Bibliothèque numérique & espace numérique de travail


    Anonymat et interaction

    Partagez

    kercoz

    Messages : 479
    Date d'inscription : 23/11/2013

    Anonymat et interaction

    Message  kercoz le Dim 1 Déc 2013 - 13:25

    Anonymat et interaction. Y a-t-il un problème de compatibilité ?
    Internet permet de satisfaire un des besoins essentiels de l'être humain : la valorisation de sa "face" par des interactions, ou du moins la confirmation de celle-ci. De l'arbre à palabre où l'on retournait à son hamac après cette confirmation, au troquet où cette addiction était, je pense, supérieure à celle de l'alcool, ce besoin me semble la raison du succès d'internet et des addictions en résultant.
    Goffman disait qu'une interaction est une "prise de risque"... Risque de perdre la face, et ce dans un modèle structurel où cette déchéance engageait votre existence et, plus grave, votre fratrie, famille et même quartier... (Le fait d'avoir 2 frères en prison n'aurait jamais autorisé une personne à être ministre même dans les années 50). Cette aliénation, certes forte, était compensée par une valorisation importante de l'individu et de ses actes et paroles... pas de possibilités de changer de pseudo ou de quartier.
    avatar
    Vangelis
    Princeps
    Princeps

    Messages : 1426
    Date d'inscription : 11/03/2011

    Re: Anonymat et interaction

    Message  Vangelis le Lun 2 Déc 2013 - 13:51

    Il faudrait tout de même développer. Si l'anonymat sur Internet, qui est relatif, n'engage rien d'autre qu'un anonyme, il n'en reste pas moins que l'anonyme en question est incarné. Il y a donc un engagement de soi à soi. On peut rétorquer que dans cette situation chacun s'arrange avec lui-même et c'est vrai. Mais ce n'est pas aussi anodin que vous le laissez entendre. Quand on se lâche sur le net, on abandonne cette partie de soi qui, au contraire, a été toujours maintenue dans les codes de la représentation et ce que l'on voulait en faire. Donc ce n'est qu'une facilité apparente car cela peut conduire à un dangereux face à face entre ce qui a été bridé et ce que l'on donne en représentation. Ce n'est pas la même scène, ce ne sont pas les mêmes acteurs, mais cela reste la même personne. Et j'en connais qui ont fait un petit séjour en hôpital psychiatrique pour cette rencontre qu'ils ne soupçonnaient pas. On ne se rend pas compte à quel point l'autre est un régulateur, comme on feint d'ignorer que la découverte de soi-même est une véritable découverte. C'est un face à face qui peut être extrêmement violent. Maintenant il se peut que certains n'aient plus cette rencontre avec les régulateurs mais c'est un autre problème. Tout ça pour dire qu'il y a interaction, même sous couvert d'anonymat, mais d'une autre nature.

    Concernant l'anonymat, où est le problème ? Si vous donniez votre véritable identité, cela ne nous apporterait rien et nous en serions au même point. Même au-delà de la virtualité, qui n'en a jamais été une puisque cette virtualité existe depuis que l'homme existe, vous êtes obligé de fantasmer sur l'autre. Prenons un temps où il n'y avait que la rencontre, le portait et le courrier. Une personne rencontrée dans un dîner peut attirer votre attention. Vous échangez vos adresses et entretenez par exemple une relation épistolaire. Il est certain que vous ne vous ferez qu'une idée de cette personne et que vous projetterez sur elle nombre de fantasmes. Même une personne avec qui l'on vit conserve une partie de son anonymat. Alors c'est quoi l'anonymat au-delà du simple emprunt d'un pseudo ? Et peut-il être réellement aboli ?

    L'addiction à Internet révèle pour moi l'irrépressible besoin de l'homme à être avec ses semblables. Il en a toujours été ainsi, à de rares exceptions. L'informatique favorise la prise de contact mais ne peut pas remplacer une véritable rencontre où l'interaction est plus prégnante et nous offre beaucoup plus d'informations. On fantasme sur l'informatique, alors que sa véritable révolution n'est pas encore arrivée. Tout le monde parle de virtualité, mais les peintures rupestres appartiennent à cette forme de virtualité sans parler de la pensée et du langage. Alors oui, il y a la facilité du calcul et de nombreuses tâches qui nous prenaient auparavant un temps infini. Mais la nature de ces choses n'a pas été vraiment bousculée. La véritable révolution informatique arrivera – et c'est déjà amorcé, avec la réalité augmentée. Augmenter la réalité ! Et là ce n'est plus de l'anonymat dont nous aurons à parler, mais de beaucoup d'autres choses.

    kercoz

    Messages : 479
    Date d'inscription : 23/11/2013

    Re: Anonymat et interaction

    Message  kercoz le Lun 2 Déc 2013 - 20:50

    Bonsoir.
    Tout d'abord, il me faut préciser d' je parle. Je suis sur un fil "Sociologie", ce qui me permet de surligner une ligne de logique qui s'appuie sur l'Anthropologie et l'éthologie. Je pars du principe que le modèle humain optimisé résulte de l'aboutissement d'une évolution millénaire. Ce modèle est le résultat de recherches innombrables et d'autant d'échecs de l'espèce. Les modèles survivants pouvant être considérés comme optimisés et ayant intégré la mémoire des galères passées de façon à pouvoir y répondre.
    Il en résulte que le modèle optimisé à mon sens est le couple individu-groupe, le groupe est suffisamment restreint pour autoriser des interactions basées sur l'affect. Dans un tel groupe, une interaction a une valeur effective parce qu'elle est une réelle prise de risque. Le groupe est non seulement restreint mais culturellement exclusif et endogame, il n'est aucune possibilité d'en sortir, de changer de quartier ou de pseudo. C'est ce modèle qui nous a formatés durant des millénaires et il me semble hasardeux d'affirmer qu'on en puisse sortir pour des raisons de confort... ou de gain de productivité. Jusqu'aux années 50, voire 60, il aurait été impensable d'avoir un ministre de la Justice avec 2 frères en prison parce que l'on est en partie responsable des actes de ses proches et que faire une rupture de rite, fait perdre la face non seulement à soi-même, mais à sa fratrie et même à son quartier. C'est l'échange du "flic dans la tête" contre un car de CRS.
    Dans une interaction, la valeur de sa parole n'existe que par la "mise" qui est en jeu ! A vaincre sans péril... Quand on est contraint de vivre des générations durant avec ses interlocuteurs, on "pèse" sa parole. On n'insulte pas aussi facilement que caché derrière un pseudo. C'est le jeu de l'agressivité et des dominations, négociations... Nous sommes à mon sens formatés pour ce modèle... c'est un constat, pas une idéologie. Je base ma réflexion sur une très forte rigidité comportementale trans-historique attestée, il me semble, par de nombreuses études éthologiques. L'argument contraire serait de nier cette rigidité comportementale (l' individu survit bien à 4 ans de camps !)
    Pour les traumatismes induits par des interactions, vous avez raison. Elles sont encore existantes, même sur le NET. Il est curieux de voir resurgir une sanction des plus cruelles bien que non violente : la sanction d'invisibilité. Un individu qui transgressait par trop les "rites" était décrété mort, "invisible". Il était tabou de lui répondre ou de le regarder puisque c'était un esprit... le type se suicidait ou au mieux devenait fou, ce qui lui permettait de survivre. Ceux qui ont subi cette sanction sur un forum savent la souffrance qu'est cette perte de "face" qui pourtant passe assez inaperçue pour les autres acteurs.
    Comme pas mal de choses dans notre modernité, l'internet peut être considéré à mon sens comme un "leurre" puisqu'il offre un semblant de solution au besoin de valorisation avec peu de risques.

    Contenu sponsorisé

    Re: Anonymat et interaction

    Message  Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Lun 26 Juin 2017 - 14:04