παιδεία | μανθάνω | ἀπομανθάνω

    A-t-on le devoir d'aimer autrui ?

    Partagez

    toniov

    Messages : 120
    Date d'inscription : 27/01/2012

    Re: A-t-on le devoir d'aimer autrui ?

    Message  toniov le Dim 22 Avr 2012 - 18:43

    Ronin a écrit:
    toniov a écrit:Moi je ne le conçois pas du tout. Ou alors nous passons à l'indifférence. Les bouddhistes préconisent le non-attachement, mais ne sont-ils pas attachés à leur doctrine ? Ou à leur maître ? Ou au nirvana ?
    Oui, Je conçois qu'on puisse vivre dans l'indifférence, pour ce qui concerne des cibles précises, cela, je le vois souvent, mais le non attachement et l'amour en même temps, je ne l'ai jamais rencontré personnellement.
    Il me semble que, décidé ou non, l'attachement est source de peines et de joies ; sans ces deux états d'âme, que peut bien valoir la vie ?
    Le simple fait de considérer que la vie "vaut" ou ne vaut pas quelque chose, c'est un affect. On peut passer en revue toutes les RAISONS du monde pour aimer où ne pas aimer la vie. Mais l'amour (ou le désamour) n'est pas mesurable. Quand il est là on lui trouve toutes les raisons du monde pour le justifier, et quand il n'est pas là il en va de même.
    avatar
    jean ghislain

    Messages : 331
    Date d'inscription : 13/03/2011
    Age : 43

    Re: A-t-on le devoir d'aimer autrui ?

    Message  jean ghislain le Mar 24 Avr 2012 - 4:46

    toniov a écrit:[...] c'est un affect. On peut passer en revue toutes les RAISONS du monde pour aimer où ne pas aimer la vie. Mais l'amour (ou le désamour) n'est pas mesurable. Quand il est là on lui trouve toutes les raisons du monde pour le justifier, et quand il n'est pas là il en va de même.
    Je pense que l'amour ne doit pas tomber dans le domaine de la raison, il doit rester un sentiment... libre à chacun de se faire une opinion sur ce qu'il ressent quand il aime, mais on n'aime souvent pas pour des raisons précises et qui conduiraient ainsi à se décider à aimer plus ou moins une personne. Finalement il est si bon de se laisser-aller à aimer, surtout quand c'est un être cher !
    L'amour du prochain n'a rien à voir avec l'amour passion, c'est en revanche un amour moral pourrait-on dire, "obligé", et qui suppose peut-être une disposition naturelle à s'intéresser à autrui, tout simplement ?
    Mais le respect moral envers autrui ne suffit pas à définir l'amour. Pour moi l'amour est un mouvement naturel vers ce qui nous attire chez l'autre, que ce soit au-delà de sa beauté, par exemple sa gentillesse, son humanité, ou sa grandeur d'esprit. Voilà comment je définirais plus l'amour.
    avatar
    JimmyB

    Messages : 853
    Date d'inscription : 25/04/2012
    Age : 29

    Re: A-t-on le devoir d'aimer autrui ?

    Message  JimmyB le Ven 27 Avr 2012 - 13:10

    Je ne suis pas certain que chaque individu ait le devoir d'aimer autrui pour la seule raison que l'homme est un animal politique ou social.
    Pour coexister, il suffit de ne pas se détester. Ne pas se détester n'a pas pour conséquence certaine de s'aimer. La seule condition à mon humble avis pour coexister est d'avoir la certitude qu'autrui veut aussi éviter le conflit. Donc il faut un minimum de confiance en autrui. Et cette confiance se base sur un intérêt réciproque à ce qu'il n'y ait pas de conflit.
    J'ajoute que pour encadrer une société on ne fait pas appel à l'amour de son prochain ou l'amour d'autrui mais à un cadre juridique ou à un règlement pour éviter le plus possible un désordre dû à la multiplication de conflits. C'est donc souvent par peur de la sanction ou de perdre quelque chose qui nous satisfaisait (la stabilité par exemple) que nous coexistons.
    Je décris là le minimum pour coexister, après il peut naître une entente, une complicité, un amour fusionnel, une belle amitié mais ce n'est pas me semble-t-il un devoir.
    avatar
    June

    Messages : 18
    Date d'inscription : 08/11/2011

    Re: A-t-on le devoir d'aimer autrui ?

    Message  June le Ven 11 Mai 2012 - 22:40

    Agapè existait donc bien avant l'écriture du Nouveau testament, c'est ce qu'il me semblait. L'idée de sortir un mot d'un chapeau à l'occasion semblait étrange.
    Pour rester dans la ligne de Kant, ce respect d'autrui revient à lui reconnaître une humanité, et donc à le traiter "plus comme une fin que comme un moyen". Ce n'est pas un devoir au sens législatif du terme, enfin dans le but de "faire tenir" la société et qu'il n'y ait pas de révolution populaire. Pour Kant, ce respect de l'autre est le devoir moral par excellence : c'est un impératif catégorique, au sens où nous devons tendre à réaliser ce devoir pour lui-même et non pas en agissant par intérêt. Kant place le respect comme un impératif catégorique car selon lui, l'humanité progresserait d'autant plus vite si nous nous mettions tous à agir de façon morale (en traitant autrui comme une fin) : c'est le progrès de la raison grâce au postulat de la liberté.
    Après, tout ceci reste de la philosophie kantienne, elle est largement contestable ; cependant, je trouve que sa philosophie morale est intéressante à étudier, puisqu'elle part du postulat que l'homme peut être moral, seulement à la condition d'admettre que :
    - l'homme est libre (la volonté bonne existe)
    - l'âme est immortelle
    - Dieu existe
    En gros, on voit qu'il faut postuler la liberté pour faire "advenir" la moralité, faire comme si elle existait. C'est cette idée que je trouve intéressante à approfondir.
    Pour l'amour, je crois qu'il y a une ambiguïté vicieuse propre à la langue française pour ce terme, il y a tellement d'amours possibles, d'ailleurs je crois qu'aucune définition de l'amour ne vaut.
    L'amour d'autrui (agapè) est certainement impossible à pratiquer, puisque justement ce n'est pas un amour-attachement, mais le respect de x totalement désintéressé. Or, pour s'attacher à x, il faut avoir un intérêt propre dans la relation à x. L'homme s'attache à une idée car il y trouve son intérêt, non ?
    Dans cette optique, on peut d’ailleurs dire que Kant était attaché à l'idée de progrès de l'humanité dans l'histoire (il y trouvait son compte).
    avatar
    Janus

    Messages : 266
    Date d'inscription : 04/03/2012

    Re: A-t-on le devoir d'aimer autrui ?

    Message  Janus le Sam 12 Mai 2012 - 0:15

    Et pourtant ce fameux devoir de respect d'autrui décrit par la philosophie de Kant se traduit bien concrètement "au sens législatif du terme" : c'est bien ce même principe que la loi politique (parlementaire) instaure, obligation de respecter la liberté d'autrui, interdiction de calomnie, d'incitation à la haine raciale, etc., faits sanctionnés par la loi. Seule la religion "impose" d'aimer autrui autant que soi-même, alors que la loi civile, plus réaliste, ne va pas jusqu'à en exiger autant.
    Pour ce qui est d'y "trouver son intérêt" ou son compte, je dirais que tout individu obéit (bon gré, mal gré) aux lois que ses prédécesseurs ont façonnées bien avant qu'il naisse, sans qu'il ait besoin de vraiment y réfléchir, sachant qu'il est "pris dans les filets du langage". Mais cette remarque se prête mal à un philosophe qui certes a été guidé par sa propre sensibilité, mais pour avoir mérité ce titre, ne peut pas s'être contenté de son seul intérêt personnel.
    avatar
    Euterpe

    Messages : 4212
    Date d'inscription : 29/01/2011
    Age : 46

    Re: A-t-on le devoir d'aimer autrui ?

    Message  Euterpe le Sam 12 Mai 2012 - 1:51

    Bonsoir à tous,

    je n'ai pas le temps d'entrer dans le détail, mais l'interprétation de la philosophie kantienne que j'ai pu lire est tout simplement fausse. C'est un contresens de part en part. Méfiance, donc, pour les lecteurs non avertis et qui n'ont pas intimement fréquenté le chinois de Kœnigsberg. Je reviendrai expliciter tout ça dès que possible. On ne lit Kant qu'en lisant Kant, pas en plaquant artificiellement des lectures héritées et sommaires d'un christianisme dont les commandements ne sont pas des impératifs... Pour lors, une remarque : l'amour est un motif (affectif, psycho-affectif, etc.) et, comme agapè, c'est un motif qui peut être un motif religieux (une petite enquête épistémologique s'impose à propos de religio...) ; les impératifs kantiens excluent tout motif, quel qu'il soit. Alors, devoir kantien et agapè sont tous les deux inconditionnels, certes, au moins en apparence. Mais la banane et le soleil sont jaunes : ils n'ont pourtant rien à voir.

    A plus tard.
    avatar
    jean ghislain

    Messages : 331
    Date d'inscription : 13/03/2011
    Age : 43

    Re: A-t-on le devoir d'aimer autrui ?

    Message  jean ghislain le Sam 12 Mai 2012 - 14:05

    Effectivement les chrétiens ont l'affreuse tendance à tout ramener à leurs valeurs (agápê pour amour). Pèchent-ils par orgueil ou ont-ils l'excuse de l'ignorance ? Mais comment pourrait-on oublier qu'avant les chrétiens, il y avait les philosophes grecs ?
    Peut-on vraiment oublier érôs qui désigne le désir sexuel comme amour qui est le plus naturel et qui nous porte vers les beaux corps ?
    Et que dire de philía, surtout quand on est philosophe ?
    Je crois qu'assimiler agápê comme « correcte » traduction d'amour (sous-entendu du prochain, càd amour prêché par le Christ), dépasse l'orgueil ou l'ignorance, c'est un choix partisan (une sorte de mauvaise foi pour faire un petit jeu de mots...)
    avatar
    Janus

    Messages : 266
    Date d'inscription : 04/03/2012

    Re: A-t-on le devoir d'aimer autrui ?

    Message  Janus le Sam 12 Mai 2012 - 14:42

    Euterpe a écrit:je n'ai pas le temps d'entrer dans le détail, mais l'interprétation de la philosophie kantienne que j'ai pu lire est tout simplement fausse. C'est un contresens de part en part. Méfiance, donc, pour les lecteurs non avertis et qui n'ont pas intimement fréquenté le chinois de Kœnigsberg. Je reviendrai expliciter tout ça dès que possible. On ne lit Kant qu'en lisant Kant, pas en plaquant artificiellement des lectures héritées et sommaires d'un christianisme dont les commandements ne sont pas des impératifs... Pour lors, une remarque : l'amour est un motif (affectif, psycho-affectif, etc.) et, comme agapè, c'est un motif qui peut être un motif religieux (une petite enquête épistémologique s'impose à propos de religio...) ; les impératifs kantiens excluent tout motif, quel qu'il soit. Alors, devoir kantien et agapè sont tous les deux inconditionnels, certes, au moins en apparence. Mais la banane et le soleil sont jaunes : ils n'ont pourtant rien à voir.
    L'impératif kantien certes exclut tout motif puisqu'il s'agit d'un impératif totalement "désintéressé", mais cela n'enlève rien au fait que si cet acte de respect d'autrui devait en plus être "motivé" par l'amour d'autrui "ressenti" par celui qui l'accomplit, cela n'enlève rien à la bonne intentionnalité du geste, ni au bon goût de la banane.
    jean ghislain a écrit:Effectivement les chrétiens ont l'affreuse tendance à tout ramener à leurs valeurs (agápê pour amour). Pèchent-ils par orgueil ou ont-ils l'excuse de l'ignorance ? Mais comment pourrait-on oublier qu'avant les chrétiens, il y avait les philosophes grecs ?
    Peut-on vraiment oublier érôs qui désigne le désir sexuel comme amour qui est le plus naturel et qui nous porte vers les beaux corps.
    Et que dire de philía surtout quand on est philosophe ?
    Je crois qu'assimiler agápê comme « correcte » traduction d'amour (sous-entendu du prochain, càd amour prêché par le Christ), dépasse l'orgueil ou l'ignorance, c'est un choix partisan (une sorte de mauvaise foi pour faire un petit jeu de mots...)
    Un chrétien sera tout à fait dans son rôle lorsqu'il considérera que l'amour est une valeur essentielle, tout comme un nihiliste sera dans le sien quand il prétendra le contraire. L'un n'est pas plus ignorant que l'autre mais juste affecté différemment à l'égard de ce "sentiment" qu'est l'amour, dont je dirais plutôt qu'il n'existe aucune définition précise surtout quant à son origine dans l'humanité ou son ancrage dans la conscience.
    Mais que le concept d'agapé ait été "inventé" bien avant l'apparition du christianisme ne démontre absolument rien, chaque "naissance" d'idée n'apparaissant pas ex nihilo, mais prenant toujours appui sur une connaissance déjà présente dans la conscience collective avant que son auteur (généralement le plus célèbre) ne se la soit appropriée pour généralement l'agrémenter d'une avancée et d'une approche personnelle.
    avatar
    jean ghislain

    Messages : 331
    Date d'inscription : 13/03/2011
    Age : 43

    Re: A-t-on le devoir d'aimer autrui ?

    Message  jean ghislain le Sam 12 Mai 2012 - 19:13

    Eh bien non, Janus, vous avez tort. Non pas forcément d'être chrétien, on ne peut vous le reprocher. Mais vous avez tort quand vous prêchez pour votre paroisse en liant agápê, amour christique et Kant.

    Gnomon

    Messages : 88
    Date d'inscription : 07/05/2012

    Re: A-t-on le devoir d'aimer autrui ?

    Message  Gnomon le Sam 12 Mai 2012 - 19:44

    Il aurait été plus intéressant pour tout le monde de démontrer en quoi Janus a tort que lui brocarder une fin de non recevoir.
    avatar
    jean ghislain

    Messages : 331
    Date d'inscription : 13/03/2011
    Age : 43

    Re: A-t-on le devoir d'aimer autrui ?

    Message  jean ghislain le Sam 12 Mai 2012 - 20:04

    Gnomon a écrit:Il aurait été plus intéressant pour tout le monde de démontrer en quoi Janus a tort que lui brocarder une fin de non recevoir.
    Cela aurait été inutile. Imaginez un voyou qui viendrait vous agresser, serait-il bon de dialoguer et de lui expliquer par a + b son méfait pendant qu'il le commet, ou faut il tout simplement être ferme et se défendre ? Eh bien en philosophie, quand on fait violence à la pensée, je pense qu'il faut se montrer ferme et dénoncer les digressions.

    Gnomon

    Messages : 88
    Date d'inscription : 07/05/2012

    Re: A-t-on le devoir d'aimer autrui ?

    Message  Gnomon le Sam 12 Mai 2012 - 20:08

    Vous avez raison, et rien ne vous empêche de démontrer aussi l'agression de la pensée en même temps que vous la dénoncez. Pour notre instruction à tous, observateurs et acteurs.
    avatar
    jean ghislain

    Messages : 331
    Date d'inscription : 13/03/2011
    Age : 43

    Re: A-t-on le devoir d'aimer autrui ?

    Message  jean ghislain le Sam 12 Mai 2012 - 20:11

    Non car tout a déjà été dit par d'autres... si vous relisez bien. Tous les arguments ont été donnés et démontrés, voulez-vous le voir ?

    Gnomon

    Messages : 88
    Date d'inscription : 07/05/2012

    Re: A-t-on le devoir d'aimer autrui ?

    Message  Gnomon le Sam 12 Mai 2012 - 20:36

    J'ai relu le fil du débat attentivement, mais, vraiment, je n'y ai pas vu qu'on ait démontré que l'amour kantien n'est pas le même que l'amour christique (agapè).


    Je m'en vais de ce pas faire des recherches sur la question.
    avatar
    Euterpe

    Messages : 4212
    Date d'inscription : 29/01/2011
    Age : 46

    Re: A-t-on le devoir d'aimer autrui ?

    Message  Euterpe le Sam 23 Juil 2016 - 10:05

    Réouverture et édition complète du topic (orthographe, syntaxe et mise en page).

      La date/heure actuelle est Ven 20 Oct 2017 - 5:19