παιδεία | μανθάνω | ἀπομανθάνω

    Entéléchie et puissance.

    Partagez

    Deliquescence

    Messages : 1
    Date d'inscription : 06/08/2012

    Entéléchie et puissance.

    Message  Deliquescence le Lun 6 Aoû 2012 - 13:51

    C'est sans digression et selon la définition d'Aristote que je vous pose cette question : Une chose entéléchique porte-t-elle puissance ?

    whynotlai

    Messages : 7
    Date d'inscription : 06/08/2012

    Re: Entéléchie et puissance.

    Message  whynotlai le Mar 7 Aoû 2012 - 9:05

    Voici une citation d'Aristote concernant l'entéléchie :
    @Aristote a écrit:Ce que l'opinion commune reconnaît, par-dessus tout, comme des substances, ce sont les corps, et, parmi eux, les corps naturels, car ces derniers sont principes des autres. Des corps naturels, les uns ont la vie, les autres ne l'ont pas : et par "vie" nous entendons le fait de se nourrir, de grandir et de dépérir par soi-même. Il en résulte que tout corps ayant la vie en partage sera une substance, et substance au sens de substance composée. Et puisqu'il s'agit là, en outre, d'un corps d'une certaine qualité, c'est-à-dire d'un corps possédant la vie, le corps ne sera pas identique à l'âme, car le corps animé n'est pas un attribut du sujet, mais il est plutôt lui-même substrat et matière. Par suite, l'âme est nécessairement substance, en ce sens qu'elle est la forme d'un corps naturel ayant la vie en puissance. Mais la substance formelle est entéléchie (état de l'être en acte, pleinement réalisé) ; l'âme est donc l'entéléchie d'un corps de cette nature. - Mais l'entéléchie se prend en un double sens ; elle est tantôt comme la science, tantôt comme l'exercice de la science. Il est ainsi manifeste que l'âme est une entéléchie comme la science, car le sommeil aussi bien que la veille impliquent la présence de l'âme, la veille étant une chose analogue à l'exercice de la science, et le sommeil, à la possession de la science, sans l'exercice. Or l'antériorité dans l'ordre de la génération appartient, dans le même individu, à la science. C'est pourquoi l'âme est, en définitive, une entéléchie première d'un corps naturel ayant la vie en puissance, c'est-à-dire d'un corps organisé.

    Aristote, De l'âme, livre II, ch. 1, p. 412 a-b ; traduction de J. Tricot.

      La date/heure actuelle est Sam 18 Nov 2017 - 22:38