παιδεία | μανθάνω | ἀπομανθάνω

    Perdu dans la pensée

    Partagez
    avatar
    Desassocega

    Messages : 2815
    Date d'inscription : 02/04/2011

    Perdu dans la pensée

    Message  Desassocega le Mer 21 Sep 2011 - 23:27

    Depuis quelque temps je me pose énormément de questions ! A 15 ans, j'étais complètement perdu, et la philosophie m'a donné des réponses qui m'ont permis d'avancer jusqu'ici sereinement. Mais depuis quelque temps donc, je suis en pleine remise en cause de tout cela. Je ne sais pas ce que je fais, ni pourquoi je le fais, je m'interroge sur les choses, mais je n'ai même pas un début de réponse, ni même un début de recherche ; je ne sais pas ce que je fais ici, ni pourquoi je suis ici. Je ne supporte plus les gens en général, tout m'énerve, et tout le monde aussi, et du coup j'emmerde tout le monde. J'ai l'impression de me noyer dans mes questions sans réponses.
    Et plus je me pose des questions, plus je me sens paumé. Est-ce toujours ainsi ? On pense avoir compris certaines choses, et on se rend compte plus tard qu'on est en réalité toujours ignorant ? Est-ce que chaque pensée n'est qu'un campement provisoire qui tôt ou tard est détruit par les questionnements qui viennent s'élever contre lui ? Est-ce que plus on avance dans la vie, plus on est perdu au milieu des questions qui s’accumulent  ? Est-ce que finalement on se résigne à ne pas savoir ? Ou le temps nous apporte-t-il des réponses ? Ou nous apporte-t-il une attitude plus sereine à opposer à ces incertitudes ?
    Si je pose ces questions ici, ce n'est point pour épancher un état d'âme, mais simplement parce que je pense que votre vécu pourra peut-être m'apporter des réponses, ou du moins des éléments de réponse...

    Liber

    Messages : 1399
    Date d'inscription : 30/01/2011

    Re: Perdu dans la pensée

    Message  Liber le Jeu 22 Sep 2011 - 10:04

    Je ne pourrais guère vous aider. J'avoue avoir trouvé des certitudes uniquement dans l'exercice de la peinture, et donc à la fois dans une vision du monde très esthétique, et dans le détachement qu'elle me procure envers ce monde. Je ne pense pas qu'il soit nécessaire de trouver des réponses à des questions. Les philosophes comme les artistes explorent leur personnalité, c'est-à-dire leur façon de goûter la vie, et surtout, ils le font en se détachant d'eux-mêmes. Je ne suis pas étonné que vous vous sentiez pris dans un tourbillon. Plus jeune, j'ai longtemps vécu (et je vis toujours quoique beaucoup moins maintenant) dans des images poétiques, c'était le fond où je venais puiser la certitude qui autrement me faisait défaut. La philosophie ne pouvait pas me donner de point stable, sauf en prenant parti pour l'une ou pour l'autre des doctrines, ce que je refusais. Je voulais aussi devenir un érudit, mais hélas, je me suis rendu compte plus tard que ça ne me convenait pas.
    avatar
    Desassocega

    Messages : 2815
    Date d'inscription : 02/04/2011

    Re: Perdu dans la pensée

    Message  Desassocega le Jeu 22 Sep 2011 - 20:12

    Liber a écrit:J'avoue avoir trouvé des certitudes uniquement dans l'exercice de la peinture,
    Il est vrai que les arts (que ce soit l'écriture, la peinture, la musique, etc.) nous apportent beaucoup... Je ne me vois pas vivre sans !



    Silentio

    Messages : 2475
    Date d'inscription : 30/01/2011
    Age : 29
    Localisation : Paris

    Re: Perdu dans la pensée

    Message  Silentio le Ven 23 Sep 2011 - 0:58

    C'est très difficile de répondre. Je m'en remettrais au seul conseil de Kierkegaard : continuez à désespérer. Vous passez par une étape fondatrice, ce qui est paradoxal puisqu'elle est une plongée dans le chaos, dans l'abîme. Mais vous verrez que vous trouverez malgré tout des principes qui résistent et qui vous permettront de construire avec une certaine assurance alors même que vous ne serez plus le même, en train de vous convertir à la philosophie. Ou bien vous deviendrez un marchand de connaissances. Enfin, je dis ça, peut-être d'autres vous assureront que vous faites fausse route et que ce mal intellectuel que vous vous infligez n'est qu'une névrose comme tant d'autres. N'oubliez tout de même pas le quotidien, il n'y a pas que les idées dans la vie. Et puis autorisez-vous d'un droit à l'erreur, il faut faire des choix et ils pourront évoluer. Fiez-vous aussi à vos intuitions et osez.
    avatar
    Euterpe

    Messages : 4212
    Date d'inscription : 29/01/2011
    Age : 46

    Re: Perdu dans la pensée

    Message  Euterpe le Ven 23 Sep 2011 - 4:02

    C'est normal, il n'y a pas de quoi vous inquiéter. Mais il faut dire que ça vous pendait au nez. Vous vouliez à toute force vous concocter un programme de lecture plutôt chargé cet été, et vous constatez à vos dépens que le temps de la digestion, de la rumination, est beaucoup plus long que la gloutonnerie. En digérant à vos propres dépens, autrement dit lorsque vous serez occupé à d'autres choses, cet inconfort intellectuel et moral disparaîtra, qui vous confine dans une solitude à laquelle on n'est pas forcément bien préparé.

    Je parie aussi que vous ne vous êtes que très mal alimenté ces derniers temps.
    avatar
    Desassocega

    Messages : 2815
    Date d'inscription : 02/04/2011

    Re: Perdu dans la pensée

    Message  Desassocega le Ven 23 Sep 2011 - 7:48

    Silentio a écrit:N'oubliez tout de même pas le quotidien, il n'y a pas que les idées dans la vie.
    Oui, d'autant que c'est dans le quotidien qu'on inscrit ses idées non ? Car au-delà de penser sa vie, vivre sa pensée est important...

    Euterpe a écrit:Vous vouliez à toute force vous concocter un programme de lecture plutôt chargé cet été,
    Vous pensez que mes nombreuses lectures sont à l'origine de ce que j'éprouve en ce moment ?

    Euterpe a écrit:autrement dit lorsque vous serez occupé à d'autres choses,
    Bien c'est assez étrange, car depuis quatre jours je n'ai rien lu pratiquement, une page ou deux par là... Comme si inconsciemment je m'étais détaché un peu de la lecture... Pour souffler un peu je suppose...

    Euterpe a écrit:Je parie aussi que vous ne vous êtes que très mal alimenté ces derniers temps.
    Durant une petite semaine oui, mais ce n'était pas vraiment grave...

    Liber

    Messages : 1399
    Date d'inscription : 30/01/2011

    Re: Perdu dans la pensée

    Message  Liber le Ven 23 Sep 2011 - 9:53

    Aristippe, il y a aussi un aspect pratique dans la connaissance. Avez-vous étudié votre grammaire française au milieu de toutes ces lectures ? :OO:
    avatar
    Intransigeance

    Messages : 9
    Date d'inscription : 20/08/2011

    Re: Perdu dans la pensée

    Message  Intransigeance le Ven 23 Sep 2011 - 10:05

    Silentio a écrit: Je m'en remettrais au seul conseil de Kierkegaard : continuez à désespérer.
    Dans quelles circonstances dit-il cela ? Et à quelles fins ?

    Silentio

    Messages : 2475
    Date d'inscription : 30/01/2011
    Age : 29
    Localisation : Paris

    Re: Perdu dans la pensée

    Message  Silentio le Ven 23 Sep 2011 - 12:14

    Aristippe a écrit:Oui, d'autant que c'est dans le quotidien qu'on inscrit ses idées non ? Car au-delà de penser sa vie, vivre sa pensée est important...
    Non, vivez votre vie, osez vous affirmer, prenez des risques, expérimentez des choses, et menez votre vie comme vous l'entendez plutôt que selon la volonté d'autrui. N'oubliez pas non plus que cette vie est plus précieuse que vos pensées dans lesquelles vous pouvez vous enfermer et difficilement sortir. Ne philosophez pas trop, réussissez d'abord votre initiation.
    vif a écrit:
    Silentio a écrit:C'est très difficile de répondre. Je m'en remettrais au seul conseil de Kierkegaard : continuez à désespérer. Vous passez par une étape fondatrice, ce qui est paradoxal puisqu'elle est une plongée dans le chaos, dans l'abîme. Mais vous verrez que vous trouverez malgré tout des principes qui résistent et qui vous permettront de construire avec une certaine assurance alors même que vous ne serez plus le même, en train de vous convertir à la philosophie. Ou bien vous deviendrez un marchand de connaissances. Enfin, je dis ça, peut-être d'autres vous assureront que vous faites fausse route et que ce mal intellectuel que vous vous infligez n'est qu'une névrose comme tant d'autres. N'oubliez tout de même pas le quotidien, il n'y a pas que les idées dans la vie. Et puis autorisez-vous d'un droit à l'erreur, il faut faire des choix et ils pourront évoluer. Fiez-vous aussi à vos intuitions et osez.
    J'ai envie de dire, et ne reculant devant aucun défi je le fait illico : Il faudrait aussi s'autoriser à faire attention à ce qu'on peut dire à un gamin de 17ans, aussi éveillé soit-il. Heureusement que la fin de ce post charriant des mots lourds est plus légère et positive.
    Cela dit, d'accord avec la difficulté à répondre, je m'alignerai sur les propos d'Euterpe qui me paraissent raisonnables : le temps de la digestion et la variété des occupations du corps et de l'esprit en partie tournée vers les autres, j'ajouterai : la place accordée au plaisir, à la détente.
    Désolé de vouloir dire ce qui m'apparaît comme une vérité à laquelle notre ami devra s'habituer d'après son tempérament sceptique. S'attacher à la philosophie peut ne pas être une partie de plaisir, autant en être conscient. Ce n'est pas pour autant qu'il faille renoncer. Le désespoir fonctionne comme une épuration et comme une sélection, éprouvant les idées et mettant à l'épreuve celui qui les vit. Peu à peu notre ami saura trancher sur des principes fondamentaux, parce qu'il aura pu s'approfondir lui-même et trouver ce qui lui correspond. Il sera plus proche de lui-même une fois dépouillé de ses préjugés, et ça peut aller loin, après être passé dans la machine à laver qu'est le questionnement philosophique. Après mes paroles peuvent sembler très graves, elles le sont si l'on considère que l'on peut vivre nos idées et souffrir du décentrement constant que le soupçon fait naître avec lui en détruisant nos repères. Le problème vient également, comme le dit Euterpe, de la mauvaise digestion : on veut tout savoir maintenant et on jongle avec des doctrines différentes qui nous semblent aussi peu vraies les unes que les autres. Ça ne m'étonne pas que l'on se sente perdu. Ayant vécu cela, ne sachant pas encore si j'en suis complètement sorti, je préfère prévenir notre ami et lui dire que s'il veut ordonner ce chaos, se maîtriser et trouver des réponses il en passera par d'autres phases de profond doute et devra sacrifier certaines choses. J'ai parlé de névrose parce que ceux qui considèrent la philosophie sous le seul angle de la connaissance, les savants, pourront estimer que je parle en poète (en charlatan, en romantique, en efféminé) d'une approche quasi-maladive de leur science. J'estime au contraire qu'il y a beaucoup d'affect dans la philosophie, tout simplement parce qu'elle parle de notre vie et que nous cherchons à lui donner un sens pour nous réaliser nous-mêmes. Il y a un peu de folie dans l'expérience du cogito par exemple. J'insiste enfin sur le fait qu'il vaut mieux nous fixer des limites et ne pas nous perdre dans les idées (devenues tellement instables). Bref, il faut se rattacher au monde, au quotidien, à notre existence, qui sont à privilégier, des bouées de sauvetage et nous empêchent de trop (mal) penser, de trop s'administrer la philosophie qui est censée être un remède et de la transformer en poison. On pourra au moins conseiller de persévérer et d'être méthodique si le pathos vous gêne.
    Intransigeance a écrit:Dans quelles circonstances dit-il cela? et à quelles fins?
    Alors si je ne me trompe pas on retrouve cette idée (désespérer pour s'approfondir) dès Ou bien... ou bien, dans la seconde partie où, grosso modo, l'éthicien Wilhelm s'adresse à l'esthète A. pour le convaincre du caractère misérable de sa vie (une vie de débauche, de la poursuite sans fin et sans joie du plaisir instantané) et de la nécessité de bien vivre.

    Liber

    Messages : 1399
    Date d'inscription : 30/01/2011

    Re: Perdu dans la pensée

    Message  Liber le Ven 23 Sep 2011 - 16:28

    Je pense quand même qu'Aristippe devrait continuer à engranger des connaissances solides, une bonne culture littéraire, philosophique, historique, artistique, etc. tant qu'il est jeune. C'est un bon investissement pour l'avenir.
    avatar
    Desassocega

    Messages : 2815
    Date d'inscription : 02/04/2011

    Re: Perdu dans la pensée

    Message  Desassocega le Ven 23 Sep 2011 - 17:41

    vif a écrit:Il faudrait aussi s'autoriser à faire attention à ce qu'on peut dire à un gamin de 17 ans
    Je suis relativement solide ne vous inquiétez pas... Enfin quand je dis solide, j'entends pas là que je ne suis pas instable psychologiquement, du moins je crois :oO:

    Liber a écrit:Aristippe, il y a aussi un aspect pratique dans la connaissance. Avez-vous étudié votre grammaire française au milieu de toutes ces lectures ?
    :lol:

    Intransigeance a écrit:Dans quelles circonstances dit-il cela ? et à quelles fins ?
    Je pense qu'il faut par désespérance entendre aussi le sens propre du mot : ne plus avoir d'espoirs, se défaire de ses illusions, car elles nous mènent forcément au malheur et à la désolation... Le désespoir est une des causes principales de suicide. Mais pour désespérer, il faut au préalable avoir espéré... et espéré en se nourrissant d'illusions, c'est très dangereux.

    Silentio a écrit:Ne philosophez pas trop, réussissez d'abord votre initiation.
    Je pense que c'est un bon conseil... Mais à partir de quel moment pensez-vous qu'on philosophe "trop" ?

    Silentio a écrit:S'attacher à la philosophie peut ne pas être une partie de plaisir, autant en être conscient.
    Tout à fait. La philosophie est aussi un combat. Combat contre nous-mêmes, contre nos préjugés, nos opinions, notre confort du train-train quotidien etc. Ce n'est pas pour rien que l'homme de la caverne dans l'allégorie de Platon est traîné et violenté pour finalement être amené au dehors par un chemin étroit et escarpé !
    avatar
    Invité
    Invité

    Re: Perdu dans la pensée

    Message  Invité le Ven 23 Sep 2011 - 19:21

    vif a écrit:Pardon de sûrement sembler délirant à certains mais la philo ça peut aussi être une partie de plaisir. Sans ça à titre personnel elle ne m'intéresserait pas. Et il est des combats plaisants.


    Dernière édition par vif le Lun 26 Sep 2011 - 19:31, édité 1 fois
    avatar
    Desassocega

    Messages : 2815
    Date d'inscription : 02/04/2011

    Re: Perdu dans la pensée

    Message  Desassocega le Ven 23 Sep 2011 - 20:40

    vif a écrit:Pardon de sûrement sembler délirant à certains mais la philo ça peut aussi être une partie de plaisir. Sans ça à titre personnel elle ne m'intéresserait pas. Et il est des combats plaisants.
    Évidemment ! Je prends un malin plaisir à me battre avec moi-même, n'en doutez pas

    Comme disait Épicure :
    il faut rire tout en philosophant

    Ceci exprime le plaisir même de penser, lequel, en philosophie, est simultané. Ce n’est pas après la recherche que nous éprouvons de la joie, mais pendant la recherche même. Le rire du sage est l’orgasme de l’âme, et sa liberté :D
    avatar
    Euterpe

    Messages : 4212
    Date d'inscription : 29/01/2011
    Age : 46

    Re: Perdu dans la pensée

    Message  Euterpe le Ven 23 Sep 2011 - 20:47

    Aristippe de cyrène a écrit:Je pense qu'il faut par désespérance entendre aussi le sens propre du mot : ne plus avoir d'espoirs, se défaire de ses illusions, car elles nous mènent forcément au malheur et à la désolation... Le désespoir est une des causes principales de suicide. Mais pour désespérer, il faut au préalable avoir espéré... et espéré en se nourrissant d'illusions, c'est très dangereux.
    Dangereux, ça peut l'être chez certains. Mais les illusions sont plus nourrissantes que les vérités. De toute façon, on n'échappe pas aux désillusions. Ça peut aider à devenir au moins un peu réaliste, ironique, à prendre les choses avec plus de légèreté, de distance, à en rire même. Il n'empêche, on "redemande" toujours sa part d'illusions ; entretemps, on a pu apprendre à s'en défendre ou à s'en défaire à meilleur compte, même quand ça fait mal.

    Toute cette discussion me fait quand même penser qu'il est important d'être carnivore et de boire du vin. On ne peut pratiquer la philosophie comme des anachorètes. Il faut se farcir de la viande, du poisson, etc. Comment voulez-vous philosopher sans gober des palourdes, manger de la viande bovine, boire un Saint Estèphe ?



    Dernière édition par Euterpe le Sam 23 Juil 2016 - 21:57, édité 1 fois
    avatar
    Desassocega

    Messages : 2815
    Date d'inscription : 02/04/2011

    Re: Perdu dans la pensée

    Message  Desassocega le Ven 23 Sep 2011 - 21:34

    Je suis tout à fait d'accord avec vous, il me semble vain de vouloir se dépouiller de toutes ces illusions, surtout si on prend la philosophie comme moyen pour y arriver, car l'exercice de la raison me semble parfois nous donner des illusions aussi... Ce qui compte, c’est de ne pas se faire d’illusions sur ses illusions. Car au final, une illusion comprise et intégrée est plus constitutive qu'autre chose.

    Et puis comme disait je ne sais plus qui, c'est une phrase que j'ai retenue à la volée :
    Seule une conception illusoire de l’homme pourrait imaginer une humanité sans illusions.

    Euterpe a écrit:On ne peut pratiquer la philosophie comme des anachorètes.
    Le philosophe ne peut pas vivre en dehors des autres hommes... Un philosophe qui vit comme vous le dites en "anachorète", ça me semble un peu étrange, car le philosophe me semble souvent partir de ce qu'il voit, entend et touche autour de lui pour pouvoir philosopher. Ce qui n'empêche pas un certain isolement parfois, n'était-ce pas Montaigne qui s'enfermait pendant de longues périodes dans sa "tour", quand sa famille vivait en bas ?

    Euterpe a écrit:Il faut se farcir de la viande, du poisson, etc. Comment voulez-vous philosopher sans gober des palourdes, manger de la viande bovine, boire un Saint Estèphe ?
    Un bon petit Bordeaux fait son effet effectivement.
    Et même si je ne suis pas spécialement amateur de vin, j'apprécie les Bordeaux ou les Bourgognes, mais aussi les vins verts qu'il m'est donné de goûter au Portugal, et aussi quelques vins italiens que j'ai goûtés lors de mon récent voyage à Rome.
    A ce rythme là, on va aboutir à la question : quelle est la place de l'alcool dans le processus philosophique d'un penseur ?

    Silentio

    Messages : 2475
    Date d'inscription : 30/01/2011
    Age : 29
    Localisation : Paris

    Re: Perdu dans la pensée

    Message  Silentio le Sam 24 Sep 2011 - 16:13

    Aristippe de Cyrène a écrit:Je pense que c'est un bon conseil... Mais à partir de quel moment pensez-vous qu'on philosophe "trop" ?
    D'après mon expérience, je dirais qu'il y a trois situations à éviter : le bavardage, la spéculation excessive (où l'on sent que quelqu'un débite un flot important de paroles sans être en lien avec le réel), la réflexion confuse et sans fin sur un problème qui devient obsédant et nous pousse à nous faire moralement du mal (soit nous atteignons un seuil de saturation, soit nous souffrons de ne déboucher sur rien ; dans ce cas, mieux vaut prendre du recul et sortir de soi, retrouver la simplicité du réel au lieu de s'enfermer dans des problèmes - mieux vaut parfois laisser faire le temps et ne pas forcer ce qui ne veut pas germer).
    Aristippe de Cyrène a écrit:Tout à fait. La philosophie est aussi un combat. Combat contre nous-mêmes, contre nos préjugés, nos opinions, notre confort du train-train quotidien etc. Ce n'est pas pour rien que l'homme de la caverne dans l'allégorie de Platon est traîné et violenté pour finalement être amené au dehors par un chemin étroit et escarpé !
    En effet, c'est parfois une réelle lutte acharnée contre soi-même.
    vif a écrit:Pardon de sûrement sembler délirant à certains mais la philo ça peut aussi être une partie de plaisir. Sans ça à titre personnel elle ne m'intéresserait pas. Et il est des combats plaisants.
    Mais certainement, sauf que ce ne sont pas ces phases-là qui sont problématiques. S'il y a du plaisir c'est soit qu'il n'y a pas d'obstacles soit que nous réussissons à les surmonter.
    vif a écrit:Et trop philosopher je ne sais pas ce que ça veut dire mais ne pas assez philosopher par cause d'accorder trop de temps à un forum de philo aussi intéressant soit-il, ça je sais.
    Trop philosopher, le terme est peut-être mal choisi, en tout cas il s'agit de trop réfléchir, et ce parfois jusqu'à brasser de l'air, tourner en rond, saturer, dépenser trop d'énergie à une activité cognitive continue et qui ne donne rien, aucun résultat. Ça peut être aussi tellement prendre au sérieux certaines idées que l'on s'inflige des souffrances parce que l'on se sent médiocre, pas assez maître de soi, etc. On peut se retrouver très insatisfait et avide de perfection, de sorte que l'on se retrouve en tension permanente.
    Euterpe a écrit:Toute cette discussion me fait quand même penser qu'il est important d'être carnivore et de boire du vin. On ne peut pratiquer la philosophie comme des anachorètes. Il faut se farcir de la viande, du poisson, etc. Comment voulez-vous philosopher sans gober des palourdes, manger de la viande bovine, boire un Saint Estèphe ?
    Voilà bien l'essentiel ! En ce moment j'ai envie de calamars, je crois que nous sommes plusieurs ici à les aimer.
    Aristippe de Cyrène a écrit:Le philosophe ne peut pas vivre en dehors des autres hommes... (...) Ce qui n'empêche pas un certain isolement parfois (...)
    Il est important de pouvoir se consacrer à soi et de ne pas se laisser marcher dessus par les autres, il me semble tout de même important de prendre en compte la pluralité du monde, même si les rapports à autrui peuvent être conflictuels. Il ne faut pas avoir peur du conflit.
    Aristippe de Cyrène a écrit:A ce rythme là, on va aboutir à la question : quelle est la place de l'alcool dans le processus philosophique d'un penseur ?
    Nietzsche ne buvait pas d'alcool, il emportait avec lui un verre pour boire aux sources et fontaines des villes par lesquelles il passait. C'est Deleuze qui employait l'expression "se saouler à l'eau pure". Mais lui a beaucoup bu, on peut d'ailleurs l'écouter parler de la boisson dans son abécédaire.


    Dernière édition par Silentio le Sam 24 Sep 2011 - 17:18, édité 2 fois
    avatar
    Euterpe

    Messages : 4212
    Date d'inscription : 29/01/2011
    Age : 46

    Re: Perdu dans la pensée

    Message  Euterpe le Sam 24 Sep 2011 - 20:16

    Silentio a écrit:
    Euterpe a écrit:Toute cette discussion me fait quand même penser qu'il est important d'être carnivore et de boire du vin. On ne peut pratiquer la philosophie comme des anachorètes. Il faut se farcir de la viande, du poisson, etc. Comment voulez-vous philosopher sans gober des palourdes, manger de la viande bovine, boire un Saint Estèphe ?
    Voilà bien l'essentiel ! En ce moment j'ai envie de calamars, je crois que nous sommes plusieurs ici à les aimer.
    Ça me rappelle une envie irrépressible de figues, il y a quelques jours. Sans doute une grossesse symbolique. De quel accouchement cela est-il le signe ? On verra.

    Trêve d'incises autobiographiques. Vos calamars me disent qu'il faudrait quand même organiser un repas copieux entre membres un de ces jours. Je crois que Liber habite entre Pyrénées et Méditerranée, à 2 heures de chez moi au plus. Le TGV vous amarre en trois heures.

    Silentio a écrit:Nietzsche ne buvait pas d'alcool, il emportait avec lui un verre pour boire aux sources et fontaines des villes par lesquelles il passait.
    C'est par là qu'on peut attaquer cet homme. On devrait l'exhumer et le décréter de prise de corps en bonne et due forme, le reconstituer, le lapider et le condamner à tous les ad hominem possibles et imaginables.
    avatar
    Desassocega

    Messages : 2815
    Date d'inscription : 02/04/2011

    Re: Perdu dans la pensée

    Message  Desassocega le Sam 24 Sep 2011 - 22:20

    il faudrait quand même organiser un repas copieux entre membres un de ces jours
    Une sorte de grande réunion de fraternité... Enfin dit ainsi ça fait un peu sectaire.
    avatar
    Baschus

    Messages : 57
    Date d'inscription : 22/08/2011

    Re: Perdu dans la pensée

    Message  Baschus le Dim 25 Sep 2011 - 20:38

    Tout le monde sait qu'on ne fait pas de philosophie pour trouver des certitudes. On ne philosophe pas davantage pour trouver la vérité : ce serait faire une quête illusoire. On philosophe car on aime, presque physiquement, l'établissement de problèmes : ça nous excite, et ça nous donne la force de créer en son esprit, avec l'aide de génies dont chacun constitue comme une aventure belle et profonde, des concepts opératoires. Il faut, je crois, toujours prendre l'activité philosophique avec un peu de distance, prendre la philosophie un peu comme un jeu, ce qui n'empêche de pouvoir s'y adonner "ξὺν ὅλη τῆ ψυχῆ" comme le dit Platon ("de toute son âme !"). Se poser un problème ne remet pas forcément en cause toute son existence, de même que l'issue d'une partie d'échecs n'est pas essentielle pour le reste de sa vie. La philosophie ne devrait pas être trop sérieuse.

    De toute évidence, il n'est jamais bon de se concentrer exclusivement sur une activité, et la philosophie ne fait pas exception. L'homme est un être qui se lasse, et si vite ; il cherche la variété.

    Lisez Ronsard :
    Ronsard a écrit:J'ai l'esprit tout ennuyé
    D'avoir trop étudié
    Les Phénomènes d'Arate ;
    Il est temps que je m'ébatte
    Et que j'aille aux champs jouer.
    Bons Dieux ! qui voudrait louer
    Ceux qui, collés sus un livre,
    N'ont jamais souci de vivre ?

    Que nous sert l'étudier,
    Sinon de nous ennuyer ?
    Et soin dessus soin accroître
    A nous, qui serons peut-être
    Ou ce matin, ou ce soir
    Victime de l'Orque noir ?
    De l'Orque qui ne pardonne,
    Tant il est fier, à personne.

    Corydon, marche devant ;
    Sache où le bon vin se vend ;
    Fais rafraîchir la bouteille,
    Cherche une feuilleuse treille
    Et des fleurs pour me coucher.
    Ne m'achète point de chair,
    Car, tant soit-elle friande,
    L'été je hais la viande ;

    Achète des abricots,
    Des pompons, des artichauts,
    Des fraises et de la crème
    C'est en été ce que j'aime,
    Quand, sur le bord d'un ruisseau,
    Je les mange au bruit de l'eau,
    Etendu sur le rivage
    Ou dans un antre sauvage.

    Ores que je suis dispos,
    Je veux rire sans repos,
    De peur que la maladie
    Un de ces jours ne me die,
    Me happant à l'impourvu :
    "Meurs, galant, c'est trop vécu !"

    Écoutez Mozart :
    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

    Et soyez amoureux, c'est l'âge pour, et ça construit peut-être davantage l'esprit que certains questionnements philosophiques !...

    Silentio

    Messages : 2475
    Date d'inscription : 30/01/2011
    Age : 29
    Localisation : Paris

    Re: Perdu dans la pensée

    Message  Silentio le Dim 25 Sep 2011 - 23:32

    Baschus a écrit:Tout le monde sait qu'on ne fait pas de philosophie pour trouver des certitudes.
    Tiens donc, et pourquoi cela ?
    Baschus a écrit:On ne philosophe pas davantage pour trouver la vérité : ce serait faire une quête illusoire.
    Quand bien même on ne pourrait plus trouver une vérité objective il resterait une vérité pour guider notre vie et qui s'y révèle. De plus, ce n'est pas parce que nous n'atteignons pas la vérité qu'elle ne doit pas être recherchée, sans ça il n'y aurait aucune démarche.
    Baschus a écrit:On philosophe car on aime, presque physiquement, l'établissement de problèmes : ça nous excite, et ça nous donne la force de créer en son esprit, avec l'aide de génies dont chacun constitue comme une aventure belle et profonde, des concepts opératoires.
    Il y a certainement une part d'intensification de la vie par l'esprit et ses jeux.
    Baschus a écrit:De toute évidence, il n'est jamais bon de se concentrer exclusivement sur une activité, et la philosophie ne fait pas exception. L'homme est un être qui se lasse, et si vite ; il cherche la variété.
    Le philosophe devrait donc se contenter de sa condition d'homme, épouser la médiocrité ambiante plutôt que faire l'effort toute sa vie de tendre vers la réalisation d'un idéal de vie supérieure ?
    Baschus a écrit:soyez amoureux
    L'amour se décrète-t-il ?

      La date/heure actuelle est Jeu 19 Oct 2017 - 23:46