παιδεία | μανθάνω | ἀπομανθάνω

    Le déséquilibré de Norvège et les citations des philosophes

    Partagez

    Silentio

    Messages : 1876
    Date d'inscription : 30/01/2011
    Age : 29
    Localisation : Paris

    Re: Le déséquilibré de Norvège et les citations des philosophes

    Message  Silentio le Lun 25 Juil 2011 - 15:33

    @Liber a écrit:Ils auraient donc fait le choix de la pensée spéculative faute de pouvoir utiliser leur intelligence à des fins concrètes ?
    Je ne sais pas si on peut parler de choix. La constitution du mode de vie philosophique se fait progressivement, il reste orienté par une certaine éducation et un parcours ainsi qu'une expérience de vie. C'est à un certain moment seulement que le philosophe se choisit ou plutôt reconnaît sa vocation. Mais si je prends ma modeste existence (je ne suis pas philosophe et encore moins un grand philosophe, mais j'ai développé un goût et un besoin pour la philosophie, quelles que soient mes capacités en ce domaine) la prééminence de mon intellect provient certainement de ma sensibilité et de la façon dont durant mon enfance et mon adolescence je me suis heurté plus que les autres au monde par le biais de mes propres limites. De sorte que dans le quotidien je n'ai pas une très grande intelligence pratique, je peux être maladroit et lunatique, et que je me suis réfugié dans le seul "lieu" où je puisse développer un sentiment de puissance et qui fait en même temps l'expérience de son impuissance à s'incarner (cela relance sans cesse l'intérêt de la réflexion).
    friedrich crap a écrit:Non, comme nous le disions avec Euterpe, le philosophe, comme l'artiste génial ont rencontré quelque chose, un mode de pensée, une vision du monde, une prise de recul, un appel, qui les sort de la banalité mais qui ne relève pas strico sensu d'une in-adaptation. ( Sinon votre définition s'applique aussi aux fous)
    Dans l'autre discussion que nous avons j'ai déjà soulignée, implicitement, le caractère névrotique de la vocation, en tant qu'elle répond à un besoin (c'est-à-dire à un manque, à une insatisfaction du sujet) et qu'elle est l'objet d'une obsession, et même d'une croyance auto-fondée et auto-réalisante ; et le mysticisme côtoie les limites de la raison et de la connaissance, il nous fait osciller entre la folie et la vérité divine, il nous met en présence de l'abîme, nous porte aux limites les plus extrêmes de notre existence. Par ailleurs, Nietzsche disait qu'il y a dans le génie quelque chose, à sa source, de monstrueux. Il ajoute même que tous les hommes jugés bons a posteriori et qui ont fait l'histoire étaient d'abord des hommes mauvais, brisant les conventions, sources de danger pour la communauté. Et les grands conquérants étaient souvent épileptiques. Le poète lui-même dans l'Antiquité était en relation avec le divin et en même temps objet de folie, d'extase, etc., etc. Relisez Aurore pour plus de détails, Nietzsche vous fait clairement comprendre tout ce dont on est en train de parler (lisez par exemple ce qu'il y dit de saint Paul ou de Pascal et demandez-vous aussi si cela ne peut pas s'appliquer au philosophe). Cela dit, je ne veux pas dire que tous les philosophes sont fous ou inadaptés ou malades, mais bien souvent il y a des facteurs qui expliquent leur parcours et qui les ont disposés à rencontrer ce qui les dépasse (mais justement, n'est-ce pas l'altérité qui les transcende, qui les motive et les trouble ?).
    friedrich crap a écrit:Le problème est de savoir comment l'être au monde du philosophe lui permet de vivre souvent ( parfois de penser) sans une intelligence de la vie complète et équilibrée.
    Certes, mais Nietzsche vous invite aussi à comprendre la philosophie comme une activité et donc rapportée à un être vivant dans sa façon de se placer dans le monde et d'y déployer sa puissance qui est la manifestation de la manière dont les forces en lui le constituent et s'organisent. Quel est le terrain favorable au type ou à la forme de vie du philosophe (qui est aussi un... prêtre) ?
    friedrich crap a écrit:Regardez une fois encore ce pauvre Nietzsche, dont une grande partie de sa pensée n'est que réhaussée par un style flamboyant, mais qui se contredit comme peu d'autres dans l'histoire de la philosophie, et dont la vie personnelle est un désert qui se termine à l'asile.
    Je ne suis pas sûr qu'il se contredise tant que ça. Mais si ça lui arrive on ne peut lui reprocher, d'une part parce qu'il veut sa philosophie expérimentale et d'autre part parce qu'il considère lui-même que c'est une qualité que de pouvoir changer d'avis (ce qui est à associer avec sa probité, ou son exigence de probité). Ensuite si l'on se penche sur l'existence de Nietzsche on voit bien que la pensée est liée au vécu (Nietzsche passe son temps à se faire psychologue, physiologue et à prescrire des régimes - il veut des philosophes-médecins ! Sa conception de la philosophie met en avant le corps, elle est héritée directement des Anciens - on pourra aussi se référer à l'excellent travail de Foucault dans les deux derniers tomes de l'Histoire de la sexualité). Les deux s'influencent réciproquement. L'effondrement de Turin continue de nous interroger sur la philosophie et non simplement sur l'homme. La maladie était auparavant une cause et un moyen de la réflexion du philosophe.
    friedrich crap a écrit:D'où ma question: Nietzsche, philosophe ou penseur? Nietzsche penseur de la vie qui ne savait pas vivre: permettez moi de dire en opposition avec votre remarque que cela ne donne pas plus de puissance ou de valeur à la pensée de Nietzsche, mais qu'au contraire, à mes yeux, cela porte un doute sérieux sur la profondeur réelle de ses propos.
    Celui qui se fait l'ami de la sagesse vise à devenir sage, pour autant il ne l'est pas. Mais c'est parce qu'il ne l'est pas et connaît la valeur ou la nécessité de la vie bonne qu'il cherche à la connaître et à l'appliquer (c'est une vie d'ordre supérieur comme l'était la vie politique pour le citoyen). Le malade connaît la valeur de la santé et connaissant la maladie il peut chercher les moyens de travailler à sa guérison. L'histoire de Nietzsche est celle d'une lutte d'un homme avec lui-même, avec ce qui en lui le diminuait, et d'une transformation conséquente, par de grands moyens, pour guérir. Je ne sais pas si Nietzsche a réussi à se soigner durant sa vie consciente, à écarter les maux qui le motivaient aussi dans sa pensée, ni s'il nous a guéris du christianisme, toujours est-il que la première vertu de sa philosophie est de nous parler de la façon dont on vit et dont on peut vivre malgré la souffrance. Or Nietzsche nous a montré comment vivre au-dessus de soi-même, d'un moi acculé, et dans ses textes nous a montré ses victoires qui pour nous sont éternelles, immuables, inscrites et les meilleurs exemples pour nous motiver à vivre et à faire quelque chose de notre vie avec ou au-delà de nos propres limitations.
    avatar
    Invité
    Invité

    Re: Le déséquilibré de Norvège et les citations des philosophes

    Message  Invité le Lun 25 Juil 2011 - 15:42

    Silentio, vous me faites penser au friedrich crap admirateur de Nietzsche...



    Avez-vous eu un peu de temps à consacrer au Nietzsche de Fouillée conseillé par Euterpe. C'est un excellent travail qui m'éviterait de pointer à votre intention l'absolue contradiction de la pensée nietzschéenne, pour ne pas dire la contradiction permanente de sa pensée.



    Bien sûr, le remède de cheval nietzschéen donne un bon coup de fouet... mais la maladie humaine a besoin le plus souvent d'un mode de vie sain (et pas la santé nietzschéenne, une autre !)

    Silentio

    Messages : 1876
    Date d'inscription : 30/01/2011
    Age : 29
    Localisation : Paris

    Re: Le déséquilibré de Norvège et les citations des philosophes

    Message  Silentio le Lun 25 Juil 2011 - 15:52

    C'est sûr que Nietzsche exige beaucoup de nous, trop peut-être, mais je dirais que c'est tout à notre avantage d'avoir la force de se reconnaître d'abord comme un décadent, un faible, avant de se croire noble et digne de porter sur ses épaules un projet si lourd ! Mais si l'on est soi-même Atlas, alors combien la légèreté nous est désirable ! Mais elle a un prix, et si l'on veut vraiment se montrer à la hauteur du remède qui nous attend (est-il efficace ? peut-on vraiment le trouver ?) alors on peut suivre Nietzsche. Mais jusqu'où ? Car comme vous le dites, ou ne le dites pas, il y a chez Nietzsche une tension qui l'anime (et non une contradiction comme si elle était logique ; mais la vie est irrationnelle ou déraisonnable !). Je vous renvoie à un autre topic, si vous avez le temps de chercher ( :_i_: ) où je citais Lou Andreas-Salomé, il me semble qu'elle a dit l'essentiel.

    Quant à Fouillée, j'ai eu le temps de lire l'introduction de son ouvrage. Je ne sais pas si je vais réussir à tout lire sur mon écran, c'est éreintant, peut-être vais-je plutôt me procurer le livre (il est toutefois assez cher).
    avatar
    Desassocega

    Messages : 2049
    Date d'inscription : 02/04/2011

    Re: Le déséquilibré de Norvège et les citations des philosophes

    Message  Desassocega le Lun 25 Juil 2011 - 16:16

    Nietzsche n'était pas un sage, un philosophe ? (après tout, cela peut se discuter : voyez Fouillée...), un penseur ? Certainement.
    Quelle différence faites-vous entre philosophes et penseurs ? Si vous avez une bonne explication, je vous suggère de la poster sur ce sujet :

    http://www.forumdephilosophie.com/t1036-philosophes-penseurs

    Cela nous permettra d'avancer.

    il suffit de se regarder soi-même pour constater à quel point nous sommes seuls, bien que vivant dans une société très organisée. Les jeux de carte n'y changeront rien.
    Tout à fait ! Nous sommes toujours seuls, tout simplement parce que personne ne peut vivre à notre place.

    Regardez une fois encore ce pauvre Nietzsche, dont une grande partie de sa pensée n'est que réhaussée par un style flamboyant, mais qui se contredit comme peu d'autres dans l'histoire de la philosophie, et dont la vie personnelle est un désert qui se termine à l'asile.
    On dit souvent cela de Nietzsche. Mais y voir de la contradiction est pour moi une erreur. Je pense qu'il faut y voir une évolution de sa philosophie... Nietzsche est en perpétuel changement, et il philosophe en fonction de sa propre évolution...
    avatar
    Desassocega

    Messages : 2049
    Date d'inscription : 02/04/2011

    Re: Le déséquilibré de Norvège et les citations des philosophes

    Message  Desassocega le Lun 25 Juil 2011 - 16:29

    Pour revenir au sujet initial, j'ai cru entendre que le meurtrier écoperait d'une peine de 21 ans (peine qui nous semble minime mais apparemment, ce serait la peine maximale en Norvège).

    Liber

    Messages : 1086
    Date d'inscription : 30/01/2011

    Re: Le déséquilibré de Norvège et les citations des philosophes

    Message  Liber le Lun 25 Juil 2011 - 20:16

    Je crois que même en Norvège, on doit pouvoir voter des lois d'exception. C'est un peu comme s'ils étaient en guerre à présent.
    avatar
    Invité
    Invité

    Re: Le déséquilibré de Norvège et les citations des philosophes

    Message  Invité le Lun 25 Juil 2011 - 20:34

    @Silentio a écrit:Je vous renvoie à un autre topic, si vous avez le temps de chercher ( ) où je citais Lou Andreas-Salomé, il me semble qu'elle a dit l'essentiel.
    Je vous remercie et je ne manquerai pas de vous lire.

    @Silentio a écrit:Quant à Fouillée, j'ai eu le temps de lire l'introduction de son ouvrage. Je ne sais pas si je vais réussir à tout lire sur mon écran, c'est éreintant, peut-être vais-je plutôt me procurer le livre (il est toutefois assez cher).
    Je vous en prie allez plus loin dans l'ouvrage, au moins jusqu'au chapitre où Fouillée compare Nietzsche et Guyau. Je préfère que nous reparlions de Nietzsche après cette lecture, vous serez surpris je vous l'assure, c'est un travail comme on n'en fait plus de nos jours.

    Liber

    Messages : 1086
    Date d'inscription : 30/01/2011

    Re: Le déséquilibré de Norvège et les citations des philosophes

    Message  Liber le Lun 25 Juil 2011 - 20:44

    Pour en revenir au sujet initial, je trouve que le titre ne convient pas. Cet homme n'est pas du tout un déséquilibré, il savait parfaitement ce qu'il faisait et ce qu'il voulait. C'est un idéaliste qui va au bout de ses convictions. Il applique ce que d'autres n'ont qu'à la bouche. En cela, il est dans la lignée des grands hommes d'action. Je ne peux m'empêcher d'être admiratif devant une préparation aussi minutieuse et autant de sang-froid dans l'exécution.
    avatar
    Invité
    Invité

    Re: Le déséquilibré de Norvège et les citations des philosophes

    Message  Invité le Lun 25 Juil 2011 - 20:53

    Aristippe : lisez Fouillée également !

    Pour aborder votre première question en toute simplicité, un penseur sait se servir de ses neurones, et tout ce qui lui tombe entre les synapses fait l'objet d'une moulinette consciencieuse : il peut en sortir des traits de génie et des kilomètres d'aphorismes, de la poésie, du texte et tout ce que vous voulez.

    Un philosophe est animé par un philein (ce n'est pas le cas de Nietzsche).

    Un philosophe sait qu'il ne sait pas (ce n'est pas le cas de Nietzsche).

    Un philosophe a une morale (idem il n'en veut pas).

    Un philosophe a des valeurs (idem il veut les renverser pour...).

    Un philosophe n'est pas "par principe" un ennemi de la science (Nietzsche n'en veut pas).

    Un philosophe s'efforce de penser et d'écrire sub speciae aeternitatis (mon latin est approximatif vous me corrigerez).

    Exemples de philosophes : Socrate, Platon, Aristote, Plotin, Avicenne, Saint-Augustin, Descartes, Pascal, Spinoza, Leibniz, Kant, Hegel...
    avatar
    Invité
    Invité

    Re: Le déséquilibré de Norvège et les citations des philosophes

    Message  Invité le Lun 25 Juil 2011 - 21:10

    @Liber a écrit:Pour en revenir au sujet initial, je trouve que le titre ne convient pas. Cet homme n'est pas du tout un déséquilibré, il savait parfaitement ce qu'il faisait et ce qu'il voulait. C'est un idéaliste qui va au bout de ses convictions. Il applique ce que d'autres n'ont qu'à la bouche. En cela, il est dans la lignée des grands hommes d'action. Je ne peux m'empêcher d'être admiratif devant une préparation aussi minutieuse et autant de sang-froid dans l'exécution.
    Si vous voulez dire qu'il n'est pas plus déséquilibré qu'un Hitler, je vous l'accorde. Pour le terme "admiratif" je ne vous comprends pas du tout à moins que vous admiriez aussi les viols bien pensés et exécutés, les dépeçages et découpages de femmes... Comme un homme de culture ne peut pas vouloir dire cela, je suppose que vous êtes "admiratif" en un autre sens que j'apprécierais que vous précisiez. Car la logique et l'exécution d'un crime de grande échelle peut susciter un intérêt, une curiosité, peut donner envie de comprendre, d'admiration point !

    Vous vous trompez de difficulté Liber. Ce qu'a fait ce taré ne vous impressionne que parce qu'il vous reste deux doigts de morale et d'humanité. Celui qui en est dépourvu peut tout à fait appuyer sur le champignon nucléaire et faire sauter la planète sans que cela ne lui fasse ni chaud ni froid, je ne vois pas en quoi ce serait admirable.

    Votre idéaliste a demandé à ce que ses auditions soient publiques (car il veut convaincre et expliquer au monde entier son geste), il souhaite aussi apparaître en uniforme (et oui il n'agit pas en son nom propre mais pour une cause ! Encore un !)

    Dites-moi donc un peu, vous qui admirez, pourquoi vous n'épouseriez pas cette cause, car de deux choses l'une, ou bien vous êtes sincère et je ne vois pas ce qui vous retient, ou bien c'est une admiration feinte, et vous faites partie du troupeau des provocateurs en chambre.
    avatar
    Euterpe

    Messages : 3510
    Date d'inscription : 29/01/2011
    Age : 46

    Re: Le déséquilibré de Norvège et les citations des philosophes

    Message  Euterpe le Lun 25 Juil 2011 - 21:31

    @cicero a écrit:Souviens-toi Euterpe de ce philosophe incapable de supporter l'existence ordinaire qui disait "qu'on est philosophe en faisant la vaisselle".
    Plus précisément, être philosophe même en faisant la vaisselle. Je n'oppose pas l'ordinaire et le philosophe, je pointe le doigt sur l'incapacitté du philosophe à s'en accommoder comme font les autres (on pourrait même dire, du reste, qu'il y met de la mauvaise volonté, il faut être honnête).


    cicero, on ne se tutoie pas sur le forum — on se tutoie suffisamment quand je viens chez toi ou que tu viens chez moi ! Pour les autres, je tiens à préciser que cicero et moi nous connaissons depuis vingt ans. Un vrai vieux couple. Terminé.


    friedrich crap a écrit:Vous négligez un tant soit peu l'aspect psychologique en insistant un peu trop à mon goût sur l'intellect et l'amour propre - si je puis me permettre
    Je ne le néglige pas : je n'en parle pas. C'est entrer dans quelque chose dont on n'aurait jamais fini de parler. Quant à l'amour-propre, je n'y pensais guère à vrai dire, mais puisque vous en parlez, je dirais qu'on trouve de l'amour-propre des deux côtés, dans l'indisponibilité parfois systématique de certains qui se tiennent à l'écart de la philosophie et dans le refus parfois systématique de certains philosophes d'accepter un compromis, qui commence par admettre que, si solitude il y a, alors ils ont ce qu'ils ont voulu en tant qu'ils l'ont accepté, et que cela même implique d'en accepter les conséquences quand ils sont en compagnie des autres.

    friedrich crap a écrit:Je vous assure que l'on n'est pas obligé de tout plaquer, tout dépend de ce que vous entendez par grand philosophe, et tout dépend de votre "œuvre".
    Si on excepte les philosophes de cour, la plupart n'ont pas vécu plongés dans le monde. Même les universités sont des lieux hors du monde.

    friedrich crap a écrit:J'ai eu naguère un professeur qui soutenait que le philosophe devait être "extraordinairement ordinaire"
    Extraordinairement ordinaire, ce n'est déjà plus ordinaire. Dans ce cas comparons avec l'ordinairement ordinaire.

    friedrich crap a écrit:ce philosophe, maladroit, étranger dans l'ordinaire, étranger parmi les hommes, nerveusement malade d'avoir à vivre un quotidien désenchanté, un quotidien de mouscaille (j'aime bien), qui peut passer pour fou, et bien... il lui manque peut-être quelque chose...
    Je ne l'entendais pas autrement. D'une manière générale, je n'ai pas dit que le philosophe a raison contre les autres, j'ai plutôt parlé d'un incapable.

    friedrich crap a écrit:tout en étant incapable de penser une œuvre équivalente à celle de Nietzsche (que j'ai pourtant beaucoup admirée en étant plus jeune), et bien figurez-vous que je préfère ma vie et mon quotidien aux siens, pour autant que je puisse en juger.
    Ils doivent être rares ceux qui préféreraient la vie de Nietzsche à la leur.

    friedrich crap a écrit:Regardez une fois encore ce pauvre Nietzsche, dont une grande partie de sa pensée n'est que rehaussée par un style flamboyant, mais qui se contredit comme peu d'autres dans l'histoire de la philosophie
    Nietzsche est peut-être le seul à penser plusieurs scénarios en même temps et contradictoires. Ça n'invalide en rien ce qu'il dit.

    aristippe de cyrène a écrit:Pour revenir au sujet initial, j'ai cru entendre que le meurtrier écoperait d'une peine de 21 ans (peine qui nous semble minime mais apparemment, ce serait la peine maximale en Norvège).
    L'espérance de vie est si courte en Norvège ?

    @Liber a écrit:Cet homme n'est pas du tout un déséquilibré, il savait parfaitement ce qu'il faisait et ce qu'il voulait.
    J'en suis convaincu également.
    avatar
    Invité
    Invité

    Re: Le déséquilibré de Norvège et les citations des philosophes

    Message  Invité le Lun 25 Juil 2011 - 21:39

    Et bien Euterpe et Liber j'ai une notion de l'équilibre mental assez différente de la vôtre. Lui aussi il lui manque quelque chose et ne me dites pas : "comme aux grands philosophes !".
    avatar
    Euterpe

    Messages : 3510
    Date d'inscription : 29/01/2011
    Age : 46

    Re: Le déséquilibré de Norvège et les citations des philosophes

    Message  Euterpe le Lun 25 Juil 2011 - 21:46

    friedrich crap a écrit:Et bien Euterpe et Liber j'ai une notion de l'équilibre mental assez différente de la vôtre. Lui aussi il lui manque quelque chose et ne me dites pas : "comme aux grands philosophes !".
    Il n'a rien du philosophe, ne mélangeons pas tout si vous le voulez bien. Dire qu'il n'est pas déséquilibré, qu'il est normal, c'est dire en substance qu'il est responsable de ce qu'il a fait, et que la société doit prendre ses responsabilités. Tant que nous nous obstinerons à traiter de fou le moindre meurtrier venu, qu'on le sache ou pas, qu'on le veuille ou pas, on maintiendra aussi la société dans l'irresponsabilité où elle se complaît tant depuis quelques décennies. Comme si un homme normal ne pouvait pas commettre des monstruosités ! Et puis quoi encore !
    avatar
    Euterpe

    Messages : 3510
    Date d'inscription : 29/01/2011
    Age : 46

    Re: Le déséquilibré de Norvège et les citations des philosophes

    Message  Euterpe le Lun 25 Juil 2011 - 21:52

    friedrich crap, merci de ne plus multiplier les sauts de ligne entre vos paragraphes, ça prend de la place inutilement et ça rend malcommode la lecture des interventions les unes à la suite des autres (et ça me donne du travail). Si ça vous arrange, réduisez la taille de certaines remarques en utilisant le bouton taille police (2 A superposés en bleu).
    avatar
    Invité
    Invité

    Re: Le déséquilibré de Norvège et les citations des philosophes

    Message  Invité le Lun 25 Juil 2011 - 21:57

    @Euterpe a écrit:
    friedrich crap a écrit:Regardez une fois encore ce pauvre Nietzsche, dont une grande partie de sa pensée n'est que rehaussée par un style flamboyant, mais qui se contredit comme peu d'autres dans l'histoire de la philosophie
    Nietzsche est peut-être le seul à penser plusieurs scénarios en même temps et contradictoires. Ça n'invalide en rien ce qu'il dit.
    Vous n'apprécieriez pas Euterpe, mais si je vous demandais de définir la philosophie de Nietzsche en quelques points clés (mettons une dizaine), comment feriez-vous pour produire 10 idées cohérentes entre elles chez Nietzsche ? Et ne me renvoyez pas à la richesse de l'œuvre, au foisonnement perpétuel de sa pensée, à la richesse de son style ou à je ne sais quoi. Allez je vous mets au défi !

    (vous réussirez sur tel ou tel point de sa pensée mais pour le reste... j'attends une proposition de votre part que je discuterai ensuite)

    Si vous ne relevez pas le défi parce que vous le trouvez idiot, je m'efforcerai de le relever de mon côté et nous verrons bien.

    Ne confondons pas richesse et intelligence, provocation et pensée, remise en cause et construction, critique acerbe et justesse, immoralisme et valeur, bien suprême et absence de valeur...
    avatar
    Invité
    Invité

    Re: Le déséquilibré de Norvège et les citations des philosophes

    Message  Invité le Lun 25 Juil 2011 - 21:58

    @Euterpe a écrit:friedrich crap, merci de ne plus multiplier les sauts de ligne entre vos paragraphes, ça prend de la place inutilement et ça rend malcommode la lecture des interventions les unes à la suite des autres (et ça me donne du travail). Si ça vous arrange, réduisez la taille de certaines remarques en utilisant le bouton taille police (2 A superposés en bleu).
    Oui, je vous prie de bien vouloir m'excuser, je suis peu habile en traitement de texte... Je vais faire des efforts !
    avatar
    Invité
    Invité

    Re: Le déséquilibré de Norvège et les citations des philosophes

    Message  Invité le Lun 25 Juil 2011 - 22:06

    @Euterpe a écrit:
    friedrich crap a écrit:Et bien Euterpe et Liber j'ai une notion de l'équilibre mental assez différente de la vôtre. Lui aussi il lui manque quelque chose et ne me dites pas : "comme aux grands philosophes !".
    Il n'a rien du philosophe, ne mélangeons pas tout si vous le voulez bien. Dire qu'il n'est pas déséquilibré, qu'il est normal, c'est dire en substance qu'il est responsable de ce qu'il a fait, et que la société doit prendre ses responsabilités. Tant que nous nous obstinerons à traiter de fou le moindre meurtrier venu, qu'on le sache ou pas, qu'on le veuille ou pas, on maintiendra aussi la société dans l'irresponsabilité où elle se complaît tant depuis quelques décennies. Comme si un homme normal ne pouvait pas commettre des monstruosités ! Et puis quoi encore !
    C'est vous qui simplifiez Euterpe, je vous suis lorsque vous dites qu'il est responsable et qu'il sait ce qu'il fait.

    Maintenant, sur l'homme "normal" qui peut commettre des monstruosités je vous trouve bien serein... Des conneries, de la violence, un crime passionnel, pourquoi pas chez l'homme "normal" qui pète un câble. Mais une boucherie programmée, c'est autre chose. Et je m'inscris en faux, trouvez un autre terme que "normal". "En possession de ses facultés" si vous voulez, mais des siennes uniquement.
    avatar
    Desassocega

    Messages : 2049
    Date d'inscription : 02/04/2011

    Re: Le déséquilibré de Norvège et les citations des philosophes

    Message  Desassocega le Lun 25 Juil 2011 - 22:41

    On a souvent tendance à se dire en voyant quelqu'un qui commet un tel meurtre : "ce qu'il fait est inhumain", "il doit avoir des problèmes mentaux", "il n'est pas normal".

    Eh oui... C'est tellement plus facile de dire ça que d'admettre que cet homme est finalement un homme comme nous... Il faut arrêter de croire que les horreurs ne peuvent être faites que par des fous.
    Dire que cet homme a été guidé par sa folie, c'est plus plaisant hein, ça nous évite de nous pencher sur le vrai problème : à savoir que des croyances peuvent parfois nous mener à ce genre de choses... Voyez Spinoza qui s'est fait poignarder à cause de ses idées et qui a gardé le manteau troué pour se rappeler que les religions peuvent mener à cela... Pensez-vous que Spinoza se soit dit : "il devait avoir des problèmes mentaux celui-là" ?
    avatar
    Euterpe

    Messages : 3510
    Date d'inscription : 29/01/2011
    Age : 46

    Re: Le déséquilibré de Norvège et les citations des philosophes

    Message  Euterpe le Lun 25 Juil 2011 - 22:55

    aristippe de cyrène a écrit:Pensez-vous que Spinoza se soit dit : "il devait avoir des problèmes mentaux celui-là" ?
    Ou des problèmes avec les manteaux.
    avatar
    Invité
    Invité

    Re: Le déséquilibré de Norvège et les citations des philosophes

    Message  Invité le Lun 25 Juil 2011 - 23:05

    J'ai été parachutiste. Un bon parachutiste. Longtemps après, il m'est arrivé d'aller au boulot avec deux pistolets chargés et des chargeurs de rechange. Très tôt le matin, la fenêtre droite de la voiture ouverte, en roulant, je faisais des cartons sur les panneaux autoroutiers, etc. Je suis un excellent tireur. J'en ai parlé à mon psy. Les deux armes ont fait un aller et retour à Saint Etienne, en clair, elles sont neutralisées, ce sont désormais deux vulgaires bouts de ferraille. Mais c'est parfaitement symbolique. Si demain je veux "quelque chose", je l'aurai.

    Celui qui tue a d'abord Envie de tuer. Il "suffit" ensuite de lui donner une "raison" de le faire. Nous avons tous Envie de tuer. J'ai beaucoup aimé vos "aveux" respectifs dans le sujet sur les jeux vidéos. La seule chose qui varie c'est l'ampleur de cette Envie.



    Le dit norvégien est d'abord un taré.

      La date/heure actuelle est Sam 18 Nov 2017 - 22:30