παιδεία | μανθάνω | ἀπομανθάνω

    Le Nietzsche de Heidegger.

    Partagez
    avatar
    Desassocega

    Messages : 2815
    Date d'inscription : 02/04/2011

    Le Nietzsche de Heidegger.

    Message  Desassocega le Sam 2 Fév 2013 - 19:28

    Euterpe a écrit:
    Desassossego a écrit:j'ai pu lire certains cours que Heidegger a consacrés à Nietzsche, et je n'ai pas senti une déformation de la pensée de Nietzsche...
    Le Nietzsche de Heidegger, c'est le Nietzsche... de Heidegger !
    Mais est-ce que ce Nietzsche heideggerien nous trompe ? C'est plus la nuance que je cherchais à interroger... Heidegger se trompe-t-il sur Nietzsche, ou fait-il apparaître un élément de sa philosophie que l'on n'avait pas vu ?
    avatar
    Euterpe

    Messages : 4209
    Date d'inscription : 29/01/2011
    Age : 46

    Re: Le Nietzsche de Heidegger.

    Message  Euterpe le Sam 2 Fév 2013 - 19:38

    Desassossego a écrit:Heidegger se trompe-t-il sur Nietzsche
    Oui.
    Desassossego a écrit:fait-il apparaître un élément de sa philosophie que l'on n'avait pas vu ?
    Non.


    Dernière édition par Euterpe le Lun 31 Oct 2016 - 15:48, édité 1 fois
    avatar
    Desassocega

    Messages : 2815
    Date d'inscription : 02/04/2011

    Re: Le Nietzsche de Heidegger.

    Message  Desassocega le Sam 2 Fév 2013 - 21:20

    Euterpe a écrit:
    Desassossego a écrit:Heidegger se trompe-t-il sur Nietzsche
    Oui.
    Desassossego a écrit:fait-il apparaître un élément de sa philosophie que l'on n'avait pas vu ?
    Non.

    C'est intéressant ! En quoi Heidegger s'est-il trompé ? Et sur quoi s'est-il trompé ? Je n'ai pas lu Nietzsche de Heidegger, mais j'ai lu les cours qu'il a donné sur Nietzsche entre 1941 et 1942, et j'ai trouvé très pertinent la manière dont Heidegger montre que Nietzsche était encore pénétré de métaphysique. Pourriez-vous donc m'en dire plus sur l'erreur que Heidegger a faite dans son interprétation de l'œuvre de Nietzsche ?
    avatar
    Euterpe

    Messages : 4209
    Date d'inscription : 29/01/2011
    Age : 46

    Re: Le Nietzsche de Heidegger.

    Message  Euterpe le Sam 2 Fév 2013 - 23:13

    Desassossego a écrit:En quoi Heidegger s'est-il trompé ? Et sur quoi s'est-il trompé ? Je n'ai pas lu Nietzsche de Heidegger, mais j'ai lu les cours qu'il a donné sur Nietzsche entre 1941 et 1942, et j'ai trouvé très pertinent la manière dont Heidegger montre que Nietzsche était encore pénétré de métaphysique. Pourriez-vous donc m'en dire plus sur l'erreur que Heidegger a faite dans son interprétation de l'œuvre de Nietzsche ?
    C'est justement le Nietzsche "encore pénétré de métaphysique" qui devrait vous mettre la puce à l'oreille. C'est incompatible avec la philosophie de Nietzsche. Je vous renvoie aux travaux d'Angèle Kremer-Marietti, notamment son Nietzsche et les enjeux de la fiction (2009). Elle dirige la revue électronique Dogma - Revue de philosophie et de sciences humaines. Vous y trouverez un de ses articles : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
    Il faut toujours se montrer prudent avec Heidegger, qui est, quoi qu'en disent de nombreux thuriféraires, un frelateur patenté. Notez bien que j'énonce un fait, pas un avis. N'oubliez jamais que quand vous lisez Heidegger, qu'il s'agisse des présocratiques, des poètes, ou de tant d'autres choses, vous lisez du Heidegger, pas des présocratiques, des poètes, etc.

    avatar
    Desassocega

    Messages : 2815
    Date d'inscription : 02/04/2011

    Re: Le Nietzsche de Heidegger.

    Message  Desassocega le Dim 3 Fév 2013 - 0:18

    Merci pour cette mise en garde ! Il est vrai que Heidegger me semble viser juste sur tellement de points que parfois, à mon insu, je l'érige en une sorte de législateur de la vérité (j'ai le même problème avec Spinoza). Et j'ai peur de m'enfermer avec lui. Il est donc toujours important pour moi de pouvoir prendre un certain recul vis-à-vis de lui.
    Toutefois, dans le cours que je citais, le propos de Heidegger me semble vraiment pertinent et pointu ! Nietzsche se définit comme anti-métaphysicien, certes, mais ne fait-il pas de la Volonté de puissance une sorte de fondement ? Ne dit-il pas qu'elle est "l'essence la plus profonde de l'être" ? Comment ne pas en conclure que Nietzsche crée une métaphysique de la Volonté de puissance ?
    avatar
    JimmyB

    Messages : 853
    Date d'inscription : 25/04/2012
    Age : 29

    Heidegger sur Nietzsche

    Message  JimmyB le Dim 3 Fév 2013 - 0:25

    N'est-ce pas davantage une approche existentialiste que métaphysique ?
    avatar
    Intemporelle

    Messages : 282
    Date d'inscription : 02/08/2012
    Age : 25
    Localisation : Paris

    Re: Le Nietzsche de Heidegger.

    Message  Intemporelle le Dim 3 Fév 2013 - 13:11

    Ce qui m'a beaucoup étonnée, pour ma part, dans la manière dont Heidegger envisage Nietzsche, c'est qu'il fait de sa philosophie une métaphysique de la subjectivité, alors même que Nietzsche récuse l'assignation à une subjectivité, caractéristique d'une morale de la culpabilité. C'était pertinent dans le cadre restreint dans lequel Heidegger traitait Nietzsche dans le texte en question ("Le mot de Nietzsche, Dieu est mort"), mais beaucoup moins dès lors qu'on prend en compte toute la philosophie de Nietzsche.

    Heidegger, je trouve, a une puissance d'interprétation assez admirable, mais parfois, il force le trait, pour plier l'histoire de la philosophie à sa démarche interprétative (c'est particulièrement net lorsqu'il détermine l'histoire de la métaphysique comme onto-théologie et oubli de l'être, détermination qui marche pour la majorité des métaphysiciens, mais pas pour tous).

    Silentio

    Messages : 2475
    Date d'inscription : 30/01/2011
    Age : 29
    Localisation : Paris

    Re: Le Nietzsche de Heidegger.

    Message  Silentio le Lun 4 Fév 2013 - 0:47

    Intemporelle a écrit:Ce qui m'a beaucoup étonnée, pour ma part, dans la manière dont Heidegger envisage Nietzsche, c'est qu'il fait de sa philosophie une métaphysique de la subjectivité, alors même que Nietzsche récuse l'assignation à une subjectivité, caractéristique d'une morale de la culpabilité. C'était pertinent dans le cadre restreint dans lequel Heidegger traitait Nietzsche dans le texte en question ("Le mot de Nietzsche, Dieu est mort"), mais beaucoup moins dès lors qu'on prend en compte toute la philosophie de Nietzsche.
    Vous soulevez un point très intéressant, je tiens à le souligner. Néanmoins, j'ai bien peur que ce soit justement tout le problème de la position de Nietzsche elle-même, parce que comme chez Calliclès la position sophistique mène à mettre en avant le maître lui-même, étant donné sa position de domination et en vertu de la loi du plus fort qu'il défend. D'une certaine manière, il faut que les autres acceptent la vérité du maître : qu'il n'y a pas de vérité, justement pour mieux adhérer au discours du maître lui-même. Dire également qu'il n'y a pas de sujet, c'est encore réduire la résistance des auditeurs, et permettre la domination du maître qui ne se passerait pas, pour tout l'or du monde, de son ego - quelle que soit la profondeur de sa vue sur ce qu'il y a d'inhumain dans l'homme. De plus, en défendant cette philosophie on se met d'emblée soi-même du côté des forts, et puisque seule la force compte alors on a forcément raison. Tout du moins, ce sera toujours l'individu qui rassemblera le plus de force qui sera légitime à dominer. Enfin, si la volonté de puissance est l'être de l'étant, il s'agit surtout d'établir une hiérarchie entre les étants, ou existants, ou encore modes de l'être qui informent cette volonté. Par conséquent, le philosophe aristocratique, qui veut dominer, pense la hiérarchie des existants sur la base de la volonté de puissance qui possède en elle-même son propre principe, celui du mouvement vers l'accumulation de plus de force. D'où le fait que l'aristocrate a besoin de fonder la force, et que la force dont il se réclame doit le positionner comme plus digne d'exercer l'autorité. Bref, on déconstruit le sujet, son discours, ses prétentions, pour mettre au jour la volonté de puissance impersonnelle en chacun, puis on distingue les modes de vie selon l'intensité qu'y prend la volonté, afin par la suite de déclarer qui est le grand vainqueur, celui qui en vertu de sa force peut légitimement dominer. Or celui-là est habilement le sophiste qui prétend valoir plus qu'autrui. Contrairement à la philosophie platonicienne qui défend des principes, la sophistique met les subjectivités en rivalité entre elles et c'est le penseur qui importe, non l'être lui-même ou les idées. Nietzsche ne me semble soucieux, au fond, que d'élever ces rares personnalités qui pourraient légiférer sur le monde, substituer à la loi de ce dernier leur propre loi. Il s'agit donc de soumettre les choses à une nouvelle domination, celle exercée par certains individus réduisant le cours du monde aux exigences de leur propre moi dominateur. Et il s'agit de créer un nouvel ordre, qui se donne pour ordre naturel ou légitime, et qui légitime à son tour la force et la position de domination du législateur. Bref, il y a instrumentalisation de la volonté de puissance au profit de celui qui se veut le plus fort, et celui-là crée les conditions d'auto-légitimation de cette domination à laquelle il prétend (il n'y a pas de dieu, mais obéissez à ma parole puisque j'incarne au plus haut l'être lui-même).
    avatar
    Déduction Transcendantale

    Messages : 9
    Date d'inscription : 30/05/2013

    Re: Le Nietzsche de Heidegger.

    Message  Déduction Transcendantale le Jeu 30 Mai 2013 - 22:58

    Bonjour, pour ce qui est de sujet, il me semble bien que Heidegger fait deux erreurs manifestes.

    La première, inhérente à toutes ses interprétations, c'est qu'il "métaphysice" tout ce qu'il touche et tourne donc à la pétition de principe à chaque fois. Ainsi, il conclut que Nietzsche fait au final de la métaphysique car "la volonté de puissance" ce serait l'atome de Nietzsche, mais précisément Nietzsche n'a jamais avancé cela.

    Et la deuxième erreur est donc plus précise, et bien sûr elle s'articule autour de "la volonté de puissance". J'intègre aux guillemets le déterminant "la" pour une bonne raison. C'est que parler de "la volonté de puissance" c'est déjà trahir Nietzsche. Et ensuite, comment Heidegger interprète-t-il cette formule ? Il dit qu'on peut dire : "la volonté de volonté", que c'est exactement pareil.

    A mon sens Heidegger falsifie presque volontairement (sic) Nietzsche, car l'exposé que Nietzsche développe dans Par delà Bien et Mal est assez explicitement construit pour un esprit de la puissance de Heidegger. Déjà, pour ce qui est du caractère formel, Nietzsche dit dans le paragraphe 36 : "de volonté de puissance" et non "la volonté de puissance". Avancer un atomisme devient bien plus abusif.

    Ensuite, dans les paragraphes précédents, Nietzsche à coup d'aphorismes très denses et vindicatifs sur l'histoire de la philosophie, s’attelle bien à "purger" par avance tout son concept de "volonté de puissance" de tout ce qu'on recouvre dans la tradition par le terme volonté (il explique notamment dans le paragraphe 19 que les philosophes, en prenant en exemple Schopenhauer, ont toujours parlé de la "volonté" comme si c'était une chose bien connue et qu'ils maîtrisaient), de tout atomisme ("idéel" ou "matérialiste"), bref, de tout ce qui pourrait en faire un concept métaphysique, ou en tout cas purement métaphysique.

    La vérité, comme souvent chez Nietzsche, se situe sûrement dans les zones d'ombre de la philosophie. Il y a quelque chose de purement "physique" au sens scientifique dans cette thèse de "volonté de puissance". Aspect perdu et vidé par l'interprétation "volonté de volonté". Un aspect peut-être métaphysique également, mais aussi artistique, poétique, politique... Bref, perspectiviste, processuel et non monolithique, comme l'est la philosophie nietzschéenne et qui fait qu'elle est si stimulante.
    avatar
    Desassocega

    Messages : 2815
    Date d'inscription : 02/04/2011

    Re: Le Nietzsche de Heidegger.

    Message  Desassocega le Ven 31 Mai 2013 - 0:14

    Mais Nietzsche a d'une certaine manière encore un pied dans la métaphysique, car la volonté de puissance, telle qu'il la présente, a une allure de "fond", elle agit comme un socle pour l'homme. Certes il n'y a pas de fondement idéal, mais il y a quelque chose au fondement qui agit et qui est ce qu'il y a de plus en plus profond en l'homme. Ainsi, même chez Nietzsche, qui se présente comme anti-métaphysicien, il y a encore comme quelque chose "derrière", il y a un fondement, fût-il dans le corps. Le Dasein, lui, n'a ni intériorité ni fondement, il est instabilité et possibilité.

    C'est que parler de "la volonté de puissance" c'est déjà trahir Nietzsche.
    Pourquoi cela ? Je ne comprends pas bien ce point.
    avatar
    Déduction Transcendantale

    Messages : 9
    Date d'inscription : 30/05/2013

    Re: Le Nietzsche de Heidegger.

    Message  Déduction Transcendantale le Ven 31 Mai 2013 - 2:14

    Bien, précisément parce qu'il dit aussi, dans Le crépuscule des idoles, « La "raison" dans la philosophie », à la fin du 5e § :
    Je crains bien que nous ne nous débarrassions jamais de Dieu, puisque nous croyons encore à la grammaire…
    C'est ce qu'il explique dans les précédents paragraphes, comme je le disais. Quand il décortique "volonté" par exemple, ou le "je pense donc je suis". Il explique bien que la première chose qui fait qu'on croit à "l'âme", ou à d'autres "monismes", d'autres "atomes", et bien c'est tout simplement qu'il y a le mot "âme". Le "je" est ainsi pulvérisé par Nietzsche avec sa célèbre reformulation : "ça pense". Et le "ça", lui, n'est pas une unité monolithique, il décrit un processus. Il montre bien comment [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien], puis la façon d'arranger les mots, notamment les principes comme celui de causalité, qui sont trop grossiers pour recouvrir la réalité, ou encore l'usage de la copule, et là on peut se dire que c'est Heidegger qui est nietzschéen et qui a eu la révélation de l'oubli de l'être par la dénonciation de sa trop grande emprise par Nietzsche.

    Quand je dis que parler de "la volonté de puissance", c'est déjà trahir Nietzsche, c'est parce qu'on voit bien que forcément l'article défini fait passer "volonté de puissance" pour un principe de "fond", comme vous dites. Comme une façon "vulgaire" et grossière d'interpréter le monde. On peut voir ce paragraphe comme une réponse à [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] : le monde comme volonté de puissance. En quelque sorte ça l'est. Mais pas seulement bien sûr.

    Et ce que Nietzsche essaye de faire, c'est bien de détruire toute cette tradition philosophique du concept vulgaire "de fond". Nietzsche répond que votre histoire de "fond" n'a rien à voir avec de la "métaphysique". Car son "principe", son "socle", son "fond des choses", je ne vois pas comment le considérer comme quelque chose d'autre qu'instabilité et possibilité. D'ailleurs, "volonté de puissance" peut à mon sens se rapprocher, sans s'égarer, de l'intentionnalité husserlienne ou du Dasein. Il y a cette idée de la "direction", du "sens", de l'instabilité oui, de la possibilité oui. Il faut voir que quand Nietzsche parle de "volonté de puissance" il y a une idée unificatrice mais au sens propre.
    En fait, si on fait dire à Nietzsche qu'il fait de la métaphysique, il faut alors dire que c'est celui qui dit : "ce que vous avez appelé métaphysique n'est même pas ce que vous auriez voulu au départ, vous n'avez pas été assez rigoureux, voici ce que serait la métaphysique. Schopenhauer a tort, mais s'il voulait vraiment interpréter le monde, alors il faudrait dire non pas qu'il est "comme volonté et représentation", mais "comme volonté de puissance"".
    avatar
    Desassocega

    Messages : 2815
    Date d'inscription : 02/04/2011

    Re: Le Nietzsche de Heidegger.

    Message  Desassocega le Sam 1 Juin 2013 - 17:33

    Quand je dis que parler de "la volonté de puissance", c'est déjà trahir Nietzsche, c'est parce qu'on voit bien que forcément le "la" fait passer "volonté de puissance" pour un principe de "fond", comme vous dites.
    Mais elle l'est... Ce n'est pas chaque individu qui a sa volonté de puissance et qui vit avec, mais c'est la volonté de puissance qui règne : elle n'est nulle part en particulier, elle est partout, sans compromis. C'est en ce sens qu'elle est une sorte de fond, car elle est comme à la source de tous nos actes. Et je ne pense pas que ce soit trahir Nietzsche de dire cela, car je pense qu'à son insu il y a encore chez lui quelque chose de tout à fait métaphysique et dont il n'a jamais pu débarrasser sa philosophie : le fondement. Bien sûr, il n'aurait pas du tout aimé qu'on dise qu'il y ait encore de grosses traces de métaphysique chez lui, mais c'est comme malgré lui. Et si Nietzsche est l'ouverture qui nous permet de penser au-dehors du cercle métaphysique, c'est précisément car il a encore un bon pied dedans.

    Du reste, j'ai du mal à voir quels rapprochements vous pouvez faire entre l'homme comme volonté de puissance chez Nietzsche et le Dasein dont parle Heidegger.
    avatar
    Déduction Transcendantale

    Messages : 9
    Date d'inscription : 30/05/2013

    Re: Le Nietzsche de Heidegger.

    Message  Déduction Transcendantale le Sam 1 Juin 2013 - 18:05

    Ce que vous ne semblez pas vouloir comprendre, c'est qu'il s'agit bien sûr d'une "trahison", car vous n'arrivez pas à faire ce que Nietzsche demande et que je vous demande plus simplement : en finir avec cette idée du fondement, de l'essence, de la cause, de la source, etc. Vous voyez bien que vous êtes obligé de falsifier ce que je dis pour repartir sur votre histoire de fond. Vous admettez en effet : "elle n'est nulle part en particulier, elle est partout, sans compromis". Eh bien, alors, en quoi est-ce un fondement et une "source de tous nos actes" ? Puisque c'est également "tous nos actes". Vous voyez bien que ça ne tient pas.
    Et donc, c'est bien le trahir, et sans en faire un gourou et moi un adorateur défenseur de la chapelle, je pense que c'est à la fois sous-estimer Nietzsche et ne pas l'avoir lu avec attention que de penser qu'il y a cette idée de la métaphysique vulgaire... J'ai bien précisé dans quelle unique vision on pouvait défendre que Nietzsche était plus métaphysicien que les métaphysiciens eux-mêmes, mais cela n'a aucun rapport avec cette idée de fond.
    Encore une fois je ne fais pas le défenseur de la chapelle, mais je trouve que cette critique du pauvre Nietzsche qui n'a pas bien vu qu'il était "au fond" encore métaphysique me paraît dommage car c'est appauvrir sa pensée en plus de le réfuter de manière lapidaire sans trop avoir fait attention à ses propos.

    Avez-vous essayé de relire Par Delà Bien et Mal, notamment les passages que je cite ? Votre réponse ne s’attelle qu'à un détail, la question du "fond". Ce bon vieux Nietzsche vous répondrait avec malice qu'il est significatif de la démarche d'un "métaphysicien" que vous vous soyez borné à un terme, de manière affective, plutôt que d'appréhender ma démonstration dans sa totalité. Comme quoi, c'est bien seulement ce vulgaire "fond" qui vous "titille" tant, et non cette "totalité" non métaphysique que Nietzsche propose.

    Ce que j'essaye de dire en faisant attention à ne pas être dédaigneux ou condescendant, c'est que vous semblez parler de Nietzsche seulement à travers Heidegger, comme si lire Heidegger qui explique Nietzsche c'était lire Nietzsche, et que vous ne parlez que "grossièrement" de Nietzsche, sans parler de passages précis, lus, etc., mais en plus du problème inhérent à ce que je viens de dire, le problème c'est qu'il me semble que Heidegger a réussi à faire ce qui pour moi est le problème moral de sa "pensée" : c'est que c'est une "pensée" du jargon, et qu'elle empoisonne l'esprit par des concepts vulgaires et verbeux à tel point que toute personne qui le lit trop devient lui aussi esclave de son jargon.
    avatar
    Desassocega

    Messages : 2815
    Date d'inscription : 02/04/2011

    Re: Le Nietzsche de Heidegger.

    Message  Desassocega le Sam 1 Juin 2013 - 18:47

    Oui c'est trahir ce que souhaite Nietzsche... mais ce qu'il faut essayer de voir, c'est si effectivement Nietzsche est parvenu à en finir avec le fondement, s'il n'a peut-être pas justement manqué (au sens de manquer une cible) cet objectif de sa philosophie. Ce ne serait pas la première fois que cela arrive en philosophie. Et en ces cas, la dernière personne à pouvoir voir ce manquement, c'est bien l'auteur lui-même. Je pense donc que vous êtes dans la mauvaise attitude si vous pensez que Nietzsche, parce qu'il affirme avec acharnement vouloir en finir avec la métaphysique, en finit bel et bien avec elle. Du reste, je ne fais pas de lui un métaphysicien, je dis simplement qu'il a peut-être encore un pied dans la métaphysique.

    Quels paragraphes avez-vous cités ? Je les lirai volontiers et avec plaisir !
    Puis, si dans votre développement je n'ai retenu que cette question du "fond", c'est tout simplement parce que c'est sur ce point que j'avais quelque chose à dire...
    Déduction Transcendantale a écrit:Ce bon vieux Nietzsche vous répondrait avec malice qu'il est significatif de la démarche d'un "métaphysicien" que vous vous soyez borné à un terme, de manière affective, plutôt que d'appréhender ma démonstration dans sa totalité. Comme quoi, c'est bien seulement ce vulgaire "fond" qui vous "titille" tant, et non cette "totalité" non métaphysique que Nietzsche propose.
    Je ne comprends pas bien ce que vous voulez dire ici...

    Déduction Transcendantale a écrit:Ce que j'essaye de dire en faisant attention à ne pas être dédaigneux ou condescendant, c'est que vous semblez parler de Nietzsche seulement à travers Heidegger, comme si lire Heidegger qui explique Nietzsche c'était lire Nietzsche, et que vous ne parlez que "grossièrement" de Nietzsche, sans parler de passages précis, lus, etc.
    Je vous crois quand vous dites ne pas vouloir être dédaigneux ou condescendant, et ne prends donc pas mal vos propos, mais vous comprenez bien qu'en sous-entendant que j'ai lu plus Heidegger que Nietzsche et que ce dernier influence mon jugement sur le second, vous m'accusez, condescendance ou pas, de manquer de probité intellectuelle... Or vous savez, cette histoire de "fond" chez Nietzsche, je ne l'ai pas déballée de mon chapeau en ayant simplement lu les cours que Heidegger a consacrés à Nietzsche. A la vérité, j'ai même plus lu Nietzsche que Heidegger, et je veille bien à lire les deux sans les yeux que porte l'un sur l'autre. Mais ce problème du fond chez Nietzsche, c'est en réalité mon professeur d'hypokhâgne qui me l'a pour la première fois mis sous les yeux. J'essaierai dans la semaine de retrouver les textes qui lui avaient permis de poser ce problème, et les posterai ici... Quant à la tentation de l'accuser à son tour de lire Nietzsche par les yeux de Heidegger, gardez-vous en : ses références à lui étaient plutôt Pascal, Kant et Nietzsche précisément.

    Déduction Transcendantale a écrit:mais en plus du problème inhérent à ce que je viens de dire, le problème c'est qu'il me semble que Heidegger a réussi à faire ce qui pour moi est le problème moral de sa "pensée" : c'est que c'est une "pensée" du jargon, et qu'elle empoisonne l'esprit par des concepts vulgaires et verbeux à tel point que toute personne qui le lit trop devient lui aussi esclave de son jargon.
    C'est le sentiment que beaucoup de lecteurs ont. Mais ce qu'il faut comprendre, c'est que Heidegger n'use pas de ces termes un peu farfelus par plaisir de faire compliqué, mais il est comme forcé de parler comme il le fait, précisément car, ouvrant en quelque sorte un chemin hors de la tradition allant de Platon à Nietzsche inclus, il ne pouvait pas ne pas renouveler les termes. Pourquoi ne pas marquer homme plutôt que de s'embêter à traduire à chaque fois "être-le-là" pour Dasein ? Tout simplement car le mot homme est attaché à une tradition dont Heidegger sort, et en sortant, il ne peut pas en garder les termes qui feraient obstacle à ce qu'il cherche à nous montrer. Les termes farfelus qu'on trouve chez lui ne sont à la vérité là que pour y voir clair ; pour ne pas être pris soi-même par une tradition qui nous empêcherait de voir ce que Heidegger nous montre.

    Vovi

    Messages : 1
    Date d'inscription : 15/06/2013

    Argumentation

    Message  Vovi le Sam 15 Juin 2013 - 15:16

    Je trouve très intéressante en tout cas l'argumentation systématique de Desassossego qui exige de lui-même et qui entraîne les autres du coup dans une réflexion.


    J'ai lu l'article de Angèle Kremer-Marietti dont la démonstration m'a paru très faible. Heidegger pose un cadre assez systématique dans lequel il y a une réflexion importante sur les fondements, sur le questionnement lui-même. Cette approche peut échouer. En tout cas nous ne sommes pas dans le commentaire de texte généralisé mais dans une tentative de répondre à des questions authentiques (c'est ce qui caractérise à la fois la démarche de Nietzsche et celle de Heidegger). En ce qui concerne la volonté, Heidegger a été très influencé par la manière dont Saint Augustin pose la question. Il est important dans un domaine de recherche de bien comprendre quelle est la question et ce qu'on veut en faire.

    Le débat de savoir si Heidegger a trahi ou pas la pensée de Nietzsche n'a aucun intérêt et il est évident que Heidegger développe sa propre pensée sur l'étant dans le Nietzsche. En disant que "Heidegger part d'un point de vue strictement heideggerien" Mme Angèle Kremer-Marietti a tout à fait raison, c'est exactement ce qui fait de Heidegger un philosophe avant d'être professeur de philosophie ou un commentateur. De ce côté Mme Angèle Kremer-Marietti est sans doute mieux placée.

    Le problème qu'elle essaie de résoudre dans l'article cité n'est pas très explicite. Elle n'a pas une méthode qu'on pourrait critiquer, il s'agit d'une suite d'affirmations documentées, très bien d'ailleurs, évidemment. Cependant je préfère avoir une lecture de Nietzsche avec un éclairage cohérent et une question clairement posée qui me permettent de suivre un argumentaire.

    Il faudrait un texte beaucoup plus explicite en ce qui concerne la question et la méthode pour évaluer les affirmations du texte. L'argument :
    Il faut toujours se montrer prudent avec Heidegger, qui est, quoi qu'en disent de nombreux thuriféraires, un frelateur patenté. Notez bien que j'énonce un fait, pas un avis.
    ne me semble pas renforcer l'argumentation de l'article même avec la note à la fin. Ce n'est pas à tout à fait ce que j'exige d'une preuve.
    Pour le moment les approches de Heidegger me paraissent tout de même mieux argumentées.

      La date/heure actuelle est Mer 20 Sep 2017 - 0:28