παιδεία | μανθάνω | ἀπομανθάνω

    Raison et déraison.

    Partagez
    avatar
    JimmyB

    Messages : 356
    Date d'inscription : 25/04/2012
    Age : 30

    Re: Raison et déraison.

    Message  JimmyB le Jeu 17 Mai 2012 - 11:24

    Je n'ai jamais dit que j'avais raison en étant sûr de rien, même de cela je ne peux être certain.

    Il y a des idées en lesquelles je crois, que j'espère justes ; mais je ne peux parler de certitudes universelles comme vous l'avancez vous. Et ne tronquez pas s'il vous plaît toutes mes réponses pour me faire dire ce que je ne dis pas.

    Gnomon

    Messages : 75
    Date d'inscription : 07/05/2012

    Re: Raison et déraison.

    Message  Gnomon le Jeu 17 Mai 2012 - 11:54

    Mais, je ne tronque rien du tout. Comment comprenez-vous la réponse d'Epicure à ceux qui disent n'être sûrs de rien ?

    Ce n'est pas qu'en affirmant que vous n'êtes sûr de rien vous prétendiez avoir raison, mais simplement que vous affirmez. Donc que vous affirmez être capable d'être sûr d'au moins une chose : que vous n'êtes sûr de rien. Mais pour être certain de n'être sûr de rien vous devez en être certain, donc vous êtes sûr au moins d'une chose, non ? ce qui revient à tenir une contradiction entre le contenu de votre affirmation : "je ne suis sûr de rien", et le fait d'affirmer qulque chose dont vous êtes certain.

    De nouveau, vous vous méprenez sur l'une de mes positions. Je ne crois pas à des certitudes universelles et universellement acceptées par tous. Je crois simplement, comme vous, en des idées que je tiens pour justes et que je suis prêt à récuser au moindre doute. Ceci étant dit, c'est sur le sens de l'objectivité que j'en ai. Vous pouvez bien me répondre que l'objectivité est un acte impossible à atteindre, vous n'expliquez toujours pas ce qu'est l'objectivité. Parce qu'il me semble que cette notion correspond à une réalité vague pour vous. La subjectivité est pour vous une notion que vous sentez de façon bien plus réelle que l'objectivité. Vous pourriez citer de nombreux cas de faits subjectifs réels. Mais je ne pense pas que vous parviendriez à faire de même avec l'objectivité en tant que fait réel. Parce que, à lire vos réponses, l'objectivité vous échappe. D'où votre tendance à vous retrancher dans une affimration : "l'objectivité est impossible", plutôt que dans une définition de l'objectivité.
    avatar
    JimmyB

    Messages : 356
    Date d'inscription : 25/04/2012
    Age : 30

    Re: Raison et déraison.

    Message  JimmyB le Jeu 17 Mai 2012 - 12:04

    Mais je n ai jamais dit que j'étais certain de ne rien savoir, lisez bien... J'ai dit que je pensais ne pas être capable de connaître une certitude. C'est un point de vue, pas une certitude. Et nous n'avons pas la même définition de l'objectivité, donc le débat est biaisé dès le début.

    J'ai dit que selon ma définition de l'objectivité, c'est un absolu donc je ne peux y avoir accès, c'est une déduction logique simplement, pas une affirmation.

    Gnomon

    Messages : 75
    Date d'inscription : 07/05/2012

    Re: Raison et déraison.

    Message  Gnomon le Jeu 17 Mai 2012 - 12:59

    Si vous pensez ne pas être capable de connaître une certitude, c'est que vous n'en êtes donc pas certain. Votre position est donc celui d'un sceptique qui doute de ses capacités à dire ce qui est objectif. Donc, convenez que vous ne savez pas ce qui est objectif. Parce que selon vous, l'objectifivité correspond à un absolu inconnaissable pour un sujet par essence subjectif. Le "moi" est irréductible au "non-moi". Très bien.
    Comment définissez-vous, dès lors, la subjectivité ?

    Gnomon

    Messages : 75
    Date d'inscription : 07/05/2012

    Re: Raison et déraison.

    Message  Gnomon le Jeu 17 Mai 2012 - 13:26

    Dire : un frigo est déterminé par telle forme, telle couleur et telle matière, c'est tenir une affirmation objective, relative à l'objet lui-même.

    Dire : ce frigo n'est pas beau, pas assez grand, pour telle et telle raison, c'est tenir une affirmation subjective relative au sujet qui la tient.

    Vous ne saisissez pas la distinction entre subjectif et objectif, qui n'a rien à voir avec un absolu quelconque.
    avatar
    JimmyB

    Messages : 356
    Date d'inscription : 25/04/2012
    Age : 30

    Re: Raison et déraison.

    Message  JimmyB le Jeu 17 Mai 2012 - 14:18

    Ah ! mais j'en conviens, et je doute aussi que vous le sachiez vu l'usage que vous en faites.

    Subjectif est ce qui se rapporte au sujet ou le jugement du sujet au niveau de la relation qu'il entretient avec les objets qui l'entourent. Donc oui nous ne sommes selon moi composés que d'idées subjectives, c'est-à-dire qui ne sont valables que pour nous et notre expérience individuelle vis-à-vis de ce qui nous environne.

    Et votre exemple du frigo ne démontre rien puisque vous l'analysez avec vos perceptions. Vous pensez vraiment avoir une connaissance de l'objet en ne percevant que ses attributs ?

    Gnomon

    Messages : 75
    Date d'inscription : 07/05/2012

    Re: Raison et déraison.

    Message  Gnomon le Jeu 17 Mai 2012 - 14:36

    Quand nous analysons un objet, comme un frigo, nous le faisons, certes, toujours avec nos perceptions. Il n'en demeure pas moins que les perceptions que nous renvoient la forme de cet objet ne posent aucun doute ni pour moi ni pour vous, puisque nous voyons, vous et moi, la même forme rectangulaire. Point n'est besoin de se défaire de ses affects, et encore moins son intuition, pour reconnaître objectivement la forme objective d'un objet. Quant à dire que ce frigo objectivement rectangulaire est beau ou laid tient de l'avis subjectif de chacun.

    Dire que vous êtes un homme revient à affirmer un fait objectif puisque vous êtes bien un homme. Quant à savoir si vous êtes beau ou laid, ou que je suis arrogant ou méprisant, ne tient que de l'avis subjectif de chacun puisque vous et moi sommes les seuls habilités à répondre de nous-mêmes.
    avatar
    JimmyB

    Messages : 356
    Date d'inscription : 25/04/2012
    Age : 30

    Re: Raison et déraison.

    Message  JimmyB le Jeu 17 Mai 2012 - 14:50

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:Quand nous analysons un objet, comme un frigo, nous le faisons, certes, toujours avec nos perceptions. Il n'en demeure pas moins que les perceptions que nous renvoient la forme de cet objet ne pose aucun doute ni pour moi ni pour vous puisque nous voyons, vous et moi, la même forme rectangulaire. Point n'est besoin de se défaire de ses affects, et encore moins son intuition, pour reconnaître objectivement la forme objective d'un objet. Quant à dire que ce frigo objectivement rectangulaire est beau ou laid tient de l'avis subjectif de chacun.

    Dire que vous êtes un homme revient à affirmer un fait objectif puisque vous êtes bien un homme. Quant à savoir si vous êtes beau ou laid, ou que je suis arrogant ou méprisant, ne tient que de l'avis subjectif de chacun puisque vous et moi sommes les seuls habilités à répondre de nous-mêmes.
    Je ne connais cependant que les attributs et non l'essence des objets ou de l'homme... Donc si vous appelez cela connaissance... Et si l'on prend l'exemple d'un morceau de cire ou d'une matière qui change d'aspect votre exemple devient invalide et l'on peut donc douter de nos perceptions.

    Gnomon

    Messages : 75
    Date d'inscription : 07/05/2012

    Re: Raison et déraison.

    Message  Gnomon le Jeu 17 Mai 2012 - 15:22

    Dans votre énoncé, vous utilisez un vocabulaire métaphysique : "essence" et "attribut". Je ne suis pas essentialiste, j'aurais peut-être dû le mentionner plus tôt. Bien que j'aie en effet une passion pour Platon. Mais la connaissance des attributs reste une connaissance vraie puisqu'elle montre, par ses effets en mathématiques appliquées et dans les applications de la physique, mécanique, etc., qu'elles sont congruentes, cohérentes, avec le réel. Cette connaissance vraie, objective, des attributs ne prétend pas à dire ce que sont les choses, les objets, mais suffit, primo, à nous comprendre les uns les autres lorsque nous parlons du réel et, secundo, à exercer une action efficace sur le réel.

    Si jusque-là nous sommes d'accord, je ne comprends pas la position radicale que vous avez tenue dans un message précédent : "rien n'est sûr (...) et je ne suis certain de rien". Avouez que vous êtes tout de même certain de saisir, connaître, les attributs des choses exprimées symboliquement par des concepts conventionnels : les mots.
    avatar
    Euterpe

    Messages : 2975
    Date d'inscription : 29/01/2011
    Age : 46

    Re: Raison et déraison.

    Message  Euterpe le Jeu 17 Mai 2012 - 15:45

    L'un comme l'autre, vous n'y arriverez pas en continuant comme ça.

    Gnomon, vos difficultés viennent de ce que vous ne distinguez pas d'abord les plans sur lesquels vous construisez vos hypothèses : raison/déraison ; objectif/subjectif ; valeurs. Très sommairement, disons que vous attribuez à la raison l'avantage d'être objective, de s'abstraire du parasitage du subjectivisme. L'objectivité de la raison permettrait ainsi d'émettre des jugements de valeur eux-mêmes objectifs puisque fondés en raison. D'abord, la valeur que j'attribue à un objet ou à une personne n'est pas inscrite dans cet objet ou cette personne comme le minéral est inscrit dans la pierre. Ensuite, c'est parce que vous attribuez une valeur à la raison que, par dérivation, vous en attribuez une à ce qui vous semble en procéder, par exemple en adoptant une démarche conséquentialiste avec les comportements humains.

    JimmyB, vos difficultés viennent de ce que le "tout-subjectif", ou presque, est tout bonnement impossible ; d'autre part, vous ne considérez l'incertitude qu'à la lumière de la connaissance. Il n'y a pas que la connaissance. Et c'est précisément la raison pour laquelle le philosophe s'en sort à peu près. Contrairement à une illusion fort répandue, la philosophie n'est pas d'abord et avant tout un corpus de connaissances. Platon, et surtout Aristote, prennent décisivement cette direction parce qu'ils tirent les conséquences de la mort de Socrate et plus généralement de la politique athénienne et grecque (Aristote essaie de corriger, pour ainsi dire, les conséquences d'abord tirées par Platon).

    L'un comme l'autre, vous devriez lire Idées et croyances d'Ortega y Gasset. Ça vous aidera à clarifier tout ça.


    Dernière édition par Euterpe le Mer 8 Aoû 2012 - 13:40, édité 2 fois

    Gnomon

    Messages : 75
    Date d'inscription : 07/05/2012

    Re: Raison et déraison.

    Message  Gnomon le Jeu 17 Mai 2012 - 16:05

    Je vous remercie de la référence proposée, et n'hésiterai à tenter de me la procurer. Mais il y a tout de même une phrase qui me rend perplexe dans votre texte :

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:vous attribuez une valeur à la raison
    Primo : vous ne raisonnez jamais ? cette activité rationnelle de la conscience, je ne peux pas (en fonction de quoi ?) l'appeler "raison" ?

    Secundo : si le "Je pense, donc je suis" de Descartes n'est pas une vertu ; si penser, être doué de raison, n'est pas une valeur, qu'est-ce qu'une application scientifique, ou une bonne volonté humaine, qui sauve une vie ? si ce n'est quelque chose qui vaut mieux que l'ignorance ou le mépris ?

    Si je supprime le mot "valeur", il réapparaît toujours dans le réel par les actions que chacun pose.

    Mais je lirai la référence que vous avez proposée.
    avatar
    Euterpe

    Messages : 2975
    Date d'inscription : 29/01/2011
    Age : 46

    Re: Raison et déraison.

    Message  Euterpe le Jeu 17 Mai 2012 - 16:18

    C'est bien ce que je dis : vous attribuez une valeur à la raison (dans une perspective conséquentialiste), puisque vous la jugez par ses résultats. Maintenant, ouvrons un peu mieux le champ de la raison que vous ne l'avez fait vous-même, et déplaçons un peu le curseur. Les camps d'extermination nazis ? Rationalisation à l'extrême, industrialisation de la mise à mort. Organisation, logistique, etc., tout y est. La science ? Quelle science ? Celle des Grecs ? celle des modernes, de la bombe atomique ? de la chimie et du Zyklon B ? Et ne venez pas me dire qu'il y a un bon et un mauvais usage de la science, sans quoi je vous renverrai à Ellul, Boudon, et tant d'autres. Que fait le jaloux, en son for intérieur ? Il raisonne. Vous croyez que son raisonnement est raisonnable ? Vous ne voudriez pas que sur un forum de philosophie on mette sur le même plan rationalité, ratiocination, être raisonnable ! Le jaloux ne l'est pas, raisonnable. Il sur-raisonne : para-noia, ce qui dépasse la raison (non parce que c'est incompréhensible, mais parce qu'on la soumet à un usage pour lequel elle tombe dans le délire). La raison est une bonne à tout faire. La philosophie, ce n'est pas le rationalisme.

    Kierkegaard, Nietzsche et tant d'autres, on leur en a fait souper jusqu'à plus soif, de la raison. Pascal, pour qui la raison n'avait pour ainsi dire plus aucun secret, s'en contrefichait comme de l'an 14. Pourquoi ? Ça vous fait vivre, vous, de savoir quel est le concept de la banane ?


    Dernière édition par Euterpe le Sam 30 Juil 2016 - 16:05, édité 3 fois

    Gnomon

    Messages : 75
    Date d'inscription : 07/05/2012

    Re: Raison et déraison.

    Message  Gnomon le Jeu 17 Mai 2012 - 17:04

    Je suis amplement d'accord avec vous lorsque vous affirmez à juste titre que :
    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:La philosophie, ce n'est pas le rationalisme.
    Je tentais justement de faire voir à JimmyB que l'intuition entre de plein pied dans le processus de décision d'un sujet (voyez que je n'utilise plus le mot "connaissance").
    Je pense avoir vu où vous voulez me mener. Je vais traiter la question des valeurs avec Nietzche avant de revenir sur ce post.
    avatar
    JimmyB

    Messages : 356
    Date d'inscription : 25/04/2012
    Age : 30

    Re: Raison et déraison.

    Message  JimmyB le Ven 18 Mai 2012 - 8:50

    Je suis d'accord avec votre critique de mon argumentation Euterpe, elle est hâtive.

    Gnomon le débat est pour l'instant clos je pense, mais il me semble que "faire voir" laisse entendre une dimension professorale à votre argumentation ce qui est étonnant voire un peu prétentieux. En espérant débattre d'autres sujets...

    Gnomon

    Messages : 75
    Date d'inscription : 07/05/2012

    Re: Raison et déraison.

    Message  Gnomon le Ven 18 Mai 2012 - 19:09

    JimmyB,

    Je ne voudrais pas qu'il reste de notre discussion, même si elle s'est déroulée par messages interposés, un mauvais souvenir. Je pense vraiment vous avoir laissé une mauvaise impression, comme l'envie de "montrer" avec tous les sous-entendus péjorarifs dans votre esprit que cela implique. Mon tort aura été de ne pas avoir attendu de faire connaissance avec l'un et l'autre avant de proposer un thème à débattre. J'aurais par exemple appris les différences de sensibilité de chacun en matière de théorie de la connaissance au lieu d'avoir proposé de défendre la mienne. Vu votre position fortement relativiste de l'existence et des rapports humains, je peux aisément imaginer que le respect d'autrui dans sa subjectivité propre soit un prérequis à tout débat. Et, toujours depuis votre point de vue, ma démarche n'a pas dû me donner cet air d'ouverture intellectuelle auquel vous attachez tant de prix.

    J'espère tout autant vous retrouver sur un autre sujet. Je pense en proposer un sur base de l'oeuvre de Nietzsche. En espérant cette fois me départir de mon ton d'enseignant. Mais, vous aurez peut-être peine à le croire, mais philosopher avec Platon implique une certaine approche des choses qui vise toujours à l'éveil, l'éveil de la connaissance. Je ne sais pas si la notion d'éveil vous parle en tant que lucidité intérieure. Est-ce encore philosopher lorsqu'on apprend pas en philosophant ?

    Mon but n'était pas d'instruire, mais d'apprendre en échangeant. Seulement, j'ai eu tort à prétendre échanger des vérités. Me voilà prévenu.

    Oboulah

    Messages : 1
    Date d'inscription : 27/05/2013

    Re: Raison et déraison.

    Message  Oboulah le Mar 28 Mai 2013 - 19:07

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:Les camps d'extermination nazis ? Rationalisation à l'extrême, industrialisation de la mise à mort. Organisation, logistique, etc., tout y est.
    Un meurtre soigneusement calculé est-il un acte de raison pour vous ?

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:La science ? Quelle science ? Celle des Grecs ? celle des modernes, de la bombe atomique ? de la chimie et du Zyklon B ? Et ne venez pas me dire qu'il y a un bon et un mauvais usage de la science, sans quoi je vous renverrai à Ellul, Boudon, et tant d'autres.
    Voulez-vous dire alors que la science est intrinsèquement mauvaise ?

    Nash

    Messages : 78
    Date d'inscription : 24/06/2012
    Age : 23

    Re: Raison et déraison.

    Message  Nash le Mar 28 Mai 2013 - 22:30

    L'acte du meurtre lui-même est rationnel selon moi, c'est ses motivations qui ne le sont pas toujours (et même pas souvent).
    avatar
    JimmyB

    Messages : 356
    Date d'inscription : 25/04/2012
    Age : 30

    Re: Raison et déraison.

    Message  JimmyB le Lun 3 Juin 2013 - 14:27

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:L'acte du meurtre lui-même est rationnel selon moi, c'est ses motivations qui ne le sont pas toujours (et même pas souvent).
    Quid du crime passionnel qui semble être en contradiction avec ce que vous avancez.

    Nash

    Messages : 78
    Date d'inscription : 24/06/2012
    Age : 23

    Re: Raison et déraison.

    Message  Nash le Lun 3 Juin 2013 - 15:46

    Ce qui est rationnel, c'est la préméditation du crime, la prévision du plan, et son exécution de manière rigoureuse.
    Le crime causé par l'amour (peu clair mais tout le monde comprendra) est irrationnel dans ses motivations, mais pas dans son exécution (à condition d'être prémédité, c'est évident). Voilà pour votre objection (vous devriez peut-être la développer un peu si vous souhaitez une réponse plus précise).
    avatar
    JimmyB

    Messages : 356
    Date d'inscription : 25/04/2012
    Age : 30

    Re: Raison et déraison.

    Message  JimmyB le Lun 3 Juin 2013 - 15:50

    Vous ne pouvez pas établir que c'est la cause d'un crime qui en fait un acte rationnel, et ensuite établir l'idée que la cause du crime passionnel est irrationnelle ; mais ce n'est pas grave, l'acte en lui-même est prémédité...
    De plus, s'il est guidé par des émotions, il n'est pas rationnel.

      La date/heure actuelle est Ven 15 Déc 2017 - 20:55