Le savoir est-il essentiel à la vie ?

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet

Page 2 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Le savoir est-il essentiel à la vie ?

Message  Silentio le Mar 26 Juin 2012 - 11:59

jean ghislain a écrit:Ce qui veut dire de façon imagée que si l'on donne des instruments intellectuels (par l'enseignement de la philosophie), il débouchera soit d'un côté (si l'âme est à l'origine malade) que des choses malsaines, soit de l'autre côté (si l'âme est déjà saine), que de belles pensées. C'est pour cela que les philosophies qui "soignent" ne peuvent être comparées aux philosophies qui affirment la vie.
Je pense au contraire que les philosophies du soin sont la philosophie et qu'elle se préoccupe de la vie sous toutes ses formes et vise à l'élever ou à la parfaire, ou bien encore à faire accepter cette vie. Et puis je trouve votre distinction encore trop emprunte du couple fort/faible, ou vie ascendante/décadente. Or comme le répète Euterpe, vivre c'est agir et créer. Si elle est d'emblée affirmative, spontanée, tant mieux. Si elle est dégradée et lutte pour elle-même, agit pour dépasser ses déchirures et se dépasser elle-même, persévère et résiste, alors elle est active et une vie diminuée n'en est pas nécessairement une vie nulle qui viserait sa propre corruption. Ainsi, le soin, c'est la vie se mettant à son propre service pour, dans ses efforts contrariés et renouvelés, s'autodépasser et s'affirmer. Même au travers de différentes stratégies et d'artifices, de moyens détournés. Une vie faible peut se donner les moyens de se renforcer et s'intensifier dans la lutte ou la réflexivité et la formation d'un ethos, tandis qu'une vie spontanée peut s'épuiser dans son affirmation et dépérir par excès, sans limites, s'affaiblir dans la violence, l'urgence et l'extrémité de son expression. Ainsi, il n'y a pas que le génie romantique qui vit et se consume dans son embrasement, n'importe qui est déjà, de fait, vivant, agissant et créateur, et possède un potentiel qui peut encore s'exprimer. Le soin est alors l'expression de ce potentiel pour pouvoir l'exprimer encore plus et en faisant se faire, laisser la vie se donner ses propres formes au lieu d'en subir.

Silentio

Messages: 2014
Date d'inscription: 30/01/2011
Age: 26

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le savoir est-il essentiel à la vie ?

Message  Zingaro le Mar 26 Juin 2012 - 12:14

Je ne sais pas si la philosophie doit être utile ni même si elle doit quoi que ce soit, en revanche je sais qu'elle est parfois nécessaire. La vie en vient souvent à détruire nos convictions, à balayer nos illusions, ce faisant elle nous amène à redéfinir notre place, notre jugement, notre appréciation des choses. Ce n'est pas celle que je préfère, ce n'est pas une philosophie libre. Je trouve dommage qu'on oublie souvent l'aspect ludique de la philosophie, de la recherche, de l'élaboration philosophique.

Bergson disait que sa philosophie était de croire, à chaque instant, qu'un miracle est sur le point d'arriver. Je trouve passionnant d'essayer de retracer les enchaînements, les sommets et les vallées de sa pensée. Comment en arrive-t-il à un tel panorama, quelles sont ses forces, ses richesses, ses lacunes ? Ceux qui étudient sérieusement la philosophie doivent bien savoir qu'elle prend souvent la forme d'un jeu de pistes, à l'intérieur d'une même œuvre, d'un même courant ou même à travers les siècles, et surtout, à l'intérieur de soi.

Zingaro

Messages: 219
Date d'inscription: 24/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message

Re: Le savoir est-il essentiel à la vie ?

Message  Janus le Mer 27 Juin 2012 - 10:49

jean ghislain a écrit:J'ai beaucoup de mal avec ce qui voudrait passer pour universel. Finalement chacun ne partage pas grand chose avec le reste du monde, et ce serait un peu idéaliste que d'avoir des prétentions à l'universalité.
Mais je serais d'accord avec le fait qu'il faut faire avec la diversité humaine. Je suis plus pour la notion de totalité à l'échelle de tous les hommes, et pour celle de plénitude à l'échelle individuelle, plutôt que pour celle d'universalité. L'universel, c'est faire rentrer l'autre dans ce qui nous est propre. C'est rare et ça ne doit pas être le but de la philosophie d'après moi, que de faire d'autrui un "semblable". Au contraire l'autre, c'est l'altérité, que je fais aussi rentrer dans mon domaine, mais que je laisse être différent.
Une vie pleine et saine, ce ne serait pas un idéal universel d'existence pour moi, mais un développement de chaque individualité. Là je trouverais une utilité à la philosophie, si elle permettait cela. C'est le cas au moins pour mes philosophes préférés !
Et pourtant la notion d'universalité est essentielle en philosophie. Mais le but de la philosophie n'est pas d'établir un modèle "idéal et universel" d'existence pour quiconque, ou nous convaincre que ce modèle serait le meilleur, mais plus exactement d'observer et de décrire comment les "choses" se passent dans la nature, dans l'histoire, etc... Ceux qui ont la prétention d'établir et de nous proposer des modèles idéaux de société ou de conduite sont les hommes politiques et non les philosophes, qui eux n'ont pour rôle que d'interpréter le plus objectivement possible la réalité et le réel.
Nous dévoiler la portée de ce concept d'universalité, nous faire comprendre sa fonctionnalité, sa portée... à cela se limite le rôle du philosophe et non à nous "faire passer pour universel" ce qui ne l'est pas.

Je dirais donc que le propre de l'homme est de rechercher ce qui est universel dans le divers à commencer par la démarche scientifique (cf. Kant CRP) qui consiste, au moyen de cet outil qu'est la raison, à comprendre les relations qui animent les "lois universelles" de la nature, ce qui est le premier pas qui fut accompli par l'homme vers ce concept fondamental d'universalité.

Janus
Civis romanus
Civis romanus

Messages: 227
Date d'inscription: 04/03/2012

Revenir en haut Aller en bas

L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message

Re: Le savoir est-il essentiel à la vie ?

Message  Silentio le Jeu 12 Sep 2013 - 18:07

Utile, je ne sais pas, mais au moins elle nous procurera, en tant que masturbation, un certain plaisir. Laughing 

Mais, au fait, pourquoi philosophe-t-on ? Wink

Silentio

Messages: 2014
Date d'inscription: 30/01/2011
Age: 26

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le savoir est-il essentiel à la vie ?

Message  papillon le Jeu 12 Sep 2013 - 18:37

C'est la vie qui est utile à la philosophie, et non le contraire.

papillon

Messages: 33
Date d'inscription: 01/08/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le savoir est-il essentiel à la vie ?

Message  Kthun le Jeu 12 Sep 2013 - 18:54

Arantelle a écrit:Si elle ne demeure qu'une masturbation de l'esprit, la philosophie n'est point utile à l'existence.
Il faut déjà s'entendre sur le sens des mots. "Utile" au sens courant ("servir à quelque chose") n'est pas l'utilité au sens philosophique désignant une activité (ou quelque chose) qui procure quelque satisfaction à l'individu.

papillon a écrit:C'est la vie qui est utile à la philosophie, et non le contraire.
Que signifie "la vie" ? Que signifie "utile" ?

Kthun

Messages: 384
Date d'inscription: 05/03/2011

Revenir en haut Aller en bas

L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message

Re: Le savoir est-il essentiel à la vie ?

Message  JimmyB le Jeu 12 Sep 2013 - 21:45

Arantelle a écrit:Silentio, nous philosophons puisque nous sommes mortels.
Ce n'est pas la question que pose Silentio.

JimmyB
Princeps
Princeps

Messages: 724
Date d'inscription: 25/04/2012
Age: 26

Revenir en haut Aller en bas

L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message

Re: Le savoir est-il essentiel à la vie ?

Message  Silentio le Jeu 12 Sep 2013 - 22:16

Arantelle a écrit:Silentio, nous philosophons puisque nous sommes mortels.
Vous ne dites rien en disant cela, car cela ne nous différencie pas des animaux et des végétaux qui pourtant ne pratiquent pas la philosophie. Il va vous falloir développer en prenant en compte la spécificité de l'existence humaine : pourquoi l'homme, en tant qu'il est mortel, est-il amené à adopter une telle conduite de vie ? Qu'est-ce que philosopher, qu'est-ce que cela implique quant à l'existence humaine (cf. l'inutilité) ? Qu'est-ce qui différencie l'existence humaine de l'existence animale ?

Silentio

Messages: 2014
Date d'inscription: 30/01/2011
Age: 26

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le savoir est-il essentiel à la vie ?

Message  papillon le Ven 13 Sep 2013 - 0:12

La philosophie, en tant que la vie s'interrogeant sur elle-même et se déterminant à agir différemment, utilise la vie au sens où elle s'en nourrit. C'est en ce sens que nous pouvons affirmer que c'est la vie qui est utile à la philosophie et non pas le contraire.

papillon

Messages: 33
Date d'inscription: 01/08/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le savoir est-il essentiel à la vie ?

Message  Kthun le Ven 13 Sep 2013 - 0:44

papillon a écrit:La philosophie, en tant que la vie s'interrogeant sur elle-même et se déterminant à agir différemment, utilise la vie au sens où elle s'en nourrit. C'est en ce sens que nous pouvons affirmer que c'est la vie qui est utile à la philosophie et non pas le contraire.
Voulez-vous dire que cette entité Philosophie pratique l'auto-cannibalisme (vous dites qu'elle se nourrit de la vie, autre entité, après avoir dit que Philosophie est la vie lorsqu'elle s'interroge sur elle-même) ? Ou bien voulez-vous dire que Philosophie est un commensal de la vie ?

Kthun

Messages: 384
Date d'inscription: 05/03/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le savoir est-il essentiel à la vie ?

Message  Silentio le Ven 13 Sep 2013 - 1:07

papillon a écrit:La philosophie, en tant que la vie s'interrogeant sur elle-même et se déterminant à agir différemment, utilise la vie au sens où elle s'en nourrit. C'est en ce sens que nous pouvons affirmer que c'est la vie qui est utile à la philosophie et non pas le contraire.
Il faut vivre pour philosopher. Soit, en quoi cela nous avance-t-il ? Cela ne dit rien de la philosophie, en quoi elle serait une pratique différente de tout autre et en quoi elle se distingue pour la vie elle-même. Est-ce que philosopher implique le même mode de vie, la même relation de la vie à elle-même que la poterie par exemple (ou tout autre technique dite utile) ?

Silentio

Messages: 2014
Date d'inscription: 30/01/2011
Age: 26

Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum