde tâche de la conduite de son groupe. Cependant, cette pratique étant restreinte au chef uniquement, elle ne semble pas de nature à introduire un déséquilibre démographique (de mémoire, Lévi-Strauss n'en parle pas ici).

    Si, il fait bel et bien mention de ce déséquilibre :

    Lévi-Strauss, Tristes Tropiques, 1955, Plon, p.372-373 a écrit:Ce système entraîne de graves conséquences pour la vie du groupe. En retirant périodiquement des jeunes femmes du cycle régulier des mariages, le chef provoque un déséquilibre entre le nombre de garçons et de filles d'âge matrimonial. Les jeunes hommes sont les principales victimes de cette situation et se voient condamnés soit à rester célibataires pendant plusieurs années, soit à épouser des veuves ou de vieilles femmes répudiées par leurs maris. Les Nambikwara résolvent aussi le problème d'autre manière : par les relations homosexuelles qu'ils appellent poétiquement : tamindige kihandige, c'est-à-dire "l'amour-mensonge". [...] Quoi qu'il en soit de ces solutions de remplacement, le privilège polygame qui les rend nécessaires représente une concession importante que le groupe fait à son chef. Que signifie-t-il du point de vue de ce dernier ? L'accès à de jeunes et jolies filles lui apporte d'abord une satisfaction, non point tant physique (pour les raisons déjà exposées) que sentimentale. Surtout, le mariage polygame et ses attributs spécifiques constituent le moyen mis par le groupe à la disposition du chef, pour l'aider à remplir ses devoirs. S'il était seul, il pourrait difficilement faire plus que les autres. Ses femmes secondaires, libérées par leur statut particulier des servitudes de leur sexe, lui apportent assistance et réconfort. Elles sont en même temps la récompense du pouvoir et son instrument. Peut-on dire, du point de vue indigène, que le prix en vaut la peine ? Pour répondre à cette question, nous devons envisager le problème sous un angle plus général et nous demander ce que la bande nambikwara, considérée comme une structure sociale élémentaire, apprend sur l'origine et la fonction du pouvoir.

    kercoz

    Messages : 479
    Date d'inscription : 23/11/2013

    Re: Polygamie des chefs

    Message  kercoz le Mer 11 Déc 2013 - 22:35

    Je venais juste de retrouver ce passage ! Juste après le superbe chapitre de la "leçon d'écriture" à ne pas rater.
    Un autre point à considérer dans la comparaison ethnologie/archéologie : les peuplades archaïques actuelles ont le même âge que nous, mais surtout la densité de population avant le néolithique était si faible que les groupes ne se voisinaient pas d'où une endogamie culturelle très forte, plus forte que pour l'ethnologie.

    Dienekes
    Consul moderabilis
    Consul moderabilis

    Messages : 443
    Date d'inscription : 23/08/2013
    Age : 46
    Localisation : Paris

    Re: Polygamie des chefs

    Message  Dienekes le Jeu 12 Déc 2013 - 22:14

    Kthun a écrit:Si, il fait bel et bien mention de ce déséquilibre :

    Effectivement, merci d’avoir corrigé.
    À relire donc, en ce qui me concerne  :)

    kercoz

    Messages : 479
    Date d'inscription : 23/11/2013

    Re: Polygamie des chefs

    Message  kercoz le Sam 10 Mai 2014 - 13:43

    Pour le concept de "razzia" ..il faut supposer qu'il pré-existait sous forme latente . Avant le néolithique, la densité de population étant très faible ( il faut se rappeler que la quasi totalité du formatage du couple individu -groupe s'est effectué sur ce modèle de très faible densité ), les rencontres devaient être très rares , les territoires couvrant plusieurs jours de marche . Elles pouvaient intervenir lors de périodes de disette, de climat perturbé . En chassant aux limites des territoires ( No man's land) on pouvait croiser des femmes en cueillette et les capturer ...procédé favorisant l' exogamie et devant être plus ou moins toléré.
    Les razzias volontaires n'auraient fait que "forcer" ce processus.

      La date/heure actuelle est Lun 23 Oct 2017 - 1:01