παιδεία | μανθάνω | ἀπομανθάνω

    La petite fille de 4 ans, la SPA, le méchant chien, la justice, et SES PARENTS

    Partagez
    avatar
    Invité
    Invité

    Re: La petite fille de 4 ans, la SPA, le méchant chien, la justice, et SES PARENTS

    Message  Invité le Lun 25 Juil 2011 - 15:39

    Ce qui me chagrine au fond, c'est le peu de considération que vous portez au droit, certes c'est une technique mais ce n'est pas qu'une technique, et les problèmes qu'il cherche à résoudre ont bien des fondements sociologiques, voire philosophiques, ce qui explique que l'on puisse plancher 4h pour savoir à qui appartient une pomme tombée de l'arbre.

    N'oubliez pas qu'il est autant le produit des sociétés qu'un matériau qui la construit, d'autant plus dans une société démocratique et libérale (qui y tend du moins). Ce n'est pas le droit, toujours le droit, qui pousse les gens à consommer du droit, les enjeux et les textes mis en œuvre dans cette affaire sont constants depuis 1804.

    Heureusement, beaucoup de penseurs et de théoriciens du Droit vont bien plus loin que vous dans les axiomes juridiques comme dans les finalités de la justice et ne s'appuient pas uniquement la réparation et la sanction !
    J'entendais le droit applicable ici.

    Cette famille a payé la note, croyez moi, le reste...
    C'est justement cela qui se discute.

    PS : je n'ai pas répondu à Silentio, il a posté simultanément. Je répondrai.


    Dernière édition par Poussepain le Lun 25 Juil 2011 - 22:28, édité 1 fois
    avatar
    Invité
    Invité

    Re: La petite fille de 4 ans, la SPA, le méchant chien, la justice, et SES PARENTS

    Message  Invité le Lun 25 Juil 2011 - 15:48

    Bon, ça va.

    Vos propos commencent à m'intéresser. Le Droit est un formidable domaine de pensée, je vous rassure ! Et c'est la raison pour laquelle il doit s'appuyer sur une pensée (ce qu'il a toujours fait, vous le savez parfaitement). Il doit donc se préserver des dérives que vous connaissez également très bien. Et pardonnez-moi, mais le philosophe accuse rarement la société d'une éventuelle "compromission" de ses œuvres ! Lorsqu'un philosophe couche avec la médiocrité et qu'il tombe dans le caniveau médiatique, cela en est fait de sa "philosophie". Le Droit devrait se surveiller et ne pas accuser constamment la société de sa propre évolution.
    avatar
    Desassocega

    Messages : 2049
    Date d'inscription : 02/04/2011

    Re: La petite fille de 4 ans, la SPA, le méchant chien, la justice, et SES PARENTS

    Message  Desassocega le Lun 25 Juil 2011 - 15:55

    @Silentio a écrit:et même que nous ne voulons pas en sortir.
    Comme une sorte de servitude volontaire vous voulez dire ? :D

    Silentio

    Messages : 1876
    Date d'inscription : 30/01/2011
    Age : 29
    Localisation : Paris

    Re: La petite fille de 4 ans, la SPA, le méchant chien, la justice, et SES PARENTS

    Message  Silentio le Lun 25 Juil 2011 - 16:40

    En quelque sorte, oui.
    Voyez ce qu'en dit Kant : http://fr.wikisource.org/wiki/Qu’est-ce_que_les_Lumières_%3F
    avatar
    Desassocega

    Messages : 2049
    Date d'inscription : 02/04/2011

    Re: La petite fille de 4 ans, la SPA, le méchant chien, la justice, et SES PARENTS

    Message  Desassocega le Lun 25 Juil 2011 - 16:46

    J'ai lu ce livre il y a deux semaines, je vois bien ce que vous vouliez dire quand vous faisiez référence à Kant ;)
    avatar
    Invité
    Invité

    Re: La petite fille de 4 ans, la SPA, le méchant chien, la justice, et SES PARENTS

    Message  Invité le Lun 25 Juil 2011 - 22:39

    friedrich crap a écrit:Bon, ça va.

    Vos propos commencent à m'intéresser. Le Droit est un formidable domaine de pensée, je vous rassure ! Et c'est la raison pour laquelle il doit s'appuyer sur une pensée (ce qu'il a toujours fait, vous le savez parfaitement). Il doit donc se préserver des dérives que vous connaissez également très bien. Et pardonnez-moi, mais le philosophe accuse rarement la société d'une éventuelle "compromission" de ses œuvres ! Lorsqu'un philosophe couche avec la médiocrité et qu'il tombe dans le caniveau médiatique, cela en est fait de sa "philosophie". Le Droit devrait se surveiller et ne pas accuser constamment la société de sa propre évolution.
    Je suis d'accord pour dire que notre système juridique connaît des dérives inquiétantes. Celles-ci peuvent venir de deux choses : de l'œuvre du législateur, qui est chez nous élu par le peuple, et qui en théorie du moins représente la société, ou de son utilisation abusive voire frauduleuse par le citoyen.

    Certes il devrait y avoir un retour sur l'état du droit pour le corriger, mais n'est-ce pas là le travail du législateur ? A moins de créer un organe autonome composé de gens compétents en la matière et qui auraient un savoir, forcément arbitraire sur ce qu'est le "bon" droit ou "le droit juste", au risque de confondre le droit avec la morale (attention, je ne dis pas que le droit ne doit pas s'inspirer de la morale) ou de créer un droit de technocrates ?
    avatar
    Euterpe

    Messages : 3510
    Date d'inscription : 29/01/2011
    Age : 46

    Re: La petite fille de 4 ans, la SPA, le méchant chien, la justice, et SES PARENTS

    Message  Euterpe le Lun 25 Juil 2011 - 22:50

    @Poussepain a écrit:n'est-ce pas négligent de la part de la SPA de proposer à l'adoption un chien au passé aussi sulfureux ? Et de ne pas en avertir les acquéreurs ?
    Il y a une grave négligence en effet, bien plus grave que celle des parents qui, quels qu'ils soient, n'ont pas pu juger sans danger la proximité du chien et de l'enfant sans au moins un conseil ou un propos rassurant de la part de celui ou de celle qui s'est occupé d'eux.

    @Poussepain a écrit:après tout c'est bien le procureur, le ministère public, qui a fait suite a leur plainte.
    C'est un préalable que vous avez raison de rappeler, pour les besoins de la discussion. Or je vois que personne n'en tient compte pour situer les différents plans à partir desquels envisager la question.

    friedrich crap a écrit:Pour vous donner un biscuit
    En l'état de la discussion, il n'y a rien qui puisse justifier cette fâcheuse apostrophe, friedrich crap.

    @Poussepain a écrit:le droit lui ne raisonne pas ainsi, car il ne s'intéresse qu'à deux choses : la réparation et la sanction d'une imprudence, car son intérêt est de "remettre les choses en ordre", afin d'apaiser les tensions et d'éviter la reproduction de telles situations.
    Aussi prosaïque cela soit-il, nous avons donc bien affaire à un classique du droit : la question des responsabilités de chacun. Je ne vois là rien qui puisse choquer. Qu'est-ce qui vous chagrine, friedrich crap ?

    friedrich crap a écrit:
    @Poussepain a écrit:C'est qu'il réfléchit à l'échelle de la société.
    C'est quoi l'échelle de la société ? Le Droit n'aurait-il justement pas cette prétention, si ce n'est d'être l'échelle, tout au moins d'être l'aune de toute chose ?
    Il est fait pour ça. Vous dissociez abusivement le droit et la philosophie en exigeant de Poussepain qu'il les rapproche, vous ne vous en rendez pas compte. Il a clairement distingué les deux plans, technique (droit appliqué) et philosophique (jurisconsulte ou philosophe du droit), et proposé de bonnes orientations pour la discussion.

    friedrich crap a écrit:merci de prendre en compte aussi ce que dit Silentio
    Excellente intervention, en effet, mais qu'induisaient, je crois, les pistes proposées par Poussepain.

    friedrich crap a écrit:ce n'est effectivement que si vous concédez que le Droit ne s'intéresse qu'à la réparation et à la sanction que vous trouverez un intérêt à porter cette affaire en justice.
    C'est précisément ce que Poussepain n'a pas concédé friedrich !

    friedrich crap a écrit:Heureusement, beaucoup de penseurs et de théoriciens du Droit vont bien plus loin que vous dans les axiomes juridiques comme dans les finalités de la justice et ne s'appuient pas uniquement sur la réparation et la sanction ! (relisez Rawls, entre autres).
    Prudence, prudence... Rawls n'est pas la seule référence, et pas la meilleure, et encore moins appropriée au cas d'espèce dont on discute.

    friedrich crap a écrit:Que le ministère public et les magistrats en général acceptent de plus en plus souvent de prendre en considération tel ou tel dossier ne relève pas toujours de la philanthropie juridique...
    Vous les voyez dire aux dizaines de victimes du norvégien de l'année : "attendez, nous allons repenser le droit avant de juger" ?

    friedrich crap a écrit:le reste... je le laisse volontiers à la justice, qui tranchera. Après tout, c'est son boulot. Qu'elle travaille, ici on pense.
    Plaît-il ?

    @Poussepain a écrit:que l'on puisse plancher 4h pour savoir à qui appartient une pomme tombée de l'arbre.
    Même celle de Newton ? :D


    friedrich crap a écrit:le philosophe accuse rarement la société d'une éventuelle "compromission" de ses œuvres !
    Il n'a pas besoin d'elle pour le faire tout seul et très bien. Les philosophes ne sont pas tous des incorruptibles.

    friedrich crap a écrit:Lorsqu'un philosophe couche avec la médiocrité et qu'il tombe dans le caniveau médiatique, cela en est fait de sa "philosophie".
    Aux yeux de ses pairs, peut-être, pas souvent aux yeux du public.

    friedrich crap a écrit:vous parliez d'inadaptation à propos des
    philosophes ? J'en connais d'autres formes, dans d'autres types
    d'activité de la pensée...
    friedrich crap a écrit:Le Droit devrait se surveiller et ne pas accuser constamment la société de sa propre évolution.
    Les philosophes ne sont pas en étant d'affirmer ce genre de choses. Aujourd'hui, c'est malheureusement la "société" qui fait du droit ce qu'il devient, parce qu'elle le fonde au moins autant qu'il est censé la fonder. S'il y avait moins de procéduriers, le droit serait un peu moins technicisé. On peut reprendre l'intervention de Silentio.


    Dernière édition par Euterpe le Jeu 28 Juil 2011 - 10:58, édité 1 fois
    avatar
    Invité
    Invité

    Re: La petite fille de 4 ans, la SPA, le méchant chien, la justice, et SES PARENTS

    Message  Invité le Lun 25 Juil 2011 - 22:53

    Oui, oui... tout cela ne m'échappe pas... On a les politiques qu'on mérite, donc on a le droit qu'on mérite, les magistrats qu'on mérite, la justice qu'on mérite.

    La justification du réel par le réel n'intéresse le philosophe que quelques minutes car il faut choisir monsieur !

    Ou bien vous êtes un homme de droit qui acceptez le système, ou bien vous ne l'acceptez pas et alors qu'y faites-vous ?

    Moi, si la philosophie ne me convenait pas, je ferais autre chose.

    Par ailleurs, vous finissez tout de même par poser la question fondamentale (celle-ci intéresse le philosophe) : "à quoi faudrait-il subordonner le Droit ou la justice pour qu'ils contribuent réellement à l'amélioration de la société ?"

    Mais, dans un premier temps... à la réflexion philosophique, voyez-vous !

    Et puis, en effet, la démagogie et le consumérisme parlementaire, l'électoralisme, le clientélisme... font que le Droit ne devrait plus s'écrire au Parlement (et là nous parlons uniquement des lois... il y a tant d'autres choses à la dérive du côté de la Justice !)

    Cela aussi, le Droit, c'est trop grave pour le confier aux politiques.
    avatar
    Invité
    Invité

    Re: La petite fille de 4 ans, la SPA, le méchant chien, la justice, et SES PARENTS

    Message  Invité le Lun 25 Juil 2011 - 23:08

    Non Euterpe, j'avais bien compris tout l'intérêt des prémisses de Poussepain. Mais j'ironisais à dessein.

    Car, tout de même, ce qui me semble inacceptable d'un point de vue philosophique (là à cet instant, en effet, le point de vue "juridique' ne m'intéresse absolument pas, même s'il peut trouver sa place ensuite), c'est que les parents vont pouvoir dire à leur enfant toute leur vie, qu'on leur avait menti sur le chien, qu'ils ont immédiatement porté plainte, que peut-être, nous verrons, la justice épinglera la SPA sur tel ou tel aspect du dossier : mais c'est totalement déresponsabilisant ! Vous avez vu la tête de ce chien ?! Vous mettriez votre enfant de 4 ans à côté ?!

    Salomon eût renvoyé vite fait tout ce beau monde, croyez-moi.

    Maintenant Euterpe, ne confondons pas la nécessité de juger, parfois vite et la réflexion nécessaire au long terme pour faire évoluer la Justice.

    Enfin, le citoyen ne devient procédurier que parce qu'on le lui permet. N'inversons pas les responsabilités dans cette dérive. Le citoyen, le mécontentement, est comme un liquide en physique : il prend toute la place qu'on lui offre.

    Je vais d'ailleurs vous dire un secret : j'attends avec impatience le jugement qui sera rendu sur cette affaire...

    (je vous rappelle en outre, que des experts en psychologie canine se sont déjà prononcés : dévorer le cadavre de son maître quand on n'a plus rien à bouffer, chez un chien, c'est un comportement qui peut être jugé normal !)
    avatar
    Invité
    Invité

    Re: La petite fille de 4 ans, la SPA, le méchant chien, la justice, et SES PARENTS

    Message  Invité le Lun 25 Juil 2011 - 23:20

    friedrich crap a écrit:Oui, oui... tout cela ne m'échappe pas... On a les politiques qu'on mérite, donc on a le droit qu'on mérite, les magistrats qu'on mérite, la justice qu'on mérite.

    La justification du réel par le réel n'intéresse le philosophe que quelques minutes car il faut choisir monsieur !

    Ou bien vous êtes un homme de droit qui acceptez le système, ou bien vous ne l'acceptez pas et alors qu'y faites-vous ?
    Disons qu'il y a le système qui est en place, c'est l'analyse positive, je vous dis que dans une analyse positive il n'y a rien de choquant, si ce n'est l'application de principes fondamentaux qui sont là depuis 1804 et dont l'utilisation était plutôt mesurée jusqu'à présent, et que donc ce n'est pas un problème du système du droit mais de l'utilisation qu'en font les citoyens.

    Et puis il y a l'analyse normative du système qui est la vôtre, qui est de savoir ce que le droit devrait être (s'il doit être quelque chose, ce dont nous pouvons aussi discuter)

    Or,
    Par ailleurs, vous finissez tout de même par poser la question fondamentale (celle-ci intéresse le philosophe) : "à quoi faudrait-il subordonner le Droit ou la justice pour qu'ils contribuent réellement à l'amélioration de la société ?"
    Cette analyse normative n'est plus l'œuvre du praticien mais du citoyen (ce qu'est aussi le juriste dont on attend, je l'espère, qu'il réfléchisse un minimum), elle passe nécessairement par le politique, qui s'appuie sur le philosophique, mais le philosophique n'est pas forcément l'éthique, et l'homme politique, quelles que soient ses influences, est quand même là pour faire tourner la boutique, ce qui fait que le droit et la philosophie n'ont pas le même but.

    Alors effectivement on pourrait,
    Et puis, en effet, la démagogie et le consumérisme parlementaire, l'électoralisme, le clientélisme... font que le Droit ne devrait plus s'écrire au Parlement (et là nous parlons uniquement des lois... il y a tant d'autres choses à la dérive du côté de la Justice !)

    Cela aussi, le Droit, c'est trop grave pour le confier aux politiques.
    Ce qui ferait un droit d'initiés, de juristes et de philosophes, qui ne serait pas sans rappeler les idées de Platon, mais qui me semble un peu à l'encontre du bon sens dont vous vous réclamez et qui serait un peu dangereux pour la démocratie.
    avatar
    Invité
    Invité

    Re: La petite fille de 4 ans, la SPA, le méchant chien, la justice, et SES PARENTS

    Message  Invité le Lun 25 Juil 2011 - 23:24

    Je préfèrerais en effet un droit d'initiés, de juristes et de philosophes qui me semblerait bien moins dangereux pour la démocratie que la mouscaille actuelle.
    avatar
    Invité
    Invité

    Re: La petite fille de 4 ans, la SPA, le méchant chien, la justice, et SES PARENTS

    Message  Invité le Lun 25 Juil 2011 - 23:25

    PS : je ne me réclame pas du bon sens.

    A l'avenir, veuillez utiliser la fonction d'édition dans les messages au lieu de multiplier ces derniers, merci (Silentio).
    avatar
    Invité
    Invité

    Re: La petite fille de 4 ans, la SPA, le méchant chien, la justice, et SES PARENTS

    Message  Invité le Lun 25 Juil 2011 - 23:43

    D'accord j'ai cru un moment que vous faisiez la critique d'un droit trop théorique en parlant de "ratiocination" par rapport à ce que serait le droit s'il est mû par le sens commun (dans l'acception de ce qui vient spontanément à l'esprit, le "bon" sens).

    Nous sommes donc en désaccord fondamental sur le point de savoir qui doit faire le droit, si je pense qu'il doit être réfléchi, ce qui manque malheureusement aujourd'hui, je pense qu'il doit être issu du peuple dans sa majorité. C'est un point de vue sur lequel ni vous, ni moi ne changerons ce soir.

    Pour revenir plus prosaïquement sur l'espèce de départ et votre avant avant dernier message, je ne pense pas que les parents se sentiront plus ou moins responsables avec ou sans droit. Il sont ou ne sont pas moraux, la responsabilité juridique de la SPA les soulagera peut-être un peu, les confortera éventuellement, mais au fond le problème moral qui est de savoir s'il y a une "faute" morale leur appartient.
    avatar
    Invité
    Invité

    Re: La petite fille de 4 ans, la SPA, le méchant chien, la justice, et SES PARENTS

    Message  Invité le Mar 26 Juil 2011 - 10:03

    @Poussepain a écrit:Nous sommes donc en désaccord fondamental sur le point de savoir qui doit faire le droit, oui si je pense qu'il doit être réfléchi, là nous sommes d'accord, ce qui manque malheureusement aujourd'hui, je pense qu'il doit être issu du peuple dans sa majorité ce n'est plus possible dans nos démocraties modernes. C'est un point de vue sur lequel ni vous, ni moi ne changerons ce soir.

    Pour revenir plus prosaïquement sur l'espèce de départ et votre avant avant dernier message, je ne pense pas que les parents se sentiront plus ou moins responsables avec ou sans droit. Il sont ou ne sont pas moraux, la responsabilité juridique de la SPA les soulagera peut-être un peu, les confortera éventuellement, mais au fond le problème moral qui est de savoir s'il y a une "faute" morale leur appartient.
    Mais vous oubliez la mauvaise foi !

    Maintenant, le "réparer et punir" qui vous semble l'essence de la fonction même du Droit, à quoi sert-il s'il ne contribue pas, qu'on le veuille ou non, à la moralisation de la société ? Comment les parents et les professeurs pourraient-ils éduquer si les décisions de Justice étaient en contradiction avec les valeurs éducatives ? (Et vous savez qu'on en est là sur bien des points). C'est la raison pour laquelle vous m'avez convaincu en partie : la décision que rendra la Justice et son argumentation vont beaucoup m'intéresser même si je continue de déplorer que la Justice puisse apparemment se permettre le luxe de "juger" une telle affaire par les temps qui courent. Apprécions ce luxe tant qu'il existe me direz-vous, et bien soit !
    avatar
    Euterpe

    Messages : 3510
    Date d'inscription : 29/01/2011
    Age : 46

    Re: La petite fille de 4 ans, la SPA, le méchant chien, la justice, et SES PARENTS

    Message  Euterpe le Mar 26 Juil 2011 - 11:45

    friedrich crap a écrit:Maintenant, le "réparer et punir" qui vous semble l'essence de la fonction même du Droit, à quoi sert-il s'il ne contribue pas, qu'on le veuille ou non, à la moralisation de la société ? Comment les parents et les professeurs pourraient-ils éduquer si les décisions de Justice étaient en contradiction avec les valeurs éducatives ? (Et vous savez qu'on en est là sur bien des points). C'est la raison pour laquelle vous m'avez convaincu en partie : la décision que rendra la Justice et son argumentation vont beaucoup m'intéresser même si je continue de déplorer que la Justice puisse apparemment se permettre le luxe de "juger" une telle affaire par les temps qui courent.
    Et si vous commenciez par vous calmer un peu pour vous montrer plus attentif à ce que vous dit votre contre-opinant ? Nulle part il ne vous dit que réparer et punir c'est l'essence du droit. Si vous ne faites pas la distinction entre le droit appliqué et la théorie du droit, ça n'avancera pas beaucoup. Vous en restez à un vague procès d'intention et vous prenez votre désaccord pour un fondement exclusif à partir duquel seul il faudrait envisager la question. Dans ce cas, il était plus judicieux de nous faire un exposé dès votre premier billet et de n'interroger personne.

    Quant aux rapports entre le droit et la morale, si vous preniez en considération la question du droit d'usage, ça vous permettrait d'éclairer sensiblement votre point de vue.
    avatar
    Invité
    Invité

    Re: La petite fille de 4 ans, la SPA, le méchant chien, la justice, et SES PARENTS

    Message  Invité le Mar 26 Juil 2011 - 16:09

    Euterpe, je fais parfaitement la distinction entre la théorie du Droit et le Droit appliqué. Je ne fais pas non plus de procès d'intention. Je pose une seule question depuis le début : le fait que la famille aille en justice m'interpelle, le fait que la justice accepte de se pencher sur cette affaire m'interroge, et je prétends y lire une tendance du droit appliqué qui n'est pas de mon goût ! Silentio est intervenu pour dire à peu près la même chose.
    Maintenant si à un moment donné, la théorie du droit et le droit appliqué "n'arrivent plus à se parler", cela m'intéresse aussi.
    Je crois que Poussepain m'a bien compris, malgré mon ardeur.
    Je vais changer vite fait de ton, de style et de contenu, sinon je vais me retrouver banni du site (et chacun sait que le bannissement est la vraie peine capitale chez les Grecs).
    avatar
    Invité
    Invité

    Re: La petite fille de 4 ans, la SPA, le méchant chien, la justice, et SES PARENTS

    Message  Invité le Mar 26 Juil 2011 - 17:01

    friedrich crap a écrit:Maintenant, le "réparer et punir" qui vous semble l'essence de la fonction même du Droit, à quoi sert-il s'il ne contribue pas, qu'on le veuille ou non, à la moralisation de la société ? Comment les parents et les professeurs pourraient-ils éduquer si les décisions de Justice étaient en contradiction avec les valeurs éducatives ? (Et vous savez qu'on en est là sur bien des points).
    Car le droit n'est pas la morale, et il ne sert pas, de prime abord, à moraliser la société, il sert à vivre ensemble, ce qui passe, dans son application à l'espèce, par la réparation et la sanction qui correspond ici à l'attente du citoyen. On va bien de l'Humain au Droit et non l'inverse.

    Certes le droit intègre parfois la morale, mais, vous m'excuserez ce raisonnement "universitaire", s'il doit contribuer à la moralisation de la société, s'il intègre la morale, c'est bien que dès le départ nous sommes d'accord pour dire que le droit n'est pas la morale.

    La moralisation du droit, présente en certains domaines, correspond à une demande sociale, ou à une légitimité du droit, si tant est qu'il doive y avoir une idée du droit "juste et bon". Ainsi par exemple en matière contractuelle où l'on attend que les contractants agissent avec bonne foi, mais je me répète c'est bien la morale qui passe par le juridique, et si le juridique se l'approprie c'est qu'il s'agit d'une manière satisfaisante de régir les rapports en société.

    Comme le rappelle justement Euterpe, le droit se passe très bien de morale, par exemple si on considère le droit d'usage.

    Je comprendrais vos réactions à ce propos, je suis disposé à en parler mais en un autre lieu car nous nous écartons de votre interrogation initiale pour nous aventurer dans des débats qui existent depuis que l'homme s'interroge sur le droit.

    je continue de déplorer que la Justice puisse apparemment se permettre le luxe de "juger" une telle affaire par les temps qui courent. Apprécions ce luxe tant qu'il existe me direz-vous, et bien soit !
    Je pose une seule question depuis le début: le fait que la famille aille en justice m'interpelle, le fait que la justice accepte de se pencher sur cette affaire m'interroge
    Car le droit ne fait que suivre pour temporiser les passions humaines, un juge se prononcera ainsi sur le bon droit des parents, il en a même l'obligation autant que les parents ont le droit d'agir.
    article 4 code civil a écrit:Le juge qui refusera de juger sous prétexte du silence, de l'obscurité ou de l'insuffisance de la loi, pourra être poursuivi comme coupable de déni de justice
    avatar
    Euterpe

    Messages : 3510
    Date d'inscription : 29/01/2011
    Age : 46

    Re: La petite fille de 4 ans, la SPA, le méchant chien, la justice, et SES PARENTS

    Message  Euterpe le Mar 26 Juil 2011 - 21:55

    friedrich crap a écrit:le fait que la famille aille en justice m'interpelle, le fait que la justice accepte de se pencher sur cette affaire m'interroge, et je prétends y lire une tendance du droit appliqué qui n'est pas de mon goût !
    La justice n'est pas affaire de goût. Et on ne s'improvise pas, comme ça, le juge ou le penseur du droit. Ça s'apprend, ça.

    Notre information à propos de cette affaire ne me paraît pas suffisante pour soumettre à votre soupçon une famille qui a ses raisons de s'en remettre à la justice. Cette famille ne vous interpelle pas, vous lui faites bel et bien un procès d'intention. De plus, vous n'êtes, que je sache, ni habilité ni mandaté pour vérifier si oui ou non les magistrats devraient instruire l'affaire. Car, faut-il vous le rappeler, s'en remettre à la justice, c'est instruire une affaire. Instruisez-vous cette affaire ? Y a-t-il des éléments dans votre dossier qui ne ressemblent ni de près ni de loin à votre opinion ? Enfin, vous critiquez le législateur, les jurisconsultes, les juristes, les légistes et les magistrats. Ça fait un peu beaucoup. Prudence et probité, c'est un préalable indiscutable en la matière.

    Au total, ayez le bon sens de considérer que cette famille estime peut-être avoir été mal informée par ses interlocuteurs de la SPA, et que tout le monde n'a pas les mêmes moyens pour appréhender et supporter les accidents de la vie. Allez donc dire à un désespéré poursuivi par la malchance, que ce n'est pas une injustice, mais la vie même, qui rend son existence insupportable. C'est toujours facile de réciter ce qu'on sait, quant à le vivre, c'est une autre paire de manches.

    friedrich crap a écrit:Silentio est intervenu pour dire à peu près la même chose.
    Silentio est intervenu pour dire autre chose, et qui est autrement plus consistant, sans vouloir vous offenser. Malheureusement, croyant à tort que ce que vous disiez tous deux est la même chose, vous n'avez pas pris la peine de mettre à profit ses observations.

    friedrich crap a écrit:Je vais changer vite fait de ton, de style et de contenu, sinon je vais me retrouver banni du site (et chacun sait que le bannissement est la vraie peine capitale chez les Grecs).
    Vous vous compliquez la vie et vous ne regardez pas du bon côté. Lisez l'éditorial, et vous saurez immédiatement ce que vous avez à faire. Pour le reste, quand on adopte une posture, on l'assume jusqu'au bout, même quand elle indéfendable. Aucune charte ne saurait empêcher les contorsions, et voyez comme notre charte est rachitique. Ce n'est pas par hasard. Par contre, ce genre de gymnastique révèle d'elle-même tout ce qui n'est pas fait pour la discussion. C'est là qu'est le danger pour ceux qui ne se croient soumis à aucune autodiscipline.
    avatar
    Invité
    Invité

    Re: La petite fille de 4 ans, la SPA, le méchant chien, la justice, et SES PARENTS

    Message  Invité le Mar 26 Juil 2011 - 21:58

    Pas de problème avec tout cela. Au regard des textes de loi, de la procédure, de la technique juridique... vous avez 100% raison ! Étonnant non ?
    Juste une question : le droit et la morale, cela fonctionne comme vous l'avez dit... mais le juste, cela fait-il partie de la morale ou du droit ? Je veux dire ce qui est juste, c'est la décision de justice ou autre chose ? Le juste, cela fait-il partie du jugement rendu ? Est-ce prévu dans les textes (qui laissent toujours de la latitude) ou cela demeure-t-il essentiellement dans l'esprit des jurés, ou du juge, ou du tribunal ?
    Je suis désolé si je vous interroge un peu à la manière de Socrate car à son époque le Droit n'était pas si subdivisé qu'aujourd'hui. Pour le droit d'usage, il me semble que le juste y a toute sa place également non ?
    avatar
    Invité
    Invité

    Re: La petite fille de 4 ans, la SPA, le méchant chien, la justice, et SES PARENTS

    Message  Invité le Mar 26 Juil 2011 - 22:14

    @Euterpe a écrit:
    friedrich crap a écrit:le fait que la famille aille en justice m'interpelle, le fait que la justice accepte de se pencher sur cette affaire m'interroge, et je prétends y lire une tendance du droit appliqué qui n'est pas de mon goût !
    La justice n'est pas affaire de goût. Et on ne s'improvise pas, comme ça, le juge ou le penseur du droit. Ça s'apprend, ça.
    Bien d'autres penseurs, y compris parmi ceux que vous appréciez s'expriment de cette manière. Le goût étant ici dans mon esprit avant toute chose de la sagacité voire de la sagesse (même racine indo-européenne, comme vous le savez).

    @Euterpe a écrit:Notre information à propos de cette affaire ne me paraît pas suffisante pour soumettre à votre soupçon
    Il ne s'agit pas de cela.

    @Euterpe a écrit:une famille qui a ses raisons de s'en remettre à la justice. Cette famille ne vous interpelle pas, vous lui faites bel et bien un procès d'intention
    Non je ne me permettrais pas de m'adresser à elle directement, c'est le cas d'espèce qui m'intéresse à travers l'actualité. J'ai dit plus haut que j'avais bien de la peine pour eux et du respect.

    @Euterpe a écrit:De plus, vous n'êtes, que je sache, ni habilité ni mandaté pour vérifier si oui ou non les magistrats devraient instruire l'affaire.
    Cela m'interdit-il de m'interroger ?

    @Euterpe a écrit:Car, faut-il vous le rappeler, s'en remettre à la justice, c'est instruire une affaire. Instruisez-vous cette affaire ? Y a-t-il des éléments dans votre dossier qui ne ressemblent ni de près ni de loin à votre opinion ?
    Là votre tempérance coutumière faiblit.

    @Euterpe a écrit:Enfin, vous critiquez le législateur, les jurisconsultes, les juristes, les légistes et les magistrats.
    Oui et figurez-vous que je me sens également capable d'être critique vis-à-vis du politique, du médiatique, de l'économique... et du philosophique ! Écœurant !

    @Euterpe a écrit:Au total, ayez le bon sens de considérer que cette famille estime peut-être avoir été mal informée par ses interlocuteurs de la SPA
    D'accord.

    @Euterpe a écrit:et que tout le monde n'a pas les mêmes moyens pour appréhender et supporter les accidents de la vie
    D'accord (deux fois !).

    @Euterpe a écrit:Allez donc dire à un désespéré poursuivi par la malchance, que ce n'est pas une injustice, mais la vie même, qui rend son existence insupportable. C'est toujours facile de réciter ce qu'on sait, quant à le vivre, c'est une autre paire de manches.
    Un peu moins d'accord (deux fois et demi).

    @Euterpe a écrit:
    friedrich crap a écrit:Silentio est intervenu pour dire à peu près la même chose.
    Silentio est intervenu pour dire autre chose
    Oui mais c'est moi qui lui ai fait penser à cela : "C'est drôle je disais la même chose cet après-midi à propos de..."

    @Euterpe a écrit:et qui est autrement plus consistant
    C'est vous qui le dites mais j'ai effectivement apprécié son analogie.

    @Euterpe a écrit:sans vouloir vous offenser. Malheureusement, croyant à tort que ce que vous disiez tous deux est la même chose, vous n'avez pas pris la peine de mettre à profit ses observations
    Toujours le mauvais élève, pardon.

      La date/heure actuelle est Sam 18 Nov 2017 - 22:32