Bibliothèque numérique & espace numérique de travail


    Liberté et égalité

    Partagez

    Liber

    Messages : 1399
    Date d'inscription : 30/01/2011

    Liberté et égalité

    Message  Liber le Lun 19 Mar 2012 - 9:51

    Ces temps-ci, on parle beaucoup de liberté dans un certain parti de gauche à succès, mais je m'étonne, depuis que j'en entends parler, que cette liberté soit toujours associée à l'égalité. Il faudrait parvenir à l'égalité entre les hommes pour que ceux-ci soient libres. A première vue, cette idée m'a semblé absurde, puisque l'égalité n'étant pas naturelle, il faudrait l'instaurer par l'obligation, peu importe du reste que cette égalité ne soit qu'une égalité de droits : de toute façon il y aurait contrainte. Puis je me suis souvenu que la maxime de notre cher pays commençait par le mot liberté suivi du mot égalité. L'égalité est compatible avec la fraternité, c'était même l'idée de base du communisme, mais nous savons tous que le communisme n'était pas un modèle de liberté. A l'heure où j'écris ce message, je n'ai donc toujours pas compris le lien entre les deux premiers mots de notre maxime républicaine. Quelqu'un a t-il une explication ?

    Philippe Jovi

    Messages : 69
    Date d'inscription : 10/03/2011

    Re: Liberté et égalité

    Message  Philippe Jovi le Lun 19 Mar 2012 - 10:26

    @Liber a écrit:Ces temps-ci, on parle beaucoup de liberté dans un certain parti de gauche à succès, mais je m'étonne, depuis que j'en entends parler, que cette liberté soit toujours associée à l'égalité. Il faudrait parvenir à l'égalité entre les hommes pour que ceux-ci soient libres. A première vue, cette idée m'a semblé absurde, puisque l'égalité n'étant pas naturelle, il faudrait l'instaurer par l'obligation, peu importe du reste que cette égalité ne soit qu'une égalité de droits : de toute façon il y aurait contrainte. Puis je me suis souvenu que la maxime de notre cher pays commençait par le mot liberté suivi du mot égalité. L'égalité est compatible avec la fraternité, c'était même l'idée de base du communisme, mais nous savons tous que le communisme n'était pas un modèle de liberté. A l'heure où j'écris ce message, je n'ai donc toujours pas compris le lien entre les deux premiers mots de notre maxime républicaine. Quelqu'un a t-il une explication ?
    Cf. http://phiphilo.blogspot.fr/2011/10/politique-droit-etat-justice-liberte.html.


    Dernière édition par Philippe Jovi le Lun 19 Mar 2012 - 16:29, édité 2 fois
    avatar
    Janus

    Messages : 266
    Date d'inscription : 04/03/2012

    Re: Liberté et égalité

    Message  Janus le Lun 19 Mar 2012 - 14:42

    @Liber a écrit:Ces temps-ci, on parle beaucoup de liberté dans un certain parti de gauche à succès, mais je m'étonne, depuis que j'en entends parler, que cette liberté soit toujours associée à l'égalité. Il faudrait parvenir à l'égalité entre les hommes pour que ceux-ci soient libres. A première vue, cette idée m'a semblé absurde, puisque l'égalité n'étant pas naturelle, il faudrait l'instaurer par l'obligation, peu importe du reste que cette égalité ne soit qu'une égalité de droits : de toute façon il y aurait contrainte. Puis je me suis souvenu que la maxime de notre cher pays commençait par le mot liberté suivi du mot égalité. L'égalité est compatible avec la fraternité, c'était même l'idée de base du communisme, mais nous savons tous que le communisme n'était pas un modèle de liberté. A l'heure où j'écris ce message, je n'ai donc toujours pas compris le lien entre les deux premiers mots de notre maxime républicaine. Quelqu'un a t-il une explication ?
    Pour y répondre rapidement, je suggère cette explication : liberté n'est pourtant pas absence de contrainte, mais au contraire acceptation volontaire d'une contrainte, étant précisé qu'il s'agit d'accepter de tous se soumettre également au Droit, et étant admis que hors du droit c'est le non droit, c'est-à-dire le règne de l'arbitraire.
    Le libertaire estimera que l'État n'est pas indispensable à cet état de droit. Le démocrate considérera que l'État est nécessaire pour garantir une application équitable (Justice) de ce Droit.

    Liber

    Messages : 1399
    Date d'inscription : 30/01/2011

    Re: Liberté et égalité

    Message  Liber le Lun 19 Mar 2012 - 14:59

    @Janus a écrit:liberté n'est pourtant pas absence de contrainte, mais au contraire acceptation volontaire d'une contrainte, étant précisé qu'il s'agit d'accepter de tous se soumettre également au Droit, et étant admis que hors du droit c'est le non droit, c'est à dire le règne de l'arbitraire.
    C'est une explication intéressante, sauf que vous restreignez la liberté à la protection de l'individu. Certes, le but semble être de faire progresser les libertés individuelles, par exemple en permettant l'IVG à toutes les femmes, ou le mariage homosexuel. Mais cette liberté est collective, celle que permet le progrès (en gros), non individuelle. L'individu reste soumis à un État, en l'occurrence la France, qui s'est choisi un idéal progressiste. Je ne vois pas de liberté là-dedans (en dehors de la protection accordée à l'individu), juste la soumission à un idéal.
    avatar
    Janus

    Messages : 266
    Date d'inscription : 04/03/2012

    Re: Liberté et égalité

    Message  Janus le Lun 19 Mar 2012 - 15:40

    @Liber a écrit:
    @Janus a écrit:liberté n'est pourtant pas absence de contrainte, mais au contraire acceptation volontaire d'une contrainte, étant précisé qu'il s'agit d'accepter de tous se soumettre également au Droit, et étant admis que hors du droit c'est le non droit, c'est à dire le règne de l'arbitraire.
    C'est une explication intéressante, sauf que vous restreignez la liberté à la protection de l'individu. Certes, le but semble être de faire progresser les libertés individuelles, par exemple en permettant l'IVG à toutes les femmes, ou le mariage homosexuel. Mais cette liberté est collective, celle que permet le progrès (en gros), non individuelle. L'individu reste soumis à un Etat, en l'occurrence la France, qui s'est choisi un idéal progressiste. Je ne vois pas de liberté là-dedans (en dehors de la protection accordée à l'individu), juste la soumission à un idéal.
    On ne peut pas en effet dissocier Individu et Société. Chacun des deux termes influe sur l'autre et réciproquement, de façon "circulaire" : pas d'individu possible et définissable hors de son caractère "social", pas de société qui ne serait pas l'émanation d'individus souverains et qui n’intégrerait pas la nécessité de réaliser "juridiquement" la liberté individuelle, entendue comme produit d'un progrès. Dans cette définition sommaire, si j'ai limité à la "protection" de l'individu c'est que cet aspect "politique" est fondamental, vital en quelque sorte (ex de l'Habeas corpus qui est d'ailleurs un commencement du processus juridique que nous connaissons dans nos démocraties). Mais la liberté économique est le pendant de la liberté politique. L'un ne peut aller sans l'autre : il faut toujours se donner les "moyens matériels" de réaliser un idéal politique. Dans les pays très pauvres, le Droit est inexistant.
    D'autre part il me semble évident que le point de départ d'un tel processus soit nécessairement le choix d'un idéal (ici idéal de Liberté), comme pour tout autre modèle qui serait adopté par un "groupe" dirais-je. Il faut d'abord croire collectivement en un idéal, pour le "poser" comme but à atteindre, et se donner les moyens de le réaliser concrètement ensemble.
    L'État (forme abstraite de la Société) dans ce modèle est le garant du Droit, c'est pourquoi il doit être irréprochable...
    avatar
    Vangelis
    Princeps
    Princeps

    Messages : 1426
    Date d'inscription : 11/03/2011

    Re: Liberté et égalité

    Message  Vangelis le Mar 20 Mar 2012 - 2:07

    Tout d'abord c'est d'une liberté politique dont il est question, comme de l'égalité face au droit.

    Mais liberté et égalité posent effectivement problème et il faut un mouvement fraternel pour qu'ils s'articulent de concert. Dans la fraternité il y a une part de liberté et d'égalité qui est transvasée du plus fort au plus faible et brise l'absolutisme des deux premiers termes de la devise. Ainsi par exemple on reconnaîtra des droits spécifiques à des sujets "faibles" et qui ne seront pas accordés à des sujets "forts", ou encore différents taux d'impositions seront créés, etc.

    Puisqu'une liberté politique totale ne saurait être accordée qu'à un être unique et indépendant de tout autre, elle n'existe donc pas ou pour le moins ne concerne pas les hommes. Mais leur nature les entraîne vers cet idéal. Quant à l'égalité, si elle n'est pas naturelle, elle ne peut être que foncièrement politique. Si Liberté et égalité peuvent être les chevaux emballés de la société, la fraternité en est l'aurige qui la mène sur le chemin de la justice politique. Et justice qui est la synthèse de cette devise grâce à la fraternité.


    Dernière édition par Vangelis le Jeu 22 Mar 2012 - 10:02, édité 2 fois
    avatar
    Janus

    Messages : 266
    Date d'inscription : 04/03/2012

    Re: Liberté et égalité

    Message  Janus le Mar 20 Mar 2012 - 18:21

    La liberté au sens politique n’a nullement besoin des concepts de fraternité ou d’égalité pour prendre la défense du plus faible. Le simple fait qu’elle se fonde sur des Lois et du Droit (juridique) d’essence universaliste (fondé sur ce qu’il y a d’identique dans le divers) s’appliquant donc pareillement à tous, quelle que soit la fortune ou la classe sociale, la liberté, par le chemin de la Loi, implique ipso facto que le plus puissant ne puisse abuser du plus faible, ainsi protégé juridiquement par le Droit. Elle se situe ici, la justice, rendue par le droit, et pas besoin de transvaser quoi que ce soi. Smile
    Quant à l’égalité, si on s’en tient à son sens d’isonomie, elle découle directement de la notion de liberté ainsi reliée à celle de Droit, et ne pose donc aucun problème pour sa liaison avec liberté.

    Et si des "droits" spécifiques dits sociaux sont reconnus à des sujets faibles, c’est d’un point de vue économique que cette "faiblesse" est repérée, et nous sommes ici non dans le cadre de la liberté juridique mais celui d’une régulation économique qu’assure l’État redistributeur, qui en fixant un seuil minimum, sécurise les revenus des plus démunis. Mais c’est avant tout un élément de stabilité face à une économie tumultueuse et non sécurisée par nature, plutôt qu’une obligation morale de fraternité ou de justice dite "sociale". D’ailleurs il est aussi fait appel à ce noble sentiment fraternel lorsqu’il s’agit par exemple de rassembler et d’unir sur un critère de non discrimination raciale ou culturelle, ce qui est la vocation première d’une nation, sans rapport aucun avec toute acception de justice sociale au sens économique du terme.

    Thrasymaque

    Messages : 56
    Date d'inscription : 07/09/2011

    Re: Liberté et égalité

    Message  Thrasymaque le Mar 20 Mar 2012 - 19:05

    Désolé, je m'incruste...
    @Janus a écrit:lorsqu’il s’agit par exemple de rassembler et d’unir sur un critère de non discrimination raciale ou culturelle, ce qui est la vocation première d’une nation
    Qu'entendez-vous par "nation" ? Je ne vois que des contre-exemples !
    avatar
    Janus

    Messages : 266
    Date d'inscription : 04/03/2012

    Re: Liberté et égalité

    Message  Janus le Mar 20 Mar 2012 - 19:54

    Pour ne pas trop s'éloigner du sujet, je m'en tiendrais à dire que cette remarque m'est venue à l'esprit en repensant à un célèbre discours prononcé par De Gaulle à l'époque de la guerre d'Algérie, haranguant la foule et faisant appel à la fraternité nationale pour tenter de pacifier ces deux peuples divisés, se disputant la propriété d'un territoire. On peut y remarquer la réaction euphorique qui fut à ce moment déclenchée dans la foule.
    Alors bien sûr il y a aussi l’idéologie négative véhiculée par ce terme de nation, récupéré par le national-populisme à des fins opposées de divisions à partir des différences. Ce qui a été ensuite instrumentalisé politiquement et récupéré au bénéfice de "république", comme qui dirait plus à gauche et donc politiquement plus correct.
    avatar
    Vangelis
    Princeps
    Princeps

    Messages : 1426
    Date d'inscription : 11/03/2011

    Re: Liberté et égalité

    Message  Vangelis le Mer 21 Mar 2012 - 11:45

    @Janus a écrit:La liberté au sens politique n’a nullement besoin des concepts de fraternité ou d’égalité pour prendre la défense du plus faible.
    Bien sûr que si, puisque par définition il existe en elle la liberté de ne pas le faire. Et si vous considérez le mur de la liberté que représente autrui, alors il y a transfert de liberté par la part qu'on lui concède.

    @Janus a écrit:Le simple fait qu’elle se fonde sur des Lois et du Droit (juridique) d’essence universaliste (fondé sur ce qu’il y a d’identique dans le divers) s’appliquant donc pareillement à tous, quelle que soit la fortune ou la classe sociale, la liberté, par le chemin de la Loi, implique ipso facto que le plus puissant ne puisse abuser du plus faible, ainsi protégé juridiquement par le Droit.
    Vous ne pouvez pas faire l'économie du divers dans l'égalité à moins de retirer ce qui distingue chacun d'entre nous. Programme qui connut de sombres heures. De plus, c'est le divers qui au niveau des hommes établit dans un premier mouvement l'universel et non l'inverse. L'universalité ne tombe pas du ciel.

    @Janus a écrit:Et si des "droits" spécifiques dits sociaux sont reconnus à des sujets faibles, c’est d’un point de vue économique que cette "faiblesse" est repérée, et nous sommes ici non dans le cadre de la liberté juridique mais celui d’une régulation économique qu’assure l’État redistributeur, qui en fixant un seuil minimum, sécurise les revenus des plus démunis.
    Non, il n'y a pas que l'économie. Les adultes ont d'autres droits que les enfants, de même que les handicapés pour ne parler que de ceux-là.


    Dernière édition par Vangelis le Mer 21 Mar 2012 - 14:56, édité 1 fois
    avatar
    Janus

    Messages : 266
    Date d'inscription : 04/03/2012

    Re: Liberté et égalité

    Message  Janus le Mer 21 Mar 2012 - 13:38

    Faudra bien me relire : j'ai bien indiqué que ce type de faiblesse physique (enfant, femme, vieillard, handicapé...) était déjà pris en compte à l'intérieur de la notion de liberté en tant que "protection du plus faible" garantie par le Droit. Mais l'inégalité au sens économique relève d'une logique différente, pour les raisons que j'ai exposées.
    avatar
    Vangelis
    Princeps
    Princeps

    Messages : 1426
    Date d'inscription : 11/03/2011

    Re: Liberté et égalité

    Message  Vangelis le Mer 21 Mar 2012 - 15:01

    @Janus a écrit:Faudra bien me relire : j'ai bien indiqué que ce type de faiblesse physique (enfant, femme, vieillard, handicapé...) était déjà pris en compte à l'intérieur de la notion de liberté en tant que "protection du plus faible" garantie par le Droit.
    J'ai bien lu, et ce que vous dites implique des droits différents et donc des libertés différentes.

    goldo

    Messages : 22
    Date d'inscription : 14/02/2012

    Re: Liberté et égalité

    Message  goldo le Mar 3 Avr 2012 - 13:33

    Ne faut-il pas songer à la liberté au sens "rousseauiste" ?

    L'homme est libre au contraire de l'animal. Libre dans le sens où il peut s'opposer à la nature, à sa nature. Contrairement à l'animal, l'homme a le pouvoir de se changer, de se perfectionner, de lutter non seulement contre la nature mais également contre ses tendances. L'animal, lui, est prisonnier de sa nature.

    L'homme contrairement à l'animal élabore une société à sa mesure; une société avec des règles "contre nature". En fait, la liberté de l'homme consiste à s'obliger, à s'empêcher.

    Par exemple, à la tendance naturelle d'un certain égoïsme, on oppose la construction sociale de la solidarité. A celles de la vengeance, celle de la justice A la vertu, le mérite etc.

    Il y aurait donc bien un lien entre la liberté et l'égalité en ce que l'égalité ou même son simple désire est un choix de société. La volonté d'égalité est une marque de la liberté humaine par rapport à la nature.

    Le fait que cette égalité va se traduire en obligation n'est qu'un paradoxe apparent.
    avatar
    Janus

    Messages : 266
    Date d'inscription : 04/03/2012

    Re: Liberté et égalité

    Message  Janus le Mer 4 Avr 2012 - 10:20

    @goldo a écrit:Ne faut-il pas songer à la liberté au sens "rousseauiste" ?

    L'homme est libre au contraire de l'animal. Libre dans le sens où il peut s'opposer à la nature, à sa nature. Contrairement à l'animal, l'homme a le pouvoir de se changer, de se perfectionner, de lutter non seulement contre la nature mais également contre ses tendances. L'animal, lui, est prisonnier de sa nature.

    L'homme contrairement à l'animal élabore une société à sa mesure; une société avec des règles "contre nature". En fait, la liberté de l'homme consiste à s'obliger, à s'empêcher.

    Par exemple, à la tendance naturelle d'un certain égoïsme, on oppose la construction sociale de la solidarité. A celles de la vengeance, celle de la justice A la vertu, le mérite etc.

    Il y aurait donc bien un lien entre la liberté et l'égalité en ce que l'égalité ou même son simple désire est un choix de société. La volonté d'égalité est une marque de la liberté humaine par rapport à la nature.

    Le fait que cette égalité va se traduire en obligation n'est qu'un paradoxe apparent.
    La liberté au sens "rousseauiste" j'en ai deux extraits dans ma signature. Ce qui est incohérent chez lui, c'est qu'il estime que l'Homme est naturellement bon mais corrompu par la civilisation, alors que la loi qu'il défend à juste titre comme corollaire de liberté (avec son fondement moral) est un produit de la culture et des institutions qu'apporte la civilisation. Les lois que la société s'impose comme règles de bonne conduite (sous forme d'interdits, à commencer dès l'origine de l'histoire par l'interdit de l'inceste), sont effectivement "contre nature", et en contradiction avec les instincts primitivement aveugles et égoïstes.
    Il ne peut donc y avoir un lien direct de causalité entre liberté et égalité. Cette égalité (qui n'est pas dans la "nature humaine", dont la particularité est sa diversité) ne peut donc être en relation qu'avec cette universalité qui caractérise le Droit. Et c'est donc au sens restrictif d'isonomie qu'il faut l'entendre, sans l'étendre à la sphère économique.
    D'ailleurs qui donc manifeste un "désir" d'égalité au sens de "solidarité économique" : personne, sauf ceux qui veulent échapper à toute obligation qui s'appliquerait à eux-mêmes (car désavantagés au plan économique), autrement dit ceux qui y voient un simple intérêt personnel.... bien égoïste ! Smile
    avatar
    Ronin

    Messages : 180
    Date d'inscription : 19/01/2012
    Age : 62
    Localisation : Sud de France

    Re: Liberté et égalité

    Message  Ronin le Dim 22 Avr 2012 - 14:54

    @goldo a écrit:Ne faut-il pas songer à la liberté au sens "rousseauiste" ?

    L'homme est libre au contraire de l'animal. Libre dans le sens où il peut s'opposer à la nature, à sa nature. Contrairement à l'animal, l'homme a le pouvoir de se changer, de se perfectionner, de lutter non seulement contre la nature mais également contre ses tendances. L'animal, lui, est prisonnier de sa nature.
    Et si cela n'était qu'une illusion ? Et si le fait d'y croire représentait, en soi, un commencement à la pathologie ?
    avatar
    JimmyB

    Messages : 853
    Date d'inscription : 25/04/2012
    Age : 29

    Re: Liberté et égalité

    Message  JimmyB le Ven 27 Avr 2012 - 13:31

    Je répondrai davantage d'un point de vue sociologique en me référant à Louis Dumont.

    Selon Louis Dumont la liberté et l'égalité ne peuvent coexister dans nos sociétés occidentales avec une égale importance. Prenons par exemple la France puisque la devise est composée en partie de ces deux concepts. Nos sociétés occidentales sont individualistes. En effet, les droits et devoirs de l'individu prévalent sur le collectif ou la communauté : "à nos yeux chaque homme est une incarnation de l'humanité toute entière, et comme tel il est égal à tout autre homme, et libre". C'est un extrait d'Homo Aequalis. Les sociétés de type holiste ont davantage pour fonctionnement de valoriser l'ensemble incluant la somme des individus.

    Dans une société holiste les besoins de la société sont prioritaires aux besoins individuels. dans la société individualiste c'est l'inverse.

    Le paroxysme de la société individualiste est la société américaine ou la liberté met totalement l'égalité de côté. En France nous avons une conception qui est singulière. En effet, la Révolution a été porteuse d'un message d'égalité. Or si l'égalité est revendiquée, c'est l'ensemble des individus qui est reconnu, non chaque individu. Nous avons donc une sorte de contradiction au sein des valeurs de notre société avec la reconnaissance de la liberté individuelle mais aussi celle de l'égalité de tous. Peut être est ce là un point de réflexion qui pourrait nous aider lorsque l'on doit faire le diagnostique sociale de notre pays. Car en France nous ne sommes pas véritablement égaux en pratique ni nécessairement libres. En effet, l'égalité de droits est théorique et ne se vérifie pas vraiment.

    Pas opposition aux Etats-Unis nous pouvons remarquer l'ex-URSS où la liberté de l'individu était absente pour le bien commun de l'Etat.
    avatar
    June

    Messages : 18
    Date d'inscription : 08/11/2011

    Re: Liberté et égalité

    Message  June le Ven 11 Mai 2012 - 23:36

    Je rêve de ce sujet, et puis nous pouvons nous targuer d'être de cette nationalité qui prétend allier ces deux valeurs antithétique ; égalité, liberté.
    Je suis un peu novice en philosophie politique mais pourtant, ça me passionne. Rousseau voyait, je crois, l'homme a l'état de nature libre et tous étaient égaux : à l'état de nature, liberté et égalité semblaient pouvoir s'allier. Seulement, de quelle liberté et de quelle égalité parlons nous, dès lors que nous nous situons à l'échelle de l'Etat social, (et que l'Etat de nature est absout) ?
    Je trouve la conception de l'Etat de Nature de Rousseau assez parlant : tous les maux naissent à l'entrée en société, et pour masquer ces maux et ces inégalités, le Droit est nécessaire.

    La liberté consiste à s'auto-normer, à se poser à sois-même des règles à respecter, n'est-ce pas ? Cette définition est si succincte, qu'elle permet pourtant de voir le problème. La liberté positive est celle qui permet de prendre part à la vie politique de la nation, et c'est dans le vote (suffrage direct) que s'exprime cette liberté positive : choisir un représentant politique, c'est, quelque part choisir une direction, un idéal vers lequel on tend, et donc, dès lors les lois légiférées par ce représentant choisi par le peuple souverain, doivent-elles être non pas prises comme une contraintes (qui contrediraient, brimeraient la liberté) mais comme des normes que l'on s'est donné à sois même par l'intermédiaire du vote.
    De plus, il y a l'aspect d'échappattoire dans le devoir imposé par l'Etat social : il apparaît nettement que les libertés à l'Etat de Nature ne sont que des désirs (je désire manger, je désire renverser les pouvoirs) et qu'à partir du moment ou l'Etat social est, l'homme doit se plier à des devoirs et de là naît la véritable liberté : ses actions ne sont plus déterminées sensiblement, il s'arrache du déterminisme en entrant en société (et donc épouse son humanité, et se distingue de l'animal).

    Or, le problème de l'égalité entre chacun se pose : c'est le problème des libertés individuelles qui priment sur l'égalité entre tous. Chaque société doit "arbitrer" entre la part d'égalité et la part des libertés individuelles autorisées par la loi. (le peuple doit pouvoir influencer ces parts puisqu'il est souverain, en démocratie).
    L'égalité de droit : "Chaque homme naît libre et égaux en droit" nous rappelle la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen, cependant, cette égalité de droit semble bien théorique et peut s'appliquer en pratique. Par exemple, pauvres comme riches ont le droit à l'éducation. Cette égalité de droit, ne doit-elle pas s'accompagner d'une égalité des chances ?

    Le rapport de force entre égalité et liberté s'équilibre dès lors que nous mettons l'un devant l'autre en disant : celui-ci prime sur l'autre. L'égalité, oui, mais jusqu'à quel point ? Jusqu'au communisme ? A partir du moment ou on considère que l'égalité doit advenir, on brime les libertés individuelles, en imposant une égalité de faits (pratique) et en voulant réduire toutes les inégalités, alors que celles-ci sont légitimes (pour la plupart).

    Quel est le "bon niveau" d'égalité dans une société ?
    Le combat de Robespierre pour le règne de l'égalité se prolonge aujourd'hui encore... On voit bien, le problème de la taxation des plus hauts revenus provoque des réticences, atteinte à la liberté de chacun ?
    Je répondrais non, dès lors que la majorité à choisi le candidat qui propose cette taxation, tous doivent accepter de se soumettre à la législation proposée et voulue par la majorité : c'est la souveraineté populaire.
    Bon après, il y a l’abstention de 20% qui peut largement relancer le débat, puis l'offre politique qui paraît quand même porter peu d’intérêt au peuple qui l'élit.
    J'éspère avoir un tout petit peu contribué à l'effort de penser du problème "l'égalité menace t-elle la liberté ?".
    avatar
    Janus

    Messages : 266
    Date d'inscription : 04/03/2012

    Re: Liberté et égalité

    Message  Janus le Sam 12 Mai 2012 - 0:52

    @June a écrit:........ L'égalité de droit : "Chaque homme naît libre et égaux en droit" nous rappelle la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen, cependant, cette égalité de droit semble bien théorique et peut s'appliquer en pratique. Par exemple, pauvres comme riches ont le droit à l'éducation. Cette égalité de droit, ne doit-elle pas s'accompagner d'une égalité des chances ?

    Le rapport de force entre égalité et liberté s'équilibre dès lors que nous mettons l'un devant l'autre en disant : celui-ci prime sur l'autre. L'égalité, oui, mais jusqu'à quel point ? Jusqu'au communisme ? A partir du moment ou on considère que l'égalité doit advenir, on brime les libertés individuelles, en imposant une égalité de faits (pratique) et en voulant réduire toutes les inégalités, alors que celles-ci sont légitimes (pour la plupart).

    Quel est le "bon niveau" d'égalité dans une société ?
    Le combat de Robespierre pour le règne de l'égalité se prolonge aujourd'hui encore... On voit bien, le problème de la taxation des plus hauts revenus provoque des réticences, atteinte à la liberté de chacun ?
    Je répondrais non, dès lors que la majorité à choisi le candidat qui propose cette taxation, tous doivent accepter de se soumettre à la législation proposée et voulue par la majorité : c'est la souveraineté populaire.
    Bon après, il y a l’abstention de 20% qui peut largement relancer le débat, puis l'offre politique qui paraît quand même porter peu d’intérêt au peuple qui l'élit.
    J'éspère avoir un tout petit peu contribué à l'effort de penser du problème "l'égalité menace t-elle la liberté ?".
    Que "tous les hommes naissent libres et égaux en droit" est un principe universel largement admis mais qui a manifestement été interprété abusivement par les "révolutionnaires" que vous citez et leurs héritiers, partisans d'un égalitarisme mal intentionné, visant à dépouiller les "possédants" de leurs biens pourtant honnêtement gagnés (et fiscalisés), mais surtout en vue de se dispenser de l'effort nécessaire pour se le procurer soi-même à la sueur de son front.

    Le droit à l'éducation par exemple n'a pas à être considéré au même titre qu'une égalité de droits au sens d'application des mêmes lois pour tous ou droit à être défendu (avocat) sans considération de sa fortune ou de sa "classe sociale" (condition nécessaire à la liberté). L'éducation a un coût et sa gratuité suppose que le niveau économique du pays permette de dégager les moyens de le faire financer (fiscalement) par la collectivité. Cette égalité des chances qu'implique ce "droit" à l'éducation, serait plutôt à compter au titre d'un souci d'efficacité, au regard de l'investissement (en intelligence) que cette éducation représente pour les générations futures et donc pour l'intérêt général du pays concerné (qui consacre d'ailleurs un effort considérable pour l'éducation - 1er budget national).

    Contenu sponsorisé

    Re: Liberté et égalité

    Message  Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Lun 26 Juin 2017 - 19:09