παιδεία | μανθάνω | ἀπομανθάνω

    Y a-t-il une culture jeune ?

    Partagez

    kind of blue

    Messages : 38
    Date d'inscription : 06/04/2013

    Re: Y a-t-il une culture jeune ?

    Message  kind of blue le Dim 14 Avr 2013 - 12:25

    Je vais essayer de répondre à la question : "existe-t-il une culture jeune ?" (le principe d'une culture qui est train d'émerger me semble assez obscur, puisque nous émergerions alors depuis 50 ans).

    Déjà, il me semble utile de définir précisément ce qu'est la culture : La culture est l'ensemble des connaissances, des savoir-faire, des traditions, des coutumes, propres à un groupe humain, à une civilisation. Elle se transmet socialement, de génération en génération et non par l'héritage génétique, et conditionne en grande partie les comportements individuels.

    La culture englobe de très larges aspects de la vie en société : techniques utilisées, mœurs, morale, modes de vie, systèmes de valeurs, croyances, rites religieux, organisation de la famille et des communautés villageoises, habillement…

    A partir de ce moment là, on pourrait facilement imaginer une culture correspondant à la jeunesse : les arts nouveaux (rock, rap, métal, etc., sont un pilier culturel chez nombre de jeunes), le mode de vie, les systèmes de valeurs légèrement différents du reste de la société, etc.
    Cependant on arrive là à un problème : à ne reconnaître QU'UNE seule culture, on en reviendrait à dire qu'il n'existe qu'un seul type de jeunes. Cette hypothèse est incontestablement fausse puisque "les jeunes" réunissent de nombreux styles artistiques, de nombreuses mœurs, etc.
    Je ne parlerai donc pas ici d'UNE culture jeune mais DES cultures jeunes.
    Mais reformulons alors la question : y a-t-il des cultures jeunes ? Trois points me permettraient d'affirmer la création (depuis un certain laps de temps) de ces cultures :
    1-  La volonté des jeunes à former un groupe particulier avec son propre mode de vie, sa pensée, et ses normes et valeurs.
    2- La volonté de la société à homologuer les jeunes autour d'un socle culturel "jeunesse". En clair, le fait que la société considère une personne comme jeune à partir du moment où celle-ci rassemble certains attributs reconnus par la société aux jeunes.
    3- Le sentiment d'appartenance des enfants, adolescents et jeunes adultes à cette catégorie sociale et donc à ces cultures sociales.

    Peut-on cependant réduire cet ensemble à une seule culture ? Je crois que cela est bien impossible. Enfin, dernier argument montrant la diversité des cultures jeunes, la jeunesse est extrêmement hétérogène d'un point de vue pratique : géographiquement (toute la terre), âge (tout ce qui a moins de 25-30 ans ??), sociologiquement (un jeune peut appartenir à une tranche aisée de la société comme il peut appartenir à la tranche la plus défavorisée).

    Trouver un socle commun à la jeunesse me semble aussi simple à faire que trouver un socle commun à l'humanité entière : certes, on retrouvera toujours quelques normes ou valeurs qui seront respectées. Mais dans la grande majorité, on ne peut actuellement rassembler tout le monde dans une seule case culturelle.
    avatar
    Zingaro
    Consul moderabilis
    Consul moderabilis

    Messages : 556
    Date d'inscription : 24/01/2012

    Re: Y a-t-il une culture jeune ?

    Message  Zingaro le Dim 14 Avr 2013 - 14:45

    JimmyB a écrit:Bah non, c'est vous qui ne savez pas lire. J'ai dit qu'il n'y avait pas un, mais des publics et donc par conséquent des communautés jeunes, donc à partir de là il n'y a pas une seule culture jeune identifiable, l'on peut alors se demander si la seule jeunesse comme critère de qualification est un moyen honnête de penser la culture chez une population hétérogène. Donc si elle n'est pas unique alors elle ne peut être générale. Donc on ne peut l'identifier donc votre sujet est caduque. Beaucoup de répétitions mais s'il faut en passer par là pour être compris...
    Pourquoi mon sujet serait-il caduque ? N'est-il pas plus simple de répondre : non, l'idée n'est pas pertinente ? Clôt-on tous les fils après que vous y avez répondu ?

    @ Vangelis : oui, c'était bien l'exemple. Cela dit, en réalité, plutôt qu'une graine, la culture jeune serait un fruit - amer qui plus est -, dans le sens où elle procède de l'arbre sans qu'aucun arbre ne procède d'elle. Pour moi, ici, l'existence de "la culture" jeune est d'abord l'usage langagier qui est fait de l'expression elle-même. Qui désigne quoi ? D'où l'amertume : l'ancien désigne le jeune.


    En voilà une jolie réponse, Kind of blue, merci ! Pour ma part, je me concentre sur le besoin à la base de la question et de l'idée.
    Je grille les étapes mais : il me semble que l'idée d'une culture jeune est le produit d'une stase de sens à l'intérieur de nos sociétés, due aux brusques métamorphoses du corps social, induites notamment par l'entrée dans l'ère numérique. D'une part, la reproduction sociale n'étant plus aussi systématique qu'elle a pu l'être, de plus en plus de familles connaissent des différences générationnelles avec des individualités irréconciliables. D'autre part, dans les entreprises par exemple, des séminaires sont donnés pour former les managers aux "jeunes d'aujourd'hui" (c'est là notamment que l'on exhume une figure trans-historique du jeune, avec Socrate, etc., voir 1er post du fil). Par ailleurs, les jeunes, lors de leur passage dans le monde professionnel, ressentent un énorme décalage avec ce qu'ils ont connu jusque là. Etc.

    Bref, ce sont là autant d'exemples de l'expérience d'un fossé générationnel posant de nombreux problèmes et que l'on cherche à démêler. En sorte que les adultes veulent comprendre "le jeune" car il leur semble fondamentalement étranger. Le fil générationnel semble rompu, et les acteurs cherchent à se positionner mutuellement les uns par rapport aux autres. C'est dans cette logique à mon avis, cherchant à rétablir du lien et du sens, bref du "pensable" que s'inscrit l'idée d'une culture jeune. En ce sens, elle correspond à un besoin dans l"écosystème" global.


    Dernière édition par Zingaro le Dim 14 Avr 2013 - 20:26, édité 2 fois

    kind of blue

    Messages : 38
    Date d'inscription : 06/04/2013

    Re: Y a-t-il une culture jeune ?

    Message  kind of blue le Dim 14 Avr 2013 - 15:33

    Nous parlons ici de la création d'une classe sociale. La création d'une classe peut être issue d'un changement de la société (création d'une classe moyenne dans les pays en développement) ou non. C'est sur ce "non" que je veux m'appuyer : en 1930, un nouveau métier fut trouvé, cadre. Cette catégorie salariale ne s'est pas directement accompagné d'une véritable reconnaissance d'une appartenance à un groupe. Cependant, l'Insee a introduit dans ses statistiques une nouvelle catégorie salariale, les cadres. Il faudra attendre un certain temps pour que la revendication d'appartenance à cette catégorie se fasse (je dirais les années 50).

    En conclusion, un groupe ne se crée pas car les membres le veulent, mais car la société reconnaît cet ensemble de personnes comme groupe.
    Ainsi, dans le cas des cultures jeunes, il existe une revendication des jeunes de créer un groupe. Mais c'est la société qui décide de les reconnaître comme tels.
    Après, est-ce que la société reconnaît réellement cette culture ? Je crois que oui. Aujourd'hui, le tag, graffiti (artistique), le rap, le métal, etc., sont assimilés aux jeunes et donc à une catégorie sociale avec sa propre culture.
    avatar
    Ménandre

    Messages : 15
    Date d'inscription : 08/04/2013

    Re: Y a-t-il une culture jeune ?

    Message  Ménandre le Dim 14 Avr 2013 - 16:35

    Aujourd'hui, le tag, graffiti (artistique),  le rap, le métal, etc., sont assimilés aux jeunes et donc à une catégorie sociale avec sa propre culture.
    Il s'agit là de la culture populaire en général (par opposition à la culture savante). Le metal, par exemple, est loin d'être "jeune". C'est même franchement "vieux" ! (année 70/80). Pour avoir vu plusieurs concerts de heavy metal, je peux témoigner du fait que le public est composé d'au moins autant de vieux barbus que de gamins à peine pubères. Je ne sais pas si la "culture hip-hop" (rap, graffiti, etc.), sortie du monde américain de la rue, a ce même pouvoir que le hard rock et ses dérivés de réunir les âges, mais il me semble bien que la plupart des danseurs et graffeurs "pro" sont des adultes matures.

    Si ces courants peuvent sembler l’apanage de la jeunesse, c'est essentiellement parce que les adolescents et posts-adolescents sont généralement à la recherche d'une identité qu'il est plus facile d'emprunter à une culture que de créer... et que les cultures populaires sont plus accessibles que "La Culture".

    Ce n'est pas parce que ce sont des jeunes en pleine crise identitaire qui exhibent le plus certains signes culturels que ceux-ci leurs sont spécifiques.

    kind of blue

    Messages : 38
    Date d'inscription : 06/04/2013

    Re: Y a-t-il une culture jeune ?

    Message  kind of blue le Dim 14 Avr 2013 - 18:40

    Cette opposition populaire/savante est valable en effet.
    Je me demande par contre si l'on peut considérer une culture originellement "jeune" comme "non-jeune" car elle regroupe des + de 25 ans.
    Les adolescents à la recherche d'une identité ? C'est valable. Je dirais qu'ils sont en opposition par rapport à certaines choses qui font qu'ils peuvent choisir une autre identité.
    avatar
    JimmyB

    Messages : 853
    Date d'inscription : 25/04/2012
    Age : 29

    Re: Y a-t-il une culture jeune ?

    Message  JimmyB le Dim 14 Avr 2013 - 20:20

    Je dis juste qu'il me semble que le facteur jeune ne permet pas de désigner une culture homogène de même qu'il n'existe pas de culture adulte.
    A partir de là le sujet n'est pas la culture mais la pertinence de parler d'une culture jeune. La réponse est non.
    On peut parler de culture littéraire, gastronomique et ce en catégorisant par domaine, on peut classer par nationalité parce que ce sont des données objectives. L'âge n'en est pas un. Donc oui il existe plusieurs cultures ou plusieurs manières de la qualifier, de la catégoriser.
    avatar
    Zingaro
    Consul moderabilis
    Consul moderabilis

    Messages : 556
    Date d'inscription : 24/01/2012

    Re: Y a-t-il une culture jeune ?

    Message  Zingaro le Lun 15 Avr 2013 - 1:13

    kind of blue a écrit:En conclusion, un groupe ne se crée pas car les membres le veulent, mais car la société reconnaît cet ensemble de personne comme groupe.
    Ainsi, dans le cas des cultures jeunes, il existe une revendication des jeunes de créer un groupe. Mais c'est la société qui décide de les reconnaître comme tels.
    Après, est ce que la société reconnaît réellement cette culture ? Je crois que oui. Aujourd'hui, le tag, graffiti (artistique),  le rap, le métal, etc., sont assimilés aux jeunes et donc à une catégorie sociale avec sa propre culture.
    C'est bien tranché. Mais l'argument de Ménandre pose un sérieux problème. Les jeunes et ceux devenus adultes en évolution dans l'univers du métal y sont moins jeunes que "métaleux". Voire : ce qui devient métaleux cesse-t-il d'être jeune ?

    kind of blue

    Messages : 38
    Date d'inscription : 06/04/2013

    Re: Y a-t-il une culture jeune ?

    Message  kind of blue le Lun 15 Avr 2013 - 14:12

    Zingaro a écrit:
    kind of blue a écrit:En conclusion, un groupe ne se crée pas car les membres le veulent, mais car la société reconnaît cet ensemble de personne comme groupe.
    Ainsi, dans le cas des cultures jeunes, il existe une revendication des jeunes de créer un groupe. Mais c'est la société qui décide de les reconnaître comme tels.
    Après, est ce que la société reconnaît réellement cette culture? Je crois que oui. Aujourd'hui, le tag, grafitti (artistiques hein),  le rap, le métal etc. sont assimilés aux jeunes et donc à une catégorie sociale avec sa propre culture.
    C'est bien tranché. Mais l'argument de Méandre pose un sérieux problème. Les jeunes et ceux devenus adultes en évolution dans l'univers du métal y sont moins jeunes que "métaleux". Voire : ce qui devient métaleux cesse d'être jeune ?
    Je dirais plutôt que la culture (ici le métal) conserve son public tout en convertissant de nouveaux membres (des jeunes). Ainsi, c'est à la fois une culture "jeune" née dans les années 80 et une culture "jeune" d'aujourd'hui.

    JimmyB a écrit:Je dis juste qu'il me semble que le facteur jeune ne permet pas de désigner une culture homogène de même qu'il n'existe pas de culture adulte. A partir de là le sujet n'est pas la culture mais la pertinence de parler d'une culture jeune. La réponse est non. On peut parler de culture littéraire, gastronomique et ce en catégorisant par domaine, on peut classer par nationalité parce que ce sont des données objectives. L'âge n'en est pas un. Donc oui il existe plusieurs cultures ou plusieurs manières de la qualifier, de la catégoriser.
    Bien d'accord avec vous. On ne peut finalement définir un socle commun qui serait une culture jeune pour la simple et bonne raison que les jeunes peuvent avoir des situations extrêmement différentes (âge, lieu, socialisation, etc.).

    On peut cependant ici parler DES cultureS jeuneS du coup. Il serait intéressant de voir si un socle commun (même minime) peut permettre une classification de ces cultures.
    avatar
    Ménandre

    Messages : 15
    Date d'inscription : 08/04/2013

    Re: Y a-t-il une culture jeune ?

    Message  Ménandre le Lun 15 Avr 2013 - 15:23

    Je dirais plutôt que la culture (ici le métal) conserve son public tout en convertissant de nouveaux membres (des jeunes).
    Ainsi, c'est à la fois une culture "jeune" née dans les années 80 et une culture "jeune" d'aujourd'hui.
    Ne peut-on pas en dire autant de n'importe quelle culture ?
    Je suis loin d'être sûr que tous les "métalleux primordiaux" étaient jeunes, et réciproquement, on trouve de nombreux "jeunes" (même si la plupart ont eu le temps de vieillir et de mourir) parmi les grands noms de La Culture. Peut-on dire de la poésie rimbaldienne qu'elle est une culture jeune ? Et des mouvements néo-dadaïstes ?

    De toute manière, pour que vive une culture jeune, il faudrait que vive une culture vieille. Or, une culture n'est vieille qu'à partir du moment où elle est morte.

    La jeunesse est très transitoire, et plutôt que de vivre dans une société de jeunes, les jeunes vivent dans des sociétés d'adultes. Je doute donc non seulement de l'existence d'une culture jeune mais aussi de sa possibilité.
    Les jeunes ne font qu'appréhender et adopter des "cultures d'adultes" de "manière jeune".

    Mais bien sûr, tout dépend d'à partir de quand l'on parle "d'une culture" plutôt que d"un "aspect d'une culture".

    kind of blue

    Messages : 38
    Date d'inscription : 06/04/2013

    Re: Y a-t-il une culture jeune ?

    Message  kind of blue le Lun 15 Avr 2013 - 16:37

    1) On ne peut pas dire que ce soit le cas de toute les cultures ! En effet, certaines ont été créées sans lien avec l'âge de leurs membres : les cultures "jeunes" ont selon moi comme prérogative de n'accepter que des jeunes ou, à la limite, ce qui semble jeune pour une personne. C'est peut-être là où votre idée de "culture vieille" me semble fausse : de nombreuses cultures ne prennent pas en compte l'âge.
    A partir de quel moment une culture cesse d'être jeune ? Je dirais à partir du moment où la société ne la considère plus comme telle tout simplement.

    2) Je suis également en désaccord avec votre idée de la jeunesse comme période transitoire. C'est, certes, une période transitoire mais les jeunes (je parle principalement ici des adolescents) érigent leurs propres cultures de manière à montrer leur différence - et même parfois leur désaccord - avec la société. Ce me semble donc être des cultures souvent réalisées CONTRE une culture qui était censée être transmise.

    Pour votre idée d'appréhension d'une culture adulte par les jeunes, cela ne me semble pas faux. Certaines cultures se sont érigées sur d'autres plus adultes (je pense notamment au rock naissant qui prenait ses racines du blues).
    avatar
    Ménandre

    Messages : 15
    Date d'inscription : 08/04/2013

    Re: Y a-t-il une culture jeune ?

    Message  Ménandre le Lun 15 Avr 2013 - 17:33

    Je ne suis pas sûr que ce que vous appelez "culture jeune" soit vraiment vu comme "jeune" par la société. L'archétype du métalleux reste l'ogre barbu en cuir usé plus que l'adolescent chevelu en T-shirt noir.

    Il y a eu assez peu de tendances culturelles nées avec une revendication de la jeunesse. Il y a eu le dadaïsme de l'entre-deux-guerres et le mouvement hippie des années 70. Leurs héritiers respectifs (fluxus et autres néo-dadas pour le dadaïsme, punk, rock & co pour les hippies) étaient déjà marqués par le sceau de l'âge.
    Ce que l'on associe à la jeunesse n'est pas vraiment le hip-hop, le rock ou le reggae directement, c'est la recherche de l'extrême. Le fait de vouloir se créer une identité en affirmant le plus énergiquement possible son appartenance à un courant culturel, qui le plus souvent n'a rien de plus jeune que les autres cultures pops.

    Si l'on veut parler d'une culture jeune du XXIe, il faut selon moi plutôt regarder du côté des geeks et de ceux qui grandissent avec les nouvelles technologies de communication. C'est une "culture" qui a déjà quelques générations à son actif, mais elle se renouvelle assez vite.

    kind of blue

    Messages : 38
    Date d'inscription : 06/04/2013

    Re: Y a-t-il une culture jeune ?

    Message  kind of blue le Lun 15 Avr 2013 - 18:03

    Votre idée de la communauté geek comme véritable culture me semble pertinente ! C'est en effet une culture avec ses codes, sa morale, etc.
    Cependant, on peut distinguer 2 petit détails :
    1- Cette culture évolue en fonction de l'innovation technologique (meilleur ordi, nouveaux concepts) et créatrice (nouveaux jeux, nouvelles consoles, etc.). Est ce qu'un geek des années 90 semble faire partie de la même culture que les geeks d'aujourd'hui ?

    2- le métalleux est aujourd'hui représenté comme ogresque, barbu, etc., mais était-ce le cas au cours des années 80 ?
    Finalement, la représentation que le métal fait de son public et de ses musiciens n'est-elle pas une représentation "jeune" ? (les clips métalleux ne regorgent pas de 30-40 ans, barbus et amateurs de bières [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] ).
    Aujourd'hui, le stéréotype du geek (ou presque du nolife) est presque pareil : un vieux gosse peu soigné, etc. -> Est-ce une culture "vieille" pour autant ?
    avatar
    Zingaro
    Consul moderabilis
    Consul moderabilis

    Messages : 556
    Date d'inscription : 24/01/2012

    Re: Y a-t-il une culture jeune ?

    Message  Zingaro le Lun 15 Avr 2013 - 22:48

    kind of blue a écrit:2) Je suis également en désaccord avec votre idée de la jeunesse comme période transitoire. C'est, certes, une période transitoire mais les jeunes (je parle principalement ici des adolescents) érigent leurs propres cultures de manière à montrer leur différence - et même parfois leur désaccord - avec la société. Ce me semble donc être des cultures souvent réalisées CONTRE une culture qui était censée être transmise.
    Cette thèse rejoint peut-être celle des quelques sociologues pensant que les adolescents aujourd'hui ont de plus en plus (sous entendu "trop") d'autonomie et s'agglutinent en pairs pour former des groupes supplantant famille et patrie dans l'esprit des membres (fait nouveau...).

    Je pense que c'est une erreur de partir du principe que l'adolescent se définit CONTRE. C'est bien notre culture qui lui intime qu'il faut remettre hier en question, qu'il faut devenir qui il est, qu'il y a en lui l’œuvre qu'est sa vie et qu'il faut encore accomplir. Ce CONTRE est donc un faux contre. C'est un contre "avec". L'individu DOIT s'individualiser, et cela nécessite la désagrégation des identités "traditionnelles" (familiale par exemple - c'est tout le programme de l'école sous la troisième République), mais c'est pour mieux les saisir ensuite. Regardez l'évolution des membres de I'AM, ou encore Joey Star...

    Il faut aussi voir que les jeunes ont différentes réactions à l'idée selon laquelle l'autre n'est qu'un parmi tant d'autres. Les classes moyennes et aisées éduquent plus ou moins leurs enfants à cette idée. Les classes les plus favorisées et les moins favorisées, ayant souvent plus de mal à concevoir que leurs enfants changent de condition et d'environnement, sont plus craintives à son égard. Quelle réaction chez les jeunes, qui savent qu'à tout moment l'anonymat peut s'engouffrer entre eux ? Cette solidarité et cette hostilité à l'égard de l'extérieur n'est qu'un remous en surface. En fond dans les esprits, c'est l'anonymat général, c'est l'idée qu'il est concevable de partir, de laisser tous ces visages derrière soi et d'être heureux.

    kind of blue

    Messages : 38
    Date d'inscription : 06/04/2013

    Re: Y a-t-il une culture jeune ?

    Message  kind of blue le Lun 15 Avr 2013 - 23:09

    Zingaro a écrit:
    kind of blue a écrit:2) Je suis également en désaccord avec votre idée de la jeunesse comme période transitoire. C'est, certes, une période transitoire mais les jeunes (je parle principalement ici des adolescents) érigent leurs propres cultures de manière à montrer leur différence - et même parfois leur désaccord - avec la société. Ce me semble donc être des cultures souvent réalisées CONTRE une culture qui était censée être transmise.
    Cette thèse rejoint peut-être celle des quelques sociologues pensant que les adolescents aujourd'hui ont de plus en plus (sous entendu "trop") d'autonomie et s'agglutinent en pairs pour former des groupes supplantant famille et patrie dans l'esprit des membres (fait nouveau...).
    L'adolescence n'existait que très peu avant le 20ème siècle. C'est un fait relativement récent.
    Aujourd'hui, notre vision de la société a évolué et nous concevons sans souci la thèse d'une adolescence rebelle, en contradiction avec ce qu'on lui demande parfois, etc. -> cette rébellion est ici devenue une période convenue et même parfois souhaitée.
    avatar
    Zingaro
    Consul moderabilis
    Consul moderabilis

    Messages : 556
    Date d'inscription : 24/01/2012

    Re: Y a-t-il une culture jeune ?

    Message  Zingaro le Lun 15 Avr 2013 - 23:34

    Souhaitée... Oui il y a bien un impératif, mais qui n'est pas d'être rebelle. L'impératif est d'être soi avant tout. De là, une éventuelle rébellion procède.
    avatar
    Erysimumcheiri

    Messages : 20
    Date d'inscription : 07/01/2013

    Re: Y a-t-il une culture jeune ?

    Message  Erysimumcheiri le Sam 18 Mai 2013 - 12:35

    Dans le fond, je trouve la question d'une culture jeune très intéressante. Et même si l'idée de cultures jeunes est plus que valable, il y a dans la jeunesse certaines caractéristiques qui lui sont propres et pourraient justement être à la base de cette culture.

    Évidemment, cette idée de rébellion est au centre. Le jeune apprend à penser par lui-même et il découvre qu'il n'a pas à suivre le schéma tout tracé de la société adulte s'il ne le souhaite pas. Il se rend compte qu'il possède en réalité les mêmes armes que les adultes pour lutter dans la vie. Bien que l'éducation l'ait formé tel un conditionnement, il est désormais en âge de poser un regard critique sur le monde et d'en voir toutes les imperfections. Il y a aussi, chez les jeunes, une force incroyable de caractère qui veut de croire que tout est possible et de déployer une énergie considérable à s'affirmer. Le monde n'étant pas parfait, il est un véritable terrain de jeu pour qui souhaite faire bouger les choses à force d'idéaux et améliorer ce qui existe déjà mais qui ne convient pas.

    Alors, oui, je crois que dans chacun des mouvements culturels jeunes (musique, art, littérature,...) il y a cet espoir de changer le monde ou, à défaut de le changer, d'essayer d'ouvrir les yeux des hommes afin qu'ils voient ce monde d'une manière différente. Vouloir choquer, impressionner, c'est aussi une forme de bataille contre l'habitude, les principes, les enjeux de la société actuelle. C'est en quelque sorte prouver que ce n'est pas à la société de modeler les hommes à sa guise mais aux hommes de créer la base même de la société. (Le combat de la jeunesse est en ce sens bien proche de celui de l'artiste. Ou serait-ce celui de l'artiste, qui se rapproche du combat de la jeunesse ?)

    Et cette force qui permet d'y parvenir est toujours celle des premières jeunesses. Celle qui n'a pas encore été lassée, abîmée par des règles trop strictes et trop injustes qui un jour ou l'autre finissent par transformer l'"espoir de l'homme" en un souvenir lointain. C'est cette révolte, peut-être même celle de ne pas vouloir perdre leur espoir et de ne pas laisser la société les désillusionner, qui fait qu'un être humain va toujours plus loin le temps de sa brève jeunesse que durant les décennies de sa vie adulte. Les jeunes ont l'ambition d'aller loin, de ne pas laisser la société dicter leurs pas, de ne pas se laisser aigrir par le temps, d'affirmer leurs choix et leurs manières de penser. Alors pour moi, ces mouvements "jeunes" qui existent à la plupart des époques, qu'ils se retrouvent dans la musique comme dans l'art, sont bels et bien la démonstration de cette culture jeune.

    En quelque sorte, ils sont les gardiens de la liberté pour peu qu'on ne muselle pas la jeunesse avant d'avoir écouté ce qu'elle avait à nous dire.
    Je précise ceci en réponse au message de lesourire01:
    lesourire01 a écrit:Monsieur Zingaro,
    peut-on dire que les jeunesses hitlériennes font historiquement partie de la culture jeune ?
    C'est ce qui s'est passé dans le cas des jeunesses hitlériennes. Ils ont utilisé très tôt cette jeunesse et ont agi de sorte à ce que la révolte ne vienne pas de là. C'est facile de faire croire à un enfant (même adolescent ; ils ne sont pas à blâmer, même les adultes y ont cru) que le régime dans lequel il vit est le meilleur... lorsqu'il n'en connaît aucun autre. Est-ce que cela faisait réellement partie de la culture jeune ? Je ne pense pas, car aucun jeune n'en était à l'origine et d'aucun d'eux ne l'aurait souhaité.

    kind of blue a écrit:
    Zingaro a écrit:
    kind of blue a écrit:En conclusion, un groupe ne se crée pas car les membres le veulent, mais car la société reconnaît cet ensemble de personne comme groupe.
    Ainsi, dans le cas des cultures jeunes, il existe une revendication des jeunes de créer un groupe. Mais c'est la société qui décide de les reconnaître comme tels.
    Après, est ce que la société reconnaît réellement cette culture? Je crois que oui. Aujourd'hui, le tag, grafitti (artistiques hein), le rap, le métal etc. sont assimilés aux jeunes et donc à une catégorie sociale avec sa propre culture.
    C'est bien tranché. Mais l'argument de Méandre pose un sérieux problème. Les jeunes et ceux devenus adultes en évolution dans l'univers du métal y sont moins jeunes que "métaleux". Voire : ce qui devient métaleux cesse d'être jeune ?
    Je dirais plutôt que la culture (ici le métal) conserve son public tout en convertissant de nouveaux membres (des jeunes). Ainsi, c'est à la fois une culture "jeune" née dans les années 80 et une culture "jeune" d'aujourd'hui.

    JimmyB a écrit:Je dis juste qu'il me semble que le facteur jeune ne permet pas de désigner une culture homogène de même qu'il n'existe pas de culture adulte. A partir de là le sujet n'est pas la culture mais la pertinence de parler d'une culture jeune. La réponse est non. On peut parler de culture littéraire, gastronomique et ce en catégorisant par domaine, on peut classer par nationalité parce que ce sont des données objectives. L'âge n'en est pas un. Donc oui il existe plusieurs cultures ou plusieurs manières de la qualifier, de la catégoriser.
    Bien d'accord avec vous. On ne peut finalement définir un socle commun qui serait une culture jeune pour la simple et bonne raison que les jeunes peuvent avoir des situations extrêmement différentes (âge, lieu, socialisation, etc.).

    On peut cependant ici parler DES cultureS jeuneS du coup. Il serait intéressant de voir si un socle commun (même minime) peut permettre une classification de ces cultures.
    Le dernier point que je voulais mentionner était ces adultes qu'on retrouve dans ces mouvements "de jeunes". Je rejoins l'idée de kind of blue : être adulte n'a rien à voir avec l'âge bien défini. Je dirais même que c'est la société qui nous donne notre âge (en nous donnant des responsabilités, en nous montrant que "rêver c'est bien, consommer c'est mieux" et pour consommer il faut travailler etc.). Cependant, être jeune ou adulte est propre à la personne et certaines ne deviennent jamais vraiment adultes. Et je pense également qu'être adulte n'est pas opposable à la jeunesse dans la mesure où on peut être responsable sur bien des points et pour autant, se perdre dans des activités propres à celles que nous avions jeunes et grâce auxquelles nous nous sentions vivre.


    Vangelis a écrit:
    Zingaro a écrit:[...] j'ai préféré vous faire voir qu'une culture jeune en train d'émerger (c'est un exemple) resterait invisible à un usage inadéquat des outils statistiques (inadéquat : c'est-à-dire qui chercherait une culture jeune déjà établie).
    Voulez-vous dire que l'on s'évertuerait à chercher un arbre là où il n'y a qu'une graine ?

    Ainsi pour vous la culture jeune serait la graine, et la culture tout court serait l'arbre. Et poursuivant, cela voudrait dire que rechercher une culture tout court dans la culture jeune n'aurait pas de sens pour vous. Jusque là ça se tient. Le seul problème c'est que l'on retrouve le mot culture dans les deux cas.
    Alors de deux choses, soit la culture jeune n'est pas une culture, soit elle en est une, mais différente de la culture tout court.

    Est-ce bien de cela dont vous voulez parler ?
    Vangelis, j'aime beaucoup votre façon de formuler les choses.





    avatar
    Euterpe

    Messages : 4209
    Date d'inscription : 29/01/2011
    Age : 46

    Re: Y a-t-il une culture jeune ?

    Message  Euterpe le Dim 14 Juil 2013 - 12:48

    Zingaro a écrit:
    JimmyB a écrit:Penser qu'il n'y a qu'une communauté jeune c'est nier l'idée même de communauté puisqu'ils n'auraient rien en commun si ce n'est d'appartenir au concept de jeune.
    Je comprends mal où selon vous la diversité des communautés de jeunes exclut une culture jeune ?
    Affirmer l'existence d'une culture jeune revient à saisir comme une totalité identifiable ce qui paraît, en l'occurrence, bien difficile à saisir. Tous les jeunes ont en commun d'être jeunes. Pour autant, y a-t-il un point commun suffisant, pertinent, pour forger un sous-concept de culture, la culture jeune, subsumant la jeunesse, toute la jeunesse, des jeunesses catholiques aux jeunesses fascistes ? Cela vous impose de vous confronter à la question de savoir ce qu'on appelle "culture", terme qu'on fait désigner un si grand nombre d'objets qu'on ne sait pas ce que ça pourrait être. Or il vous faudrait élaborer des critères pour décider de la pertinence ou pas d'un objet appelé "culture jeune".

    Zingaro a écrit:[La jeunesse] s'articule moins selon une opposition à l'adulte, que dans l'émergence du nouveau.
    Pourriez-vous donner des exemples que vos interlocuteurs pourraient analyser ?

    Zingaro a écrit:pourquoi le tout venant comprend spontanément de quoi il s'agit !?
    Si le tout venant comprend spontanément à quoi il a affaire, c'est que vous avez compris ce que vous dites qu'a compris le tout venant. Dans ce cas, quel est le contenu de la culture jeune ? Vous ne l'avez pas mentionné.

    Zingaro a écrit:J'aurais éventuellement pu argumenter dans le sens où l'école en France est obligatoire jusqu'à 16 ans
    Mais la scolarité obligatoire ne fait pas de la jeunesse un être collectif, sinon un ensemble de données statistiques, d'ordre socio-économique, etc.

    Zingaro a écrit:Elle serait du moins invisible aux outils statistiques. Enfin invisible, avant de comprendre ce que l'on cherche. Il s'agit assez simplement de ne pas chercher une culture jeune comme on localiserait une tribu Nuer dans le bassin parisien.
    Votre hypothèse d'une invisibilité de la jeunesse, pour la raison qu'elle serait un "en-train-d'émerger" depuis 1968 vous fait oublier que la sociologie est aussi prospective, et qu'elle connaît suffisamment ce que vous signalez pour avoir intégré le paramètre au moment de concevoir ses instruments de mesure statistique, etc.
    avatar
    Zingaro
    Consul moderabilis
    Consul moderabilis

    Messages : 556
    Date d'inscription : 24/01/2012

    Re: Y a-t-il une culture jeune ?

    Message  Zingaro le Ven 20 Juin 2014 - 17:24

    Mince, je n'avais pas vu les développements de ce fil !



    Euterpe a écrit:Affirmer l'existence d'une culture jeune revient à saisir comme une totalité identifiable ce qui paraît, en l'occurrence, bien difficile à saisir.
    Je retiens cette phrase du premier paragraphe car elle me semble toucher au cœur du problème. Pour une part, c'est de cette insaisissabilité de la jeunesse que provient l'idée d'une culture jeune. Dans cette perspective la "culture jeune" est d'abord sans contenu : et c'est cela-même qui fait sa spécificité ; elle est l'indétermination apparente des jeunes dont on ne sait pas dire grand chose et qu'on rassemble dans l'idée d'une culture jeune faute de mieux. De là, d'éventuelles études plus ou moins sérieuses visant à faire l'état des lieux et qui arrivent le plus souvent à la conclusion qu'il n'existe pas une culture jeune. Or la question s'est posée. J'interroge cette question.
    Pourquoi la question "y a-t-il une culture jeune" n'est-elle pas simplement absurde ?

    Je ne sais pas comment répond le tout-venant, mais je sais qu'il peut se poser la question. C'est pourquoi j'ai bien distingué entre l'idée d'une culture jeune, et une culture jeune. Ceci en réaction à :
    Si le tout venant comprend spontanément à quoi il a affaire, c'est que vous avez compris ce que vous dites qu'a compris le tout venant. Dans ce cas, quel est le contenu de la culture jeune ? Vous ne l'avez pas mentionné.
    J'avais pourtant donné un élément de réponse à cela en écrivant :
    Zingaro a écrit:[La jeunesse] s'articule moins selon une opposition à l'adulte, que dans l'émergence du nouveau.
    J'ai tenté en outre de pousser cette piste :
    Zingaro a écrit:l'idée d'une culture jeune est le produit d'une stase de sens à l'intérieur de nos sociétés, due aux brusques métamorphoses du corps social. D'une part, la reproduction sociale n'étant plus aussi systématique qu'elle a pu l'être, de plus en plus de familles connaissent des différences générationnelles avec des individualités irréconciliables. D'autre part, dans les entreprises par exemple, des séminaires sont donnés pour former les managers aux "jeunes d'aujourd'hui" (c'est là notamment que l'on exhume une figure trans-historique du jeune, avec Socrate, etc., voir 1er post du fil). Par ailleurs, les jeunes, lors de leur passage dans le monde professionnel, ressentent un énorme décalage avec ce qu'ils ont connu jusque là. Etc.
    Ce sont là autant d'exemples de l'expérience d'un fossé générationnel posant de nombreux problèmes et que l'on cherche à démêler. C'est dans cette logique à mon avis, cherchant à rétablir du lien et du sens, du "pensable", que s'inscrit l'idée d'une culture jeune.
    Là-dessus, vous me demandiez :

    Pourriez-vous donner des exemples que vos interlocuteurs pourraient analyser ?
    On voit se développer en entreprise toute une branche managériale spécialement dédiée à la compréhension du "jeune" et à la manière dont on pourra optimiser sa productivité. Dans cette optique, ils se sont rendus compte par exemple que de nombreux jeunes employés ressentent le besoin d'aller sur Facebook ou du moins d'en avoir la possibilité : on conseille donc, au cours de séminaires en entreprises, de ménager un accès à ce site.

    Je cherchais également du côté de la représentation de la jeunesse dans l'imaginaire social (les réflexions relatives à Mai 68), mais peut-être faut-il distinguer ce versant des remarques précédentes ?

    Bon, j'espère que c'est un peu plus clair et qu'on pourra reprendre cette discussion dans de meilleures conditions. Mes excuses à Jimmy et Kthun pour m'être braqué.
    avatar
    Leyland

    Messages : 22
    Date d'inscription : 28/06/2014

    Re: Y a-t-il une culture jeune ?

    Message  Leyland le Sam 28 Juin 2014 - 23:30

    Zingaro a écrit:On voit se développer en entreprise toute une branche managériale spécialement dédiée à la compréhension du "jeune" et à la manière dont on pourra optimiser sa productivité. Dans cette optique, ils se sont rendus compte par exemple que de nombreux jeunes employés ressentent le besoin d'aller sur Facebook ou du moins d'en avoir la possibilité : on conseille donc, au cours de séminaires en entreprises, de ménager un accès à ce site.

    Je cherchais également du côté de la représentation de la jeunesse dans l'imaginaire social (les réflexions relatives à Mai 68), mais peut-être faut-il distinguer ce versant des remarques précédentes ?
    Les branches managériales qui étudient le "jeune" reposent beaucoup plus sur un ensemble de caractéristiques générationnelles que sur des caractéristiques liées à la jeunesse en général. C'est pourquoi - et vous me pardonnerez ce succulent trait d'esprit - plutôt que de parler de "culture jeune", peut-être devrait-on parler d'une "jeune culture" ? C'est-à-dire que tous les individus d'une même génération, même s'ils forment un groupe hétérogène (toute culture comprend des éléments hétérogènes de toute façon), sont liés par le fait qu'ils vivent des événements communs et qu'ils se construisent aussi sur une culture au sein de laquelle ils vivent tous - soit celle de leurs parents. L'essor des médias sociaux aura beau avoir été vécu aussi par les plus vieux, il n'en reste pas moins qu'un tel événement a certainement des impacts plus larges et plus formateurs chez des individus qui travaillent encore à se construire, puisque ceux-ci sautent dans les mouvements sociaux avec une certaine insouciance, une soif de découverte qui n'a pas de commune mesure chez leurs aînés.

    On aurait tort d'ailleurs de ramener le concept de culture à un ensemble de traits extérieurs, comme le fait, pour ce qui constituerait une culture jeune, d'écouter du hip-hop ou du metal, ou de fréquenter les médias sociaux. Non pas parce que ces traits extérieurs seraient inutiles ou impertinents dans l'étude des cultures mais seulement, il n'en constituent pas le fond. Le fond, il réside plutôt dans les complexes affectifs et dans les fonctions qui sous-tendent ces tendances extérieures. C'est-à-dire que, comme il a été mentionné plus tôt, les vieux peuvent par exemple aller voir des spectacles de metal pour des raisons différentes des plus jeunes. Ce sont ces raisons qui constituent le fond de la culture. De la même manière qu'en biologie, ce sont les fonctions physiologiques qui déterminent la spécificité des êtres vivants, et non leurs traits anatomiques.

    Or, pour continuer sur l'analogie avec la biologie, les fonctions physiologiques de l'être vivant ne se constituent pas selon la constitutions physique des êtres, mais bien plutôt selon les modalités de leurs interrelations avec leur environnement (les girafes ne mangent pas les feuilles des hauts arbres parce qu'elles ont le cou long, mais bien l'inverse). Il en va de même avec le cas des jeunes: ce n'est pas le fait même de la jeunesse qui dicte la grande danse des cultures qui l'habite, mais bien plutôt les conditions dans lesquelles cette jeunesse évolue et se construit. Cela est donc un fait générationnel.
    avatar
    Zingaro
    Consul moderabilis
    Consul moderabilis

    Messages : 556
    Date d'inscription : 24/01/2012

    Re: Y a-t-il une culture jeune ?

    Message  Zingaro le Jeu 3 Juil 2014 - 10:43

    Leyland a écrit: tous les individus d'une même génération, même s'ils forment un groupe hétérogène (toute culture comprend des éléments hétérogènes de toute façon), sont liés par le fait qu'ils vivent des événements communs et qu'ils se construisent aussi sur une culture au sein de laquelle ils vivent tous - soit celle de leurs parents.
    Oui, il y a cela, la limite de cette perspective étant que tous les individus d'une génération ne vivent pas vraiment les mêmes événements hormis ceux globaux comme l'apparition de médias sociaux ; il y a aussi des facteurs géographiques, différentes conditions sociales, etc., qui dessinent les contours de "cultures" et de groupes ne correspondant pas aux âges des individus et qui peuvent être plus déterminants dans la construction des identités. Mais, contre cela, il me semble vrai et vérifiable en effet que de plus en plus d'événements globaux marquent les générations indépendamment de ces facteurs. Cela dit, je ne suis pas certain qu'une conscience en émerge : est-ce que la mobilité des jeunes (surtout ceux issus des classes aisées...) correspond à l'apparition de traits communs et d'une conscience commune (on peut consulter à ce titre les recherches sur le "cosmopolitisme") ? En revanche, je pense que les "vieux", ceux qui perçoivent ces changements de l'extérieur, décèlent l'étrangeté des jeunes par rapport à eux sur de nombreux plans. De l'extérieur, nous verrions une "culture jeune" (ou une "jeune culture") ; de l'intérieur ce ne serait pas le cas.

      La date/heure actuelle est Ven 22 Sep 2017 - 22:36