παιδεία | μανθάνω | ἀπομανθάνω

    Révisionnisme et négationnisme.

    Partagez

    Plume

    Messages : 4
    Date d'inscription : 26/09/2013

    Révisionnisme et négationnisme.

    Message  Plume le Jeu 26 Sep 2013 - 20:39

    Ce sujet est brûlant et me tient particulièrement à cœur depuis quelque temps, et pour cause : une personne pour laquelle j'ai une grande estime, et avec qui je corresponds depuis de longues années, vient de m'avouer il y a peu approuver certaines thèses révisionnistes, en majorité concernant la deuxième guerre mondiale (puis, sur un ton légèrement moins grave, le pire étant dit, au sujet des événements du 11 Septembre 2001). Je pensais n'avoir aucun tabou, et être capable d'affronter n'importe quel problème sans réticences, pourtant quelque chose s'est éveillé en moi, subitement, à l'annonce de ces positions extrêmes (je ne parle pas encore de négationnisme) défendues corps et âme par mon interlocuteur, qui au fil des années de dialogue s'était avéré être une personne d'une grande culture, dotée d'une sensibilité rare et que je considérais, peu ou prou, comme un maître. Il y a comme un avertissement moral, une voix intérieure qui me somme de ne pas douter de tout. Et effectivement, je n'ai pu envisager une seule seconde adopter son point de vue. Malgré mon profond respect et son autorité qui s'était naturellement imposée, le lien s'est rompu presque automatiquement. Ma réaction fut quasi-épidermique.


    Est-ce ainsi qu'un philosophe se comporte ? Faut-il aller écumer les théories en question pour se permettre de répliquer ? L'histoire n'est pas, c'est évident, une matière inerte qui serait posée comme une ligne composée d'éléments successifs, qu'il n'y aurait qu'à montrer aux yeux de tous pour en valider l'authenticité : il est toujours question d'interprétation de faits, de preuves et d'absence de preuves, mais plus loin encore, il est surtout question de point de vue adopté, à la manière d'un R. Aron qui prétend qu'aucune interprétation adéquate au réel n'est possible car l'historien est toujours pris dans un horizon culturel. Notre regard sur l'histoire porte déjà en lui cette histoire, prise comme un tout achevé ayant début et fin, et c'est après coup que nous nous employons à en déceler le sens. L'historien reconstruit à l'aide de vestiges d'un temps révolu une représentation des plus probables de ce que fut ce moment dans la vie des hommes, et la chose est d'autant plus probante que nous disposons aujourd'hui de techniques nouvelles pour témoigner de la véracité de faits.

    Pourtant n'est-ce pas en ce siècle qu'ont fleuri les plus scandaleuses théories révisionnistes et négationnistes ? N'est-ce pas en ce siècle, où justement les moyens d'apporter des preuves concrètes de ce qui s'est passé se sont tant diversifiés et perfectionnés, que la mise en question voire la négation pure et simple de faits d'histoire a pris l'ampleur qu'on lui connaît ? Je trouve cela pour le moins paradoxal, il n'y a pas un seul événement qualifiable de "grave" aujourd'hui qui ne trouve ses interprètes. La magie d'internet fait son office, proposant à qui souhaite les lire ou les visionner des documents pseudo-scientifiques appuyant les thèses les plus improbables et aliénant le jugement des personnes même les plus difficiles à manipuler. Ou du moins, en apparence, puisqu'il s'avère que je me suis trompé en beauté sur le compte de mon correspondant.


    Je n'irai pas jusqu'à dire qu'il y a une attirance inhérente de l'homme moderne pour les théories du complot, mais comment interpréter ce phénomène étrange qui pousse certains à nier l'évidence au profit d'une vérité alternative ? Comment peut-on dire : "ce n'est pas possible" ? Et surtout, pourquoi me suis-je trouvé incapable de répondre ? Devant la pure négation de l'histoire telle qu'on me l'a enseignée depuis ma naissance, je me suis retrouvé nu. Rien à rétorquer, et pas même l'envie de creuser la question... Faut-il à son tour, nier la négation, faire comme si l'on n'avait rien entendu et passer à autre chose ?


    Il est devenu courant de se trouver confronté, pour un même fait historique, à différents points de vue, souvent diamétralement opposés les uns aux autres. Quoi qu'il puisse se produire, il semble rassurant de se dire que quelque entité omnisciente et omnipotente nous ment. Cela nous permet d'imaginer toutes sortes de théories extravagantes et proprement irréfutables, car elles sapent, ou tentent de saper les assises de la position adverse ; c'est d'ailleurs une méthode quasi-imparable, car une fois que l'on a décelé une approximation, voire une erreur, dans la version communément adoptée par les manuels d'histoire (témoignage douteux, preuve discutable car périssable) et qu'on l'a niée purement et simplement comme ayant même existé, alors sur quoi peut bien reposer la contre-attaque susceptible de s'ensuivre ? Tel témoin s'est contredit lors de son audition, on extrapole et rien, dès lors, de ce qu'il pourra dire ne tiendra lieu de preuve. Appliquée à l'ensemble d'une interprétation d'un fait historique, cette méthode permet, en contrepoint, d'affirmer tout et n'importe quoi. Les machinations les plus complexes sont envisagées, de sorte que l'histoire paraît avoir, sous ce jour nouveau, plus de sens. Un des arguments qui m'ont été soumis était de ce genre là : "imagine un seul instant, n'est-ce pas une pensée qui fait sens, n'est-ce pas plus compréhensible si on le conçoit de cette manière ?" En quoi est-il nécessaire de trouver du sens là où, peut-être, il n'y en a pas ? En quoi le fait que tel événement soit impensable le rend-il impossible ? Il suffit de faire une énumération non exhaustive des théories les plus répandues pour constater que bien souvent, tout argumentaire se trouve dans l'impuissance de prouver qu'il y a supercherie : la zone 51 et ses soucoupes volantes, le secret des pyramides extraterrestres secrètement percé par les nazis, ou encore le complot américain des tours jumelles. Loin de moi l'idée d'affirmer ou d'infirmer ici quoi que ce soit mais il semble clair que tout ceci tend à se répandre de plus en plus et que parfois, au fil d'une discussion, l'un de nos interlocuteurs se met à exposer une fantaisie de ce type sans qu'on soit en mesure de lui répondre quoi que ce soit...


    Je me trouve donc dans l'incapacité de poser correctement ce problème. Car un autre argument, encore plus fourbe, invoque ma liberté de penser comme dernier rempart, de sorte que refuser le débat, ne pas m'approprier la position adverse pour mieux la comprendre, revient à mettre des œillères et à accepter de ne pas, en ce cas précis, être assez courageux pour philosopher. A mon sens le courage dans une telle situation consiste précisément à ne pas se laisser convaincre par faute de preuve ; car l'idée même de "preuve" est subversive, comme violée, détournée ; plus rien, partant de là, ne peut plus être vrai. Il ne s'agit pas d'un doute cartésien mal placé ; c'est une quête obstinée, désespérée de sens, maladive, aveugle et aveuglante, qui peut-être témoigne d'un malaise plus profondément enraciné en chacun de nous. Il faut, à en croire ces fables d'un nouveau genre (pour moi en tout cas), que tout ce qui apparaît comme fortuit, toute contingence ne puisse que cacher une nécessité, que d'aucuns s'efforceraient de garder secrète.


    Bref, j'aurais grand besoin d'un avis éclairant sur la question, car comme vous vous en doutez ces choses-là ne sont pas au programme en licence, et c'est un sujet très délicat à aborder quel que soit le contexte.
    avatar
    Eunomia
    Invité

    Re: Révisionnisme et négationnisme.

    Message  Eunomia le Mar 25 Fév 2014 - 20:04

    Il est devenu courant de se trouver confronté, pour un même fait historique, à différents points de vue, souvent diamétralement opposés les uns aux autres.
    Point de vue que l’historien se doit d’étayer par l’étude de sources. Étude soumise à une méthodologie très précise.

    Quoi qu'il puisse se produire, il semble rassurant de se dire que quelque entité omnisciente et omnipotente nous ment. Cela nous permet d'imaginer toutes sortes de théories extravagantes et proprement irréfutables, car elles sapent, ou tentent de saper les assises de la position adverse ; c'est d'ailleurs une méthode quasi-imparable, car une fois que l'on a décelé une approximation, voire une erreur, dans la version communément adoptée par les manuels d'histoire (témoignage douteux, preuve discutable car périssable) et qu'on l'a niée purement et simplement comme ayant même existé, alors sur quoi peut bien reposer la contre-attaque susceptible de s'ensuivre ?
    En quoi est-ce rassurant ? D’autre part, l’Histoire évolue en fonction des découvertes. Fustel de Coulanges voit dans Sparte un début de communisme, il se trompe magistralement. Au niveau des connaissances propres à son époque, il reste à l’avant-garde.

    Tel témoin s'est contredit lors de son audition, on extrapole et rien, dès lors, de ce qu'il pourra dire ne tiendra lieu de preuve. Appliquée à l'ensemble d'une interprétation d'un fait historique, cette méthode permet, en contrepoint, d'affirmer tout et n'importe quoi.
    Il est difficile de justifier le « n’importe quoi ».

    Je me trouve donc dans l'incapacité de poser correctement ce problème. Car un autre argument, encore plus fourbe, invoque ma liberté de penser comme dernier rempart, de sorte que refuser le débat, ne pas m'approprier la position adverse pour mieux la comprendre, revient à mettre des œillères et à accepter de ne pas, en ce cas précis, être assez courageux pour philosopher.
    Sans aller jusqu’à l’appropriation, vous pouvez débattre en vous basant sur des faits historiques. Les négationnistes nient les chambres à gaz, Auschwitz existe. Ils prétendent que c'est une invention, demandez des preuves. En l'absence de preuves...
    avatar
    Intemporelle

    Messages : 181
    Date d'inscription : 02/08/2012
    Age : 25
    Localisation : Paris

    Re: Révisionnisme et négationnisme.

    Message  Intemporelle le Mar 22 Avr 2014 - 10:50

    Bonjour Plume,
    Vous devriez lire Les Assassins de la Mémoire, de Pierre Vidal-Naquet, si ce n'est pas déjà fait.

    Refuser de répliquer face à un négationniste ou un révisionniste, ce n'est pas refuser le débat à mon sens, précisément parce qu'un révisionniste ne débat pas. Le débat présuppose un certain éthos auquel le révisionniste ne peut se soumettre :
    1. la théorie du complot, rempart permanent utilisé pour discréditer l'adversaire, rend impossible le jeu de l'argumentation propre au débat ;
    2. le nivellement de tous les discours (la parole historique n'est plus un discours scientifique, au sens où elle doit répondre à des règles précises de scientificité et doit en répondre devant une communauté scientifique, mais une parole comme une autre), entrave également tout débat possible. 

    Concernant vos interrogations sur notre époque, et sur le fait que les théories du complot prolifèrent, alors même que les moyens d'apporter des preuves se sont diversifiés et perfectionnés, il y aurait bien des choses à dire, je me contenterai cependant de deux remarques :

    - il ne faut pas perdre de vue la spécificité du génocide juif, en ce que la logique nazie est d'entrée de jeu une logique qui rend possible le révisionnisme, dès le début était visé l'effacement des traces, d'une part par l'accomplissement de la réification des victimes, de telle sorte qu'elles ne puissent plus témoigner (cf. l'ouvrage remarquable d'Agamben, Ce qui reste d'Auschwitz, qui évoque la question du témoin intégral, de celui précisément qui ne peut plus témoigner, parce que le processus de réification à été mené à son terme, et qui renvoie à la figure du "musulman" dans les camps), d'autre part par la tentative de faire disparaître les preuves présentes dans la conception même de la solution finale (usage du four crématoire). Le génocide rwandais offre un bon élément de comparaison sur ce point : il ne laisse que très peu prise au révisionnisme d'une part parce que c'est un génocide qui ne concerne pas que des "troupes spéciales" mais qui implique tout un peuple, non seulement dans l'acte de dénoncer, mais aussi et surtout, dans l'acte de tuer, d'autre part — et cela découle directement de la première caractéristique — parce que c'est un génocide médiatisé (cf. la Radio des Milles Collines) qui vise donc dès le départ, à l'intérieur des frontières nationales, à capter la plus grande audience possible, alors que dans le cas du génocide juif, on a cherché jusqu'au bout à cacher la réalité de ce qui se passait à la population et aux victimes elles-mêmes ; et enfin, le rapport au dépouilles des victimes n'est pas du tout le même, on a moins cherché à cacher les corps dans le cas du génocide rwandais, dans la mesure où exhiber ses dépouilles, "son" nombre de morts quotidiens, était un motif de prestige. Le révisionnisme dans le cas du génocide juif est tout sauf un hasard, c'est une composante et une résultante de la logique nazie. 

    - par ailleurs, le trait marquant de notre époque, à mon sens, est avant tout l'autonomisation de la technique comme système (analysée notamment par Jacques Ellul ou Günther Anders), et la transformation progressive de l'homme non plus en acteur, mais en agent de l'histoire (cf. Arendt, Condition de l'homme moderne) et des actions humaines en opérations. Alors qu'Arendt dénonçait en Eichmann un "manque d'imagination", source de la possibilité même de la banalité du mal, un auteur comme Anders y voit une infirmité propre à tous les hommes, au sens où, comme il l'écrit dans Nous, Fils d'Eichmann, "entre nos capacités de fabrication et notre capacité de représentation, un fossé s'est ouvert qui va s'élargissant de jour en jour". La technique rend possible la méchanceté sans haine (Anders, Désuétude de la méchanceté), par pure poursuite de l'efficacité (cf. la description qu'Arendt fait d'Eichmann, pas particulièrement antisémite, mais fonctionnaire efficace obéissant aux ordres). Dans le contexte philosophico-culturel qui est le nôtre, marqué par le paradigme du sujet et de la rationalité, une telle autonomisation du système technicien a quelque chose de proprement terrifiant. C'est une des raisons de la prolifération des théories du complot : il est plus rassurant de chercher une rationalité, des acteurs qui tirent les ficelles, une logique humaine caractérisée par des fins, que d'admettre l'autonomisation du système technicien. Il est plus rassurant de se dire qu'il y a un petit groupe d'individus aux commandes de notre économie par exemple, plutôt que d'admettre qu'on est dans un système économique où la finance s'est autonomisée et fonctionne selon une logique qui lui est propre, et qui n'est pas réductible à une rationalité humaine. D'où cette recherche effrénée de sens que vous pointez par ailleurs, parce qu'on ne veut pas admettre qu'on est pris dans un engrenage technicien qui signifie à terme la mort du sens (dans une acception anthropologique du terme, le sens étant le propre de la condition humaine), si l'on n'en accepte pas la perte.
    avatar
    Eunomia
    Invité

    Re: Révisionnisme et négationnisme.

    Message  Eunomia le Mar 22 Avr 2014 - 13:09

    @Intemporelle a écrit:Refuser de répliquer face à un négationniste ou un révisionniste, ce n'est pas refuser le débat à mon sens, précisément parce qu'un révisionniste ne débat pas. Le débat présuppose un certain éthos auquel le révisionniste ne peut se soumettre : 1. la théorie du complot, rempart permanent utilisé pour discréditer l'adversaire, rend impossible le jeu de l'argumentation propre au débat ; 2. le nivellement de tous les discours (la parole historique n'est plus un discours scientifique, au sens où elle doit répondre à des règles précises de scientificité et doit en répondre devant une communauté scientifique, mais une parole comme une autre), entrave également tout débat possible. 

    Se pose la question de savoir comment combattre un discours négationniste — ou plus généralement complotiste. Mis à part le démontage systématique des arguments par l’analyse historique, je ne vois pas d’autre alternative. J'entends bien qu'on ne donne pas à boire à un âne qui n'a pas soif, mais le propagation de ces idées est un réel danger — tout en sachant qu'interdire ces discours ne fait que légitimer leur position victimaire et soupçonneuse.
    avatar
    JimmyB

    Messages : 356
    Date d'inscription : 25/04/2012
    Age : 30

    Re: Révisionnisme et négationnisme.

    Message  JimmyB le Ven 25 Avr 2014 - 15:21

    Eunomia a écrit:Se pose la question du comment combattre un discours négationniste — ou plus généralement complotiste. Mis à part le démontage systématique des arguments par l’analyse historique, je ne vois pas d’autre alternative. J'entends bien qu'on ne donne pas à boire à un âne qui n'a pas soif, mais la propagation de ces idées est un réel danger — tout en sachant qu'interdire ces discours ne fait que légitimer leur position victimaire et soupçonneuse.
    Ces personnes ne conçoivent l'histoire que comme le produit de l'interprétation qu'en font les vainqueurs. Vous ne pourrez convaincre les adeptes de ces farces par des arguments logiques ou factuels, ou même scientifiques.
    avatar
    Kthun
    Invité

    Re: Révisionnisme et négationnisme.

    Message  Kthun le Ven 25 Avr 2014 - 17:03

    @JimmyB a écrit:Vous ne pourrez convaincre nul adepte de ces farces par des arguments logiques ou factuels, ou même scientifiques.

    Pareto a écrit:Les hommes suivent leur sentiment et leur intérêt, mais il leur plaît de s'imaginer qu'ils suivent la raison ; aussi cherchent-ils, et ils trouvent toujours, une théorie qui, a posteriori, donne une certaine couleur logique à leurs actions. Si l'on pouvait réduire à rien scientifiquement cette théorie, on arriverait simplement à ce résultat qu'une autre théorie se substituerait à la première, pour atteindre le même but ; on se servirait d'une forme nouvelle, mais les actions resteraient les mêmes.

    Pareto, Manuel d'économie politique, §108.
    avatar
    Vangelis
    Princeps
    Princeps

    Messages : 717
    Date d'inscription : 11/03/2011

    Re: Révisionnisme et négationnisme.

    Message  Vangelis le Ven 25 Avr 2014 - 19:37

    Il n'empêche, à chaque fois que ces paroles nauséabondes sont énoncées elles doivent rencontrer un mur, non pas de silence mais de paroles. Et s'il faut le répéter cent mille fois, ce ne sera jamais de trop. Et même si c'était vain, il faudrait continuer encore et encore. Avant de parler de résultat, le silence qui suit ces drames est de même nature que celui qui les accompagna. Ceux qui les subirent avaient la hantise qu'on ne les croie pas. Ils se sont tus, puis certains ont commencé à parler. Même si la tâche leur semblait impossible parce que l'on ne peut pas transmettre l'indicible, ils ont quand même pris la décision de parler. Parce qu'ils avaient le sentiment que le peu qui passerait ne serait pas insignifiant, en plus de le devoir à tous ceux qui ne le pourront jamais. Alors oui, on ne peut pas convaincre les fous. Mais l'holocauste, ou l'esclavage, la torture, etc., n'est pas du fait d'hommes cliniquement débiles ; et si par la parole nous nous opposons au négationnisme, peut-être pouvons-nous seulement limiter sa propagation vers des êtres qui ne le sont pas nécessairement. Mais qu'importe d'abord le résultat puisqu'il est en premier question de notre propre rapport à ces événements.

    Alors on sort les tableaux Excel et l'on compte pour savoir si c'est mathématiquement valable de s'opposer, ou nous nous comportons comme des hommes capables de nous battre pour ce qui nous semble être juste ?
    avatar
    JimmyB

    Messages : 356
    Date d'inscription : 25/04/2012
    Age : 30

    Re: Révisionnisme et négationnisme.

    Message  JimmyB le Ven 25 Avr 2014 - 20:37

    J'ai seulement dit qu'un raisonnement, quel qu'il soit, ne sera jamais audible pour ces personnes. Il faut utiliser des outils rhétoriques et même manipulatoires, leur raisonnement ne tenant pas la provocation et les décrédibilisant totalement, de fait.

    Eunomia défend la mise en avant d'une démonstration rigoureuse, or seul l'auteur de ce raisonnement se pare de cette rigueur finalement inutile, puisque le but dans ces échanges n'est pas d'avoir raison. Le but est de décontenancer le contradicteur, pour prendre place et gagner en crédibilité. Le complotiste n'a pas besoin d'avoir raison, il a juste besoin de l'impossibilité de montrer qu'il a tort.
    avatar
    Vangelis
    Princeps
    Princeps

    Messages : 717
    Date d'inscription : 11/03/2011

    Re: Révisionnisme et négationnisme.

    Message  Vangelis le Ven 25 Avr 2014 - 20:49

    Le problème, en premier lieu, n'est pas l'incapacité pour ces personnes d'entendre un autre discours, mais le nôtre à répondre ou ignorer.
    avatar
    JimmyB

    Messages : 356
    Date d'inscription : 25/04/2012
    Age : 30

    Re: Révisionnisme et négationnisme.

    Message  JimmyB le Ven 25 Avr 2014 - 20:51

    Eunomia ne défend-il pas, comme unique alternative contre eux, de démonter leurs théories par une démonstration historique ?
    avatar
    Eunomia
    Invité

    Re: Révisionnisme et négationnisme.

    Message  Eunomia le Ven 25 Avr 2014 - 20:55

    L’enjeu n’est pas tant d'arraisonner les négationnistes, complotistes, révisionnistes de tous poils, mais d’endiguer — pour reprendre un terme connoté — la propagation de ces idées. Il faut parler à l’intelligence de ceux qui pourraient être susceptibles de basculer.

    La propagation de ce genre de théories soulève une foule de questions sur les causes. Il y a, là aussi, matière à réflexion.
    avatar
    Vangelis
    Princeps
    Princeps

    Messages : 717
    Date d'inscription : 11/03/2011

    Re: Révisionnisme et négationnisme.

    Message  Vangelis le Ven 25 Avr 2014 - 20:57

    @JimmyB a écrit:Eunomia ne défend-il pas, comme unique alternative contre eux, de démonter leurs théories par une démonstration historique ?
    Oui et j'approuve. Il dit aussi que ce n'est pas gagné, et c'est aussi mon avis. Malgré tout il décide de prendre une position. Il la prend donc, non pas en vue d'un résultat qu'il sait presque perdu d'avance, mais au nom d'une certaine idée de l'humanité. Sinon, au nom de quoi ?

    Eunomia a écrit:L’enjeu n’est pas tant d'arraisonner les négationnistes, complotistes, révisionnistes de tous poils, mais d’endiguer — pour reprendre un terme connoter — la propagation de ces idées. Il faut parler à l’intelligence de ceux qui pourraient être susceptible de basculer.
    C'est aussi ce dont j'ai parlé.


    Dernière édition par Vangelis le Ven 25 Avr 2014 - 21:00, édité 1 fois
    avatar
    JimmyB

    Messages : 356
    Date d'inscription : 25/04/2012
    Age : 30

    Re: Révisionnisme et négationnisme.

    Message  JimmyB le Ven 25 Avr 2014 - 21:00

    Alors posons-nous une autre question : pensez-vous que les gens veulent croire à ce genre de théories, ou qu'ils y croient vraiment ? De même pensez-vous que le public qui écoute et se révèle persuadé se laisse persuader par un contexte particulier ou par ces théories elles-mêmes ?

    Il n'y a jamais autant d'antisémitisme historique que lorsqu'il existe une détresse sociale. Pourquoi ? Parce que les gens en difficulté économiquement et socialement éprouvent un rejet du système, et du savoir académique en général. Ce qui est du pain béni pour les théories marginales, sans fondement, qui réveillent des affects et endorment la raison.
    avatar
    Vangelis
    Princeps
    Princeps

    Messages : 717
    Date d'inscription : 11/03/2011

    Re: Révisionnisme et négationnisme.

    Message  Vangelis le Ven 25 Avr 2014 - 21:11

    Je pense qu'il y a une perte de sens qui cherche à se raccrocher à tout et n'importe quoi. Les hommes – me semble-t-il – ne décodent plus le monde. Et ils attribuent cette perte, non pas à quelque chose qui leur échapperait — ce qui serait intenable —, mais plutôt à la volonté de certains qui seraient proches du pouvoir politique, de l'argent, de la religion, etc. En gros ils ne peuvent pas imaginer que plus personne ne possède de sens, quel qu'il soit. La conséquence est donc qu'on leur cache quelque chose et dans un but bien précis. A partir de là, le délire fait sens (sic).

    Bien sûr, il faudrait aussi parler de la détresse sociale et au sens très large du terme.
    avatar
    Eunomia
    Invité

    Re: Révisionnisme et négationnisme.

    Message  Eunomia le Ven 25 Avr 2014 - 21:44

    @JimmyB a écrit:Il n'y a jamais autant d'antisémitisme historique que lorsqu'il existe une détresse sociale. Pourquoi ? Parce que les gens en difficulté économiquement et socialement éprouvent un rejet du système, et du savoir académique en général.
    Nous sommes d’accord.
    Néanmoins j’ajoute le relativisme conjoncturel du XXIeme qui fait de chacun un expert de tout, couplé à la baisse de la crédibilité de l’enseignement, que je n’attribue pas à la crise, mais comme conséquence du relativisme.
    Il faudrait aussi analyser de quelle manière la mémoire fut élaborée, gérée.

    @JimmyB a écrit:Ce qui est du pain béni pour les théories marginales, sans fondement qui réveillent des affects et endorment la raison
    Le discours construit devrait permettre de parler à cette raison endormie, justement.

    @Vangelis a écrit:il y a une perte de sens qui cherche à se raccrocher à tout et n'importe quoi. Les hommes – me semble-t-il – ne décodent plus le monde. Et ils attribuent cette perte, non pas à quelque chose qui leur échapperait — ce qui serait intenable —, mais plutôt à la volonté de certains qui seraient proches d'un pouvoir politique, de l'argent, de la religion, etc.
    Un discours historique clair devrait offrir de tels repères. Je prêche pour ma paroisse parce que nous parlons de négationnisme, mais l'histoire na pas de monopole particulier.
    avatar
    Zingaro
    Consul moderabilis
    Consul moderabilis

    Messages : 419
    Date d'inscription : 24/01/2012

    Re: Révisionnisme et négationnisme.

    Message  Zingaro le Sam 26 Avr 2014 - 2:30

    @Plume a écrit:Pourtant n'est-ce pas en ce siècle qu'ont fleuri les plus scandaleuses théories révisionnistes et négationnistes ? N'est-ce pas en ce siècle, où justement les moyens d'apporter des preuves concrètes de ce qui s'est passé se sont tant diversifiés et perfectionnés, que la mise en question voire la négation pure et simple de faits d'histoire a pris l'ampleur qu'on lui connaît ? Je trouve cela pour le moins paradoxal, il n'y a pas un seul événement qualifiable de "grave" aujourd'hui qui ne trouve pas ses interprètes. La magie d'internet fait son office, proposant à qui souhaite les lire ou les visionner des documents pseudo-scientifiques appuyant les thèses les plus improbables et aliénant le jugement des personnes même les plus difficiles à manipuler. Ou du moins, en apparence, puisqu'il s'avère que je me suis trompé en beauté sur le compte de mon correspondant.


    Je n'irai pas jusqu'à dire qu'il y a une attirance inhérente de l'homme moderne pour les théories du complot, mais comment interpréter ce phénomène étrange qui pousse certains à nier l'évidence au profit d'une vérité alternative, comment peut-on dire "ce n'est pas possible" ? Et surtout, pourquoi me suis-je trouvé incapable de répondre ? Devant la pure négation de l'histoire telle qu'on me l'a enseignée depuis ma naissance, je me suis retrouvé nu. Rien à rétorquer, et pas même l'envie de creuser la question... Faut-il à son tour, nier la négation, faire comme si l'on n'avait rien entendu et passer à autre chose ?

    Bonjour, je retrouve certaines de mes interrogations et souhaite vous faire part des éléments de réponse que j'ai rassemblés. Vous offrez l'occasion de faire un point.

    D'une part, pour avoir vu, lentement, une personne qui m'était chère, sombrer, c'est le mot, dans la théorie du complot, je ne peux que contredire ce qui a été dit précédemment : il ne s'agit d'endiguer la propagation de ces idées ni par le rappel des faits, ni par un mur de paroles, car le problème se situe à un niveau psychologique, aussi répugnant que cela puisse sembler au philosophe ; une personne élevée à la théorie du complot (ça existe) sera facilement ramenée à la raison pour peu qu'on alimente son intelligence et sa curiosité : ce n'est donc pas le problème ; non, nous parlons des convaincus, qui sont aussi les missionnaires, or ceux-ci règlent un problème personnel, qu'il faut identifier, et qu'il leur faut faire identifier. Je comprends bien qu'on envisage mal cette cure, et pourtant je n'en connais pas d'autre. Ceux que l'on connaît, il faut les en extirper, pas à pas, prendre le temps, pour autant qu'on le veuille et qu'on le puisse, sans s'attaquer à leur sacro-sainte théorie, au doute qui, de toute manière, ne peut qu'être présent (même et surtout chez une personne saine d'esprit (!)), en espérant plutôt les voir toucher le nœud des problèmes et ainsi se désintéresser de ceux qui, tout compte fait, ne sont jamais que des exutoires, mais authentiquement inauthentiques.

    Les problèmes (psychologiques) peuvent parfaitement être originaux, particuliers, singuliers, et pour autant conduire à une même certitude : la vie publique est une mascarade, nous sommes dominés par...  La question revient alors à comprendre ce que la théorie du complot flatte, pour plaire autant ? (Mais avant cela, Plume, je me permets de demander, sachant que vous n'avez pas à répondre, si vous êtes familier de la communauté juive ?)

    Je propose d'aborder la question par la notion d'hétéronomie.

    Tout d'abord, qu'est-ce que le complotisme, et le négationnisme (dans la mesure où il n'est pas falsification consciente) ? C'est le délire hétéronome par excellence : la réalité, le délire partagé, est le produit d'une entité surplombante. Pourquoi ne puis-je affronter un complotiste sur le terrain du débat ? Il conteste la valeur de la preuve : la preuve est avant tout preuve de l'existence de cette entité, de ce pouvoir supérieur. Il est absurde de croire que le complotiste n'est pas sensible au raisonnement ou à la preuve : il y est hypersensible, à l'image d'un superstitieux, il ne fait jamais qu'interpréter et se tient à l'affût de toute preuve : pourquoi est-il si actif sur internet, son domaine de prédilection ? il a besoin d'une confirmation, et en ce sens n'est pas si loin de l'historien...

    La théorie du complot permet de réinvestir socialement et personnellement un traumatisme de type "hétéronomique" : l'expérience brutale et non dialectisable de l'impuissance de sujet. Exemple idiot : la disparition inexpliquée d'un être cher. La perte de contrôle, ou la prise de conscience de l'absence de contrôle sur sa propre vie, etc. Autant de problèmes qui renvoient le sujet à son assujettissement à une loi autre, venue d'ailleurs, explicitement d'ailleurs. Le sujet, me semble-t-il, trouve alors une correspondance dans la théorie du complot, selon qu'il est exposé ou non à ces idées, plus ou moins accidentellement.
    avatar
    Kthun
    Invité

    Re: Révisionnisme et négationnisme.

    Message  Kthun le Lun 28 Avr 2014 - 16:59

    D'un point de vue pratique : s'évertuer à essayer de convaincre une personne pourrait avoir comme effet de la braquer davantage. L'influence que nous pourrions exercer serait, par conséquent, réduite à sa portion congrue. De fait l'évolution de l'itinéraire intellectuel de cet individu se limite à l'alternative suivante : soit il persiste, soit il révise son point de vue (et il serait sans doute présomptueux de croire que cela dépend de nous).

    Plus généralement, ce fil m'inspire une question difficile : comment, et avec quel thermomètre, déterminer la nocivité de certaines idées ? On sait assez bien que l'enfer est pavé d'idées généreuses, de bonnes intentions et de bons sentiments. Autrement dit, les mots comptent moins que les actes (qui peuvent être criminels). L'antisémite (ou le négationniste) ne passe pas nécessairement à l'acte et vice-versa : celui qui n'est pas négationniste peut se faire complice d'un génocide. Combattre les négationnistes par un cliquetis de mots suffira-t-il à empêcher la réalisation de génocides dans les siècles à venir ?
    avatar
    Eunomia
    Invité

    Re: Révisionnisme et négationnisme.

    Message  Eunomia le Lun 5 Mai 2014 - 12:27

    L’objectif est moins d’essayer de faire changer d’opinion que de vouloir enrayer la propagation de ces théories. Je ne veux pas me prononcer pour Vangelis, mais il me semble que nous défendions le même point de vue. Le noyau dur ne changera pas, mais démonter systématiquement le discours permet (c’est toute la question) d’endiguer la contamination. Puis, ne rien dire est une posture d’évitement qui n’apporte rien. Laisser déblatérer des monstruosités n’est pas tolérable. Quand bien même ce serait inefficace, n’y a-t-il pas un enjeu de vérité qu’il faut s’évertuer à défendre ?  
     
    Kthun a écrit:Plus généralement, ce fil m'inspire une question difficile : comment, et avec quel thermomètre, déterminer la nocivité de certaines idées ? On sait assez bien que l'enfer est pavé d'idées généreuses, de bonnes intentions et de bons sentiments. Autrement dit, les mots comptent moins que les actes (qui peuvent être criminels). L'antisémite (ou le négationniste) ne passe pas nécessairement à l'acte et vice-versa : celui qui n'est pas négationniste peut se faire complice d'un génocide. Combattre les négationnistes par un cliquetis de mots suffira-t-il à empêcher la réalisation de génocides dans les siècles à venir ?
    Le thermomètre, c’est la possible propagation et le degré de déformation. Ne pas s’opposer avec une fermeté absolue (ce qui ne va pas contre plus de pédagogie) c’est laisser libre court à des idées dangereuses qui peuvent potentiellement amener à modifier ce que fut la réalité. Paradoxalement, je ne suis pas pour empêcher de discuter de ces sujets, au contraire. La mise au banc des négationnistes ne fait qu’apporter de l’eau à leur moulin, et confère une position de quasi-martyr qui légitime leur propos, c’est un cercle vicieux.
    avatar
    Vangelis
    Princeps
    Princeps

    Messages : 717
    Date d'inscription : 11/03/2011

    Re: Révisionnisme et négationnisme.

    Message  Vangelis le Lun 5 Mai 2014 - 17:35

    Eunomia a écrit:L’objectif est moins d’essayer de faire changer d’opinion que de vouloir enrayer la propagation de ces théories. Je ne veux pas me prononcer pour Vangelis, mais il me semble que nous défendions le même point de vue.
    Je confirme.
    avatar
    Kthun
    Invité

    Re: Révisionnisme et négationnisme.

    Message  Kthun le Lun 5 Mai 2014 - 20:17

    S'il s'agit d'essayer d'empêcher la diffusion de certaines théories alors : soit on réclame au législateur d'étendre son champ d'action et d'alourdir les peines (en faisant abstraction des effets pervers) soit on croit aux vertus du rationalisme (qui implique que les arguments rationnels feront barrage divin à la diffusion de ces théories).

      La date/heure actuelle est Lun 18 Déc 2017 - 10:05