παιδεία | μανθάνω | ἀπομανθάνω

    La peur

    Partagez
    avatar
    Lou S.

    Messages : 32
    Date d'inscription : 21/08/2011

    La peur

    Message  Lou S. le Dim 21 Aoû 2011 - 16:37

    Bonjour à tous et à toutes,

    je débute en philosophie et je m'interroge : quels philosophes ont réfléchi sur la peur ? Cette notion me semble pourtant indispensable pour comprendre l'homme, mais je n'en vois trace nulle part... Pourquoi n'en entend-on jamais (en tout cas, me semble-t-il) parler en philosophie ?

    Merci de m'éclairer !

    Silentio

    Messages : 1317
    Date d'inscription : 30/01/2011
    Age : 29
    Localisation : Paris

    Re: La peur

    Message  Silentio le Lun 22 Aoû 2011 - 16:15

    Bonjour,

    la peur me semble être fondamentale dans la plupart des philosophies. Mais elle représente une étape du raisonnement, étape qui doit être dépassée. La peur est liée à l'ignorance. On la retrouve dans les thèses dénonçant les illusions, notamment lorsqu'il s'agit de critiquer la religion et la crédulité. Elle peut avoir pour contre-partie la volonté de se rassurer, et par extension manifeste un souci de se conserver et de vivre en sécurité. En effet, la peur nous confronte à l'inconnu, elle est aussi en partie liée à l'imagination et à l'altérité qui nous menace puisqu'elle nous dérange et nous échappe du fait qu'elle n'est pas comme nous. On retrouve donc la peur aussi bien lorsqu'il s'agit de s'initier à la philosophie et de troquer ses opinions contre le risque à prendre dans la recherche de la vérité et la connaissance (on valorise la raison, cf. le mythe de la caverne dans la République de Platon) que lorsqu'il s'agit de théories politiques (notamment dans les théories du contrat, chez Hobbes par exemple qui fonde son Léviathan et la société sur la nécessité de mettre fin à la menace que représente la guerre perpétuelle de chacun contre chaque autre ; cf. également la dialectique du maître et du valet de Hegel). On peut même trouver des réflexions sur la peur dans la philosophie existentielle (Kierkegaard, Sartre, Heidegger) même si l'on y trouvera des distinctions précises entre la peur et l'angoisse existentielle (c'est une peur sans objet, une peur du Néant, de la possibilité de ne pouvoir pas être ou que le monde ne soit pas ; ainsi que le dit Kierkegaard "l'angoisse est le vertige de la liberté" - l'incertain peut effrayer). Il y a aussi la peur de la mort ("philosopher c'est apprendre à mourir", Platon - c'est donc aussi lutter contre nos peurs irrationnelles qui paralysent notre volonté et notre entendement, notre jugement) ou encore la crainte du jugement dernier ou du châtiment divin souvent infligé par les hommes eux-mêmes au nom de la divinité et des lois, de la coutume, etc., cf. les critiques du christianisme par Nietzsche par exemple.
    avatar
    Lou S.

    Messages : 32
    Date d'inscription : 21/08/2011

    Re: La peur

    Message  Lou S. le Mar 23 Aoû 2011 - 7:57

    Merci pour cet éclairage ! La peur est donc toujours envisagée dans le cadre d'une autre notion... Sauf peut-être dans La lettre à Ménécée d'Epicure, où d'après mes souvenirs de lycéenne, elle était abordée "frontalement".

    Silentio

    Messages : 1317
    Date d'inscription : 30/01/2011
    Age : 29
    Localisation : Paris

    Re: La peur

    Message  Silentio le Mar 23 Aoû 2011 - 14:24

    Ce qui est formidable avec Épicure c'est sa volonté d'en finir par une sentence lapidaire avec la peur de la mort. La mort n'est rien car elle est absence de sensation et parce que lorsque nous vivons elle n'est pas présente et lorsque nous sommes morts nous ne sommes plus là ! C'est la pratique de la philosophie tout au long de la vie qui aide aussi bien le vieillard à retrouver ce qu'il y a de jeune en lui que le jeune à devenir intrépide, c'est-à-dire à ne pas craindre l'avenir.
    avatar
    Invité
    Invité

    Re: La peur

    Message  Invité le Mar 23 Aoû 2011 - 14:38

    Arendt dit dans La crise de la culture qu'Hobbes craignait, après sa mort, de finir brûlé sur des bûchers.
    avatar
    Desassocega

    Messages : 1157
    Date d'inscription : 02/04/2011

    Re: La peur

    Message  Desassocega le Mar 23 Aoû 2011 - 14:53

    Ce qui est formidable avec Épicure c'est sa volonté d'en finir par une sentence lapidaire avec la peur de la mort.
    Tout à fait... On retrouve cela aussi chez Lucrèce me semble-t-il...

    Silentio

    Messages : 1317
    Date d'inscription : 30/01/2011
    Age : 29
    Localisation : Paris

    Re: La peur

    Message  Silentio le Mar 23 Aoû 2011 - 16:17

    Kthun a écrit:Arendt dit dans La crise de la culture qu'Hobbes craignait, après sa mort, de finir brûlé sur des bûchers.
    Qu'est-ce à dire ? Craignait-il de se retrouver aux Enfers ? Ou que l'on salisse son nom et que l'on brûle ses livres ?
    avatar
    Invité
    Invité

    Re: La peur

    Message  Invité le Mar 23 Aoû 2011 - 16:27

    @Silentio a écrit:
    Kthun a écrit:Arendt dit dans La crise de la culture qu'Hobbes craignait, après sa mort, de finir brûlé sur des bûchers.
    Qu'est-ce à dire ? Craignait-il de se retrouver aux Enfers ? Ou que l'on salisse son nom et que l'on brûle ses livres ?

    En fait, Arendt disait que même parmi les philosophes les plus éminents (dont Hobbes, vraiment anxieux nous dit-elle) certains croyaient dur comme fer à l'existence de l'enfer. Création du mythe de l'enfer dont serait en partie responsable Platon (qui n'y croyait évidemment pas), ce dernier l'ayant créé afin que les hommes ayant peu d'intelligence agissent moralement par crainte de finir en enfer.
    avatar
    Zapinos

    Messages : 7
    Date d'inscription : 26/11/2012
    Age : 49
    Localisation : Avignon

    Re: La peur

    Message  Zapinos le Sam 15 Oct 2016 - 23:34

    La chose que je trouve la plus intéressante c'est cette idée de peur induite par une croyance, l'enfer a été évoqué, et il est vrai que cette idée a servi d'outil de "gestion" pour l'église médiévale, soucieuse de maintenir le fidèle dans le droit chemin. Créant ainsi culpabilité et peur de la punition.

    Ces peurs symboliques, ou plutôt liées à des symboles, nous les retrouvons également dans nos contes d'enfance; ces figures imaginaires qui se veulent être des avatars de figures réelles, tangibles, et qui permettent au jeune de se structurer sur le plan psychologique. Jung y a fait davantage allusion que Freud, me semble t-il, et surtout Marie-Louise Von Frantz (l'une de ses disciples) qui étudia plus longuement la question. La peur puise ses modes d'expression dans de nombreuses sources, une émotion totalement naturelle chez l'être humain (pas seulement chez lui d'ailleurs) peut se complexifier avec de nouvelles formes de pensées...

      La date/heure actuelle est Lun 11 Déc 2017 - 1:24