Bibliothèque numérique & espace numérique de travail

    Le savoir est-il essentiel à la vie ?

    Partagez

    Silentio

    Messages : 2475
    Date d'inscription : 30/01/2011
    Age : 28
    Localisation : Paris

    Re: Le savoir est-il essentiel à la vie ?

    Message  Silentio le Mar 26 Juin 2012 - 11:59

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:Ce qui veut dire de façon imagée que si l'on donne des instruments intellectuels (par l'enseignement de la philosophie), il débouchera soit d'un côté (si l'âme est à l'origine malade) que des choses malsaines, soit de l'autre côté (si l'âme est déjà saine), que de belles pensées. C'est pour cela que les philosophies qui "soignent" ne peuvent être comparées aux philosophies qui affirment la vie.
    Je pense au contraire que les philosophies du soin sont la philosophie et qu'elle se préoccupe de la vie sous toutes ses formes et vise à l'élever ou à la parfaire, ou bien encore à faire accepter cette vie. Et puis je trouve votre distinction encore trop emprunte du couple fort/faible, ou vie ascendante/décadente. Or comme le répète Euterpe, vivre c'est agir et créer. Si elle est d'emblée affirmative, spontanée, tant mieux. Si elle est dégradée et lutte pour elle-même, agit pour dépasser ses déchirures et se dépasser elle-même, persévère et résiste, alors elle est active et une vie diminuée n'en est pas nécessairement une vie nulle qui viserait sa propre corruption. Ainsi, le soin, c'est la vie se mettant à son propre service pour, dans ses efforts contrariés et renouvelés, s'autodépasser et s'affirmer. Même au travers de différentes stratégies et d'artifices, de moyens détournés. Une vie faible peut se donner les moyens de se renforcer et s'intensifier dans la lutte ou la réflexivité et la formation d'un ethos, tandis qu'une vie spontanée peut s'épuiser dans son affirmation et dépérir par excès, sans limites, s'affaiblir dans la violence, l'urgence et l'extrémité de son expression. Ainsi, il n'y a pas que le génie romantique qui vit et se consume dans son embrasement, n'importe qui est déjà, de fait, vivant, agissant et créateur, et possède un potentiel qui peut encore s'exprimer. Le soin est alors l'expression de ce potentiel pour pouvoir l'exprimer encore plus et en faisant se faire, laisser la vie se donner ses propres formes au lieu d'en subir.

    Zingaro
    Consul moderabilis
    Consul moderabilis

    Messages : 527
    Date d'inscription : 24/01/2012

    Re: Le savoir est-il essentiel à la vie ?

    Message  Zingaro le Mar 26 Juin 2012 - 12:14

    Je ne sais pas si la philosophie doit être utile ni même si elle doit quoi que ce soit, en revanche je sais qu'elle est parfois nécessaire. La vie en vient souvent à détruire nos convictions, à balayer nos illusions, ce faisant elle nous amène à redéfinir notre place, notre jugement, notre appréciation des choses. Ce n'est pas celle que je préfère, ce n'est pas une philosophie libre. Je trouve dommage qu'on oublie souvent l'aspect ludique de la philosophie, de la recherche, de l'élaboration philosophique.

    Bergson disait que sa philosophie était de croire, à chaque instant, qu'un miracle est sur le point d'arriver. Je trouve passionnant d'essayer de retracer les enchaînements, les sommets et les vallées de sa pensée. Comment en arrive-t-il à un tel panorama, quelles sont ses forces, ses richesses, ses lacunes ? Ceux qui étudient sérieusement la philosophie doivent bien savoir qu'elle prend souvent la forme d'un jeu de pistes, à l'intérieur d'une même œuvre, d'un même courant ou même à travers les siècles, et surtout, à l'intérieur de soi.

    jean ghislain

    Messages : 331
    Date d'inscription : 13/03/2011
    Age : 42

    Re: Le savoir est-il essentiel à la vie ?

    Message  jean ghislain le Mar 26 Juin 2012 - 19:39

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:Si elle est d'emblée affirmative, spontanée, tant mieux. Si elle est dégradée et lutte pour elle-même, agit pour dépasser ses déchirures et se dépasser elle-même, persévère et résiste, alors elle est active et une vie diminuée n'en est pas nécessairement une vie nulle qui viserait sa propre corruption. Ainsi, le soin, c'est la vie se mettant à son propre service pour, dans ses efforts contrariés et renouvelés, s'autodépasser et s'affirmer.
    La philosophie peut aussi servir à soigner l'âme, encore faut-il partir sur de bonnes bases. Quand on est le nez dans les problèmes, il y a très peu de bonnes paroles qui fassent mouche. Mais c'est sûr, avec de la bonne volonté, de la sincérité envers soi-même, on peut avancer avec l'aide de la philosophie. Il faut alors aller chercher en soi les ressources les meilleures afin d'arriver à un résultat admirable. Et avec un peu de chance, oui pourquoi pas, la philosophie peut soigner... l'espoir n'est pas interdit ! Dans ce sens je serais d'accord avec vous, mais cela demanderait plus qu'un moindre effort, d'après moi... car en réalité bien souvent on retrouve chez ceux qui pratiquent la philosophie autant de vices (de pensées, j'entends) que l'on retrouve parmi la multitude (mal-)pensante, je veux dire autant de préjugés, d'opinions à la va-vite, d'a-priori, où l'idée que l'on veut bien se faire du monde remplace la réalité - et c'est là que réside le principal problème, je pense.

    Janus

    Messages : 266
    Date d'inscription : 04/03/2012

    Re: Le savoir est-il essentiel à la vie ?

    Message  Janus le Mer 27 Juin 2012 - 10:49

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:J'ai beaucoup de mal avec ce qui voudrait passer pour universel. Finalement chacun ne partage pas grand chose avec le reste du monde, et ce serait un peu idéaliste que d'avoir des prétentions à l'universalité.
    Mais je serais d'accord avec le fait qu'il faut faire avec la diversité humaine. Je suis plus pour la notion de totalité à l'échelle de tous les hommes, et pour celle de plénitude à l'échelle individuelle, plutôt que pour celle d'universalité. L'universel, c'est faire rentrer l'autre dans ce qui nous est propre. C'est rare et ça ne doit pas être le but de la philosophie d'après moi, que de faire d'autrui un "semblable". Au contraire l'autre, c'est l'altérité, que je fais aussi rentrer dans mon domaine, mais que je laisse être différent.
    Une vie pleine et saine, ce ne serait pas un idéal universel d'existence pour moi, mais un développement de chaque individualité. Là je trouverais une utilité à la philosophie, si elle permettait cela. C'est le cas au moins pour mes philosophes préférés !
    Et pourtant la notion d'universalité est essentielle en philosophie. Mais le but de la philosophie n'est pas d'établir un modèle "idéal et universel" d'existence pour quiconque, ou nous convaincre que ce modèle serait le meilleur, mais plus exactement d'observer et de décrire comment les "choses" se passent dans la nature, dans l'histoire, etc... Ceux qui ont la prétention d'établir et de nous proposer des modèles idéaux de société ou de conduite sont les hommes politiques et non les philosophes, qui eux n'ont pour rôle que d'interpréter le plus objectivement possible la réalité et le réel.
    Nous dévoiler la portée de ce concept d'universalité, nous faire comprendre sa fonctionnalité, sa portée... à cela se limite le rôle du philosophe et non à nous "faire passer pour universel" ce qui ne l'est pas.

    Je dirais donc que le propre de l'homme est de rechercher ce qui est universel dans le divers à commencer par la démarche scientifique (cf. Kant CRP) qui consiste, au moyen de cet outil qu'est la raison, à comprendre les relations qui animent les "lois universelles" de la nature, ce qui est le premier pas qui fut accompli par l'homme vers ce concept fondamental d'universalité.

    Euterpe

    Messages : 3984
    Date d'inscription : 29/01/2011
    Age : 45

    Re: Le savoir est-il essentiel à la vie ?

    Message  Euterpe le Sam 30 Juil 2016 - 22:40

    Édition complète du topic. Messages hors-sujet déplacés dans les Archives du forum.

      La date/heure actuelle est Sam 1 Oct 2016 - 8:54