παιδεία | μανθάνω | ἀπομανθάνω

    La violence est-elle une solution ?

    Partagez
    avatar
    jean ghislain

    Messages : 331
    Date d'inscription : 13/03/2011
    Age : 43

    La violence est-elle une solution ?

    Message  jean ghislain le Mar 22 Mai 2012 - 16:40

    Quand on y pense bien, combien de révolutions se sont faites dans le sang ? Quand on y regarde bien, combien de gens s'expriment violemment pour imposer leurs idées ? Est-ce le désespoir qui conduit à la violence ? Est-il naturel et légitime de répondre à la violence par la violence, ne serait-ce que pour se défendre ? Mon avis : Si je me fais agresser, je réponds sur le même mode (c'est la légitime défense). Quand on empiète sur ma vie, et qu'on veut m'empêcher de vivre, je me mets en colère. Bien sûr, il y a une violence qui ne dit pas son nom, la vengeance qui attend son heure... et qui s'accommode de l'hypocrisie avant d'éclater. La violence est une solution mais qui ne doit être appliquée qu'en dernier lieu, dans un cas ultime. Mais si la violence est légitime pour se défendre, se pose aussi la question de savoir qui a commencé, car souvent, la violence est déjà là et parfois on ne sait même plus comment un conflit a pu débuter. Alors la violence engendre la violence et dans ce cas, elle n'est pas une solution car elle ne permet pas de mettre un terme au conflit. Pourtant chaque camp légitime sa violence. Mais ce n'est pas parce que chacun croit que sa violence est légitime qu'elle l'est. Que peut-on dire de la légitimité de la violence alors ? « Si tu veux la paix, prépare la guerre ». Les sociétés historiquement se sont formées par des guerres, et parfois même certaines sociétés incluaient la violence (les nazis, l'inquisition). Et même de l'homme ne peut-on pas dire qu'il est violent quand il tue pour se nourrir, après tout ? Mais même si tous les hommes sont convaincus que la violence est légitime, de par sa présence et sa continuité, qu'en est-il dans l'absolu ? C'est la question du droit, qui donne à voir quand la violence peut être légitime ou pas. Il arrive bien des cas où on ne nous laisse pas le choix et il faut alors répondre par la violence, par exemple pour se sortir d'une situation dangereuse. Et quand on a le choix ? Eh bien, il est certain qu'il faut préférer éviter toute violence, par choix moral. Quelques uns préféreront, pour résister à la société par exemple, la désobéissance citoyenne ou rester en marge. Car la violence ne doit être que le dernier recours, lourd de conséquence, pour se défendre.
    avatar
    Collegienmv

    Messages : 85
    Date d'inscription : 16/01/2012
    Age : 19

    Re: La violence est-elle une solution ?

    Message  Collegienmv le Mar 22 Mai 2012 - 19:21

    Dans la violence, y a-t-il des grades et des limites ? C'est ainsi que nous légitimons la violence. Mais je pense que la violence (envers les autres) est violence envers soi-même. Car, si l'on réfléchit à la violence que nous aurions déjà produite nous aurions des remords. Je pense que la culpabilité est le sentiment le plus humain et que seul celui-ci peut casser des cercles de violence. Ainsi la vengeance peut avoir son utilité : en créant des remords et bien sûr le pardon ou une demande de pardon.

    Si l'on m'attaque dans la rue je pense que j'éviterai les coups et prendrai du recul. Mais ça ce n'est que théorique...

    icarus

    Messages : 5
    Date d'inscription : 24/03/2013

    Re: La violence est-elle une solution ?

    Message  icarus le Dim 24 Mar 2013 - 21:40

    Ce sujet me fait penser aux interventions d'un délégué syndical, de je ne sais plus quelle entreprise en crise (il y en a tellement ces derniers temps). De mémoire, on le voyait avec ses confrères dégrader une mairie ou un bâtiment dans ce style.

    Cet homme relativement désespéré, expliquait qu'à l'époque où il avait un travail, il était devenu un pacifiste. Depuis qu'il s'est retrouvé au chômage, il prône la révolution, notamment par la violence. Il explique ainsi que selon lui, les résultats, ou tout du moins l'écoute des revendications, arrivent plus vite par ce biais là.

    Ce qui est terrible, c'est que dans notre société d'aujourd'hui, il n'a pas tort. Pour autant, la méthode me rend mal à l'aise. Est-ce nécessairement la meilleure façon de procéder ? N'y a-t-il pas de façon plus "civilisée" de communiquer sa détresse ? Je pose cette question sans arrière-pensée, car toutes ces personnes mises au chômage forcé doivent vivre un enfer.
    avatar
    Invité
    Invité

    Re: La violence est-elle une solution ?

    Message  Invité le Dim 31 Mar 2013 - 1:01

    Si un délit a été commis par un individu majeur, alors il doit être jugé en conséquence, indépendamment de son statut. Le chômage (phénomène qui, curieusement, existait avant que ce "pacifiste" ne devienne "révolutionnaire") ne saurait constituer un passe-droit, surtout dans un pays où il n'est synonyme, ni d'état de dénuement, ni de privation de liberté. La fausse justification de la violence (a-t-on bâillonné ce citoyen afin qu'il ne puisse s'exprimer autrement que par la dégradation de ce bâtiment ?) n'est qu'une énième variation de l'idée qu'il existerait des "victimes de la société" (idée qui prospère dans les démocraties depuis plusieurs siècles par le biais des réformateurs sociaux, sociologues, humanitaires et intellectuels) qui ne sont, par définition, pas responsables de leurs actes.

    Monsieur Bleu

    Messages : 10
    Date d'inscription : 12/06/2013

    Re: La violence est-elle une solution ?

    Message  Monsieur Bleu le Mer 12 Juin 2013 - 5:09

    Si l'on considère la violence comme un moyen physique pour soumettre un sujet, il est tout naturel que celui-ci, aspirant à être libre, tâche de s'en défendre. Aussi, je pense que l'on peut se défendre sans pour autant être violent à son tour. La loi réglementant la légitime défense va d'ailleurs dans ce sens : il faut déployer les moyens adaptés à sa défense dans des proportions équivalentes à l'offensive subie. Si un sujet tâche d'en soumettre un autre et que dans sa tentative il se blesse car l'autre s'est défendu, l'agresseur a bien fait un choix au compte duquel il y avait une possibilité que cela arrive. En quoi il n'y a pas de violence puisque l'agresseur n'est pas dans une situation de soumission qui ne soit provoquée par un autre que par lui-même.  
    En ce qui concerne le chômeur devenu révolutionnaire, a-t-il pensé agir autrement que par la violence ? Parmi les solutions incalculables que nous offrent notre entendement, il a choisi d'utiliser la violence. Pourtant a-t-il choisi la voie politique, a-t-il choisi de trouver un autre endroit qui lui offrirait du travail ?
    avatar
    Vangelis
    Princeps
    Princeps

    Messages : 1431
    Date d'inscription : 11/03/2011

    Re: La violence est-elle une solution ?

    Message  Vangelis le Ven 14 Juin 2013 - 17:23

    @Monsieur bleu a écrit:En ce qui concerne le chômeur devenu révolutionnaire, a-t-il pensé agir autrement que par la violence ? Parmi les solutions incalculables que nous offrent notre entendement, il a choisi d'utiliser la violence. Pourtant a-t il choisi la voie politique, a-t-il choisi de trouver un autre endroit qui lui offrirait du travail ?
    Les options dont vous parlez sont-elles ici pour démontrer qu'il avait d'autres choix indépendamment de leurs réussites, ou pour démontrer qu'il avait une solution à son chômage ? Parce que si c'est la seconde option, j'en rirais si ce n'était pas aussi grave.

      La date/heure actuelle est Mer 23 Aoû 2017 - 12:01