Bibliothèque numérique & espace numérique de travail


    Discussions thématiques

    Partagez
    avatar
    broceliand

    Messages : 85
    Date d'inscription : 12/07/2012
    Age : 25
    Localisation : France

    Discussions thématiques

    Message  broceliand le Sam 3 Nov 2012 - 14:54

    Discussions thématiques
    1. De la description et de l'organisation de ce topic


    Cette discussion est bien entendu libre. Tous les membres du forum peuvent librement y participer. Le concept est simple. Un thème est présenté. Quelques textes (4 ou 5 maximum) accompagnent ce thème afin d'avoir un corpus d'appui pour lancer des discussions. Chaque semaine (parfois un peu plus tout dépend des disponibilités de chacun) est dédiée à l'étude d'un texte : chaque membre peut partager sa lecture, ses réflexions, poser des questions, ses analyses, etc. L'objectif étant que chacun puisse appréhender le thème à la lumière de ces textes, se construire une réflexion propre et sérieuse suite à l'étude des raisonnements effectués par les philosophes dans les fameux textes, etc. Une fois chacun des textes passé collectivement au crible, une discussion globale sur le thème peut être lancée et ce par n'importe quel membre.
    Si un tel débat est initié, il y a de fortes chances qu'il soit plus pertinent étant donné que chacun aura eu un lien intime avec le thème d'étude.

    Chacun peut évidemment apporter sa touche personnelle en prenant pour exemple d'autres textes ou philosophes.
    2. De l'ultime fin de ce projet collectif

    La finalité est simple :


    • côtoyer des auteurs et textes philosophiques que nous n'aurions pas tendance à approcher tout seuls (peur d'être dans le faux, crainte de rester face à un bloc incompréhensible, etc.)
    • échanger de manière construite des informations
    • améliorer sa culture philosophique (aussi bien au niveau de l'histoire de la philosophie que des idées défendues)
    • être accompagné (car je suis intiment persuadé que nos modérateurs et sages membres viendront à notre rescousse en cas de totale hérésie de notre part :D )
    • apprendre des connaissances en lien avec un thème.


    3. De la justification

    Voici l'url de la demande (12e message) : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]. Vous y trouverez le point de départ du projet, une autre description, etc.


    4. Du Suivi des Discussions

    03/11/2012 - thème : La conscience ; auteurs : Alain, Bergson, Husserl, Kant, Leibniz.


    Bien à vous,

    Broceliand
    avatar
    broceliand

    Messages : 85
    Date d'inscription : 12/07/2012
    Age : 25
    Localisation : France

    Re: Discussions thématiques

    Message  broceliand le Sam 3 Nov 2012 - 14:59



    LA CONSCIENCE


    N.B : Ceci n'est qu'un essai, 5 textes ont été mis en ligne. Il se peut que seuls 1, 2 ou 3 textes soient seulement "étudiés", tout dépend de la réussite du projet, si on est nombreux à y participer, si le débat avance bien etc.

    Texte 1 :
    Henri Bergson, extrait de L’évolution créatrice.



    Comment n'être pas frappé du fait que l'homme est capable d'apprendre n'importe quel exercice, de fabriquer n'importe quel objet, enfin d'acquérir n'importe quelle habitude motrice, alors que la faculté de combiner des mouvements nouveaux est strictement limitée chez l'animal le mieux doué, même chez le singe ? La caractéristique cérébrale de l'homme est là. Le cerveau humain est fait, comme tout cerveau, pour monter des mécanismes moteurs et pour nous laisser choisir parmi eux, à un instant quelconque, celui que nous mettrons en mouvement par un jeu de déclic. Mais il diffère des autres cerveaux en ce que le nombre des mécanismes qu'il peut monter, et par conséquent le nombre des déclics entre lesquels il donne le choix, est indéfini. Or, du limité à l'illimité il y a toute la distance du fermé à l'ouvert. Ce n'est pas une différence de degré, mais de nature.
    Radicale aussi, par conséquent, est la différence entre la conscience de l'animal, même le plus intelligent, et la conscience humaine. Car la conscience correspond exactement à la puissance de choix dont l'être vivant dispose ; elle est coextensive à la frange d'action possible qui entoure l'action réelle : conscience est synonyme d'invention et de liberté. Or, chez l'animal, l'invention n'est jamais qu'une variation sur le thème de la routine. Enfermé dans les habitudes de l'espèce, il arrive sans doute à les élargir par son initiative individuelle ; mais il n'échappe à l'automatisme que pour un instant, juste le temps de créer un automatisme nouveau : les portes de sa prison se referment aussitôt ouvertes ; en tirant sur sa chaîne il ne réussit qu'à l'allonger. Avec l'homme, la conscience brise la chaîne. Chez l'homme, et chez l'homme seulement, elle se libère.
    Texte 2 :
    Emmanuel Kant, extrait de l’Anthropologie du point de vue pragmatique.



    Le fait que l'homme puisse avoir le Je dans sa représentation, l'élève infiniment au-dessus de tous les autres êtres vivant sur la terre. Par-là, il est une personne et, grâce à l'unité de la conscience dans tous les changements qui peuvent lui arriver, il est une seule et même personne, c'est-à-dire un être entièrement différent, par le rang et la dignité, de choses telles que les animaux sans raison, dont on peut disposer à sa guise; et ceci, même lorsqu'il ne peut pas encore dire le Je, car il l'a cependant dans sa pensée; ainsi toutes les langues, lorsqu'elles parlent à la première personne, doivent penser le Je, même si elles n'expriment pas cette relation au Moi par un mot particulier. Car cette faculté (de penser) est l'entendement.
    Mais il est remarquable que l'enfant, qui sait déjà parler assez correctement, ne commence pourtant qu'assez tard (peut-être bien un an après) à dire Je ; jusque-là, il parlait de lui à la troisième personne (Karl veut manger, marcher, etc.) ; et il semble que pour lui ce soit comme une lumière qui vient de se lever, quand il commence à dire Je ; à partir de ce jour, il ne revient jamais à l'autre manière de parler. - Auparavant il ne faisait que se sentir, maintenant il se pense.

    Texte 3 :
    Leibniz, extrait des Remarques sur la partie générale des principes de Descartes.



    Descartes a très bien signalé que la proposition : "je pense, donc je suis", est une des vérités premières. Mais il eût été convenable de ne pas négliger les autres vérités de même ordre. En général, on peut dire que toutes les vérités sont ou bien des vérités de fait, ou bien des vérités de raison. La première des vérités de raison est le principe de contradiction ou, ce qui revient au même, le principe d'identité, ainsi qu'Aristote l'a remarqué justement. Il y a autant de vérités de fait premières, qu'il y a de perceptions immédiates ou, si l'on peut ainsi dire, de consciences. Car je n'ai pas seulement conscience de mon moi pensant, mais aussi de mes pensées, et il n'est pas plus vrai ni plus certain que je pense, qu'il n'est vrai et certain que je pense telle ou telle chose. Aussi est-on en droit de rapporter toutes les vérités de fait premières à ces deux ci : "Je pense", et "des choses diverses sont pensées par moi". D'où il suit non pas seulement que je suis, mais encore que je suis affecté de différentes manières.
    Texte 4 :
    Husserl, extrait des Méditations Cartésiennes.



    Tout état de conscience en général est, en lui-même, conscience de quelque chose, quoi qu'il en soit de l'existence réelle de cet objet et quelque abstention que je fasse, dans l'attitude transcendantale qui est mienne, de la position de cette existence et de tous les actes de l'attitude naturelle. Par conséquent, il faudra élargir le contenu de l'ego cogito transcendantal, lui ajouter un élément nouveau et dire que tout est cogito ou encore tout état de conscience "vise" quelque chose, et qu'il porte en lui-même, en tant que "visé" (en tant qu'objet d'une intention), son cogitatum respectif. Chaque cogito, du reste, le fait à sa manière. La perception de la "maison""vise"(se rapporte à) une maison - ou, plus exactement, telle maison individuelle - de manière perceptive ; le souvenir de la maison "vise" la maison comme souvenir : l'imagination, comme image ; un jugement prédicatif ayant pour objet la maison "placée devant moi" la vise de la façon propre au jugement prédicatif : un jugement de valeur surajouté la viserait encore à sa manière, et ainsi de suite. Ces états de conscience sont aussi appelés états intentionnels. Le mot intentionnalité ne signifie rien d'autre que cette particularité foncière et générale qu'à la conscience d'être conscience de quelque chose, de porter, en sa qualité de cogito, son cogitatum en elle-même.

    Texte 5 :
    Alain, extrait de Les Arts et les Dieux.


    La conscience est le savoir revenant sur lui-même et prenant pour centre la personne humaine elle-même, qui se met en demeure de décider et de se juger. Ce mouvement intérieur est dans toute pensée ; car celui qui ne dit pas finalement : "Que dois-je penser ? " ne peut être dit penser. La conscience est toujours implicitement morale ; et l'immoralité consiste toujours à ne point vouloir penser qu'on pense, et à ajourner le jugement intérieur. On nomme bien inconscients ceux qui ne posent aucune question d'eux-mêmes à eux-mêmes. Ce qui n'exclut pas les opinions sur les opinions et tous les savoir-faire, auxquels il manque la réflexion, c'est-à-dire le recul en soi-même qui permet de se connaître et de se juger ; et cela est proprement la conscience.
    Rousseau disait bien que la conscience ne se trompe jamais, pourvu qu'on l'interroge. Exemple : ai-je été lâche en telle circonstance ? Je ne le saurai si je veux y regarder. Ai-je été juste en tel arrangement ? Je n'ai qu'à m'interroger ; mais j'aime mieux m'en rapporter à d'autres.

    Silentio

    Messages : 2475
    Date d'inscription : 30/01/2011
    Age : 28
    Localisation : Paris

    Re: Discussions thématiques

    Message  Silentio le Sam 3 Nov 2012 - 15:13

    Merci d'indiquer les références précises des textes si vous les avez.

    Liber

    Messages : 1399
    Date d'inscription : 30/01/2011

    Re: Discussions thématiques

    Message  Liber le Sam 3 Nov 2012 - 18:53

    Je pense qu'outre le thème de la conscience, il serait bon de donner un fil conducteur entre ces textes. Vous avez ici des textes très divers, trois textes qui reprennent le mot "Je", deux sur le Cogito (Leibniz, Husserl), un sur le Moi (Kant), qui s'oppose radicalement à tous ceux qui n'établissent qu'une différence de degré entre l'homme et l'animal. Quant à Alain, il lie conscience et morale (un texte de Nietzsche en regard sur la "mauvaise conscience" serait instructif). Bergson pense au contraire que la conscience peut être libératrice, se rapprochant ainsi de Nietzsche.

    yacine

    Messages : 69
    Date d'inscription : 27/10/2012

    Re: Discussions thématiques

    Message  yacine le Sam 3 Nov 2012 - 20:21

    A tout cela j'ajouterai la mauvaise foi de Sartre.. Mais à tous ajouts force est de constater que nous partirions alors vers une encyclopédie philosophique.
    avatar
    shokin

    Messages : 12
    Date d'inscription : 19/10/2012
    Age : 32
    Localisation : Suisse

    Re: Discussions thématiques

    Message  shokin le Dim 4 Nov 2012 - 0:56

    Bon, pour la conscience, je me contenterai de vous lire, ne m'y connaissant que très peu.
    avatar
    broceliand

    Messages : 85
    Date d'inscription : 12/07/2012
    Age : 25
    Localisation : France

    Re: Discussions thématiques

    Message  broceliand le Sam 10 Nov 2012 - 12:09

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:Bon, pour la conscience, je me contenterai de vous lire, ne m'y connaissant que très peu.
    Je vous rassure : je m'y connais encore moins que vous, et justement l'objectif de ce topic est de nous confronter à des pensées des philosophes, à démonter leur système argumentatif ainsi de découvrir des arguments originaux ou des exemples intéressants.


    __________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________
    D'ailleurs en parlant de cela je trouve que la métaphore de la chaîne dans le premier texte, texte d'Henri Bergson, est intéressante.

    Tant pis, je me lance en solo et vous donne mes recherches au sujet du premier texte.

    Bergson commence par le postulat selon lequel le cerveau humain est beaucoup plus puissant que celui des animaux. Constat qui semble tout à fait appréciable ne serait-ce que par la comparaison entre l'évolution de l'espèce humaine et celle de toutes les autres espèces : seule l'humanité est capable de projeter ses idées dans le monde extérieur, et ainsi de transformer totalement la nature. Une telle puissance assure une infinité de déclics, d'idées donc de choix.

    Pour Bergson, étant donné que "la conscience correspond exactement à la puissance de choix dont l'être vivant dispose", la conscience humaine est radicalement distincte de celle de l'animal. Or la question du choix entraîne la question de la liberté. Et justement Bergson affirme alors que la "Conscience est synonyme de liberté [ceci est classique et tout le monde en parlant de conscience arrive rapidement à cette thèse] et d'invention" [déjà je trouve cela plus original].

    L'invention humaine semble infinie et libre. Chez l'animal au contraire elle apparaît ponctuelle : comme-ci à un moment donné l'animal était capable d'échapper à sa "routine" et de manière quasi instantanée de s'y renfermer. C'est là qu'arrive le fameux exemple de la chaîne : l'animal ne peut que l'allonger, et donc augmenter le périmètre de son intelligence, intelligence spécifique de son espèce, ce que Bergson nomme "routine" là où l'homme la brise, et s'élève.


    __________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________
    Je vous expose mes cogitations :

    Considérons un animal lambda et l'humain qui souhaitent passer d'un état A à un état B. Par exemple traverser une rivière en vue de récupérer des denrées alimentaires, denrées supposées appréciées par les deux.

    Il existe plusieurs choix d'action possibles. Mais l'animal n'a pas conscience de l'existence de tous ces choix. Il a un besoin à calmer tout de suite (sa faim). Il est alors dicté par ce besoin et va traverser la rivière quitte à faire des allers-retours. L'homme est lui aussi dicté par ce besoin, mais à la différence de l'animal, grâce à l'immense capacité de son cerveau en comparaison à celle de l'animal, a conscience de l'existence de ces choix : choix directs (traversée à la nage, construire un pont rapidement, trouver un chemin naturel qui permet de traverser la rivière) mais aussi choix plus lointains si je puis dire (création d'un récipient pour rapporter plus de nourriture, création d'une zone de conservation des denrées, etc.). Il arrive à calmer l'ardeur de son besoin, à se projeter spatialement (comme s'il était déjà de l'autre côté de la rivière) mais aussi temporellement (comme s'il avait déjà ramassé ces denrées). L'invention de tels outils et solutions, et le fait que l'homme sait qu'il est libre de créer ces outils (puisqu'il en est capable et qu'il en a la volonté) se mettent au service de son détachement là où l'animal demeure dominé par ses besoins. La chaîne serait donc une allégorie du besoin, sorte de fatalité chez l'animal et nécessité chez l'homme.

    Voilà mes premières cogitations. Je n'en ai pas fini avec ce texte. A votre avis ai-je fait des contresens ? Car j'ai vraiment l'impression que quelque chose m'échappe. Je referai le point en fin d'après-midi en retravaillant ce texte, j'ai un peu le temps cette après-midi !

    Merci à ceux qui liront ce pavé !

    N. B. : désolé pour les fautes d'orthographe, je vais les corriger tout à l'heure, là je n'ai point le temps [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

    Liber

    Messages : 1399
    Date d'inscription : 30/01/2011

    Re: Discussions thématiques

    Message  Liber le Sam 10 Nov 2012 - 12:22

    Quel est votre but, Broceliand ? Si c'est d'expliquer chaque texte séparément, je ne m'associerai pas à votre démarche. Proposez alors un seul texte. Je vous ai expliqué ici ce que je souhaitais : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
    avatar
    Euterpe

    Messages : 4025
    Date d'inscription : 29/01/2011
    Age : 46

    Re: Discussions thématiques

    Message  Euterpe le Sam 10 Nov 2012 - 19:16

    J'ai réorganisé vos extraits de texte dans des tableaux pour permettre à chacun de les visualiser ensemble ; avec les spoilers, ça ne convient pas.

    Contenu sponsorisé

    Re: Discussions thématiques

    Message  Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Sam 24 Juin 2017 - 7:18