παιδεία | μανθάνω | ἀπομανθάνω

    De la nécessaire existence de Dieu.

    Partagez
    avatar
    Zingaro
    Consul moderabilis
    Consul moderabilis

    Messages : 416
    Date d'inscription : 24/01/2012

    De la nécessaire existence de Dieu.

    Message  Zingaro le Ven 25 Jan 2013 - 4:51

    Bienvenue,

    Considérant l'être spirituel en l'homme, me voilà rendu à poser cette question : l'existence de Dieu est-elle nécessaire ?

    Leopardi, Zibaldone
    [165] Le sentiment du néant de toutes choses, l'impuissance de tous les plaisirs à satisfaire notre âme, et notre inclination vers un infini que nous ne comprenons pas, s'expliquent peut-être par une raison très simple, plus matérielle que spirituelle. L'âme humaine (et il en va de même pour tous les êtres vivants) désire toujours essentiellement, et vise uniquement, bien que de cent manières différentes, le plaisir, ou encore le bonheur qui ne fait qu'un avec le plaisir. Ce désir et cette inclination n'ont pas de limites car ils sont innés et conaturels avec l'existence et, à ce titre, ne pouvant aboutir à tel ou tel état déterminé, qui ne saurait être infini, ils ne prennent fin qu'avec la vie. Ce désir ne connaît pas de limites ni 1. en durée, ni 2. en extension. Il n'existe donc aucun plaisir qui lui soit équivalent 1. par sa durée, car nul plaisir n'est éternel, 2. par extension, car nul plaisir n'est sans limite : la nature des choses veut que tout ce qui existe soit limité et circonscrit. Ce désir du plaisir est illimité dans le temps car, comme je l'ai dit, il ne prend fin qu'avec l'existence, et si l'homme n'éprouvait pas ce désir, il n'existerait pas. Il ne connaît pas de limites en extension car il est substantiel en nous, non pas en tant que plaisir d'un ou plusieurs plaisirs particuliers, mais en tant qu'il est désir du plaisir.[...] Venons-en aux conséquences. Si tu désires posséder un cheval, tu crois le désirer en tant que cheval, en tant que ce plaisir-ci, mais en réalité tu le désires comme plaisir abstrait et illimité. Lorsqu'enfin tu possèdes le cheval, tu en retires un plaisir nécessairement circonscrit, et tu éprouves un vide en ton âme, car ton désir réel n'a pu être contenté.
    [167]Aussi n'est-il pas surprenant 1. que l'espoir soit toujours plus grand que le bien espéré, 2. que le bonheur humain ne puisse consister que dans l'imagination et les illusions.
    Pascal, Pensées
    Section 3, pensée 233

    [...] Ne blâmez donc pas la fausseté de ceux qui ont pris un choix ; car vous n'en savez rien. -" Non ; mais je les blâmerai d'avoir fait, non ce choix, mais un choix ; car, encore que celui qui prend croix et l'autre soient en pareille faute, ils sont tous deux en faute : le juste est de ne point parier."
     - Oui ; mais il faut parier ; cela n'est pas volontaire, vous êtes embarqués. Lequel prendrez-vous donc ? Voyons. Puisqu'il faut choisir, voyons ce qui vous intéresse le moins. Vous avez deux choses à perdre : le vrai et le bien, et deux choses à engager : votre raison et votre volonté, votre connaissance et votre béatitude ; et votre nature a deux choses à fuir : l'erreur et la misère. Votre raison n'est pas plus blessée, en choisissant l'un que l'autre, puisqu'il faut nécessairement choisir. Voilà un point vidé. Mais votre béatitude ? Pesons le gain et la perte, en prenant croix que Dieu est. Estimons ces deux cas : si vous gagnez, vous gagnez tout ; si vous perdez, vous ne perdez rien. Gagez donc qu'il est, sans hésiter. [...]
    Si le lecteur a bien voulu me suivre jusqu'ici, il conviendra avec moi, j'ose croire, qu'une formulation plus adéquate de la question peut être : l'idée de Dieu est-elle nécessaire ?

    La nature nous veut désirant le plaisir lui-même et non pas des plaisirs particuliers - pensons aux mots de Pascal : "si vous gagnez, vous gagnez tout" - dès lors, n'est-il pas bon - sain - que l'homme, non seulement laisse libre cours à cette aspiration à l'infini, mais surtout la cultive avec ferveur ? En quoi d'autre qu'en un culte une telle chose pourrait-elle consister ?

    Et Nietzsche sait bien tout ceci car tous ses écrits émanent de ces terres désolées où la chute de Dieu a vu refluer le désir, et lorsqu'il fait déclarer à son Zarathoustra que Dieu est mort, je pense qu'il est ironique ou du moins triste, car il sait que se pose aussitôt sur ses épaules l'immense projet et devoir qu'est l'avènement du nouveau Dieu qui verra affluer le désir à nouveau vers les strates les plus nobles du genre humain. On peut à ce titre aller consulter la préface du Gai savoir où il est immédiatement question de "foi ranimée en un demain et un après demain, du brusque sentiment et pressentiment d'avenir, de proches aventures, d'un grand large de nouveau offert, de buts de nouveau permis, auxquels on croit de nouveau". Les thèmes du dionysiaque et du sur-homme sont les avatars de son Dieu, nouveau-ancien comme il se doit, dont on trouvera la forme la plus générique dans le concept de volonté de puissance.

    Considérant les seuls faits que le désir est infini en extension et que nous sommes des êtres de langage, ne peut-on pas déjà conclure que l'être humain produit du divin, quoi qu'il en soit ? Selon deux axes : en premier lieu il produit "l'Absoluité" elle-même, en tant que territoire qui se dresse devant lui ou disons par-delà lui, et tout élan utopique est déjà écho du divin, car enfin il se condense en l'idée du divin et y est contenu tout entier en substance, en second lieu parce qu'avec cet absolu, sans cesse repoussé et refluant, le rapport le plus puissant qu'il peut entretenir consiste en Dieu, en vertu de ce qui vient d'être établi et de ce qui suit : Dieu est la promesse d'un plaisir infini en durée comme en extension, en même temps qu'il en est la production - et ainsi de la foi comme le démontre Pascal à son vénal interlocuteur imaginaire.

    Commissaire

    Messages : 15
    Date d'inscription : 17/12/2013

    Re: De la nécessaire existence de Dieu.

    Message  Commissaire le Lun 30 Déc 2013 - 17:31

    @Zingaro a écrit:Considérant les seuls faits que le désir est infini en extension et que nous sommes des êtres de langage, ne peut-on pas déjà conclure que l'être humain produit du divin, quoi qu'il en soit ? Selon deux axes : en premier lieu il produit "l'Absoluité" elle-même, en tant que territoire qui se dresse devant lui ou disons par-delà lui, et tout élan utopique est déjà écho du divin, car enfin il se condense en l'idée du divin et y est contenu tout entier en substance, en second lieu parce qu'avec cet absolu, sans cesse repoussé et refluant, le rapport le plus puissant qu'il peut entretenir consiste en Dieu, en vertu de ce qui vient d'être établi et de ce qui suit : Dieu est la promesse d'un plaisir infini en durée comme en extension, en même temps qu'il en est la production - et ainsi de la foi comme le démontre Pascal à son vénal interlocuteur imaginaire.
    Bonjour Zingaro,

    Cet absolu, source d'absoluité que vous évoquez, n'est-il pas en définitive la cause première de l'univers, paré de tous ses attributs d'infinis autant éventuellement physiques que ceux de pensée et de langage que les humains lui prêtent ?

    Quant à l'idée de divinité, n'est-elle pas que l'attribution toute humaine d'une volonté à cette cause ?

    Je vous poserai donc la question : Vous paraît-il d'un intérêt particulier de prêter une volonté à la cause de la réalité ?
    avatar
    Zingaro
    Consul moderabilis
    Consul moderabilis

    Messages : 416
    Date d'inscription : 24/01/2012

    Re: De la nécessaire existence de Dieu.

    Message  Zingaro le Ven 10 Jan 2014 - 15:08

    Bonjour !

    Franchement, je ne pense pas être à la hauteur. "La cause première de l'univers" : cela semble tout à fait inaccessible ! Je ne suis même pas certain de quel type de cause nous parlerions. Mais il faut dire que si j'appliquais ce que j'ai cru avoir compris et dont l'ouverture de ce fil de discussion est un fruit, alors je considérerais vos propos avec une grande attention.

    Pour la dernière question, tout de même : j'observe que la réalité est en devenir, en ce sens je peux lui prêter une "volonté", voire même plusieurs ; elle n'évolue pas n'importe comment. Mais je ne suis pas certain que ce soit ce que vous entendiez par "prêter une volonté". Aussi je vous invite à préciser ce point, ne sachant vraiment quelle est la question.

    Avez-vous bien lu mon post précédent ? Il ne s'agit pas tant de prêter une volonté à la cause de la réalité, que se demander s'il n'est pas dans l'ordre de choses que nous concevions du divin avec lequel entrer dans un rapport disons spirituel, d'élévation. Et ensuite de se demander si nous pouvons faire autrement quoi qu'il en soit (question sous-entendue : quelles "idées" ou "entités" jouent ce rôle en fait ?)

    Commissaire

    Messages : 15
    Date d'inscription : 17/12/2013

    Re: De la nécessaire existence de Dieu.

    Message  Commissaire le Sam 1 Fév 2014 - 9:31

    @Zingaro a écrit:Franchement, je ne pense pas être à la hauteur.
    En tout cas, largement autant que moi.

    @Zingaro a écrit:"La cause première de l'univers" : cela semble tout à fait inaccessible ! Je ne suis même pas certain de quel type de cause nous parlerions.
    Bonjour,

    Personne n'en a la moindre idée. Mais de deux choses l'une :
    - Soit nous renonçons à la causalité : chaque chose dans l'univers a une cause, mais l'univers n'en a aucune : il est, et c'est tout.
    Pourquoi pas, mais la réflexion s'arrête vite.
    - Soit nous acceptons la causalité : l'univers a une cause, comme chaque chose qui le compose : il est, parce que...
    Et si nous sommes incapables de compléter la phrase, au moins considérons-nous qu'il existe un "parce que", même si nous ne le connaîtrons jamais.
    Personnellement, - par éducation ? -, j'ai du mal à renoncer à la causalité.

    @Zingaro a écrit:Pour la dernière question, tout de même : j'observe que la réalité est en devenir, en ce sens je peux lui prêter une "volonté", voire même plusieurs ; elle n'évolue pas n'importe comment. Mais je ne suis pas certain que ce soit ce que vous entendiez par "prêter une volonté". Aussi je vous invite à préciser ce point, ne sachant vraiment quelle est la question.
    J'ai employé le mot "volonté" comme j'aurais pu - dû ? - écrire "conscience".
    Si la pierre tombe, je me dis qu'il n'y a pas besoin d'une conscience ou d'une volonté pour cela : un principe gravitationnel est à l’œuvre.
    S'il se produit un orage, je me dis qu'il n'y a pas besoin d'un Zeus ou d'un Odin pour lancer les éclairs : quelques principes électrostatiques sont à l’œuvre.
    J'étends cette vue à l'ensemble.
    S'il existe une réalité, je me dis qu'il n'y a pas besoin d'une conscience ou d'une volonté pour cela : un principe fondamental, si inconcevable nous soit-il, est à l’œuvre.
    Je me demanderais donc ce que le fait d'attribuer une conscience ou une volonté à ce principe, la "cause première", le fait de l'anthropomorphiser en quelque sorte, peut apporter comme connaissance à une réflexion sur cette réalité.

    @Zingaro a écrit:Il ne s'agit pas tant de prêter une volonté à la cause de la réalité, que se demander s'il n'est pas dans l'ordre de choses que nous concevions du divin avec lequel entrer dans un rapport disons spirituel, d'élévation. Et ensuite de se demander si nous pouvons faire autrement quoi qu'il en soit (question sous-entendue : quelles "idées" ou "entités" jouent ce rôle en fait ?)
    Que je le veuille ou non, je ne cesse de rencontrer ce mot de "Dieu" - au singulier avec une majuscule - dans beaucoup d'écrits de notre culture.
    Ce mot-concept paraît avoir marqué les esprits. Comme à en être devenu une sorte d'évidence.
    Raison de plus, en effet, pour l'interroger.

    Que nous concevions du divin me paraît relever de la psychologie. Si une personne croit, quel est son besoin de croire ?
    Que nous concevions un besoin d'élévation, je dirais plutôt "mentale" ou "intellectuelle" que "spirituelle", soit ; mais pourquoi évoquer du "divin" ? L'étude des sciences, ou une pratique à la mode, le mindfullness, me paraissent pouvoir y répondre, et il y en a sans doute d'autres.
    avatar
    Zingaro
    Consul moderabilis
    Consul moderabilis

    Messages : 416
    Date d'inscription : 24/01/2012

    Re: De la nécessaire existence de Dieu.

    Message  Zingaro le Jeu 13 Fév 2014 - 1:49

    @Commissaire a écrit:
    S'il existe une réalité, je me dis qu'il n'y a pas besoin d'une conscience ou d'une volonté pour cela : un principe fondamental, si inconcevable nous soit-il, est à l’œuvre.
    Je me demanderais donc ce que le fait d'attribuer une conscience ou une volonté à ce principe, la "cause première", le fait de l'anthropomorphiser en quelque sorte, peut apporter comme connaissance à une réflexion sur cette réalité.
    En effet : qu'est-ce que ça apporte ? Ce n'est pas dans la ligne directe du sujet (qui est bien "psychologique" comme vous avez dit) mais pourquoi pas, c'est tout aussi intéressant.
    Remarquons que l'idée d'une cause première n'est peut-être pas tout à fait étrangère à notre "humanité". Reste que nous cherchons à connaître la chose, quelle qu'elle soit et nous ouvrons donc à sa pleine et entière étrangeté ("si inconcevable nous soit-il"). Et donc il ne suffit pas de dire que nous anthropomorphisons l'univers lorsqu'une cause première lui est attribuée a priori, pour disqualifier la recherche d'une telle cause. J''appliquerais le même raisonnement à l'attribution d'une volonté à la cause de la réalité. Je ne sais pas ce que ça apporte, je ne vois pas non plus ce que ça empêche.
    Mais plus encore que les réponses, c'est la recherche que je trouve stupéfiante. Et qui pourra éventuellement permettre de revenir vers la perspective initiale du sujet.
    Je ne crois pas que l'on ait constaté l'existence de sociétés humaines dotées du langage et qui aient renoncé à penser le monde, à en donner une origine et à lier toutes ces choses dans un réseau de significations. Mais pourquoi donc ? Quel étrange animal...


    Que nous concevions du divin me paraît relever de la psychologie. Si une personne croit, quel est son besoin de croire ?
    Que nous concevions un besoin d'élévation, je dirais plutôt "mentale" ou "intellectuelle" que "spirituelle", soit ; mais pourquoi évoquer du "divin" ? L'étude des sciences, ou une pratique à la mode, le mindfullness, me paraissent pouvoir y répondre, et il y en a sans doute d'autres.
    Cette pratique du miindfullness est particulièrement intéressante lorsqu'on la rapporte à :
    @Leopardi a écrit:Ce désir ne connaît pas de limites ni 1. en durée, ni 2. en extension. Il n'existe donc aucun plaisir qui lui soit équivalent 1. par sa durée, car nul plaisir n'est éternel, 2. par extension, car nul plaisir n'est sans limite : la nature des choses veut que tout ce qui existe soit limité et circonscrit.
    En effet, dans la recherche de la "pleine conscience" il y a l'idée d'une progression potentiellement infinie, et en ce sens elle correspond bien à ce que j'essayais de mettre en mots. Mais je crains que, la promesse tenue par cette pratique renvoyant à ce monde-ci, ceux qui la pratiquent ne comblent pas tout à fait leur "aspiration spirituelle". Car ils buteront toujours sur des résultats limités tandis que ce qui les pousse à pratiquer, c'est un désir infini comme le décrit Leopardi. L'idée du divin a cet avantage qu'elle renvoie à un ailleurs. Elle se nourrit de cet écart entre le désir, infini, et une existence et des plaisirs nécessairement finis.
    @Leopardi a écrit:Aussi n'est-il pas surprenant 1. que l'espoir soit toujours plus grand que le bien espéré, 2. que le bonheur humain ne puisse consister que dans l'imagination et les illusions.
    avatar
    Euterpe

    Messages : 2975
    Date d'inscription : 29/01/2011
    Age : 46

    Re: De la nécessaire existence de Dieu.

    Message  Euterpe le Ven 14 Fév 2014 - 13:27

    @Zingaro a écrit:Leopardi, Zibaldone
    [165]Le sentiment du néant de toutes choses, l'impuissance de tous les plaisirs à satisfaire notre âme, et notre inclination vers un infini que nous ne comprenons pas, s'expliquent peut-être par une raison très simple, plus matérielle que spirituelle. L'âme humaine (et il en va de même pour tous les êtres vivants) désire toujours essentiellement, et vise uniquement, bien que de cent manières différentes, le plaisir, ou encore le bonheur qui ne fait qu'un avec le plaisir. Ce désir et cette inclination n'ont pas de limites car ils sont innés et conaturels avec l'existence et, à ce titre, ne pouvant aboutir à tel ou tel état déterminé, qui ne saurait être infini, ils ne prennent fin qu'avec la vie.
    Attention toutefois à prendre en considération, chez Pascal comme chez Leopardi, ceci qu'avec l'infini nous avons affaire à de l'incompréhensible qui, comme tel, fait échec à la raison.

    @Zingaro a écrit:l'homme, non seulement laisse libre cours à cette aspiration à l'infini, mais surtout la cultive avec ferveur ? En quoi d'autre qu'en un culte une telle chose pourrait-elle consister ?
    Chez les hommes, peut-être, mais pas chez Pascal, ni chez Leopardi. Ni l'un ni l'autre ne sont des romantiques. Ils constatent un infini, comme une donnée, comme la donnée la plus significative du réel ; donnée face à laquelle il importe de tirer des conséquences quant à la place des hommes. Nous ne sommes pas de ce monde (nous n'y sommes pas chez nous et il ne saurait être tenu comme notre habitat naturel), mais nous sommes à ce monde (nous y vivons avec, pour, dans un dehors qui nous pénètre comme un autre auquel tient notre existence, autre que nous ne serons jamais). Altérité ; incompréhensible : voilà dans quoi nous sommes embarqués. Quand Pascal parie, il n'aspire pas à l'infini, ni ne voue un culte à Dieu : la raison ne peut rien face à l'incompréhensible, face à l'altérité. Notre conscience, tout à la fois misérable et grande, nous jette dans une condition, la condition humaine, qui est tragique. Ni la raison ni le mérite des hommes n'y changeront quoi que ce soit. Reste la Grâce (et la Grâce plutôt que la transcendance, ou la Grâce comme transcendance : comme ce qui nous dépasse, comme ce qui nous échappe). Et pourquoi la Grâce ? Et pourquoi pas la Grâce, en lieu et place du hasard ?
    Enfin, n'oubliez pas le Chant d'un berger errant d'Asie : un poète jette à la face du monde, dans le silence du monde, une parole humaine qui ne trouve aucun écho, à laquelle nulle étoile ne répond. Vous conviendrez que nous sommes là dans quelque chose d'autre qu'une vulgaire affaire psychologique.

    Du coup, on doit examiner votre question de la nécessité de l'existence ou de l'idée de l'existence de Dieu. Affirmation apodictique ? Mais alors on rétablit une raison pourtant mise en échec. Affirmation assertorique ? Mais alors, de quelle vérité parlons-nous ?
    avatar
    Zingaro
    Consul moderabilis
    Consul moderabilis

    Messages : 416
    Date d'inscription : 24/01/2012

    Re: De la nécessaire existence de Dieu.

    Message  Zingaro le Jeu 6 Mar 2014 - 2:01

    @Euterpe a écrit:Mais alors, de quelle vérité parlons-nous ?
    Celle de la raison mise en échec ? Pas nécessairement la raison en tant que telle, mais du moins la raison telle qu'un sujet la connaît. "Sa" raison n'exerce pas un si grand empire, force est de le constater. En quoi serait-ce vulgaire d'y voir une affaire psychologique ? Que Leopardi formule cet échec ne rend pas l'infini plus compréhensible. Reste à mon avis, que le hasard est de l'ordre des idées, étant objectivable. La grâce ne l'est pas.
    avatar
    Euterpe

    Messages : 2975
    Date d'inscription : 29/01/2011
    Age : 46

    Re: De la nécessaire existence de Dieu.

    Message  Euterpe le Jeu 6 Mar 2014 - 12:35

    @Zingaro a écrit:En quoi serait-ce vulgaire d'y voir une affaire psychologique ?
    Ça tombe sous le sens.

    @Zingaro a écrit:Que Leopardi formule cet échec ne rend pas l'infini plus compréhensible.
    Où avez-vous lu ça ?

    @Zingaro a écrit:Reste à mon avis, que le hasard est de l'ordre des idées, étant objectivable. La grâce ne l'est pas.
    Si vous pensez comme on jette des cailloux, ce va être difficile. Le hasard est une réalité, peu importe que les idées puissent s'en saisir. Mais la Grâce ? Qu'est-ce que la Grâce ? Il suffit d'ouvrir les yeux, nul besoin d'être servant d'autel.
    avatar
    Zingaro
    Consul moderabilis
    Consul moderabilis

    Messages : 416
    Date d'inscription : 24/01/2012

    Re: De la nécessaire existence de Dieu.

    Message  Zingaro le Ven 21 Mar 2014 - 1:22

    La grâce fait du monde et de l'existence une manifestation divine. Elle mystifie mais, elle peut être porteuse d'une connaissance positive. Le hasard est le degré zéro de l'explication, au fond, il n'éclaire aucun des mystères qui enveloppent la "finalité de la finalité". Tourné en dogme, il mystifie tout autant en semblant "crever"ces mystères. Plus largement, le sens doit s'écrouler, s'affaisser, se fragiliser sous le règne du hasard.
    Ce ne sont que mes mots, je retournerai vers Pascal pour ce qui concerne sa pensée.

    A. BOUKAIDI LAGHZAOUI

    Messages : 5
    Date d'inscription : 23/04/2014

    De la nécessaire existence de Dieu

    Message  A. BOUKAIDI LAGHZAOUI le Mer 23 Avr 2014 - 5:02

    Bonjour Zingaro. Je spécule que votre question "l'existence de Dieu est elle nécessaire?" prend naissance de votre prise de conscience que votre propre existence est si étendue que vous n'arrivez pas à la borner par les deux événements majeurs dont l'un correspond à votre conception à l'intérieur du ventre de votre mère et l'autre correspond au moment ou vos proches vont inhumer votre corps après que vous ayez rendu l'âme.
    Si la source de votre question est bien celle que j'ai décrite, alors il serait plus judicieux de commencer à chercher à répondre à une question préalable à celle que vous avez posée. Pourquoi chacun de nous ne se satisfait pas de considérer son existence comme étant une Totalité. Du moins, il n'en trouve pas d'arguments convaincants. J'entend par Totalité celle qui se suffit à elle même en tant qu'Être au moment où il pose cette question et en tant que Devenir quand il se projette par-delà cet instant.
    Ainsi la question sur la nécessité d'existence de Dieu, qui est en effet un préambule à la question "existe t-il un Dieu", est intimement liée à la réponse à la question "Suis-je une Totalité".
    Je commence l'analyse de cette question par un premier constat irréfutable. Celui qui traduit le fait que mon existence n'a pas de début temporel ou événementiel dans ma propre conscience. Autrement dit, je ne peux pas mettre le doigt, dans ma conscience, sur le moment précis où j'ai commencé à exister. Dans ma propre conscience de moi-même, j'ai toujours existé. Je n'ai ni la trace de souvenir ni la trace émotionnelle du début de mon existence.
    Je postule que c'est le cas pour chaque être humain qui fait l'expérience de cette introspection.
    Première conséquence implacable qu'on peut tirer de ce premier constat de conscience que j'ai postulé comme universel : L'existence de chacun des êtres humains est incommensurable dans la conscience respective de chacun d'entre eux. Cette existence n'a pas de borne temporelle consciente.
    Il est de ce fait très compréhensible que l'être humain soit choqué, secoué, frustré, égaré et peut-être glorifié de se voir comme un être qui a toujours existé dans sa propre conscience et de se demander, comment est-ce possible qu'il soit si éternel, du moins vis à vis de lui même, alors que ses faiblesses et ses limites sont tout autant flagrantes et évidentes.
    Je conclue par dire que :
    - le fait que nous possédions l'attribut de l’Éternel nous pousse à nous demander si nous ne possédons pas d'autres attributs aussi comparables.  
    - le fait que nous soyons aussi périssables et pourvus d'attributs non intrinsèques nous pousse à poser la question de notre finitude.
    - le fait que nous soyons périssables et éternels nous pousse à poser la question sur la cohérence des idées que nous nous faisons de notre propre existence.
    Si bien que l'idée d'un être éternel non périssable nous soit si éventuelle, probable voire nécessaire que nous nous efforçons d'examiner cette idée avec le plus de rigueur possible.
    avatar
    Desassocega

    Messages : 1157
    Date d'inscription : 02/04/2011

    Re: De la nécessaire existence de Dieu.

    Message  Desassocega le Mer 23 Avr 2014 - 11:04

    @A. BOUKAIDI LAGHZAOUI a écrit:Je n'ai ni la trace de souvenir ni la trace émotionnelle du début de mon existence.
    C'est vrai, mais cela n'empêche pas les hommes de savoir qu'ils sont nés, que leur vie a un début, et d'en avoir bien conscience. Ce n'est pas parce que je ne me souviens pas d'être né que mon existence n'a pas de borne temporelle, ne confondez pas tout.

    le fait que nous possédions l'attribut de l’Éternel
    Vous êtes drôlement fort pour déduire, du simple fait que l'homme ne se souvienne pas de sa naissance, qu'il possède l'attribut divin d'éternité...
    avatar
    Vangelis
    Princeps
    Princeps

    Messages : 717
    Date d'inscription : 11/03/2011

    Re: De la nécessaire existence de Dieu.

    Message  Vangelis le Mer 23 Avr 2014 - 12:31

    @A. BOUKAIDI LAGHZAOUI a écrit:Il est de ce fait très compréhensible que l'être humain soit choqué, secoué, frustré, égaré et peut-être glorifié de se voir comme un être qui a toujours existé dans sa propre conscience et de se demander, comment est-ce possible qu'il soit si éternel, du moins vis à vis de lui même, alors que ses faiblesses et ses limites sont tout autant flagrantes et évidentes.
    Non, parce que cela voudrait dire que l'homme a la même conscience à sa naissance qu'à sa mort. Or, à la naissance le cerveau humain est le moins mature de tout le règne du vivant. Les concepts que vous avancez ne veulent rien dire pour un nourrisson, et quand ils signifient quelque chose l'idée d'avoir toujours existé a disparue – si tant est qu'elle ait existé. Même l'idée d'être éternel n'est pas à prendre au pied de la lettre. Il faut plutôt y voir une incapacité à se projeter dans l'avenir, puis plus tard une incapacité à avoir conscience d'un état où la conscience ne se trouve pas. L'idée de mourir n'est pas la même chose que l'idée de la mort.
    Et puis épargnez nous les constats irréfutables et autres conséquence implacables qui ont plus des attributs sectaires que philosophiques.

    A. BOUKAIDI LAGHZAOUI

    Messages : 5
    Date d'inscription : 23/04/2014

    Re: De la nécessaire existence de Dieu

    Message  A. BOUKAIDI LAGHZAOUI le Mer 23 Avr 2014 - 15:23

    Bonjour Desassocego,
    Et ce n’est pas parce que je sais que je suis né de la rencontre d’un homme et d’une femme, qu’on me l’a rapporté, que je l’ai admis et que j’en suis actuellement conscient que je dois en conclure que mon existence a une borne temporelle dans le passé. D’autant plus que cette conclusion est contraire à mon état de conscience à ce sujet.
    Le plus important dans cette question n’est pas de chercher à établir une relation d’exclusion logique entre l’événement physique et matériel relatif à la conception ou la naissance d’un être humain d’une part et l’événement de sa prise de conscience éventuelle que ce dernier n’arrive pas à borner son existence dans l’échelle temporelle passée. Cette relation d’exclusion logique n’existe tout simplement pas. Car sinon, pour le prouver, il faudrait avoir l’affirmation d’une manière exhaustive et pour n’importe quel échantillon de volontaires interrogés, que dans la conscience de ces derniers, le deuxième événement précité n’a jamais existé.
    Au contraire, il existe au moins une personne interrogée sur cette question, en l’occurrence moi-même, qui témoigne de l’existence du deuxième événement.
     
    Ce qui est plutôt important à comprendre dans cette question, c’est quand cet état de conscience émerge chez un individu, quelles sont ses répercussions sur l’approche avec laquelle ce dernier se questionne sur sa propre existence.

    Ce n’est pas simple d’arriver à une conceptualisation cohérente de sa propre existence et que celle-ci ne soit pas en conflit avec l’état de conscience de soi, quoi que je convienne que cette conceptualisation si elle est ébauchée à un stade de la vie, elle peut cependant évoluer par la suite tout comme son état de conscience. C’est à cause de cette grande difficulté de conceptualisation que toute forme de dogmatisme doit être évitée autant que possible dans cette quête.
    avatar
    Vangelis
    Princeps
    Princeps

    Messages : 717
    Date d'inscription : 11/03/2011

    Re: De la nécessaire existence de Dieu.

    Message  Vangelis le Mer 23 Avr 2014 - 17:58

    @A. BOUKAIDI LAGHZAOUI a écrit:Et ce n’est pas parce que je sais que je suis né de la rencontre d’un homme et d’une femme, qu’on me l’a rapporté, que je l’ai admis et que j’en suis actuellement conscient que je dois en conclure que mon existence a une borne temporelle dans le passé.
    Bien sûr que si, ou alors n'utilisez pas le mot naître qui veut dire : prendre son origine.
    @A. BOUKAIDI LAGHZAOUI a écrit:D’autant plus que cette conclusion est contraire à mon état de conscience à ce sujet.
    Dans ce cas, interrogez-vous plutôt sur votre propre interrogation. Et surtout, ne confondez pas un état de conscience avec un objet en conscience.
    @A. BOUKAIDI LAGHZAOUI a écrit:Au contraire, il existe au moins une personne interrogée sur cette question, en l’occurrence moi-même, qui témoigne de l’existence du deuxième événement.
    Vous témoignez seulement d'un objet de votre conscience et non pas d'une existence de toute éternité.

    A. BOUKAIDI LAGHZAOUI

    Messages : 5
    Date d'inscription : 23/04/2014

    Re: De la nécessaire existence de Dieu.

    Message  A. BOUKAIDI LAGHZAOUI le Jeu 24 Avr 2014 - 0:57

    @Vangelis a écrit:
    @A. BOUKAIDI LAGHZAOUI a écrit:Il est de ce fait très compréhensible que l'être humain soit choqué, secoué, frustré, égaré et peut-être glorifié de se voir comme un être qui a toujours existé dans sa propre conscience et de se demander, comment est-ce possible qu'il soit si éternel, du moins vis à vis de lui même, alors que ses faiblesses et ses limites sont tout autant flagrantes et évidentes.

    Non, parce que cela voudrait dire que l'homme a la même conscience à sa naissance qu'à sa mort. Or, à la naissance le cerveau humain est le moins mature de tout le règne du vivant. Les concepts que vous avancez ne veulent rien dire pour un nourrisson, et quand ils signifient quelque chose l'idée d'avoir toujours existé a disparue – si tant est qu'elle ait existé. Même l'idée d'être éternel n'est pas à prendre au pied de la lettre. Il faut plutôt y voir une incapacité à se projeter dans l'avenir, puis plus tard une incapacité à avoir conscience d'un état où la conscience ne se trouve pas. L'idée de mourir n'est pas la même chose que l'idée de la mort.
    Et puis épargnez nous les constats irréfutables et autres conséquence implacables qui ont plus des attributs sectaires que philosophiques.
    Bonjour Vangelis,

    Vous parlez de concepts qui ne veulent rien dire pour un nourrisson. Moi je n'ai pas évoqué les aptitudes que peut avoir un nourrisson ni l'état de conscience que ce nourrisson pourrait avoir.
    Je parle d'un individu capable de décrire dans un langage donné un de ses états de conscience présent. Si vous voulez connaître l'état de conscience d'un nourrisson, en particulier par rapport à la question de savoir s'il s’aperçoit comme ayant toujours existé ou non, il faudra trouver le moyen de lui poser la question et il faudra qu'il trouve le moyen de vous répondre. Autrement c'est continuer à spéculer sur ce que pourrait être les états de conscience d'un nouveau-né. Dans tous les cas, ce n'est pas mon sujet. Mon sujet, c'est mon état de conscience ici et maintenant.
    Vous évoquez la mort et l'idée de la mort. Je n'en ai pas parlé. Je me suis focalisé dans un premier temps de ma rétrospection dans la direction du passé. Et je dis que le fait que je n'arrive pas à identifier le moindre événement dans ma conscience actuelle qui correspondrait à l'origine de mon existence, je conclue que ma conscience n'a pas d'origine, elle est donc ouverte dans le sens de ses états passées, ce que j'exprime par le mot éternel.

    A. BOUKAIDI LAGHZAOUI

    Messages : 5
    Date d'inscription : 23/04/2014

    Re: De la nécessaire existence de Dieu.

    Message  A. BOUKAIDI LAGHZAOUI le Jeu 24 Avr 2014 - 1:45

    @Vangelis a écrit:
    @A. BOUKAIDI LAGHZAOUI a écrit:Et ce n’est pas parce que je sais que je suis né de la rencontre d’un homme et d’une femme, qu’on me l’a rapporté, que je l’ai admis et que j’en suis actuellement conscient que je dois en conclure que mon existence a une borne temporelle dans le passé.
    Bien sûr que si, ou alors n'utilisez pas le mot naître qui veut dire : prendre son origine.
    @A. BOUKAIDI LAGHZAOUI a écrit:D’autant plus que cette conclusion est contraire à mon état de conscience à ce sujet.
    Dans ce cas, interrogez-vous plutôt sur votre propre interrogation. Et surtout, ne confondez pas un état de conscience avec un objet en conscience.
    @A. BOUKAIDI LAGHZAOUI a écrit:Au contraire, il existe au moins une personne interrogée sur cette question, en l’occurrence moi-même, qui témoigne de l’existence du deuxième événement.
    Vous témoignez seulement d'un objet de votre conscience et non pas d'une existence de toute éternité.
    On est arrivé donc au cœur du sujet. Vous considérez que naître veut dire prendre origine. Autrement dit, vous n'admettez pas la possibilité de votre existence sous quelque nature que soit avant votre naissance. C'est votre conceptualisation de votre propre existence. Je ne peux pas en dire plus, puisque vous avez, plus que quiconque d'autre le plus d'éléments d’appréciation concernant votre propre existence.
    Mais à l'opposé, vous ne pourrez pas disposer d'arguments suffisants pour contredire celui qui affirme que son existence ne prend pas son origine à sa naissance. Car la connaissance se rapportant à ce fait, ne peut être le fruit que de l'expérience. 

    État de conscience et objet en conscience: votre assertion n'est pas claire. 
    Vous concédez que je témoigne d'un objet de ma conscience et vous rejetez mon témoignage d'une existence éternelle réelle. Alors que dans les deux cas, c'est la même personne qui témoigne. Comment peut on accepter d'entendre le premier témoignage et ne pas accepter d'entendre le deuxième témoignage alors qu'ils sont tous les deux l'émanation d'une expérience. Laquelle expérience n'est partageable que par le témoignage.
    Par ailleurs, je n'entend pas essayer de prouver le caractère éternel de ma conscience ou d'en témoigner par l'étalage de ses expériences depuis l'éternité. Il nous faudra pour cela une éternité.

    Vous êtes ici pour dialoguer, pas pour opiner du chef en repoussant les arguments de vos interlocuteurs. Je vous encourage vivement à (re)lire la charte du forum. Tâchez de revenir avec davantage de cohérence, au risque de vous voir bannir. (Eunomia). 
    avatar
    Vangelis
    Princeps
    Princeps

    Messages : 717
    Date d'inscription : 11/03/2011

    Re: De la nécessaire existence de Dieu.

    Message  Vangelis le Jeu 24 Avr 2014 - 12:44

    @A. BOUKAIDI LAGHZAOUI a écrit: Moi je n'ai pas évoqué les aptitudes que peut avoir un nourrisson ni l'état de conscience que ce nourrisson pourrait avoir.
    Et c'est bien dommage car c'est vous qui parlez d'un état de conscience et pas moi. Or, on ne naît pas avec un état de conscience qui serait le même bien des années plus tard. Et c'est bien parce que votre état de conscience à la naissance était immature que vous ne pouvez pas y accoler un événement. Votre raisonnement est donc irrecevable. On vous le dit, on le répète, mais vous n'entendez rien.  De plus,  vous continuez de confondre un état de conscience et un objet visé par la conscience.
    Maintenant vous pouvez croire ce que bon vous semble, mais ce n'est plus de la philosophie.

    A. BOUKAIDI LAGHZAOUI

    Messages : 5
    Date d'inscription : 23/04/2014

    Re: De la nécessaire existence de Dieu.

    Message  A. BOUKAIDI LAGHZAOUI le Jeu 24 Avr 2014 - 20:28

    @Vangelis a écrit:
    @A. BOUKAIDI LAGHZAOUI a écrit: Moi je n'ai pas évoqué les aptitudes que peut avoir un nourrisson ni l'état de conscience que ce nourrisson pourrait avoir.
    Et c'est bien dommage car c'est vous qui parlez d'un état de conscience et pas moi. Or, on ne naît pas avec un état de conscience qui serait le même bien des années plus tard. Et c'est bien parce que votre état de conscience à la naissance était immature que vous ne pouvez pas y accoler un événement. Votre raisonnement est donc irrecevable. On vous le dit, on le répète, mais vous n'entendez rien.  De plus,  vous continuez de confondre un état de conscience et un objet visé par la conscience.
    Maintenant vous pouvez croire ce que bon vous semble, mais ce n'est plus de la philosophie.
    Je me suis inscrit sur forum pour échanger des idées précisément en philosophie. Je constate que votre réaction sur mon dernier post est personnifiée. Dire : "mais vous n'entendez rien" : n'est pas une manière de dialoguer pour une personne qui souhaite comprendre davantage et faire comprendre davantage. Je vous conseille d'améliorer votre style si vous souhaitez évoluer davantage. Ce même message est également valable pour Eunomia, avec qui je n'ai pas encore échangé mais qui a plutôt commencé par menacer de me "bannir". Heureusement que ce forum n'est pas le seul qui existe dans son genre.

    En l’occurrence vous n’échangez rien, vous geignez. Je vous laisse le soin de vérifier si ailleurs, l’eau vous semble moins viciée qu’ici. (Eunomia).
    avatar
    Zingaro
    Consul moderabilis
    Consul moderabilis

    Messages : 416
    Date d'inscription : 24/01/2012

    Re: De la nécessaire existence de Dieu.

    Message  Zingaro le Jeu 11 Sep 2014 - 0:21

    Bonjour,

    Une discussion sur un autre forum m'a donné l'occasion de repenser à ce sujet, et peut-être de le poursuivre. Il s'agit d'une pensée de Pascal avec laquelle je me débats, de plus en plus perplexe : "Disproportion de l'homme" (section II, pensée 72 de l'édition Bordas de 1966) et notamment sa première partie :

    Que l'homme contemple donc la nature dans sa haute et pleine majesté, qu'il éloigne sa vue des objets bas qui l'environnent. Qu'il regarde cette éclatante lumière, mise comme une lampe éternelle pour éclairer l'univers, que la terre lui paraisse comme un point au vaste prix du tour que cet astre décrit et qu'il s'étonne de ce que ce vaste tour lui-même n'est qu'une pointe très délicate à l'égard de celui que les astres qui roulent dans le firmament embrassent. Mais si notre vue s'arrête là, que l'imagination passe outre ; elle se lassera plutôt de concevoir, que la nature de fournir.
    Tout ce monde visible n’est qu’un trait imperceptible dans l’ample sein de la nature. Nulle idée n’en approche, nous avons beau enfler nos conceptions au-delà des espaces imaginables, nous n’enfantons que des atomes au prix de la réalité des choses. C'est une sphère infinie dont le centre est partout et la circonférence nulle part. Enfin, c'est le plus grand caractère sensible de la toute puissance de Dieu, que notre imagination se perde dans cette pensée.
    Que l'homme, étant revenu à soi, considère ce qu'il est au prix de ce qui est ; qu'il se regarde comme égaré dans ce canton détourné de la nature ; et que de ce petit cachot où il se trouve logé, j'entends l'univers, il apprenne à estimer la terre, les royaumes, les villes et soi-même à son juste prix.
    Qu'est-ce qu'un homme dans l'infini ?

    La difficulté principale vient de la phrase "C'est une sphère dont le centre est partout et la circonférence nulle part". Elle m'interpelle pour deux raisons. D'abord parce que le rythme du développement est lent et posé depuis le début, avec des étapes bien marquées, et cette phrase rompt la cadence : il n'y a pas de lien explicite entre ce qui vient d'être dit et "C'est une sphère..." ; on ne sait pas exactement ce que c'est que "C'est" dans cette phrase, il faut le deviner ou le comprendre. Or justement, si on suit maintenant le sens plutôt que le rythme, cette phrase survient alors que Pascal vient de démolir toute prétention de nos représentations à saisir la nature. "Tout ce monde visible n'est qu'un trait imperceptible dans l'ample sein de la nature. Nulle idée n'en approche...". Pourquoi à ce moment-là faire intervenir un paradoxe géométrique, finalement une pure représentation, une idée, pour figurer ce que, on vient de le comprendre, nous ne pouvons pas nous représenter ? A moins qu'avec ce paradoxe il ne désigne pas la nature mais autre chose encore. Alors quoi ? Je me demande s'il ne désigne pas quelque chose comme l'âme, un élément intérieur à l'être humain qui se trouve en deçà des représentations et de l'imaginaire et qui éventuellement peut le mettre sur la piste de Dieu. Mais a priori ce lien n'est pas direct, demeure caché.
    avatar
    Vangelis
    Princeps
    Princeps

    Messages : 717
    Date d'inscription : 11/03/2011

    Re: De la nécessaire existence de Dieu.

    Message  Vangelis le Jeu 11 Sep 2014 - 11:21

    Il manque deux phrases dans votre citation, que vous reprenez pourtant dans votre questionnement. Je reprends après :

    "Mais si notre vue s'arrête là, que l'imagination passe outre ; elle se lassera plutôt de concevoir, que la nature de fournir".

    Blaise Pascal - Pensées, §72. Extrait. a écrit:Tout ce monde visible n’est qu’un trait imperceptible dans l’ample sein de la nature. Nulle idée n’en approche, nous avons beau enfler nos conceptions au-delà des espaces imaginables, nous n’enfantons que des atomes au prix de la réalité des choses. C’est une sphère infinie dont le centre est partout, la circonférence nulle part.

    Le C'est se rapporte à l'ample sein de la nature.
    Pascal utilise une analogie géométrique pour énoncer un paradoxe qui montre l'impossibilité à l'homme d'avoir un référentiel pour accéder à la réalité des choses.

      La date/heure actuelle est Lun 11 Déc 2017 - 4:39