Bibliothèque numérique & espace numérique de travail


    Théorie de la lutte pour l'existence.

    Partagez
    avatar
    Georges Réveillac

    Messages : 77
    Date d'inscription : 18/05/2011
    Age : 78
    Localisation : Rennes

    Théorie de la lutte pour l'existence.

    Message  Georges Réveillac le Ven 16 Mar 2012 - 15:15

    Charles Darwin
    (1809-1882)


    L’origine des espèces au moyen de la sélection naturelle ou la lutte pour l’existence dans la nature



    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

    Darwin, dans l'ouvrage qui sert de Bible aux biologistes, emploie maintes et maintes fois l'expression "lutte pour l'existence", comme si les êtres vivants réagissaient selon une volonté d'existence et non selon les réactions physico-chimiques qui les gouvernent. Mais il présente cette expression comme une métaphore. Les vitalistes, dont je fais partie, pensent que les seules réactions physico-chimiques ne peuvent expliquer le vivant. Il faut qu'elles soient commandées par quelque chose de plus qui se trouverait dans la matière, du genre "élan vital". Les vitalistes ont été longtemps excommuniés par les tenants de la matière dénuée de toute trace d'esprit, les matérialistes orthodoxes, mais il semblerait qu'un retour en grâce soit amorcé. Vos lumières, s'il vous plaît.

    Quelques citations du Maître.

    Je dois faire remarquer que j’emploie le terme de lutte pour l’existence dans le sens général et métaphorique, ce qui implique les relations mutuelles de dépendance des êtres organisés, et, ce qui est plus important, non seulement la vie de l’individu, mais son aptitude ou sa réussite à laisser des descendants. On peut certainement affirmer que deux animaux carnivores, en temps de famine, luttent l’un contre l’autre à qui se procurera les aliments nécessaires à son existence. Mais on arrivera à dire qu’une plante, au bord du désert, lutte pour l’existence contre la sécheresse, alors qu’il serait plus exact de dire que son existence dépend de l’humidité. On pourra dire plus exactement qu’une plante, qui produit annuellement un million de graines, sur lesquelles une seule, en moyenne, parvient à se développer et à mûrir à son tour, lutte avec les plantes de la même espèce, ou d’espèces différentes, qui recouvrent déjà le sol. Le gui dépend du pommier et de quelques autres arbres ; or, c’est seulement au figuré que l’on pourra dire qu’il lutte contre ces arbres, car si des parasites en trop grand nombre s’établissent sur le même arbre, ce dernier languit et meurt ; mais on peut dire que plusieurs guis, poussant ensemble sur la même branche et produisant des graines, luttent l’un avec l’autre. Comme ce sont les oiseaux qui disséminent les graines du gui, son existence dépend d’eux, et l’on pourra dire au figuré que le gui lutte avec d’autres plantes portant des fruits, car il importe à chaque plante d’amener les oiseaux à manger les fruits qu’elle produit, pour en disséminer la graine. J’emploie donc, pour plus de commodité, le terme général lutte pour l’existence, dans ces différents sens qui se confondent les uns avec les autres....
    Celui qui croit à des actes nombreux et séparés de création peut dire que, dans les cas de cette nature, il a plu au Créateur de remplacer un individu appartenant à un type par un autre appartenant à un autre type, ce qui me paraît être l’énoncé du même fait sous une forme recherchée. Celui qui, au contraire, croit à la lutte pour l’existence et au principe de la sélection naturelle reconnaît que chaque être organisé essaye constamment de se multiplier en nombre ; il sait, en outre, que si un être varie si peu que ce soit dans ses habitudes et dans sa conformation, et obtient ainsi un avantage sur quelque autre habitant de la même localité, il s’empare de la place de ce dernier, quelque différente qu’elle puisse être de celle qu’il occupe lui-même...

      La date/heure actuelle est Sam 24 Juin 2017 - 7:21