παιδεία | μανθάνω | ἀπομανθάνω

    Qu'est-ce que la philosophie ?

    Partagez

    samok

    Messages : 8
    Date d'inscription : 21/01/2012

    Qu'est-ce que la philosophie ?

    Message  samok le Dim 22 Jan 2012 - 19:54

    Bonsoir,

    suite à la lecture de [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] de [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien], je me demande si la définition de la philosophie que j'ai comprise est une bonne base de départ.

    • La philosophie traite des idées dans nombre de domaines, et l'on cherche lesquelles sont vraies.
    • La philosophie pose des questions qui remuent l'évidence, ce qui est en nous par notre éducation, notre instruction, notre expérience de la vie.
    • La philosophie aide à vivre libre.
    • La philosophie c'est de la syntaxe, de l'histoire et des hommes.

    Voilà ce qu'il m'en reste, est-ce une base communément acceptée par les philosophes ? Cela fait un petit moment que j'essaie de savoir ce que sont et font les philosophes, j'ai 37 ans et suis professeur de mathématiques dans le second degré.

    S
    avatar
    Euterpe

    Messages : 4212
    Date d'inscription : 29/01/2011
    Age : 46

    Re: Qu'est-ce que la philosophie ?

    Message  Euterpe le Dim 22 Jan 2012 - 22:02

    Bonsoir, et bienvenue.

    La base que vous proposez n'est pas fausse. Pour la formuler avec des termes plus classiques (ou rétro) :
    1. La philosophie est une recherche de la vérité, tant que [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] est son objet principal et même exclusif (donc jusqu'à [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]),
    2. La philosophie est la pensée vécue/vivante, dont l'homme est le centre (le monde en tant qu'il se pense lui-même),
    3. La philosophie est nécessairement politique, laquelle politique est l'éminence de l'homme : action et liberté,
    4. La philosophie est nécessairement une histoire de la philosophie, dès [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] (et il y a bien un langage philosophique).

    le 1. éclate après Kant : on réagit en reprenant tout depuis le début, en re-totalisant la philosophie ([Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien], [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien], [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]), ou on se lance dans l'[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien], ou dans la [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien], ou dans l'[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien], ou dans [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] (lire également : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]), et bien sûr les sciences anthropologiques (à commencer par la sociologie et l'histoire). Sachant que la tendance à la synthèse (historique ou pas) reste une tendance lourde.


    Dernière édition par Euterpe le Mar 16 Aoû 2016 - 19:16, édité 1 fois

    samok

    Messages : 8
    Date d'inscription : 21/01/2012

    Re: Qu'est-ce que la philosophie ?

    Message  samok le Ven 27 Jan 2012 - 19:58

    Je n'ai pas compris cette expression de vérité qui éclate, et en fin de compte ce livre n'est pas si clair. La philosophie est-elle une illusion sur l'illusion ?
    Une armure vide d'essence qui sans flamme s'emporte ?

    Je suis impressionné par la taxinomie de ce forum, mais sans doute n'est-ce qu'une impression, bravo aux concepteurs je dois dire dans l'œil du cyclone.

    S

    Silentio

    Messages : 2475
    Date d'inscription : 30/01/2011
    Age : 29
    Localisation : Paris

    Re: Qu'est-ce que la philosophie ?

    Message  Silentio le Ven 27 Jan 2012 - 20:56

    On ne recherche plus la vérité en philosophie depuis Kant parce que ce dernier réduit en cendres la métaphysique qui prétend trouver des principes intemporels expliquant la réalité par le seul moyen du raisonnement. Or dans la [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien], Kant combat le dogmatisme et sépare le monde phénoménal, le seul expérimentable, du monde [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] contenant les choses en soi que l'on peut seulement penser et non pas connaître. Kant en développant une analytique de la finitude limite la prétention de la science à connaître le réalité en elle-même. Pour connaître un objet, il faut l'examiner sous tous les angles, ce qui est une démarche infinie. Notre savoir est limité, le réel nous dépasse constamment et nous ne pouvons prétendre en dire quoi que ce soit si l'on veut fonder le savoir scientifiquement. Une conséquence du kantisme est l'apparition des sciences sociales, notamment de la sociologie, qui va étudier les faits sociaux mais ne peut en donner une quelconque vérité, notamment du fait de la position de l'observateur qui a une expérience subjective des choses et ne peut prétendre de son seul point de vue à l'objectivité (connaissance du tout et connaissance non biaisée). L'objet, chez Kant, dépend du rapport que le sujet entretient avec lui. Le sujet ne peut sortir hors de lui-même, ne peut savoir ce qu'est l'objet en soi, vierge de toute détermination phénoménale qui le rend expérimentable pour un sujet.

    J'espère ne pas dire trop de bêtises.
    avatar
    Desassocega

    Messages : 2815
    Date d'inscription : 02/04/2011

    Re: Qu'est-ce que la philosophie ?

    Message  Desassocega le Ven 27 Jan 2012 - 22:21

    Je me posais une question : si Kant détruit la métaphysique, comment se fait-il qu'il parle de [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] ?
    avatar
    Euterpe

    Messages : 4212
    Date d'inscription : 29/01/2011
    Age : 46

    Re: Qu'est-ce que la philosophie ?

    Message  Euterpe le Ven 27 Jan 2012 - 23:44

    Aristippe de cyrène a écrit:Je me posais une question : si Kant détruit la métaphysique, comment se fait-il qu'il parle de métaphysique des mœurs ?
    La métaphysique traditionnelle s'occupait d'objets dont Kant montre qu'on n'en peut faire l'expérience, partant, dont on ne peut construire la connaissance, encore moins établir la vérité. C'est ce qu'il appelle les idées de la raison, qui se distinguent des concepts de l'entendement : le monde, l'âme, Dieu.

    La métaphysique traditionnelle est invalidée du point de vue [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]. Mais Kant opère une "révolution copernicienne" (cf. préfaces à la Critique de la raison pure) : il prend exemple sur les idées mathématiques (qui ont permis à la physique de progresser de manière fulgurante), vraies sans qu'on puisse en faire l'expérience sensible. Les impératifs catégoriques sont à la morale ce que les concepts sont à l'expérience : les premiers ordonnent le divers dans la liberté (les actions des hommes) ; les deuxièmes ordonnent le divers de la nature.

    Comme les idées mathématiques, les impératifs catégoriques n'ont pas besoin de l'expérience pour être vérifiés. C'est pourquoi la morale kantienne n'en est pas une. Elle est formelle, ne s'occupe d'aucune action en particulier, mais de l'action en général : la liberté. Quoi que je fasse, il faut que mon acte soit inconditionnel, universel, "vrai" (conforme strictement à l'impératif catégorique).

    D'où également le basculement du côté des sciences dites anthropologiques, dont l'objet est l'action des hommes (la liberté), sciences qui ne sont pas "morales" (l'histoire, la sociologie, etc., ne sont pas des parties de la métaphysique des mœurs), mais qu'on peut soumettre aux idées de la raison (pour réguler, pour donner un sens directeur, cf. [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien], etc.).


    Dernière édition par Euterpe le Mar 16 Aoû 2016 - 19:28, édité 1 fois

    samok

    Messages : 8
    Date d'inscription : 21/01/2012

    Re: Qu'est-ce que la philosophie ?

    Message  samok le Jeu 2 Fév 2012 - 20:58

    Vos termes techniques sont-ils nécessaires ?
    Que signifient-ils ?

    Dans l'ordre du fil :
    - je découvre le mot "herméneutique" : en quoi cela éclaire le propos d'introduire un nouveau mot ? (je peux frapper google mais je n'ai jamais entendu prononcer ce mot)
    - après c'est le désordre dans ma petite tête, vos réponses.

    S
    avatar
    Euterpe

    Messages : 4212
    Date d'inscription : 29/01/2011
    Age : 46

    Re: Qu'est-ce que la philosophie ?

    Message  Euterpe le Jeu 2 Fév 2012 - 21:12

    Il n'y a aucun terme technique... Herméneutique n'a rien d'un néologisme, il appartient au vocabulaire philosophique et littéraire depuis la Grèce antique. Terme banal, en somme. Il prend de l'importance à partir du XVIIIe siècle et surtout du XIXe (cf. [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] et [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]), pour désigner ceux qui, tenant compte de l'héritage kantien (plus de vérité métaphysique, etc.), et à l'heure où on parle de [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] (le XIXe siècle invente l'histoire moderne, et tout le monde s'y met), pensent que le travail consiste désormais à interpréter le monde. On est passé de la question de la vérité à celle du sens.


    Dernière édition par Euterpe le Sam 27 Aoû 2016 - 2:31, édité 2 fois

    samok

    Messages : 8
    Date d'inscription : 21/01/2012

    Re: Qu'est-ce que la philosophie ?

    Message  samok le Jeu 2 Fév 2012 - 21:45

    C'est décourageant votre réponse, je ne comprends pas.

    S
    avatar
    Euterpe

    Messages : 4212
    Date d'inscription : 29/01/2011
    Age : 46

    Re: Qu'est-ce que la philosophie ?

    Message  Euterpe le Jeu 2 Fév 2012 - 23:39

    De [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] et [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] jusqu'à [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien], pour l'essentiel, la philosophie, c'est de la métaphysique (cf. [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien], la question de l'être). La connaissance de l'être, conçu de surcroît comme un tout, impliquait l'accès à la vérité (la vérité de l'être). Il n'y avait pas de philosophies concurrentes comme on l'entend aujourd'hui : les philosophes prétendaient se corriger les uns les autres en se complétant les uns les autres. Le but était d'achever l'œuvre entreprise par Platon et Aristote, achever l'œuvre métaphysique, l'œuvre philosophique.

    L'échéance a toujours été repoussée pour des raisons historiques ou scientifiques qui importent peu ici, ce retard prolongé ayant contribué à la "durée de vie" de deux millénaires de la philosophie traditionnelle, la métaphysique, autrement dit le système complet de la connaissance du monde (je rappelle que jusqu'au XVIIIe siècle, la science est non seulement subordonnée à la philosophie, mais constitue l'une des principales disciplines philosophiques). Kant tire les conséquences définitives de ce qu'on avait déjà commencé à constater quelque temps avant lui : les sciences progressent, et à mesure qu'elles progressent le noyau strictement métaphysique de la philosophie ne progresse pas. Les sciences découvrent chaque jour de nouvelles vérités ; l'objet de la métaphysique se montre de jour en jour plus obscur, incompréhensible, inexistant. Il n'y a plus de vérité en philosophie. La vérité n'est plus que du domaine des sciences. La philosophie ne doit donc plus s'occuper que de la morale, de la politique (cf. les sciences anthropologiques, plus haut). Les sciences s'occupent des faits naturels, empiriques ; la philosophie s'occupe des faits moraux, des faits non empiriques. Désormais, les choses se distribuent comme suit : aux sciences la vérité, au moyen de l'entendement ; à la philosophie la "morale" et les sciences anthropologiques, au moyen de la raison.

    Or le XIXe siècle fut le siècle de la raison historique et de la "raison" scientifique. D'un côté les interprètes du monde et de l'être (herméneutique, etc.), de l'autre les scientifiques, qui dévoilent chaque jour de nouvelles facettes du monde.


    Dernière édition par Euterpe le Mar 16 Aoû 2016 - 23:49, édité 5 fois
    avatar
    Desassocega

    Messages : 2815
    Date d'inscription : 02/04/2011

    Re: Qu'est-ce que la philosophie ?

    Message  Desassocega le Jeu 2 Fév 2012 - 23:46

    J'ai souvent entendu dire que la philosophie traditionnelle se terminait avec [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien], et j'ai même l'impression que Nietzsche se définit aussi ainsi, cf. décadent (il achève quelque chose) ; contraire d'un décadent (il commence quelque chose), mais qu'en est-il réellement ?

    Silentio

    Messages : 2475
    Date d'inscription : 30/01/2011
    Age : 29
    Localisation : Paris

    Re: Qu'est-ce que la philosophie ?

    Message  Silentio le Ven 3 Fév 2012 - 0:05

    Euterpe, je ne suis pas certain que notre ami comprenne plus facilement de quoi il est question avec votre explication (bien qu'elle soit très claire pour moi). Peut-être pourriez-vous (désolé pour l'effort supplémentaire) expliquer la différence entre la quête de la vérité et l'herméneutique comme art de l'interprétation ? Peut-être, pour simplifier, pourriez-vous donner quelques exemples (concrets ou quotidiens), pour lesquels vous êtes incomparablement doué ?

    Je me risque à un exemple et à une explication schématiques et simplificateurs : auparavant, disons durant le Moyen-âge et avant les Lumières, la philosophie était associée à la théologie. Le monde était intelligible et ordonné par Dieu et les lois divines. On interprétait le monde de manière univoque (un seul sens) d'après un absolu, la vérité des Écritures. Puis vint la contestation de l'ordre religieux et ce qu'on qualifia de "mort de Dieu". On entra dans une ère de l'humanité où il n'y avait plus de référent suprême donnant son sens au monde. Il n'y avait plus rien pour garantir une hiérarchie des valeurs et placer une vérité (soi-disant objective, intemporelle, etc.) au-dessus de tout le reste. On découvrit que la vérité n'était qu'un mensonge imposé par la force et un objet de croyance. Plus tard, la sociologie, par exemple, je pense à [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] notamment, examina les systèmes de valeurs différents et cohabitant dans le monde, c'est-à-dire les différentes vérités en compétition, sans pour autant qu'il y ait un critère ultime qui nous décide à reconnaître et à embrasser une vérité en particulier comme étant la vérité suprême. Tout n'est plus qu'affaire de croyance, de valeur, bref de sens que l'on donne au monde. Tout est donc affaire de discours, de perspective sur le monde, tout dépend du sujet et de sa relation au monde, et plus rien ne peut être dit du monde en tant que tel. Dans les sciences sociales, on comparera, par exemple en ethnographie, les différentes mœurs et coutumes, croyances et valeurs d'un peuple, d'une société, qu'on comparera à une autre société, et on créera des classifications qui mettront en évidence les différentes significations propres à ces formes de vie. Il n'est donc plus question de vérité, mais de ce qui fait sens pour les uns et les autres, et sans principe directeur absolument objectif et connaissable, on en arrive, par exemple, à penser la façon dont les hommes créent leur monde de significations dans l'histoire (l'homme se fait par ses propres actions, il crée du sens) et l'on en arrive aussi, par exemple, à des philosophies comme l'existentialisme (comment vivre sans Dieu ? comment inventer sa vie ? etc.). On n'est plus capable d'avoir un discours rationnel sur les lois du monde, mais on se demande quelle relation on entretient avec lui, comment on l'interprète, comment on crée des fictions pour vivre. On regarde les hommes tels qu'ils vivent et sont dans leur diversité et l'on ne recherche plus, par exemple, à savoir ce qu'est l'homme, idéalement, hors de ses différentes manifestations socio-culturelles et dans l'histoire. On essaiera de comprendre comment vivait un Romain et ce qui fait sa différence avec nous, mais on ne dira rien sur une vérité de l'homme parce que ce discours-là lui-même sera une interprétation, donc motivé, même inconsciemment, par des valeurs propres à l'époque de l'observateur, qui risque de projeter ses phantasmes sur la civilisation romaine, qu'en plus on n'a pas vécue de l'intérieur. Par ailleurs, on ne pourra pas non plus accéder à une vérité objective de cette civilisation, et cela vaut pour tout objet étudié. On ne l'aborde que par un bout, une facette.

    Bref, on est passé du dogmatisme au relativisme.


    Dernière édition par Silentio le Ven 3 Fév 2012 - 0:33, édité 4 fois
    avatar
    Zingaro
    Consul moderabilis
    Consul moderabilis

    Messages : 563
    Date d'inscription : 24/01/2012

    Re: Qu'est-ce que la philosophie ?

    Message  Zingaro le Ven 3 Fév 2012 - 0:19

    Euterpe a écrit:L'échéance a toujours été repoussée pour des raisons historiques ou scientifiques qui importent peu ici, ce retard prolongé ayant contribué à la "durée de vie" de deux millénaires de la philosophie traditionnelle, la métaphysique, autrement dit le système complet de la connaissance du monde (je rappelle que jusqu'au XVIIIe siècle, la science est non seulement subordonnée à la philosophie, mais constitue l'une des principales disciplines philosophiques). Kant tire les conséquences définitives de ce qu'on avait déjà commencé à constater quelque temps avant lui : les sciences progressent, et à mesure qu'elles progressent le noyau strictement métaphysique de la philosophie ne progresse pas. Les sciences découvrent chaque jour de nouvelles vérités ; l'objet de la métaphysique se montre de jour en jour plus obscur, incompréhensible, inexistant. Il n'y a plus de vérité en philosophie. La vérité n'est plus que du domaine des sciences. La philosophie ne doit donc plus s'occuper que de la morale, de la politique (cf. les sciences anthropologiques, plus haut). Les sciences s'occupent des faits naturels, empiriques ; la philosophie s'occupe des faits moraux, des faits non empiriques. Désormais, les choses se distribuent comme suit : aux sciences la vérité, au moyen de l'entendement ; à la philosophie la "morale" et les sciences anthropologiques, au moyen de la raison.

    Or le XIXe siècle fut le siècle de la raison historique et de la "raison" scientifique. D'un côté les interprètes du monde et de l'être (herméneutique, etc.), de l'autre les scientifiques, qui dévoilent chaque jour de nouvelles facettes du monde.
    J'aurais dû lire ça bien avant... du coup je réalise encore une fois que je réinvente l'eau tiède chaque jour et que je ferais mieux de ne plus poster...
    En signe de gratitude pour le temps passé à la correction de mes fautes et la lecture, pénible parfois j'imagine, de mes inepties.

    Merci encore et félicitations pour ce site à la fois sobre, ordonné, et extrêmement riche !
    avatar
    Euterpe

    Messages : 4212
    Date d'inscription : 29/01/2011
    Age : 46

    Re: Qu'est-ce que la philosophie ?

    Message  Euterpe le Ven 3 Fév 2012 - 1:27

    Aristippe de cyrène a écrit:J'ai souvent entendu dire que la philosophie traditionnelle se terminait avec Nietzsche, et j'ai même l'impression que Nietzsche se définit aussi ainsi, cf. décadent (il achève quelque chose) ; contraire d'un décadent (il commence quelque chose), mais qu'en est-il réellement ?
    Parce que Nietzsche interprète l'histoire de la philosophie comme une histoire de la morale (platonicienne/proto-chrétienne ; chrétienne). Il ne peut pas ne pas intégrer Kant, qui "sauve" la philosophie en la destinant à la "morale". Observez comme Hegel n'existe pour ainsi dire pas chez Nietzsche, qui ne discute jamais ses textes comme il le fait avec Platon (Socrate), le premier philosophe, et Kant (le dernier philosophe). Kant, c'est la mort de la métaphysique ; Nietzsche, la mort de la morale.

    Silentio a écrit:Euterpe, je ne suis pas certain que notre ami comprenne plus facilement de quoi il est question avec votre explication (bien qu'elle soit très claire pour moi). Peut-être pourriez-vous (désolé pour l'effort supplémentaire) expliquer la différence entre la quête de la vérité et l'herméneutique comme art de l'interprétation ? Peut-être, pour simplifier, pourriez-vous donner quelques exemples (concrets ou quotidiens), pour lesquels vous êtes incomparablement doué ?
    Pour lors, je vais me contenter de m'appuyer sur ce que vous dites des "discours". A partir du moment où il n'y a plus de vérité de l'être (plus de métaphysique, plus d'ontologie), ne restent que des discours. L'herméneutique s'attache à des discours et les interprète. Jusqu'à Kant, la question de l'être et la question du discours sur l'être sont indissociables (cf. le [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien], qui constitue le premier texte métaphysique, avec le [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]). Si l'être devient inaccessible, ne reste, dans un premier temps (et [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] ne fera que renforcer cette tendance, avec l'avènement progressif du [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]), que le discours. Ce discours n'étant plus référé à rien qui le garantisse (transcendance, etc.), il ne peut qu'être relatif ; d'où l'inflation concurrentielle, notamment dans les années 60-70.

    Concernant l'herméneutique, pour ma part, et pour des raisons que je ne peux développer maintenant, je considère que Dilthey en est le seul représentant pertinent (avec [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien], dont l'herméneutique est différente). Bien sûr, ça se discute. Disons que pour lui, l'herméneutique ne se réduit pas à la seule question du discours, ou de la réception de l'œuvre (cf. [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]), sachant que, et ce n'est pas un hasard, la littérature constitue l'objet principal de l'herméneutique. Chez Dilthey, l'herméneutique est appliquée à l'histoire ; interpréter, c'est comprendre (c'est le même souci que les philosophes de l'existence, ou que les "vitalistes" - [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien], [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien], etc.). Bref, chez lui ce n'est pas intellectualiste.

    Silentio a écrit:auparavant, disons durant le Moyen-âge et avant les Lumières, la philosophie était associée à la théologie.
    C'est exactement à l'exemple de la théologie que je pensais en disant que certaines choses avaient contribué à la "durée de vie" de la métaphysique. C'est plus précisément à [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] que je pense (autrement dit à "Aristote"). La renaissance a tout relancé en redécouvrant Platon. Mais je pensais également aux découvertes scientifiques (de [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] à [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]). On a d'abord cru que cela contribuerait à la métaphysique. Du reste jusqu'à [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] ça en prend clairement le chemin. Mais l'empirisme et Kant en ont décidé autrement.


    Dernière édition par Euterpe le Mer 17 Aoû 2016 - 0:07, édité 2 fois
    avatar
    benfifi

    Messages : 158
    Date d'inscription : 01/01/2012
    Age : 56
    Localisation : anciennement Seine et Oise

    Re: Qu'est-ce que la philosophie?

    Message  benfifi le Mar 7 Fév 2012 - 2:17

    Je prends le relai de samok.

    Euterpe a écrit:les sciences progressent, et à mesure qu'elles progressent le noyau strictement métaphysique de la philosophie ne progresse pas. Les sciences découvrent chaque jour de nouvelles vérités ; l'objet de la métaphysique se montre de jour en jour plus obscur, incompréhensible, inexistant. Il n'y a plus de vérité en philosophie. La vérité n'est plus que du domaine des sciences.
    Le philosophe du XVIIIème siècle n'a-t-il pas le temps de "digérer" une avancée scientifique et la prendre en compte dans son travail, qu'une nouvelle invention se fait jour qui l'oblige à revoir sa copie ? Ou bien le philosophe n'a-t-il pas su isoler le facteur vitesse de progression des sciences ? Ou alors a-t-il eu le sentiment que les découvertes partaient dans tous les sens au point de lui donner le vertige et le rendre inopérant ?
    Merci d'accepter de m'éclairer.

    Euterpe a écrit:aux sciences la vérité, au moyen de l'entendement ; à la philosophie la "morale" et les sciences anthropologiques, au moyen de la raison.
    Je ne vois pas la différence entre entendement et raison.
    Pouvez-vous expliciter, s'il vous plaît.

    Silentio

    Messages : 2475
    Date d'inscription : 30/01/2011
    Age : 29
    Localisation : Paris

    Re: Qu'est-ce que la philosophie ?

    Message  Silentio le Mar 7 Fév 2012 - 11:51

    N'oubliez pas qu'avec les Lumières apparaît la philosophie de l'histoire (ou l'inverse). Le mouvement qui est au cœur du réel devient le mouvement même de la pensée (ou l'inverse, d'ailleurs, encore une fois :)). Certains parlent d'évolution, d'autres de perfectibilité, et majoritairement de progrès. [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] devrait pouvoir accueillir la nouveauté comme un moment logique du déploiement de l'Esprit dans l'histoire. En même temps, avec une pensée historiciste, qui fait de l'époque du philosophe la fin de l'histoire, soit on prétend avoir bouclé la boucle (accès au savoir absolu, on peut déterminer le futur), soit on devient très prudent, critique, et on pense que l'on ne peut sortir de notre époque et que notre vérité sera toujours dépassée, quoique valant pour certains absolument pour nous, reflétant l'esprit du temps (zeitgeist), avec la prétention souvent d'avoir tout de même définitivement dépassé les époques passées dont le savoir et la vérité sont jugés obsolètes.
    avatar
    Euterpe

    Messages : 4212
    Date d'inscription : 29/01/2011
    Age : 46

    Re: Qu'est-ce que la philosophie ?

    Message  Euterpe le Mer 8 Fév 2012 - 13:07

    benfifi a écrit:Le philosophe du XVIIIème siècle n'a-t-il pas le temps de "digérer" une avancée scientifique et la prendre en compte dans son travail, qu'une nouvelle invention se fait jour qui l'oblige à revoir sa copie ? Ou bien le philosophe n'a-t-il pas su isoler le facteur vitesse de progression des sciences ? Ou alors a-t-il eu le sentiment que les découvertes partaient dans tous les sens au point de lui donner le vertige et le rendre inopérant ?
    Au XVIIIe siècle, contrairement aux siècles précédents, et notamment au XVIIe, les philosophes ne sont plus forcément des scientifiques (avant, ils l'étaient tous). Toutefois, quand ils ne le sont pas, beaucoup transposent les résultats des sciences de la nature (notamment la physique et dans une moindre mesure la biologie, dont les résultats influenceront surtout la pensée du XIXe siècle) dans leurs théories. Dès avant Kant, en France notamment, on cherche à transposer la rigueur et les vérités scientifiques à la morale et à la société (morale, société et politique forment une des passions du XVIIIe). On a très vite déchanté. Même si le XIXe siècle cherchera encore et longtemps des systèmes de pensée complets. Le XVIIIe est encyclopédique ; le XIXe siècle est systématique et totalisant. Le problème, c'est que les résultats scientifiques trouveront des applications dans l'industrie, pas dans la philosophie ou les sciences humaines. La séparation sera totale, ou presque.

    benfifi a écrit:
    Euterpe a écrit:aux sciences la vérité, au moyen de l'entendement ; à la philosophie la "morale" et les sciences anthropologiques, au moyen de la raison.
    Je ne vois pas la différence entre entendement et raison.
    Chez Kant, l'entendement produit des concepts (science, etc.) ; la raison ne le peut pas, elle ne produit que des illusions, des idées, etc. (seule la morale, domaine de la raison pure pratique, a la solidité des mathématiques chez Kant). Les concepts consistent à mettre de l'ordre dans le divers ; la raison consiste à mettre de l'ordre dans les concepts (d'où sans doute les tentatives totalisantes du XIXe siècle pour ordonner le savoir - [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] en est un bon exemple en France, comme Hegel le fut en Allemagne).


    Dernière édition par Euterpe le Mer 17 Aoû 2016 - 0:11, édité 2 fois
    avatar
    Desassocega

    Messages : 2815
    Date d'inscription : 02/04/2011

    Re: Qu'est-ce que la philosophie ?

    Message  Desassocega le Mer 8 Fév 2012 - 13:22

    Euterpe a écrit:Au XVIIIe siècle, contrairement aux siècles précédents, et notamment au XVIIe, les philosophes ne sont plus forcément des scientifiques (avant, ils l'étaient tous).
    La plupart peut-être, mais pas tous tout de même. Spinoza ne l'était pas, Locke non plus (même s'il s'intéressait à l'épistémologie), et certainement encore d'autres ne l'étaient pas.
    avatar
    Euterpe

    Messages : 4212
    Date d'inscription : 29/01/2011
    Age : 46

    Re: Qu'est-ce que la philosophie ?

    Message  Euterpe le Mer 8 Fév 2012 - 14:03

    Qu'appelez-vous un scientifique, Aristippe ?...
    avatar
    Desassocega

    Messages : 2815
    Date d'inscription : 02/04/2011

    Re: Qu'est-ce que la philosophie ?

    Message  Desassocega le Mer 8 Fév 2012 - 14:20

    Je ne saurais donner une définition bien précise, mais quand vous parliez des philosophes qui étaient scientifiques au 17e siècle, je pensais à [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] ou [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] qui sont par exemple de grands mathématiciens ou physiciens (je pensais par exemple à la pascaline pour Pascal et à la réfraction ou la dioptrie pour Descartes). Or il n'y a rien de semblable à cela chez [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] par exemple.

    Par contre si on entend par scientifique la démarche méthodique et rationnelle, alors là oui on peut y intégrer Spinoza, et plutôt deux fois qu'une même, vu la forme de l'[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien].

      La date/heure actuelle est Lun 23 Oct 2017 - 8:03