Forum de Philosophie

Discussions philosophiques entre passionnés

Ressources

Bibliothèque antique

Bibliotèque médiévale

Bibliothèque moderne

Bibliothèque contemporaine

Bibliothèque des sciences humaines

Outils de travail

Catalogues des revues & Outils de recherche

Sites, Revues & Portails dédiés

    L'homme est-il dépendant de la technique ?

    Partagez

    Desassocega

    Messages : 2815
    Date d'inscription : 02/04/2011

    L'homme est-il dépendant de la technique ?

    Message  Desassocega le Lun 29 Aoû 2011 - 5:31

    Nous pouvons légitimement dire que l’invention de l’objet technique coïncide avec le début de l’histoire (bien plus que l’invention de l’écriture) car les outils sont les premiers témoignages de l’homme, et c'est l'outil qui a permis à l'homme de s'éloigner de la nature en s'en rendant maître, ou du moins en s'en affranchissant.

    Mais l'homme peut-il devenir esclave de cette technique ? La technique peut-elle, par sa dimension utilitaire, mener à la déshumanisation dont parle Heidegger dans La question de la technique ? La technique a-t-elle transformé l'homme au point qu'il soit désormais judicieux de parler d'homo faber plus que d'homo sapiens (comme le fait Bergson dans L'évolution créatrice) ?

    Il convient aussi peut-être de citer Rousseau qui, pourtant en plein dans les lumières, dans son Discours sur les arts et les sciences, a annoncé d'une certaine manière la dislocation du progrès technique et du progrès moral...

    Liber

    Messages : 1399
    Date d'inscription : 30/01/2011

    Re: L'homme est-il dépendant de la technique ?

    Message  Liber le Mer 14 Sep 2011 - 19:39

    Aristippe de cyrène a écrit:Nous pouvons légitimement dire que l’invention de l’objet technique coïncide avec le début de l’histoire (bien plus que l’invention de l’écriture) car les outils sont les premiers témoignages de l’homme
    De l'archéologie si vous voulez, mais pas de l'histoire, qui suppose une réflexion sur l'homme. L'histoire est beaucoup plus proche du mythe que de la technique.

    La technique nous a coupé de notre relation avec la nature. L'homme préhistorique considérait encore la plupart des phénomènes sans s'interroger sur leur fonctionnement, la technique se bornait pour lui à l'invention d'outils pour manger, chasser, se couvrir, etc. Sa conscience était dominée par le "Pourquoi ?", d'où la place si importante de la religion dans ces époques lointaines, et à l'inverse, le manque de religiosité dans notre époque, préoccupée seulement par le "Comment ?".

    Desassocega

    Messages : 2815
    Date d'inscription : 02/04/2011

    Re: L'homme est-il dépendant de la technique ?

    Message  Desassocega le Mer 14 Sep 2011 - 19:57

    @Liber a écrit:De l'archéologie si vous voulez, mais pas de l'histoire, qui suppose une réflexion sur l'homme. L'histoire est beaucoup plus proche du mythe que de la technique.
    C'est une remarque tout à fait pertinente !
    Quand commence donc l'histoire de l'homme pour vous ? Avec Homère ? Avec Hérodote ?

    @Liber a écrit:la technique se bornait pour lui à l'invention d'outils pour manger, chasser, se couvrir
    C'est le préjugé finaliste que Spinoza décrit dans la partie I de l’Éthique que vous nous présentez là, non ?

    Liber

    Messages : 1399
    Date d'inscription : 30/01/2011

    Re: L'homme est-il dépendant de la technique ?

    Message  Liber le Mer 14 Sep 2011 - 23:30

    Aristippe de cyrène a écrit:Quand commence donc l'histoire de l'homme pour vous ? Avec Homère ? Avec Hérodote ?
    Avec Hérodote, certainement. On trouve des documents plus anciens, en Egypte par exemple, mais ce sont plutôt des listes de rois, il n'y a pas de réflexion sur les événements, comme chez Hérodote qui mène une enquête, le sens premier du mot histoire. Quand Tite-Live utilisa les Annales de Rome pour écrire son Histoire romaine, il tenta d'analyser les événements que ses prédécesseurs s'étaient bornés à consigner. Il fut amené à sélectionner, découper, trancher, pour expliquer ces événements comme il les voyait, suivant ses idéaux, ses goûts, ses humeurs. Bref, il fit œuvre d'historien, il porta un regard personnel sur les hommes de son temps et ceux du passé, rien à voir donc avec le travail de prêtres ou de magistrats.

    la technique se bornait pour lui à l'invention d'outils pour manger, chasser, se couvrir 
    C'est le préjugé finaliste que Spinoza décrit dans la partie I de l’Éthique que vous nous présenter là, non ?
    Je ne me souviens pas. Que dit-il ? S'agissant du corps humain, je ne peux pas vous dire que tel organe a été créé pour telle fonction, mais en ce qui concerne la hache, je crois qu'on peut convenir qu'elle a été créée pour répondre à certains besoins facilement identifiables. Je parle là d'instruments de travail, et non de bijoux ou autres fantaisies. Vous voyez du reste comment se passent les choses de nos jours. Quand on n'a pas de place pour ajouter un clavier à un ordinateur, on invente la tablette tactile. Au départ c'était un besoin pratique, dû à la mobilité, qui bien sûr disparaît vite sous le marketing, chose essentielle de nos jours. On montrera donc une pub où un utilisateur s'amuse avec ses doigts, comme un enfant.

    Desassocega

    Messages : 2815
    Date d'inscription : 02/04/2011

    Re: L'homme est-il dépendant de la technique ?

    Message  Desassocega le Ven 16 Sep 2011 - 17:32

    @Liber a écrit:Je ne me souviens pas. Que dit-il ?
    Ce préjugé que Spinoza nomme finaliste, consiste dans le fait que l’homme voit en la nature une force au service de l’homme et qui est supposée être là spécialement pour lui. Mais Spinoza juge ce préjugé normal (par cela il entend inévitable), car natif...

    N'oubliez pas d'écrire le nom de celui que vous citez, sinon on s'y perd. (Silentio)

    Liber

    Messages : 1399
    Date d'inscription : 30/01/2011

    Re: L'homme est-il dépendant de la technique ?

    Message  Liber le Ven 16 Sep 2011 - 19:57

    Aristippe de cyrène a écrit:
    @Liber a écrit:Je ne me souviens pas. Que dit-il ?
    Ce préjugé que Spinoza nomme finaliste , consiste dans le fait que l’homme voit en la nature une force au service de l’homme et qui est supposée être là spécialement pour lui. Mais Spinoza juge ce préjugé normal (par cela il entend inévitable), car natif...
    Ah oui, bon ça n'a pas grand chose à voir avec la hache qu'on aiguise pour qu'elle coupe mieux. Je fais peut-être erreur, mais à mon avis, les outils ont été inventés par l'homme pour répondre à des besoins, par exemple comment tuer à distance. On pouvait bien sûr utiliser des stratégies, la ruse est du reste un des meilleurs aiguillons de l'imagination. Cela différencie profondément la technique de l'art ou de la science, en en faisant une activité intéressée. Comparons les recherches d'Einstein à celles de l'ingénieur qu'était Léonard de Vinci. Bien entendu, la comparaison sera vite faussée par l’extraordinaire beauté des dessins de Léonard ainsi que leur usage dans ses peintures, mais cela vaut pour les ingénieurs en général.

    Concernant la dépendance à la technique, il y a quelque chose qui nous rapproche de l'époque préhistorique, c'est le dessin. Que ce soit aujourd'hui ou il y a 20 000 ans, pour dessiner un buffle, il fallait l'observer attentivement pour lui-même. Valéry dans Degas, danse, dessin, je crois, décrit très bien comment le dessinateur voit l'objet qu'il dessine de façon entièrement nouvelle.

    Silentio

    Messages : 2465
    Date d'inscription : 30/01/2011
    Age : 28
    Localisation : Paris

    Re: L'homme est-il dépendant de la technique ?

    Message  Silentio le Ven 30 Mai 2014 - 13:01

    Une question que je me pose est la suivante : admettons que la technique soit devenue totalitaire (ou englobante, si l'on veut), en quoi cela la rend-il mauvaise pour autant ?

    D'une certaine manière, on oppose la technique, comme artifice dégradant, à la nature. L'homme, devenu mauvais, aurait perverti la nature (perdue, devenue un idéal réfugié dans un passé mythique), et la sienne en même temps. La technique serait mauvaise parce qu'elle détruit la nature, et ce faisant, elle détruirait l'homme en le privant de sa liberté (alors que l'on pourrait dire que c'est prétendre à la liberté qui nous détruit). Mais, comme on pourrait le penser avec Clément Rosset, c'est toujours supposer l'existence d'une nature, que ce soit un ordre en soi, vierge de l'intervention humaine, voire une essence de l'homme, toujours liée à l'idée de liberté.

    Les choses ne seraient-elles pas différentes si l'on en venait à supprimer l'idée de nature et à la remplacer par celle d'artifice ?

    Intemporelle

    Messages : 282
    Date d'inscription : 02/08/2012
    Age : 24
    Localisation : Paris

    Re: L'homme est-il dépendant de la technique ?

    Message  Intemporelle le Ven 30 Mai 2014 - 13:46

    Parler de la technique comme de quelque chose qui serait "mauvais" ça me dérange. C'est soit présupposer qu'elle a une "intentionnalité", alors même que le système technicien (plus que la technique d'ailleurs) ne vise rien d'autre que lui-même, soit prétendre qu'il ne répond pas correctement à sa fin, qu'il est défectueux, or ce n'est pas le cas, c'est précisément parce qu'il fonctionne "trop" bien, qu'il est problématique.

    Je ne vois pas bien où vous mène ce remplacement de l'idée de nature par celle d'artifice. En effet, ça n'en rend pas moins la logique du système technicien problématique (plutôt que "mauvaise"), puisqu'elle repose sur la libération du mouvement pour le mouvement, pour reprendre ce qu'en dit Heidegger, donc sur un principe illimité, qui est forcément amené à buter sur la limitation du donné.

    Vangelis
    Princeps
    Princeps

    Messages : 1395
    Date d'inscription : 11/03/2011

    Re: L'homme est-il dépendant de la technique ?

    Message  Vangelis le Ven 30 Mai 2014 - 17:29

    @Intemporelle a écrit:Je ne vois pas bien où vous mène ce remplacement de l'idée de nature par celle d'artifice.
    Moi de même, mais Silentio n'a-t-il pas commis un lapsus ?

    @Silentio a écrit:D'une certaine manière, on oppose la technique, comme artifice dégradant, à la nature.
    Sinon, il y a aussi la nature qui se détruit elle-même. Alors de quelle nature parlons-nous ? Ne serait-ce pas plutôt l'idée d'une nature comme paradis originel et qui n'aurait rien à voir avec celle qui nous entoure ?

    Silentio

    Messages : 2465
    Date d'inscription : 30/01/2011
    Age : 28
    Localisation : Paris

    Re: L'homme est-il dépendant de la technique ?

    Message  Silentio le Ven 30 Mai 2014 - 18:47

    Non, je n'ai pas commis de lapsus. Mais je peux ne pas être clair, je viens à peine d'envisager la chose.

    Mon idée est la suivante : on oppose la technique à la nature. Elle serait donc non-naturelle. Moralement, mauvaise.

    Or l'idée de nature ne tenant pas (bien entendu il faudrait le démontrer), on ne peut y opposer la technique. Voire, la nature elle-même n'est qu'artifice, et la technique ne s'y oppose pas.

    Autre chose : quand on parle de nature, on parle aussi de nature humaine. On critique le système technicien parce qu'il briderait l'homme. La nature et l'homme sont originellement bons, mais la technique les détériore, les dénature. On construit un système artificiel, contre-nature, qui superpose le déterminisme au règne de la liberté.

    Or il n'y a pas plus de nature humaine que de nature tout court (c'est-à-dire un ordre des choses antérieur à la pensée) et, finalement, pas plus de liberté que d'essence humaine à protéger (laquelle est justement corrélative de cette supposée liberté).

    Quant à ce qu'il faut en conclure, je ne sais pas. On pourrait "naturaliser" (bien entendu le terme prête ici à confusion) la technique si tout n'est qu'artifice, avec une conséquence morale : la technique n'est pas mauvaise en soi, ne dénaturant rien qui soit nature, ne privant d'aucune liberté des êtres qui ne sont de toute façon pas libres. Si elle dénature, c'est simplement comme un ordre de réalité supplémentaire qui participe du réel, lequel n'est que devenir et transformation. L'homme, par elle, évolue, ce qui va dans le sens de sa "nature" (c'est-à-dire l'absence de nature, une grande plasticité au regard de l'histoire, plasticité dont la mise en forme ne dépend que de certaines circonstances).

    Cependant, on peut aussi penser que le système technicien incarne et réalise l'hubris de l'homme qui se prétend libre et pâtit de son désir de toute-puissance en produisant... une nature, c'est-à-dire un ordre qui rationalise le réel, mettant en forme le chaos, planifiant le hasard, et s'enfermant dans un système qui nous entrave encore plus, nous nuit plus pernicieusement encore, etc. Cela suppose peut-être de pouvoir distinguer bonne et mauvaise technique. Tekhne et poiesis ?

    Vangelis
    Princeps
    Princeps

    Messages : 1395
    Date d'inscription : 11/03/2011

    Re: L'homme est-il dépendant de la technique ?

    Message  Vangelis le Ven 30 Mai 2014 - 19:13

    @Silentio a écrit:Elle serait donc non-naturelle. Moralement, mauvaise.
    Je ne vois pas le lien.
    @Silentio a écrit:Voire, la nature elle-même n'est qu'artifice [...]
    Artifice de quoi ?

    Silentio

    Messages : 2465
    Date d'inscription : 30/01/2011
    Age : 28
    Localisation : Paris

    Re: L'homme est-il dépendant de la technique ?

    Message  Silentio le Sam 31 Mai 2014 - 0:15

    Ma position, ou plutôt mon approche ici, est celle qui critique la distinction entre une bonne et une mauvaise nature, tout simplement parce qu'il n'existe pas de nature. En tout cas pas au sens où on la pense d'habitude. Laquelle revêt, en outre et bien souvent, une dimension morale.

    Quant à Rousseau, il s'agit bien de sortir de la vision manichéenne qu'il nous a léguée. Mais on peut toutefois avoir une lecture différente de son œuvre, et il faut se rappeler que l'état de nature n'est qu'hypothétique pour lui. Si l'on exclut toute nostalgie pour un paradis perdu qui n'a jamais eu lieu, on doit garder l'idée de perfectibilité. L'homme n'a pas de nature propre, sinon celle de l'état de société qu'il a toujours connu. Il n'y a pas de nature humaine, ou de nature tout court (une essence immuable), seulement de l'artifice, l'homme n'est jamais que le produit déterminé de certaines circonstances particulières.

    Vangelis, pour vous répondre, on peut prendre le paradigme platonicien. L'essence (la nature) suppose une hiérarchie dont elle est elle-même le critère et le fondement. Le discours naturaliste se réfère à la nature comme à une norme anhistorique et transcendante. Qui croit à un ordre du monde (donc en une nature) est amené à considérer ce qui n'est pas naturel comme mauvais, parce que dégénéré. On parlera par exemple de nature humaine, tandis que l'homme n'est jamais exactement le même au cours de l'histoire. Or ce qu'on appelle nature n'est que chaos, processus créateur, devenir. Et cette vision essentialiste n'est elle-même qu'une création humaine.

    Zingaro
    Consul moderabilis
    Consul moderabilis

    Messages : 521
    Date d'inscription : 24/01/2012

    Re: L'homme est-il dépendant de la technique ?

    Message  Zingaro le Sam 31 Mai 2014 - 18:22

    Ce qui permet de distinguer la technique de la nature, c'est la présence en l'objet technique d'un faire et d'un sens humains préalables. L'objet technique est l'aboutissement d'une idée et d'un travail. La nature ne l'est pas. La nature est précisément ce qui n'est pas humain, ce qui nous est étranger, éventuellement hostile mais qui du moins n'offre pas par soi-même de fonction ni de signification. Toutes deux sont introduites par l'être humain faisant face à cette étrangeté. L'effacement de la nature et la pensée d'une nature artificielle sont les conséquences directes de la prégnance de la technique, de son élaboration en un véritable milieu de vie nous enveloppant de part en part et nous déterminant strictement. Presque plus rien dans nos environnements n'est étranger au sens où un paysan faisait l'expérience de l'étrangeté de la nature. Plus rien ne requiert que nous lui donnions un sens : le sens est déjà-là, en l'objet. Et le sens de l'objet technique, c'est la fonction. Ellul a cette phrase que je trouve magnifique, "on ne met pas un bouquet champêtre dans le réservoir d'une voiture", pour illustrer l'effacement de la pensée sauvage devant la fonction.

    Mais le développement technique pose plus de problèmes que cela. Des problèmes d'ordre plus "pratique". Que sait-on des effets à long terme de la pilule contraceptive ? C'est Castoriadis je crois qui prend cet exemple. Aucune idée. Aucune idée des conséquences qu'elles auront sur les métabolismes lorsqu'elles auront été prises par des dizaines de générations. Mais la question ne se pose pas - ne peut pas se poser. Car d'un autre côté, comment faire face à la croissance démographique ? De tels exemples se multiplient à l'infini : le développement technique crée des problèmes et les seules réponses envisageables sont d'ordre technique elles aussi, et provoquent systématiquement de nouveaux problèmes, etc. C'est une des raisons à l'autoaccroissement chez Ellul : la technique s'alimente de ses échecs. Et en dernière instance le problème est d'ordre politique. Car la multiplication exponentielle des problèmes, et l'urgence, le "tu dois" qui va avec, vont à terme rendre désuète la politique. Dès lors que les domaines techniques deviennent corrélatifs, c'est-à-dire que nous faisons face à un système (le système des informations), toute perturbation survenant dans un domaine met en péril les autres et en dernière instance le système dans son ensemble. Peut-on se permettre de ne pas réparer une panne électrique ? Non. Une panne prolongée et étendue met en péril les domaines économiques, financiers, politiques ; tout. Or nous ne savons plus vivre sans cela. En même temps que les activités humaines traditionnelles sont remplacées par des opérations techniques, en même temps que les communautés et leurs pratiques sont éclatées, nous perdons en quelques générations le "savoir" qu'elles représentaient, nous devenons dépendant du bon déroulement des opérations techniques et si celles-ci font défaut, nous sommes perdus. Ellul dit ainsi qu'aller à l'encontre du système technicien pour nous équivaut pour les aborigènes à mettre le feu à leur forêt.

    Ce constat est fatal. Il n'y a aucune échappatoire. Et au vue de la multiplication des problèmes, la seule voie envisageable pour assurer l'essor de la technique, c'est "la dictature mondiale la plus totalitaire qui soit" (Le système technicien).

    Euterpe

    Messages : 3939
    Date d'inscription : 29/01/2011
    Age : 45

    Re: L'homme est-il dépendant de la technique ?

    Message  Euterpe le Mar 26 Juil 2016 - 23:27

    Édition complète du topic (orthographe, syntaxe et mise en page). Messages hors-sujet ou fantaisistes déplacés dans les Archives du forum. Les messages conservés ont été modifiés au besoin pour la seule cohérence du fil de discussion lui-même.

    (Tous les topics de la rubrique ont également été édités.)

      La date/heure actuelle est Sam 27 Aoû 2016 - 15:30